Langue française

  • Les villes s'étendent et se complexifient, entraînant une exposition croissante à l'aléa et des crises à répétition. La résilience est désormais présentée comme la qualité nécessaire aux milieux urbains pour les surmonter. Seulement, ayant affaire à l'imprévu, celle-ci peut difficilement compter sur des calculs et des prévisions. Elle demande de l'intuition et un savoir-faire qui sont davantage ceux d'un art que d'une science. Ne pouvant être entièrement planifiée, elle se déploie surtout au moment de la crise, qui renoue ainsi avec son sens étymologique, celui du choix menant vers un dénouement. En partant de la théorie issue de l'écologie, cet ouvrage propose d'explorer la possibilité d'une résilience urbaine abordée comme un art de la crise, et d'en explorer les retombées sur la perception, la théorisation et la conception de l'architecture.

  • Cet ouvrage est publié dans le cadre de la 13e Biennale d'architecture de Venise (29 août- 25 novembre 2012) où pionniers, économistes, star-architectes, philosophes, géographes, critiques, participent à la construction d'un bien commun, qui devra être mis en débat, diffusé, partagé.
    " Pump up housing, city creates city, Aunt Bertha's cabin, Think Tight !, Asking architecture, When people take charge, Athens by exception, Gradient fields, Place au Changement, Un plus un, Petites Urbanités Libres ." pour ne citer que quelques titres des projets au hasard, voilà qui donne le ton! Comment rendre compte des aventures singulières qui s'inventent dans des niches de territoires, comment porter à la connaissance du politique cette écosophie de la ville qui s'élabore en tricotant de nouvelles règles avec les lacunes du droit et des normes?

empty