• Des centaines de livres ont été écrits sur Picasso. Mais rares sont ceux qui lui donnent la parole. Ici, c'est la voix de Picasso que l'on entend parler librement de politique, des femmes, du monde de l'art, d'argent, de la vie.
    Cet immense artiste est aussi - mais qui peut en douter - un intellectuel, à tout le moins un homme hors du commun, qui aime discuter, se confronter et affirmer ses convictions. On découvre qu'il manie redoutablement la formule assassine, le trait d'humour, la maxime et l'historiette. On savoure les propos tenus par Picasso à Braque ou Matisse, à ses innombrables amis poètes comme Cocteau, Éluard, Prévert, et, plus rarement, à des journalistes.
    Les souvenirs et confidences rapportés par sa compagne Françoise Gilot, par son ami le photographe Brassaï, par son principal marchand Daniel-Henry Kahnweiler, par sa camarade Hélène Parmelin et par bien d'autres tissent un livre éclairant et surprenant.
    Sous la plume lumineuse de Laurent Greilsamer se dessine une face méconnue de l'artiste. Le monde de Picasso respire sur les cimaises des musées du monde entier, mais c'est aussi un monde de mots à lire de toute urgence.

  • Quand Nicolas de Staël (1914-1955) se donna la mort à 41 ans, il laissait plus de 1000 tableaux, autant de dessins et l'énigme d'une vie menée au galop.

    Une biographie qui se lit comme un reportage et qui passionnera tous les amateurs de peinture contemporaine.

    1 autre édition :

  • Pour la première fois, cette biographie vous fait revivre la tragédie de ce héros méconnu.
    Des milliers de livres ont été consacrés à l'affaire Dreyfus, mais si peu au capitaine lui-même. Laurent Greilsamer nous en livre un portrait bouleversant. Son récit très rythmé permet de mesurer l'acharnement de la justice militaire et la haine de l'extrême droite antisémite. On découvre le choc de sa mise au secret. On partage sa solitude durant les terribles années de déportation sur l'île du Diable. On assiste aux volte-face de Clemenceau, on s'interroge sur la passion devenue mépris de Charles Péguy, et on reste stupéfait de la tentative d'assassinat dont il a été victime en 1908. Crime resté impuni.

    1 autre édition :

  • Qu'est-ce que peindre ? Qu'est-ce que voir ? Qu'est-ce qui fait qu'un regard est unique ? Gérard Fromanger réfléchit à haute voix sur son art et parle de la naissance de ses tableaux. Vif et percutant, il raconte aussi la face cachée de la vie de peintre. Auteur d'une oeuvre parmi les plus sensibles aux mutations sociales et esthétiques de la deuxième moitié du XXe siècle, c'est tout un pan de l'histoire artistique qui est révélé avec humour et vivacité.
    Dans ce livre de conversations avec Laurent Greilsamer, entrepris après la rétrospective de 2016 au Centre Pompidou, on découvre sa jeunesse, ses années de formation à Montparnasse, son compagnonnage avec Jacques Prévert, César et Giacometti, ses ruptures avec le marché de l'art. Ses amitiés avec les philosophes Michel Foucault, Gilles Deleuze, Félix Guattari et Michel Onfray qui ont commenté quelques-unes de ses plus fortes séries.
    Cofondateur de l'Atelier populaire des Beaux-Arts de Paris en mai 68, il évoque aussi son besoin d'engagement, ses indignations, sa passion pour la foule, thème central dans sa peinture. Sans compter son besoin cyclique de se réfugier dans la solitude de la campagne siennoise où se trouve son atelier. Un témoignage capital sur la vie d'artiste aujourd'hui.
    Gérard Fromanger est né en 1939. D'abord influencé par Giacometti, il s'oriente rapidement vers la Figuration narrative et devient le peintre de la couleur. Il se partage entre Paris et la Toscane.

  • Il portait en lui de terribles tempêtes et un fond de chaos. Il allait, tel un colosse en liberté, amoureux des femmes et de loeamour, obsédé de poésie. Mais que sait-on vraiment de lui ? Il concédait un passage chez ses frères surréalistes. Il admettait avoir organisé la Résistance armée en Provence. Mais après ? et avant ? Qui, derrière les mille visages doeune perpétuelle révolte ?


    René Char (1907-1988) a toujours refusé que loeon soeintéresse à sa vie. Cette première biographie ouvre les archives privées. Et dans les milliers de lettres enfouies, on retrouve le meilleur doeun siècle : les amitiés fusionnelles avec André Cayatte, Paul Eluard et Nicolas de Staël ; les fraternités partagées avec Albert Camus, Georges Braque et Picasso ; les conversations souveraines avec Saint-John Perse, Georges Bataille et Martin Heidegger.


    Il était du parti de la différence, sans meute, souvent retranché dans son Luberon natal. Son souffle emportait tout, sa puissance tellurique fascinait. N?était-il pas hors normes, pétri doealchimie, toujours à l?écoute des éléments ? « Nous sommes ingouvernables, a-t-il pu écrire. Le seul maître qui nous soit propice, coeest loeEclair, qui tantôt nous illumine et tantôt nous pourfend. » Il allait, l?éclair au front.

  • En 1944, le général de Gaulle émet le souhait de voir naître un quotidien de qualité et ouvert sur l'étranger. Hubert Beuve-Méry, alors rédacteur en chef de l'hebdomadaire Temps présent, est sollicité pour créer et diriger Le Monde. En quelques années, il fait de ce journal une véritable institution, cultivant jalousement son indépendance - moraliste autant que journaliste, il fuit la publicité et méprise l'argent. Nourrie de nombreux entretiens et enrichie d'une préface inédite, cette biographie retrace les combats d'un homme qui fut vilipendé par l'extrême gauche pour son pétainisme supposé, puis par l'extrême droite pour son crypto-communisme présumé, mais qui aujourd'hui encore reste une référence du journalisme. A l'heure où Le Monde doit retrouver un nouveau souffle, notamment grâce à sa recapitalisation, ce portrait exhaustif d'un homme engagé nous fait revivre l'histoire passionnante de la presse et de la vie politique du second XXe siècle.

  • Cet ouvrage se veut le dictionnaire indispensable pour comprendre la campagne présidentielle. Les mots et les acteurs du débat seront présentés et définis avec rigueur et un réel souci d'information. Mais si le propos est sérieux le ton sera, lui, décalé voire emprunt d'ironie pour aider le lecteur-électeur à décrypter le discours électoral.
    Après les mots, les acteurs. C'est-à-dire ceux (120 à 150) qui seront au centre du débat ou qui l'organiseront. Outre les candidats, figureront dans cette liste les conseillers, les principaux journalistes, chroniqueurs et sondeurs ou des
    personnalités emblématique comme Johnny Halliday, Laurence Parisot ou encore Arno Klarsfeld.
    Pour renforcer le côté dictionnaire, un cahier de 8 pages roses (référence claire au petit Larousse) reprendra les expressions dites « les gros mots », c'est-à-dire ceux qui sont considérés comme insultants ou tabous dans un camp. Par exemple, Blairisme ou Atlantiste qui sont respectivement lancés comme « injures » à l'encontre de S. Royal et à N. Sarkozy. Ces pages, particulièrement originales, devraient faire parler d'elles et être largement reprises par la presse.
    Dans une partie plus courte seront rappelées les principales fonctions du Président de la République pour bien situer l'enjeu de l'élection : nomination du Premier ministre et de beaucoup de très haut fonctionnaires, dissolution de
    l'Assemblée, déclenchement de la force nucléaire... Enfin pour compléter ce panorama électoral seront données quelques chiffres clés qui eux aussi seront au centre du débat (Nombre d'électeurs, Nombre de chômeurs, nombre
    d'immigrés, PNB, nombre de mariages et de divorces, nombre d'agressions...) .
    Un grand soin sera apporté à la forme et à la présentation de ce petit livre . Il s'agira d'un bel objet, avec une couverture forte et une maquette intérieure soignée avec les fameuses pages roses, des lettrines introduisant les mots et les acteurs qui seront présentés par ordre alphabétique (les noms les acteurs faisant l'objet de deux parties distinctes). Enfin pour offrir un ouvrage le plus accessible possible le prix est fixé à 9,90 €. Bref, Le dico des présidentielles sera le livre incontournable de la campagne !

  • Par son histoire, Interpol inquiète. Cette Internationale des polices a en effet connu de terribles défaillances. Installée en Autriche, à Vienne, son quartier général a été véritablement aspiré par les nazis à partir de 1938 et mis au service unique des théories policières du IIIe Reich.

    Comment une organisation internationale a-t-elle pu en arriver làoe Par quelle aberration a-t-elle accepté de déménager à Berlin et de confier ses fichiers à la Gestapooe Quelles polices ont-elles finalement voté pour l'accession à la présidence de fidèles de Hitler comme Heydrich ou Kaltenbrunneroe Par sa puissance, Interpol intrigue. Blanchie après-guerre par les Alliés, elle a amassé des archives considérables sur des chefs mafieux comme Tommaso Buscetta, des terroristes comme " Carlos ", des escrocs comme " Sobhraj " ou des fauteurs de crimes contre l'humanité comme l'ancien président serbe de Bosnie, Radovan Karadzic. Des millions de dossiers sur des millions de malfaiteurs. Une véritable encyclopédie du crime.

    Mais comment expliquer l'inertie progressive d'Interpoloe Pourquoi l'organisation a-t-elle si longtemps refusé de coopérer à l'arrestation du sinistre docteur Mengele ou encore de Klaus Barbieoe Etait-elle aveugle lorsqu'elle bénéficiait de subventions de la CIA et sourde aux polémiques suscitéesoe Par sa récente révolution stratégique, Interpol impressionne. Elle s'est muée en une messagerie électronique mondiale. A partir de sa base lyonnaise, l'organisation offre les services d'une sorte de réseau Internet réservé aux 177 pays membres. Une mémoire active à toutes épreuves. Un oeil géant.

    Mais jusqu'où la coopération des polices " démocratiques " et " dictatoriales " peut-elle alleroe Les policiers sans frontières sont-ils indépendants par rapport à la politique de leurs gouvernementsoe Fallait-il vraiment pour réussir, organiser un coup d'Etat d'inspiration anglo-saxonneoe Journaliste au Monde, Laurent Greilsamer est l'auteur notamment d'une biographie de Hubert Beuve-Méry, Fayard, 1990, et a écrit en collaboration avec Daniel Schneidermann, Un certain Monsieur Paul: l'Affaire Touvier, Fayard, 1989, et Les Juges parlent, Fayard, 1992.

  • Secret, fuyant la publicité, il fut avant tout un homme d'influence, méprisant l'argent et l'inféodation aux pouvoirs économiques et politiques. moraliste autant que journaliste, hubert beuve-méry, qui signait ses éditoriaux " siruis ", puisait ses références dans le moyen age des moines défricheurs et dans péguy. il cultivait jalousement son indépendance et, pour mieux se prémunir, se refusa longtemps à dîner en ville, fuyant réceptions et cocktails, peaufinant à l'extrême un personnage d'alceste.

    Mais qui connaît l'histoire du fondateur du monde?

    Pour la première fois, cette biographie retrace les combats d'un grand directeur de quotidien vilipendé par l'extrême gauche, à la libération, pour son pétainisme supposé, et par l'extrême droite, durant la guerre froide, pour son crypto-communisme présumé...
    />
    Qui était-il? né pauvre, presque misérable, sauvé par l'eglise catholique, il fut avant-guerre le correspondant de presse du temps en europe centrale. durant dix ans, il dénonça la menace du national-socialisme. il fut l'un des rares intellectuels à crier " non " aux accords de munich qui abandonnaient prague à berlin, l'europe à la déferlante nazie.

    Puis vint le monde. l'occasion, à la demande du général de gaulle, de créer un journal propre, vrai, en rupture avec la presse " pourrie " d'avant-guerre...

    Portrait d'un homme et histoire d'une exigence, ce livre fait aussi revivre la presse de toute l'époque avec ses passes d'armes, ses engagements, ses égarements parfois, et les figures d'un camus, d'un brisson, d'un lazareff, d'un mauriac, d'un servan-schreiber, etc. il raconte la formidable aventure d'un " anticonformiste " qui réussit à faire de son journal le bréviaire de la classe politique et des cadres à une époque où la presse supplantait la télévision.

    Laurent greilsamer est journaliste au monde.

  • La favorite

    Laurent Greilsamer

    • Fayard
    • 15 Août 2012

    Peut-on se vouloir femme indépendante, journaliste, libre d´exprimer ses convictions et humeurs personnelles, et, Première Dame de France, bénéficier au Palais de l´Élysée de bureaux et d´un personnel rémunéré sur le budget de la présidence de la République ?
    À l´heure où l´éthique politique recommande de supprimer ou limiter le cumul des mandats, est-il permis de cumuler les statuts et les avantages qui y sont attachés ?
    Ces questions ont été mises en pleine lumière à l´occasion de l´« affaire de La Rochelle », règlement de comptes entre Valérie Trierweiler et Ségolène Royal, affaire qui risque de faire figure d´armature de clef du nouveau quinquennat, à l´instar de ce que fut la "nuit du Fouquet´s " pour le précédent.
    Mais elles se posaient déjà bien avant le fameux tweet... 

  • Proposer le meilleur d'une oeuvre immense et donner envie de lire Michelet : tel est l'esprit de ce dictionnaire. Pour le composer, j'ai puisé dans sa monumentale Histoire de France, dans son impérissable Histoire de la Révolution française et dans tous ses livres oubliés où foisonnent définitions, maximes et portraits d'exception des hommes qui ont fait la France.
    Au fil des pages, on découvrira avec émotion le géant littéraire et politique du XIXe siècle qu'il fut. Ce pionnier ne s'est pas contenté de forger la notion moderne de peuple, il a patiemment élaboré le socle idéologique de notre République au point d'en devenir le grand instituteur.
    Au moment où l'enseignement de l'histoire s'essouffle, il me semble juste de rendre hommage à son grand prêtre. Arrêtons de le révérer en passant notre chemin. Il est temps de s'asseoir, d'ouvrir ses livres. Pour un voyage unique au coeur de l'histoire et de la géographie française.
    L. Greilsamer

  • Grâce à ses milliers de citations, tirées de la correspondance ou d'oeuvres autobiographiques de George Sand, cet ouvrage permet de saisir au plus près la personnalité et la pensée de cette femme hors norme que fut la « Dame de Nohant ».
    L'avant-propos résume son destin de jeune fille rangée, issue par son père de la haute aristocratie et par sa mère du peuple, qui conquiert progressivement sa liberté en rompant les liens du mariage, et s'affranchit définitivement grâce à la littérature qui lui permet de devenir financièrement autonome. Ainsi Aurore Dupin devient-elle George Sand, pionnière féministe provoquant le scandale par ses amours multiples et ses choix politiques en faveur de la République et de la Révolution.
    La partie dédiée aux noms communs est l'occasion de comprendre l'évolution de la réflexion de Sand sur l'amour, la famille, le sort des femmes, la littérature, le socialisme et le communisme, la politique et le gouvernement des hommes, la pauvreté, la vie parisienne, la vie à la campagne, etc.
    La partie consacrée aux noms propres fait notamment ressortir des dizaines de portraits de grandes figures historiques, littéraires (Balzac, Sainte-Beuve, Victor Hugo, Flaubert) et familiales.

  • Dans le club très fermé des dix plus grands architectes français, Jean-Paul Viguier est le plus discret. Le plus secret aussi. Cela tient du paradoxe car chacun d'entre nous connaît plusieurs de ses oeuvres. C'est à lui que l'on doit le réaménagement du site du pont du Gard visité chaque année par un million de touristes. C'est lui qui a dessiné le Parc André-Citroën en bordure de Seine à Paris. C'est lui qui a conçu le Pavillon de la France pour l'Exposition universelle de Séville, admiré par dix millions de visiteurs. C'est encore lui qui a réalisé la médiathèque de Reims, face à sa cathédrale. C'est lui enfin qui a bâti les tours de Coeur Défense et fait sortir de terre, en ce moment même, Majunga, l'une des premières tours-jardin du XXIe siècle. Ce livre-album est une invitation à découvrir son travail à travers douze chapitres consacrés à quelques-uns de ses projets les plus marquants depuis le milieu des années 1980. C'est aussi la première occasion de consulter ses archives et ses carnets, de découvrir le cheminement de sa réflexion à travers ses croquis les plus spontanés et ses dessins les plus aboutis.

empty