• L'écrivaine activiste Brigitte Vasallo dit de la poésie de Txus Garcia (Tarragone, 1974) qu'elle est « pleine des douleurs et des joies quotidiennes d'une vie monstrueuse, comme toutes les vies qui méritent d'être vécues ». Si les poèmes de Poésie pour bonnes petites filles (tits in my bowl) et de Cet amour tordu (la tendresse des noyés), que nous traduisons ici pour la première fois en français, sont largement autobiographiques, c'est dans le but de « rapprocher la poésie de la rue de l'usine, du bureau, du bar et du lycée », parce que l'autofiction sert un engagement politique et social en faveur des femmes, des lesbiennes, des trans, de toutes les figures « nouvelles » de la communauté LGBTQI qui surgissent en creux de notre société hétérocentrée. La poésie de Txus Garcia se veut à la fois scripturale et scénique, faite de masques et de voix plurielles, mêlant humour et tragique. L'écriture est informée dans son lexique, sa syntaxe, sa tonalité, par les glissements - ludiques, parodiques ou sérieux - des genres. L'inclusion de registres souvent écartés, d'une culture populaire parfois méprisée (notamment télévisuelle), d'un lexique technique participent d'une refonte du langage poétique à l'aune d'une tendance « lesbienne queer ».

  • Par les analyses croisées de six recueils qui constituent un échantillonnage inédit et renvoient à trois moments clés de la poésie hispanophone du XXe siècle, l'auteur propose ici une réflexion sur l'écriture poétique en termes de rythmes et d'espace, faisant de ces deux notions les clés d'un regard nouveau sur les textes poétiques.

  • Poesie visuelle : l'experimentation en question(s). suivi du catalogu e de l'exposition expoex (cler Nouv.

    La « poésie visuelle » est un genre hybride alliant texte et image qui embrasse une grande diversité de pratiques poétiques et artistiques. Dès le début du XXe siècle, cette poésie donne à la visualité un rôle premier tant sur le plan de la création que de la réception, l'interaction entre l'oeuvre et le lecteur étant essentielle à son appréhension.Le présent ouvrage, consacré à la poésie visuelle et questionnant la notion d'expérimentation, se situe dans la continuité de travaux scientifiques qui se développent depuis la fin du xxe siècle dans les aires linguistiques et culturelles anglophone, francophone, germanophone, hispanophone, italianophone, lusophone, russophone. Il s'inscrit dans l'axe « Intermédialités et interactions sociales » du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l'Université Clermont Auvergne.Le « Catalogue de l'exposition ExPoEx (Clermont-Ferrand du 16 novembre 2017 au 7 février 2018) » offre pour sa part un focus sur les poésies visuelles espagnole et portugaise rarement analysées en France.

empty