• Les destins croisés de trois Occidentaux en Syrie : un diplomate courant après des documents compromettants, un mercenaire à la recherche d'une otage américaine, et un écrivain en quête de rédemption. Entre roman de guerre et quête littéraire, «Une Guerre sans» fin signe le retour en littérature d'un grand reporter de guerre, lauréat du Grand Prix des Lectrices de ELLE et du prix Joseph-Kessel.

  • Qui peut ne pas aimer Séville ? La vieille capitale andalouse est un chaudron de passions. Les grands auteurs, de Cervantès à Bizet, se sont appropriés son âme. Ils en ont fait un mythe, le lieu par excellence d'impitoyables tragédies amoureuses où les normes sociales, le blasphème, le souvenir des chevaliers errants se confondent avec son architecture flamboyante.
    Ce livre est un récit passionné. Le récit d'un amoureux des passions impossibles. Auteur du superbe La prière des poètes consacré à l'Iran dans notre collection, Jean-Pierre Perrin a choisi de raconter sa ville de coeur au rythme de la région qui l'entoure. Car Séville est un creuset. Un décor urbain incandescent qui vous fait chavirer. Sur les rives du Guadalquivir, l'Andalousie vous happe pour ne plus vous lâcher. Les faubourgs de Triana où vivait Carmen, les majestueuses arènes de la Maestranza, la manufacture de tabac... Tous ces lieux sont comme les pages d'un livre. Ils disent plus qu'une histoire. Ils disent l'âme d'un peuple andalou et sévillan dont les folies ont toujours irrigué l'Espagne.
    Ne vous attendez pas à un guide. Cet ouvrage est un décodeur. Il vous raconte l'amoureuse tragédie de Séville et celle qui sommeille en chacun d'entre nous. Cette cité et ses légendes sont le miroir de nos propres tourments.

  • L'Iran est un jardin que les mots font fleurir. Sous les coupoles des mosquées d'Ispahan et des mausolées de Chirâz, une somme de fascinantes contradictions persanes est à l'oeuvre.

    Les Iraniens aiment les sciences et sont superstitieux. Ils sont mystiques et amoureux des plaisirs plus terrestres. L'Iran des poètes est celui du pardon. Mais l'Iran des juges islamiques condamne à mort le plus grand nombre de mineurs au monde. Les omniprésents mollahs y sont sans cesse moqués, affublés de sobriquets ridicules, maudits, voire insultés. Mais peu d'Iraniens voudraient qu'ils disparaissent de leur paysage.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. L'Iran est un poème persan dont ces pages vous aident à saisir les dérangeantes ambiguïtés. Il dit l'âme d'un pays qui, de tout temps, a figuré au panthéon des voyageurs. Il explique le mystère et les secrets d'un grand peuple. Parce qu'en Iran, comprendre n'est qu'une étape sur le sinueux chemin des sentiments.

    Récit suivi d'entretiens avec Clément Therme (Comment les mollahs ont fabriqué l'homo islamicus) et Leili Anvar (Le mythe de la Taverne).

  • Si la défaite actuelle des armées occidentales en Afghanistan renvoie aux échecs des envahisseurs précédents, elle met également en pièces le rêve eurasien d'Alexandre Le Grand. Ce rêve « si beau, perspicace, intemporel, généreux » selon Nicolas Bouvier, et qui bouleversa Malraux.

    Comment le territoire du Gandhara, où prospéra l'extraordinaire et tolérante civilisation née de la rencontre entre la Grèce et l'Orient, peut-il coïncider avec celui du djihadisme contemporain ? Celui-là même qui vit l'apogée des talibans, la montée d'Oussama Ben Laden, la présence des théoriciens de la guerre sainte, ou encore le passage de Mohammed Merah.

    Pour le comprendre, Jean-Pierre Perrin a parcouru l'Afghanistan dans les pas d'Alexandre le Grand. Il retrace les batailles du conquérant dans les montagnes de l'Indu Kush, revient sur les échecs militaires de l'URSS et de l'OTAN, tout en évoquant les figures du djihad de - Massoud ou le sanglant Haqqani qu'il a personnellement rencontrés. Comme dans la plupart de ses ouvrages, il fait résonner littérature et souvenirs, Histoire et géopolitique, passé et présent.

  • Comment aider un maximum d'élèves en difficulté, surtout ceux qui vivent dans des conditions qui ne semblent pas les plus favorables aux exigences de la société française actuelle ? Ce journal retrace onze missions sur le fleuve Maroni. La dernière mission de l'année scolaire est une mission de sécurité routière en pays amérindien, sur l'Itany. Le défi est extraordinaire, il s'agit d'apporter des vélos en pays amérindien et de préparer les élèves de CM2 à l'attestation de première éducation à la route (APER).

  • Le 2 juin 2005, les services secrets syriens assassinèrent Samir Kassir, l'intellectuel arabe le plus prometteur de sa génération. J'avais rendez-vous avec lui dans un café de Beyrouth, mais un contretemps m'avait fait annuler la rencontre. À l'ami disparu, qui avait prophétisé que la démocratie dans le monde arabe ne se ferait pas sans «printemps à Damas», j'ai décidé de raconter cette révolution syrienne qu'il n'a pas pu voir: Homs, le coeur battant de la rébellion, assiégé et bombardé. Ou la belle Alep, dont les 4500 ans d'histoire sont menacés par une folle bataille. Je lui rappelle aussi les années Bachar, «l'archipel des tortures» sans équivalent dans le monde, l'irrésistible montée en puissance des islamistes - et l'embarrassante ambiguïté des relations franco-syriennes. Par respect pour l'érudit et pour aller au-delà du simple témoignage de guerre, j'ai convoqué l'histoire, la littérature et la géopolitique, tout en cherchant la consolation de la poésie. Et j'ai essayé de comprendre comment un pays pouvait sombrer à ce point dans l'autodestruction. Avec cette certitude: les horreurs en Syrie refl ètent le pourrissement du monde.
    J.-P. P.

  • C'est un pays de cavaliers où les montagnes courent à perte d'horizon.
    L'Afghanistan est une légende d'émeraude et d'azur au bord du mirage, saccagée par les fantasmes politiques et les féodalités. Ecrivain voyageur, Jean-Pierre Perrin l'a sillonnée à cheval, à dos d'âne, de dromadaire, à pied ou en camion. Il a convoyé de l'argent pour le commandant Massoud, a disserté sur la poésie avec ce chef charismatique. Un jour déguisé en pachtoun et en moudjahid, le lendemain attaqué par des hélicoptères soviétiques, une autre fois rossé par des extrémistes islamistes, Jean-Pierre Perrin n'a pas perdu son humour.
    Il fut l'un des premiers à s'intéresser aux talibans, aux femmes enlevées, à une culture millénaire dénaturée. D'hier à aujourd'hui, il a arpenté Kaboul détruit par tous les régimes. Ce livre lève le voile sur un pays secret, ignoré des médias. C'est un envoûtant récit de voyage, d'odeurs, de parfums et de poussière.

  • Kaboul, l'incroyable défaite Nouv.

    "La chute de Kaboul au creux de l'été 2021 et sa prise par les Talibans semble si irréelle qu'elle semble relever de la fiction. Quelques milliers de guerriers tribaux ont chassé la plus puissante armée du monde qui a occupé l'Afghanistan pendant près de 20 ans. Comment est-ce possible ? Quel hubris a aveuglé les stratèges américains qui n'ont pas pris en compte le rôle des ethnies ni celui du Pakistan ?

    Mais qui sont les nouveaux maîtres de l'Afghanistan, ces talibans 2.0 qui connaissent mieux l'informatique que bon nombre de cerveaux occidentaux. Quel est leur degré de professionnalisme ? Quelle est précisément leur idéologie ? Leur idéal ? Comment se comporteront-ils vis-à-vis des femmes et des intellectuels ?

    La victoire des Talibans provoquera une onde de choc terrible non seulement sur l'Asie centrale mais aussi dans le reste du monde. Comment ne pas voir symboliquement une triste concordance des temps entre le 11 septembre 2001 (attentats commandités d'Afghanistan) et le 15 août 2021 (prise du palais présidentiel par les talibans) ?

    Incontestablement les USA ne sont plus l'unique gendarme du monde. Car derrière la victoire des Talibans se cache l'émergence d'un empire qui désormais régit l'ordre et l'économie du monde : la Chine.

    Les évènements afghans provoqueront un séisme dans le monde. Quelle seront la force et l'intensité de ce séisme ? Une nouvelle guerre est-elle possible ?"

  • Chiens et louves

    Jean-Pierre Perrin

    Pas facile pour un ex-otage du Liban de changer de peau et de tourner ravisseur.
    Mais il le fallait bien. Pour la bonne cause... Il s'agissait de kidnapper un ancien garde-chiourme du Hezbollah, de le planquer en province et de lui faire raconter ce qui était arrivé à ceux qui n'étaient pas revenus des culs-de-basse-fosse de Beyrouth. Puis Isis, déesse du rock, est arrivée. Elle recherchait le cadavre de sa grand-mère. D'autres braves gens aussi réclamaient des corps, cette fois à d'anciens maquisards.
    Bon Dieu, que s'était-il passé durant l'été 44 dans ce coin de cambrousse française ?

  • Libération»fait le récit de l'envers du décor de la guerre d'Irak . Il expose les agissements du ministère de l'information irakien envers les envoyés spéciaux. Il analyse les raisons du maintien au pouvoir de Saddam Hussein durant 35 ans en révèlant les agissements d'un régime idéologique et mafieux, fondé sur la peur.

  • Morvan, ancien policier, est recruté pour organiser la protection rapprochée du prince héritier d'un émirat. Une belle jeune femme l'engage bientôt en sous-main pour enquêter sur la disparition de sa petite soeur, une adolescente fascinée par Jehan, grande actrice égyptienne.
    Morvan retrouve son cadavre dans les eaux huileuses du Golfe. S'est-elle tuée ou l'a-t-on poussée ? Les services secrets britanniques se mêlent à l'affaire ainsi que Jehan elle-même, porteuse d'un lourd secret. Morvan découvrira très vite l'implication d'un prince saoudien ainsi que l'existence d'un mystérieuse clinique, surnommée le paradis des perdantes.
    Le lecteur est alors plongé au coeur même d'un terrible marché passé entre les terroristes islamistes et les monarques du Golfe visiblement prêts à tous les sacrilèges pour leur sécurité. C'est l'énigme du paradis des perdantes dont la clé ouvre les portes de l'enfer.

  • Que reste-t-il du premier grand amour de Gustave Courbet, Virginie Binet, une douce Dieppoise qui l'accompagna vers la gloire pendant plus de dix ans, et du fils qu'elle lui donna ?
    Rien, presque aucune trace. Toute la correspondance amoureuse de Courbet a été détruite. Il faut aller chercher sous les couches de peinture, comme dans L'Homme blessé où Gustave effaça l'aimée, scruter les détails des tableaux pour distinguer, parfois, une silhouette perdue...
    Virginie, modèle abandonné, et le petit Émile ressuscitent entre ces pages. Des appartements parisiens où ils vivent avec Courbet, taraudé par sa quête du succès, on entend le vacarme du XIXe siècle, celui des barricades, coups d'État, émeutes, répressions, débats où résonnent les voix de l'ami Baudelaire, de Flaubert, Proudhon, Champfleury, Gautier ou Victor Hugo, vibrant aux funérailles de Balzac.
    On n'aura jamais été aussi proche du peintre que dans ce roman où il est saisi dans les yeux d'une femme. Comme par enchantement, ses toiles les plus célèbres s'éclairent soudain d'un jour nouveau, passionnant.

  • Etre parents n'est pas une donnée naturelle. C'est plutôt l'effet d'une rencontre. Mais devenir parent ne correspond pas toujours à l'idéal que chacun s'est forgé. Des psychanalystes rencontrent des pères et des mères déboussolés dans un dispositif unique, le Centre Psychanalytique de Consultations et de Traitements pour les parents, où il ne s'agit ni de les éduquer, ni de les juger, ni de les coacher, mais de leur permettre de dire la souffrance qu'ils peuvent rencontrer avec leur enfant et d'inventer un nouveau type de lien à celui-ci.

    Ce livre original Etre parents au 21e siècle souligne dans son titre même combien la question de la parentalité est un questionnement contemporain. Au 21e siècle, les remaniements contemporains de l'ordre symbolique ont dévoilé un trou dans le savoir sur comment faire famille. Aujourd'hui, la déclinaison de la famille se veut multiple : monoparentale, homoparentale, hétéro-parentale, avec ou non le récours à la PMA, aux mères porteuses, à l'adoption. Quelles incidences ces mutations de la famille ont-elles sur le fait même d'être pères et mères ? Sur les souffrances de l'enfant ?

    Etre parents au 21e siècle c'est aussi être confronté à la multiplicité des objets en tout genre auxquels s'accolent les enfants et où le numérique tient le haut de l'affiche. Alors, sont-ils addicts ou inventifs ? Des psychanalystes y répondent ici de manière innovante et des parents trouvent à s'interroger sur l'usage qu'en font leurs enfants.

    Des parents rencontrent des psychanalystes et deviennent inventifs ! C'est cette clinique de la surprise que vous découvrirez dans cet ouvrage car chacun a à résoudre la question énigmatique de son être.

  • Les grands classiques de la cuisine française présentés en anglais pour un public de touristes anglo-saxons et étrangers visitant la France et voulant soit ramener un petit souvenir gastronomique non périssable, soit savoir ce que sont vraiment ces spécialités françaises, un peu « clichés »...
    Les incontournables sont au rendez-vous : escargots, blanquette, boudin, cuisses de grenouilles... de même que la soupe à l'oignon que nombre d'américains s'imaginent que nous mangeons quasi-quotidiennement en hiver !

  • Infirmité, invalidité, incapacité, handicap, situation de handicap... le vocabulaire utilisé pour décrire une atteinte à la santé physique ou psychique repose toujours sur une conception de ce qu'est la « normalité » et véhicule des explications différentes des écarts à cette dernière. Que l'accent soit mis sur des facteurs médicaux, individuels ou sociaux, ou encore sur leur interaction, il affecte la manière dont des êtres humains sont perçus. Si désormais certains termes sont bannis, parce que jugés stigmatisants, la hiérarchie sociale perdure entre personnes considérées ou non comme « normales ». Elle est toutefois contestée par de nouvelles approches scientifiques comme les études critiques sur le handicap (Critical Disability Studies) qui questionnent la « normalité », les présupposés qui la sous-tendent et proposent de la repenser.
    Si les études critiques sur le handicap rencontrent un écho dans le champ anglophone de recherches sur le handicap (Goodley 2014; Campbell 2009; Davis 2013; McRuer 2006), elles sont encore largement ignorées en francophonie.

  • La cuisine bretonne est souvent méconnue. On pense aux crêpes et aux galettes, aux produits de la mer, parfois au far breton ou au kuign aman... mais au-delà ? Ce livre va vous permettre de faire un tour des grands classiques de la cuisine bretonne, une cuisine robuste et rurale, mettant en avant tant les produits de l'Argoat, la Bretagne intérieure que de l'Armor, la Bretagne des côtes, ouverte au monde par la mer.

  • "Jean-Pierre Perrin-Martin a guetté, au fil de l actualité, des occasions de dire ce qu il pensait. Son passé ancien a été marqué de ruptures avec l armée et le clergé. Son passé récent est tissé de solidarités avec les quartiers méprisés et les sans-papiers. « Mon frère, assieds-toi là ! Je t apporte un nouveau livre : un défilé de cent-dix-neuf casse-croûtes distribués à des amis de 2009 à 2015. » Jean-Pierre Perrin-Martin y ajoute des textes de circonstances : souvenirs de Guy-Marie Riobé, meeting du Front de gauche ; obsèques de Roland..."

  • Il est toujours périlleux pour un éditeur installé en région, qui se veut pourtant non-régionaliste, de publier un texte tel que celui-là.
    "Bah, encore un écrit de terroir..." penseront les Doctes. Qu'on les laisse dire et croire. Dès que vous vous plongerez dans ces pages, j'espère que, comme je l'ai fait, vous enverrez valser toutes ces réticences et préjugés. Parce qu'il s'agit bien de littérature telle que je l'entends. Parce que nous avons ici un des plus beaux textes que j'ai jamais parcouru. Un texte venu dire l'amour pour l'être humain, la richesse de l'humanité, les ressources inouïes des modestes et des taiseux, les infinies violences tout comme les indicibles douceurs qui trament leurs existences.
    Un texte de conteur, de moraliste, de poète, de biographe et bien davantage. Lorsque j'ai demandé à Pierre de définir son travail, voici ce qu'il m'a répondu : Je sors d'une plongée dans l'altérité de ce musée du quai Branly. J'ai mille masques sur les yeux et mille tambours dans les oreilles. Alors de cette foule à mon silence, de ma propre folie au merveilleux foisonnement du vivant, à cet instant c'est ma langue d'enfance qui me revient en bouche, impérieuse, lancinante, un goût de treuffes et de mâyons...
    Comment vous expliquer ? Dans une langue émue, riche, lyrique parfois, Pierre Léger nous empoigne pour nous faire ressentir le vrai d'une vie humaine. L'essentiel qui façonne, comment le paysage, la langue, le travail, la mémoire des anciens peuvent construire des humains. Parfois pour le meilleur.

  • Cailloux de Petit Poucet, égrenés sur plus de soixante ans, recueillis et publiés tels quels, en ordre chronologique, sauf quelques regroupements par thèmes. Sans commentaires. Chaque caillou-poème recèle sa géologie et sa dose d'émotion.

empty