• Pourchassé par un tigre à dents de sabre, Cromignon se réfugie au fond d'une tanière. Surprise : un bébé loup y est encore, abandonné, affamé ! Les deux vont devoir s'apprivoiser, aussi terrorisé l'un que l'autre.
    Dans ce troisième volume de sa série préhistorique, Michel Gay nous révèle comment un loup deviendra le premier chien et pourquoi ses pouvoirs deviendront si indispensables aux humains.

  • Cromignon

    Michel Gay

    C'est la préhistoire. Il fait très froid depuis longtemps. Rien ne pousse plus sous la neige. Les hommes de Cro-magnon n'ont que le gibier pour survivre. Cromignon est le plus petit de la tribu. Mais c'est lui qui va permettre aux chasseurs de capturer un gigantesque mammouth... en inventant l'écriture !

  • Zou

    Michel Gay

    Quand on a envie de jouer avec ses parents le matin, il faut vérifier qu'ils sont réveillés. S'ils ne sont pas bien réveillés, on peut leur apporter un grand bol de café. Si on a renversé presque tout le café, il faut trouver une autre solution...

  • Cropetite

    Michel Gay

    Cette histoire se passe il y a très, très longtemps. À cette époque, personne n'avait encore inventé la poupée. Ce jour d'été, toutes les grandes de la tribu se sont faites belles pour partir à la moisson. Quand elles auront récolté le grain, elles le pileront, et confectionneront de la pâte, puis des galettes qu'elles feront cuire. Cropetite est trop petite pour porter un maquillage de fête. Trop petite pour participer à la récolte et à la confection des galettes, qui sentent si bon quand elles cuisent. Alors elle décide de se débrouiller toute seule. Elle récolte de belles galettes d'argile, les pile, fait de la pâte... Elle fait tout comme les grandes, mais à sa façon, et fabrique un drôle d'objet. Quand elle veut le faire cuire pour qu'il sente bon, on la gronde, et on jette l'objet au feu... Mais c'est justement ce qu'il manquait à ce beau bébé d'argile pour devenir la toute première poupée du monde. Maintenant, ce seront les grandes qui voudront tout faire comme Cropetite !

  • Les feuilles mortes recouvrent le jardin. Ça sent la neige. Elzée, la voisine de Zou, l'observe par-dessus la barrière. Elle aimerait bien jouer avec lui, mais ils ne sont pas d'accord. Pour Elzée, le tapis de feuilles, c'est la mer. Pour Zou, c'est une route enneigée à déblayer au chasse-neige... vrrroouum ! La dispute menace. Heureusement, le souffleur à feuilles de grand-père va leur donner une bonne idée et les réconcilier !

  • Zou n'a pas peur des films de fantômes. Mais ses parents croient que si. Alors ils l'envoient au lit. Dans son lit, caché sous son drap, Zou s'aperçoit qu'il fait un très bon fantôme. C'est l'occasion de faire une petite surprise à papa et maman et de voir si les grandes personnes sont aussi courageuses qu'elles le prétendent.

  • Biboundé

    Michel Gay

    Voici la première aventure de Biboundé, le fils unique de l'empereur et l'impératrice des pingouins. Il faut le dire, Biboundé n'est pas un as de la toilette et il redoute un peu l'inspection des pingouins auquel se livre, chaque matin, le couple impérial. Ne sera t-il pas traîté de « gros dégoûtant » ? Ce que Biboundé aimerait, c'est voler comme les oiseaux ! Un jour, un très gros oiseau se pose sur la banquise... Ah, mais non, c'est un petit avion ! Que vient-il faire là ?

  • Comme l'Empereur pingouin est fou de son Biboundé, Michel Gay, lui, est fou de ses petits lecteurs et de chacun de ses personnages : Biboundé le pingouin, bien sûr, Zou le zèbre, Cromignon le petit garçon préhistorique, et aussi Gabriel, l'apprenti-conducteur de la voiture de Papa. Il sait parfaitement ce que veulent les enfants : grandir mais rester au chaud, désobéir mais pouvoir en rire.

  • Un cadeau attend Zou chez ses grands-parents. C'est un vélo tout neuf !
    Tiens, qui est cette très vieille personne, encore plus âgée que sa mamie et son papi ? C'est sa bisaïeule. Zou refuse de l'embrasser et ne veut pas dire pourquoi. Il préfère aller voir son vélo. Mais son vélo n'est pas prêt. Grand-père doit fixer les stabilisateurs. Les stabilisateurs, c'est pour les bébés, pense Zou, ou pour les vieux, se dit-il en regardant la bisaïeule s'approcher en s'appuyant sur son déambulateur.
    Comment Zou apprendra-t-il à faire du vélo sans stabilisateurs ? C'est une question grave, et il se pourrait que cette chère bisaïeule connaisse la réponse.

  • Parfois la nuit, les poupées se lèvent et que font-elles ? La poupée de Léa veut voir l'école de sa petite maîtresse, lui prend son cartable et part dans la forêt. En chemin, elle rencontre toutes sortes d'animaux.

  • À cette époque, Biboundé n'était pas encore né. L'empereur ne connaissait pas l'impératrice. Les pingouins passaient leur temps à manger. Bientôt, ils allaient partir faire des bébés, loin de la mer, là où la glace est très solide. Ils savaient qu'une fois en route ils ne trouveraient plus rien à manger. Et cette fois là, voici comment les choses se passèrent...

  • À l'aventure ! Aujourd'hui, le papa de Zou l'emmène en balade dans les rues avec sa copine Elzee. Ils ont tout ce qu'il faut : Papa, sa carte bancaire, et Zou, un sou qui brille comme un sou neuf ! De quoi épater Elzee, et lui faire plaisir, et la gâter. Et si la carte de Papa est avalée, et si Zou perd son sou ? Eh oui, les sous, c'est fou : ça se gagne, ça se trouve, ça se garde, ça se donne, ça se dépense, ça se perd... Mais au fait, pour plaire à Elzee et bien s'amuser, faut-il forcément avoir des sous ?

  • Zou n'a pas peur

    Michel Gay

    Zou n'a pas peur des films de fantômes. Mais ses parents croient que si. Alors ils l'envoient au lit. Dans son lit, caché sous son drap, Zou s'aperçoit qu'il fait un très bon fantôme. C'est l'occasion de faire une petite surprise à papa et maman et de voir si les grandes personnes sont aussi courageuses qu'elles le prétendent.

  • On l'a couvert de guirlandes. C'est Noël. Il est malheureux. Heureusement, il rencontre Camion-Poubelle. Commence une aventure, à la découverte des étoiles.

  • Nour doit parcourir un long chemin dans le désert pour aller à l'école. Elle a pris l'habitude de partager des miettes de son goûter avec les oiseaux qui l'escortent. Aujourd'hui, bousculé par le passage d'un gros camion, l'un des petits oiseaux s'est étourdi. Nour vole à son secours, l'emporte avec précaution et le cache contre son coeur, bien à l'abri de son foulard. Dans la cour de l'école, tout le monde remarque le comportement bizarre de Nour et vient voir.
    Mais elle, ce qu'elle veut avant tout, c'est sauver son oiseau...

  • Pour son anniversaire, Pat le lapin a reçu une splendide paire de patins à roulettes. Chouette ! On peut aller partout à toute vitesse avec eux ! Quelle aventure ! Ça donne des ailes ! Vite, plus vite, mais... pas trop vite ! Pat veut avoir le temps de se faire un ami et de rester avec lui.

  • Costume de savon

    Michel Gay

    Ce que veut Harold, quand il rentre de la crèche, c'est son chat et rien d'autre. Le bain, il ne veut pas en entendre parler, se déshabiller encore moins. Mais maman a une idée : elle propose à Harold de lui faire un costume de savon. Voilà déjà une chaussure de mousse, un pantalon de mousse, et bientôt une veste. C'est très joli et très agréable à porter. Harold aimerait bien que son chat ait un costume de mousse, lui aussi. Mais les chats n'aiment pas le savon, l'odeur est trop étrange, ça pique les yeux et ça glisse. Ça glisse tellement, d'ailleurs, que ce costume de mousse entraîne maman un peu plus loin qu'elle ne l'avait prévu... Comme elle est trempée à présent, autant qu'elle se confectionne elle aussi un joli costume de mousse.

  • Pour briser le tabou du nucléaire imposé par le terrorisme intellectuel d'écologistes antinucléaires rétrogrades, Michel Gay décape les idées reçues et s'engage dans un combat mordant contre l'obscurantisme. L'auteur s'insurge de voir les citoyens pris pour des moutons stupides par une caste d'écologistes antinucléaires dogmatiques, le plus souvent incompétents dans le domaine de l'énergie, et qui instrumentalisent la science à des fins partisanes. Des affairistes roublards en profitent pour tondre la laine sur le dos des consommateurs et des contribuables anesthésiés par une pensée unique « verte » et politiquement correcte. Ces activistes antinucléaires, à tendance sectaire, veulent conduire l'économie et la nation dans « le caniveau » par le mensonge. Des milliards d'euros sont dilapidés dans d'inutiles énergies renouvelables intermittentes et ruineuses pour la France comme, par exemple, les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Michel Gay dénonce les impostures et pourfend une écologie de divagation fondée sur des discours catastrophistes. Dans un style incisif, avec des mots simples et percutants, ce livre montre que non seulement l'écologie et le nucléaire sont compatibles entre eux, mais qu'ils sont aussi nécessaires l'un à l'autre pour réussir la transition énergétique et pour construire un avenir durable. Lire les premières lignes, c'est aller au bout d'un livre qui ébranle les certitudes et pulvérise les doutes. Il en émerge une confiance dans l'avenir de l'humanité et une grande sérénité.

empty