Editions Du Linteau

  • Il a construit mieux, plus vite et moins cher que le prix courant. À Alger, Aix ou Marseille, cela ne tirait pas trop à conséquence. À Paris, cela déclencha le scandale du CNL (Comptoir national du logement) en 1961.
    Maladresse de l'architecte, vindicte de la profession sur fond de lutte des partisans de l'Algérie française contre les libéraux. Pour la première fois, le « scandale » est étudié et tiré au clair.

  • Epuisé depuis de longues années, cet ouvrage de Bernard MARREY est richement illustré de gravures et de photographies d'époque. Il présente l'histoire des grands magasins parisiens (et quelques autres comme Toulouse ou Rennes). A l'heure des grandes surfaces, et des ventes dématérialisées, il permet de se plonger dans l'histoire des grands magasins et de penser le rapport entre la consommation et l'architecture.

  • De Brunelleschi à nos jours, l'architecte a perdu la plus grande partie de son pouvoir. Entre normalisation et flatterie, le pouvoir politique l'a marginalisé, pas toujours volontairement. L'évolution technique a fait le reste. Accentuée dans les années 1950 par l'industrialisation de la construction et l'émergence des bureaux d'étude, cette « marginalisation » écarte l'architecte de la réelle maîtrise d'oeuvre, laissant la décision au tête-à-tête de la finance et de la technique.

  • Histoire de la réalisation d'une salle de concerts de mille deux cents places construite tout en bois dans la forêt dominant Évian pour Mstislav Rostropovitch en 1993. Le chantier dura six mois sur les plans et sous la conduite de Patrick Bouchain et de l'agence BOAS : l'acoustique en est parfaite. C'est aussi l'histoire d'une amitié qui s'est nouée entre Antoine Riboud, président du Groupe Danone, Slava Rostropovitch et Patrick Bouchain, un lien entre les chalets savoyards et les datchas russes.

  • Itinéraire de l'inventeur du ciment armé, passé de l'horticulture à la rocaille, puis aux bacs à fleurs avant de découvrir le matériau qui devait révolutionner la construction de notre siècle. Le livre retrace l'histoire de cet autodidacte en la situant dans le contexte historique et les essais des autres chercheurs de son époque.

  • Petit village picard, Tergnier, devenu un important noeud ferroviaire à la fin du XIXe siècle, fut entièrement détruit pendant la guerre de 1914.
    Dès la fin de 1918, la compagnie des chemins de fer du Nord, parallèlement à la reconstruction des voies ferrées, a commencé la réalisation d'une cité pour loger son personnel.
    Sous la direction de Raoul Dautry, ingénieur en chef de l'Entretien, elle se voulut et fut une cité modèle, inspirée des cités-jardins anglaises, mais adaptée au monde "cheminot" aussi bien quant à la disposition des logements que des jardins et des nombreux services sociaux.
    Détruite aux trois quarts par les bombardements américains en 1944, la cité fut partiellement reconstruite sur un plan et des idées nouvelles, mais aussi des moyens financiers plus limités.

empty