• Silk road

    Kishin Shinoyama

    Sélection parmi huit albums publiés par le photographe japonais en 1981 et 1982 de photographies de sites et de monuments prises en Asie et Asie centrale.

  • The author of masterworks such as The Temple of the Golden Pavilion and Forbidden Colors, Mishima, a celebrated figure in postwar world literature, remains a controversial figure in Japan. His reactionary politics and the spectacular nature of his death had so profoundly impacted Japanese society that images associated with the event were never publicly shown.
    In the months prior to the November incident, he enlisted Kishin Shinoyama to create a photographic, radical work of fiction, a photo essay on the death of the Japanese "everyman." In images often suffused with militarism and eroticism, a parade of men, including a sailor, a construction worker, a fisherman, and a soldier, are shown meeting grisly, dramatic ends.
    Published for the very first time, these stylized images of men dying alone serve as prologues to the real-world culmination of Mishima's pursuit of total art. Locked in a performance with one inescapable end, Mishima offered his own body as its final act.

    With texts by Mishima and his closest intimates and first-person reminiscences of his final moments, this book promises to be an unprecedented interrogation on the nature of performance and the role of artist as actor, provocateur, and revolutionary.

  • " Un opéra fabuleux " : la transfiguration poétique de Rimbaud - son contemporain -, Ludwig la réalise dans une scénographie des rêves.
    Les architectures oniriques de ses châteaux, qu'elles soient composites (Nymphenburg, Hohenschwangau, Neuschwanstein) ou illusionnistes (Herrenchiemsee, reflet de Versailles au-delà du miroir), passent infiniment l'excentricité kitsch - le mot naît en Bavière dès 1870 - à laquelle on réduit trop souvent la figure du roi fol. Son destin est exemplaire d'un mouvement qui parcourt en profondeur la sensibilité européenne au XIXe siècle depuis l'historicisme romantique - Ossian, Walter Scott et leur descendance - jusqu'à la fuite hors d'un monde où " l'action n'est pas la soeur du rêve ", d'une nature " laide " au regard de l'artifice poétique (Baudelaire), vers un Absolu - l'Azur de Mallarmé - qui, seul, satisfait aux aspirations de l'artiste : " nous ne sommes pas au monde, Je est un autre ".
    Le cygne de Lohengrin symbolise cet élan gracieux et désespéré ; le cygne qui figure aux armoiries des Wittelsbach, qui donne son nom aux deux plus célèbres de ces châteaux, Hohenschwangau et Neuschwanstein qui le surplombe, tout entier consacré au dieu Richard Wagner. L'autre divinité, solaire, est celle de Louis XIV auquel le roi dédie un " temple de la gloire ", Herrenchiemsee, où, en regard de Louis-Apollon, il se fait représenter en Ludwig-Diane, déesse de la nuit, de la magie, des rêves poétiques et virginaux.

  • Lyriques et sensuelles, montrant souvent des femmes et des hommes dans leur nudité, les images provocantes de Kishin Shinoyama ont été saluées par la critique ou attaquées pour indécence, contribuant à faire de lui à la fois un des artistes les plus estimés et les plus controversés du Japon. Bien que Shinoyama photographie surtout des pop stars et des célébrités, il se montre étonnamment proche de ses sujets. Son oeuvre saisit des rares moments privés où des personnalités très en vue révèlent, à travers son objectif, une spontanéité et une vulnérabilité inattendues. Sa faculté à saisir l'intimité, même quand il s'agit de personnages publics, donne à ses images la qualité des photos de famille, la sensation de moments pris sur le vif.

    C'est sans doute dans sa magnifique série de photographies de Yoko Ono et John Lennon - prises à la demande d'Ono pour la couverture et la promotion de leur célèbre album Double Fantasy, en 1980- que cette sincérité trouve sa plus poignante expression. Aujourd'hui, plus de trente ans après, ces images, dont beaucoup n'avaient jamais été publiées, dégagent toujours une honnêteté et une fraîcheur remarquables. Shinoyama a saisi l'essence du couple légendaire à un tournant de sa relation au long cours, dans un moment de catharsis créative et de renaissance personnelle.

    Limité à un total de 1.980 exemplaires numérotés et signés par Yoko Ono et Kishin Shinoyama, cet ouvrage est disponible en Édition collector (no 251-1.980), ainsi que dans deux Éditions de luxe de 125 exemplaires chacune avec un tirage signé par Kishin Shinoyama.

empty