• Un narrateur tout puissant rêve une offre débridée de plaisirs dans un supermarché. Réglé comme du papier à musique, on assiste à son petit rituel qu'il semble peaufiner régulièrement, et ce, depuis pas mal de temps. Le personnage féminin qui est l'objet de tous ses fantasmes (maraîchère, caissière, directrice, dans ce lieu, toutes les femmes ont le même visage, mais possèdent leur propre caractère et un style vestimentaire différent) existe dans la vraie vie.
    Le regard de cette femme sera alors important quand on se rendra compte de ses propres fantasmes. Diplômé de la section illustrations des arts décoratifs de Strasbourg en 2009, Matthias Arégui a publié une bande dessinée remarquée, Bob et Sally, en 2016 aux éditions 2024. Il travaille également pour la presse (Le Monde, Le Tigre, Le JDD) et a publié deux histoires dans la revue Belles Illustrations.
    Il enseigne l'illustration à l'école Cesam de Paris.

  • Papayou

    Matthias Arégui

    Un vieux singe débonnaire, un chien magique, des trésors enfouis dans la jungle, un méchant dévoré par la jalousie. Cette bande-dessinée réunit tous les éléments pour plonger le lecteur dans une aventure trépidante, libre adaptation d'un conte japonais traditionnel.

  • Poissons, oiseaux, soleil, lianes et vers de terre peuplent une île idyllique. Au coeur de cet Eden, deux êtres s'éveillent à la conscience et s'émerveillent ensemble de la vie qui s'offre à eux. Tout en gambadant, ils apprennent à se construire avec quelqu'un en inventant les prémices du progrès et de la civilisation. Ici, c'est le paradis originel : Bob et Sally sont les deux premiers amis du Monde.
    Point d'ambiguïté : il s'agit d'un couple de copains. Adam et son pote Adam au pays de l'adorable et de l'insouciance. Mais le soleil a beau sourire et faire des oeillades, un malaise diffus fait doucement son nid : le quotidien pointe le bout de son nez, traînant avec lui l'angoisse du temps qui passe. Quel insoutenable sentiment de vacuité lorsque naît la conscience de l'éphémère !

  • Anglais BEFORE AFTER

    Matthias Arégui

    Everyone knows that a tiny acorn into a mighty oak grows, and a caterpillar emerges into a butterfly. This volume states that, it is also true that a cow can result in both a bottle of milk and a painting of a cow, and an ape in a jungle may become an urban King Kong.

  • Une perle est découverte par un enfant au fond de l'océan. Il fabrique pour son amoureuse une petite bague de fortune. La nuit, une pie vole la perle qui se retrouve dans un nid où un chat la dérobe. C'est le début d'un long voyage qui entraîne la perle à travers le monde et le temps. On la retrouve, tour à tour, dans l'atelier d'un joaillier, sur la couronne d'une reine, au coeur d'une exposition, dans le sac d'un voleur, dans les égouts, la hutte d'un castor... et enfin, entre les mains d'un vieil homme qui n'est autre que le garçon qui l'a trouvée des années plus tôt. L'homme la replace alors sur la petite bague bricolée qu'il offre à nou- veau à celle restée toutes ces années son amoureuse.
    Cette boucle narrative à l'échelle d'une vie nous fait traverser un monde en mutation que les images nous montrent parfois bouleversé et hostile pour nous ramener à la fin au refuge paisible de l'amour. C'est la valeur très relative des choses que les auteurs questionnent ici. D'une page à l'autre ils mettent en scène un jeu de rebond au centre duquel l'objet immuable qu'est la perle, portée par le hasard, change sans cesse de valeur. Chacun s'en empare pou un motif différent : affection, convoitise, pouvoir, outil banal ou simple jouet.
    Le petit caillou rejeté dans le monde nous raconte une histoire de désirs et de nécessités, une histoire d'humanité.

  • Couacville, patrie des opulents... Dans cette petite ville, se cache un club très spécial, un club réservé aux plus riches, le fameux club des Opulents ! Dame Mireille, pourtant l'une des plus grandes fortunes de ce petit coin de paradis, veut y rentrer depuis fort longtemps... Mais las, les opulents refusent toujours son admission, ce qui provoque chez elle colère, et rage de dents. C'est ici qu'entre en scène Zouzou, et son tonton Marietti ; par amour et pour soigner ses douleurs, le dentiste Marietti lui propose de tester une méthode révolutionnaire : le micro-dentisme.
    C'est très simple : à l'aide du microcroscope, Zouzou est envoyée directement dans les gencives, pour inspecter sur place sur ces rages de dents. Mais bientôt Dame Mireille leur échappe, et pour Micro Zouzou, qui se balade dans ses dents, la situation devient bientôt hors de contrôle ! Paru dans COUAC, la gazette dingo de PICSOU MAGAZINE, ce feuilleton échevelé de Matthias Arégui et Léon Maret ravira les fans de canards et d'aventures interdentaires !

  • Ce projet traite du temps, de son élasticité, de ce qu'il contient de métamorphose, d'évolution, de progrès ou même de régression. Il y a dans ce livre des avant-après quasi instantanés ; d'autres sont des hier-aujourd'hui, ou des autrefois-demain. Deux états d'une même réalité sont proposés - objets, événements, espaces, êtres vivants - qu'un chemin temporel plus ou moins long, plus ou moins sinueux, sépare. Chaque tableau renferme une histoire et laisse l'imagination du lecteur compléter par des mots ce que suggèrent les images. En ce sens le lecteur est lui-même l'auteur du texte, il écrit mentalement l'une des histoires possibles, telle que « avant d'éclore la fleur est un bouton ». C'est dans l'accumulation des propositions que le principe dévoile tout son intérêt.
    Les auteurs-illustrateurs, Matthias Arégui et Anne-Margot Ramstein explorent des univers graphiques contrastés, passant de tableaux foisonnants au minimalisme d'un objet détouré, pour composer un ensemble riche, dense dans son propos comme dans ses images.

  • Après la notion de temps déclinée dans Avant-Après, c'est de l'espace dont il est question dans ce nouveau livre du duo Ramstein-Aregui.
    La narration se joue sur le contraste d'abord visuel, mais aussi sur des échelles d'impressions, de sensations, comme sur l'appréciation relative des évènements.
    La double page donne un aperçu en simultané d'un même espace :
    L'intérieur d'un camion roulant sur une route déserte et, vu de l'extérieur, l'embouteillage qu'il provoque à sa traîne ; l'excentricité d'un intérieur surchargé de bibelots et l'austérité extérieure d'une cité où tous les pavillons alignés sont absolument identiques. Les auteurs font aussi des incursions dans la fiction, et n'hésitent pas à convoquer Raiponce échappée de sa tour ou Pinocchio confortablement installé dans le ventre de la baleine...
    Ces tableaux, riches de sens et de nuances, offrent dans leurs détails beaucoup à lire, à découvrir et nous entraîne à ressentir la relativité des événements selon que l'on place le curseur dedans ou dehors.

  • Le cafard Martin s'aventure dans le cercueil du grand Heidegger, s'entretient avec lui sur sa peur de la mort et découvre un véritable monde dans son corps défunt.
    En l'explorant, il sera d'abord séduit par le programme de la dictature de fourmis qui y a élu domicile. Mais à la découverte de ses dérives, il décidera de ne plus suivre l'opinion générale, et de vivre sa propre vie.

  • De Abandon à Zoner, cet abécédaire fait l'inventaire de quelques petits tracas, soucis légers, casse-tête, malchance ou quiproquos sans gravité. Chacun des maux est illustré par une image-jeu dans laquelle se cache la lettre initiale. Ces images offrent souvent plusieurs lectures : à l'endroit, à l'envers ; personnages à double face ; objets ambiguës, etc. Le sens est parfois nuancé par la superposition de calques, d'autre fois amplifié par un ou des rabats, horizontaux ou verticaux. Ces représentations ludiques s'inscrivent dans différents registres littéraires, passant de la poésie à l'humour, de l'énumératif au narratif.
    De même, le graphisme, une collaboration entre deux jeunes auteurs-illustrateurs, se caractérise par un mélange des genres qui le rend aussi surprenant qu'inclassable.

empty