• Un classique sur l'apprentissage des couleurs, dont les éditions Hazan ont l'exclusivité de la publication, proopsé dans une nouvelle édition (Collection Les Incontournables). Cet ouvrage est le compte rendu d'une méthode d'étude expérimentale et d'enseignement de la couleur d'un des maîtres du Bauhaus (école d'architecture et d'arts appliqués, fondée en 1919 en Allemagne) et du Black Mountain College (université libre expérimentale, fondée en 1933 aux États-Unis), sur la manière dont les couleurs sont utilisées et perçues dans l'art, l'architecture, le textile, l'architecture intérieure et les supports graphiques. Josef Albers fait la démonstration qu'« avec la couleur, nous ne voyons pas ce que nous voyons, parce que la couleur - le plus relatif des moyens d'expression artistique - offre un nombre incalculable de visages ou d'apparences. Les étudier dans leurs interactions respectives, dans leurs interdépendances, enrichira notre «vision», du monde, et de nous-mêmes. ».
    Exposition Josef et Anni Albers au Musée d'Art Moderne de Paris prévue du 12 mars au 18 juillet 2021.

  • Poèmes et dessins

    Josef Albers

    • Unes
    • 19 Février 2021

    Quand Albers réalise Poèmes et Dessins avec Norman Ives comme designer graphique en 1958, il s'agit d'une des premières tentatives de création d'un objet où textes, dessins, graphismes et fabrication sont entièrement maîtrisées par l'auteur/artiste avec des moyens pauvres. L'intention n'est pas de faire un ouvrage de bibliophilie, mais au contraire d'exploiter les nouveaux moyens industriels, dans une volonté de démocratiser l'accès à l'oeuvre, quelques années avant les premiers livres d'artiste d'Ed Rusha, avec lesquels il partage aussi l'aspect sériel. Cette démarche novatrice est animée par l'idée que l'articulation des textes, formulations visuelles de jeux logiques du langage, posent les questions albertiennes fondamentales de l'écart entre savoir et voir.
    Parmi les trois livres que Josef Albers a conçus Poèmes et Dessins occupe une place particulière. Livre secret, comme à contre-courant de l'image de coloriste laissée par Albers, il alterne des poèmes sensibles, introspectifs et combinatoires avec les dessins en noir et blanc des constellations structurelles dans lesquels les lignes obliques font bouger le regard dans une infinité de volumes possibles. Albers y pose un regard doux et souvent drôle sur les choses, comme un enfant surpris par les propres combinaisons de son jeu, et déploie ses textes en pensées parfois aussitôt contredites, en observations minutieuses, en images modestes, au fil de poèmes qui invitent, tout comme les lignes hypnotiques de ses dessins, à la clarté du jour et à l'amour des variations et du dissemblable.

  • Les photographies inédites réalisées par Josef Albers lors de son voyage au Mexique avec Anni dans les années 1930 et 1950.
    Josef et Anni Albers ont effectué leur premier voyage au Mexique en 1935, attirés par un pays très différent des États-Unis, intéressés par les traces des anciennes civilisations précolombiennes, mayas et les aztèques, autant que par les témoignages de la vie quotidienne d'une population très pauvre mais pleine de vitalité. Vêtu de couleurs sombres et coiffé d'un grand chapeau noir, Josef Albers était un photographe non professionnel au regard d'architecte, comme en témoignent son grand sens de la composition et une recherche géométrique appliquée jusqu'aux découvertes archéologiques millénaires.
    Ce corpus de photographies, qui n'avait jamais fait l'objet d'une publication dédiée, jette une lumière nouvelle sur l'un des plus grands innovateurs de l'art et de la culture du XXe siècle. L'ouvrage comprend également une introduction de Brenda Danilowitz, conservatrice et directrice de la Fondation Josef et Anni Albers, ainsi qu'un essai de Luca Galofaro, architecte et commissaire d'exposition (CAMPO, Rome).

  • Ce livre cartonné à lire à voix haute fait découvrir les formes aux enfants à travers les peintures géométriques de l'artiste Josef Albers, à raison d'une oeuvre par page. Le carré revient plusieurs fois, tel un refrain. Les variations de couleurs, de quantités et de dimensions contribuent à enrichir la palette visuelle et des commentaires amusants rendent la lecture encore plus ludique. Grâce à ce second titre de la collection « Premiers pas avec les grands artistes », le jeune lecteur découvre les formes tout en se familiarisant avec l'art.
    Un chapitre « À propos de l'artiste », également à lire à voix haute, clôt l'ouvrage. - Second titre d'une collection de livres réalisée autour des plus grands artistes. Un livre pour tous les parents amateurs d'art. Josef Albers, l'un des pionniers du modernisme au XXe siècle, est surtout connu pour sa série de peintures Hommages au carré. Josef Albers était un l'un des chefs de file du modernisme du XXe siècle, célèbre pour son ouvrage Interaction de la couleur et sa série de peintures Hommages au carré.
    Professeur, auteur, peintre et théoricien de la couleur, il fut le premier artiste vivant auquel le Metropolitan Museum of Art de New York consacra une exposition personnelle (en 1971). -Josef Albers est l'un des artistes les plus collectionnés au monde, avec des oeuvres exposées dans les plus grands musées du monde, tels le MoMA, le Guggenheim, le Tate Modern et le Centre Pompidou. - Ce titre a été créé en collaboration avec la Fondation Josef et Anni Albers.

  • Interaction des couleurs

    Josef Albers

    • Hazan
    • 30 Janvier 2013

    Depuis plus de quarante ans (l'ouvrage paru en 1963 a été traduit en français qu'en 1974), Interaction of Colors a eu de très nombreux lecteurs, dont il a indéniablement modifié la vie, partout dans le monde. Il a amélioré la manière dont les couleurs sont utilisées et perçues dans l'art, l'architecture, le textile, l'architecture intérieure et les supports graphiques. Longtemps pourtant Albers, avec ses amis, a suscité la polémique, au Bauhaus, au Black Mountain College. Plus tard, en 1950, lorsqu'il commença son Homages to the Square, on se moqua de lui. Vingt ans après, quand il fut le premier artiste vivant auquel fut consacrée une exposition individuelle au Metropolitan Museum of Art, le travail que des critiques comme Clement Greenberg, avaient éreinté fut finalement reconnu en raison de son ingénuité, de son intégrité et de sa beauté globale. L'approche d'Albers était novatrice en ce sens qu'elle mettait en avant l'expérimentation. Elle remettait en cause les notions traditionnelles du goût. Avant tout, ce que qu'Albers avait voulu démontrer c'est que, « avec la couleur,  nous ne voyons pas ce que nous voyons, parce que la couleur  le plus relatif des moyens d'expression artistique  offre un nombre incalculable de visages ou d'apparences. Les étudier dans leurs interactions respectives, dans leurs interdépendances, enrichira notre « vision », du monde, et de nous-mêmes. » Cet ouvrage est le compte rendu d'une méthode d'étude expérimentale et d'enseignement de la couleur. « Dans sa perception visuelle une couleur n'est presque jamais vue telle qu'elle est réellement  telle qu'elle est physiquement. Cette constatation fait de la couleur le moyen d'expression artistique le plus relatif. Pour utiliser efficacement les couleurs il est indispensable d'admettre que la couleur trompe continuellement. À cet effet, il ne faut pas commencer par étudier les systèmes de couleurs préétablis. Il faut d'abord apprendre qu'une seule et même couleur appelle des lectures innombrables. Au lieu d'appliquer mécaniquement ou de simplement sous-entendre des lois et des règles d'harmonie, on produit des effets de couleur distincts  en admettant l'interaction des couleurs  en obtenant, par exemple, que 2 couleurs différentes aient l'air identiques, ou presque. » « Le but de ce type d'étude, notait-il, consiste à développer  par l'expérience  à force de tâtonnements  une capacité de voir la couleur. Cela signifie, précisément, voir l'action de la couleur aussi bien que ressentir les relations de couleur. « En tant qu'exercice à portée générale, cela signifie le développement des facultés d'observation et d'articulation. » Cet ouvrage n'obéit par conséquent pas à la conception universitaire de « la théorie et de la pratique. » Il inverse cet ordre et situe la pratique avant la théorie, laquelle après tout est la conclusion de la pratique. »

empty