• Qu'est-ce que la cyberhaine ? C'est l'utilisation des technologies de communication pour diffuser des messages, des informations ou de la propagande antisémites, racistes, homophobes, extrémistes ou terroristes. Internet est le lieu idéal - facile d'accès, simple d'utilisation et d'une immense lisibilité - pour inciter à s'en prendre à des individus ou des groupes, et les réseaux sociaux sont régulièrement les vecteurs d'injures, d'intimidation ou de propos haineux. L'émergence de l'Internet puis son expansion dans les années 1990 ont favorisé la diffusion de toute cette haine. Depuis la fin des années 2000, les discours antisémites se sont structurés autour de trois groupes relativement distincts, mais nullement clos sur eux-mêmes : l'extrême droite plurielle, l'extrême gauche anticapitaliste, et la nébuleuse islamiste (Frères musulmans, salafistes, djihadistes). Ces discours, qui se propagent tel un virus, se caractérisent par un déferlement de passions négatives (envie, jalousie, haine, ressentiment...) et se présentent sous la forme d'accusations mensongères, de fake news et de théories du complot.À travers l'analyse de nombreux exemples, l'auteur met ici en lumière l'ampleur inégalée du phénomène et montre que l'Internet n'est pas un simple espace de communication ; il peut devenir une arme de guerre. Cet essai clair et érudit, qui expose les faits en les restituant dans leur contexte social et historique, est l'aboutissement de la réflexion menée pendant plusieurs années par Marc Knobel, l'un des meilleurs experts sur le sujet.

  • La France n'est pas un pays raciste ou antisémite. Il n'y existe plus d'antisémitisme institutionnalisé comme cela fut le cas dans les années 40. Il faut donc éviter de dresser des comparaisons obscènes avec l'Occupation et la Shoah, mais on ne peut que constater que les violences, allant jusqu'à l'assassinat, et les menaces contre les juifs et leurs institutions, ont considérablement augmenté depuis l'année 2000.
    Marc Knobel explique pourquoi les choses se sont envenimées à ce point, quelquefois dans l'indifférence des politiques et des médias. Il ne convient pas de faire de l'angélisme et d'ignorer la réalité. L'hostilité à l'endroit des juifs s'est largement développée chez les jeunes qui vivent dans des quartiers dits sensibles et qui, souvent discriminés ou victimisés, sont en quête d'identité et s'identifient aux Palestiniens.
    Ils glissent très vite de l'antisionisme à l'antisémitisme, d'Israël à Juifs. Le conflit israélo-palestinien joue donc ici un rôle majeur. Notons que ce conflit sert aussi d'alibi à l'expression de l'antisémitisme dans des milieux plus privilégiés culturellement et socialement. De plus, les islamistes font des banlieues défavorisées le lieu préféré de diffusion de leurs idées. Dans les prêches ou à travers Internet, ils présentent une vision d'un Islam qui serait assiégé, menacé par les Américains, les Européens et les juifs.
    Cette vision complotiste du monde est d'autant plus grave que de jeunes déshérités entendent et lisent régulièrement leur propagande, s'en nourrissent en pensant y trouver l'explication de leur désarroi dans une société qui n'a pas su les intégrer. ?Les antisémites pensent que les juifs sont protégés, ils imaginent qu'ils sont tous riches et puissants. Les vieux stéréotypes sont là. L'antisémitisme, tout comme toute autre forme de racisme, est inacceptable.
    Il est une injure à la République et ses effets peuvent se révéler dramatiquement, car ceux qui utilisent et manient l'antisémitisme s'illustrent par leurs appels incessants à la haine, à la violence et au meurtre.

  • Découvrez L'internet de la haine - Racistes, antisémites, néonazis, intégristes, islamistes, terroristes et homophobes à l'assaut du web, le livre de Marc Knobel. Dans une démarche d?information et de sensibilisation, la Commission nationale consultative des droits de l?Homme (CNCDH) publie annuellement, depuis 1990, un rapport sur la lutte contre le racisme, l?antisémitisme et la xénophobie remis au Premier ministre.
    Avec ce rapport, la France dispose d?un précieux outil d?analyse permettant d?une part la prise de conscience des mutations de notre société et, d?autre part, des évolutions de l?action publique.
    Depuis l?année 2000, La CNCDH a confié à l?historien Marc Knobel le soin de présenter une étude annuelle sur le développement des appels à la haine et à l?exclusion sur Internet. Les rapports de Marc Knobel analysent l?impact des sites faisant l?apologie du terrorisme, du négationnisme, du néonazisme, de l?homophobie et des radicalismes religieux, dont certains vont jusqu?à appeler à la guerre « sainte » sur le Net. Le ton est grave et les descriptions minutieuses.
    Les études de ce spécialiste montrent qu?une haine dépassant l?entendement est instillée régulièrement à travers ce média.
    La permissivité dans ce domaine se nourrit de la lassitude et de la défection de ceux qui, dans le monde politique ou associatif par exemple, auraient pu réagir pour tenter de changer le cours des choses. Aussi, au nom de la liberté d?expression, la diffusion de nombreux contenus illicites sur Internet est, si l?on peut dire, passée dans les moeurs. Beaucoup s?en indignent mais, en ce début de XXIe siècle, cela a fini par faire partie du paysage de la Toile.
    De fait, la CNCDH doit rappeler et renouveler chaque année la recommandation de créer un observatoire du racisme, de l?antisémitisme de la xénophobie et du rejet de l?autre sur Internet, avec une plate-forme spécifique de signalement.
    Ce livre reproduit intégralement les rapports établis par Marc Knobel, historien, chercheur au Crif, à l?intention de la Commission nationale consultative des droits de l?Homme, jusqu?à l?année 2011.

  • Dès le mois de mai 2014, l'actualité se fit de plus en plus pressante, pour ne pas dire plus oppressante encore, lorsqu'il fut question de terrorisme, d'antisémitisme, de racisme et d'extrémisme. Des mouvements djihadistes déferlaient, les barbares semaient la haine, la désolation et la mort.
    Des centaines de djihadistes français et européens se trouvent actuellement en Syrie. Qu'adviendra-t-il lorsqu'ils reviendront ? Nous savons ce qu'il en a coûté aux journalistes de Charlie hebdo, à des policiers et à des juifs assassinés par des islamistes. On sait également ce qu'il advint à Copenhague, à Tunis, à Garissa, au Kenya, lorsque la folie meurtrière s'est abattue sur des civils. Les condamnations ont-elles été suffisantes ? Dans une cinquantaine de pays, surtout au Proche et Moyen-Orient (Irak, Syrie, Pakistan, Yémen), mais aussi en Libye, qu'ils soient catholiques, protestants, coptes ou de toute autre confession, les chrétiens sont discriminés, pourchassés, emprisonnés, torturés, assassinés. Et les réfugiés ? Victimes de guerres civiles, de massacres, de viols, ils fuient. Et nous, ne devrions-nous pas avoir honte de nous taire ? D'ignorer le plus souvent ? D'être indifférents ? Comme le disait Martin Luther King : "Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants, c'est l'indifférence des bons".
    Et puis, il y a l'antisémitisme et le racisme, d'autres cancers qui sévissent ici ou là. Les juifs de France en savent quelque chose. L'antisémitisme est porté par différents hommes de main, quelques provocateurs, illuminés et haineux, en quête de respectabilité et de beaucoup de publicité.
    Enfin, l'Internet offre à cette propagande répugnante un moyen considérable de s'exprimer en toute impunité. Aujourd'hui, la diffusion de la haine à une échelle internationale s'effectue essentiellement par ce vecteur. Les textes publiés par Marc Knobel témoignent de cette horreur. Ils sont aussi un cri contre l'oubli, la haine et l'indifférence.

empty