• L'homme serait-il immortel comme le pensait John William Dunne ? Quand saurons-nous tout expliquer sur les pouvoirs prédictifs ? Ceci au grand dam de certains scientifiques actuels, qui nient les évidences du domaine de la « parapsychologie ».
    Sous forme d'anecdotes ou de « nouvelles » comme le roman d'une vie, on peut suivre avec curiosité et grand intérêt des moments véritablement particuliers et intrigants.
    Janick S. vécut des expériences hors du temps tel que nous le concevons actuellement, et ce depuis sa plus tendre enfance.
    Médium malgré elle durant de nombreuses années, elle fut confrontée aux interrogations qui se posent sur les prémonitions. Elle n'en fit jamais un métier. Rien n'est inventé, tout fut « vérités ».
    Certains moments, non seulement de voyance, mais aussi de télépathie avec des animaux, chiens, chats, chevaux et même un dauphin merveilleux, sont particulièrement passionnants.

  • Raconté un peu comme un roman, sur plusieurs époques, ce livre n'est ni un cours d'histoire de l'art, ni un cours de médecine. Il mélange les deux avec de nombreuses anecdotes de vie courante à l'appui :
    La jolie et pétillante duchesse D'Albe avait peut-être quelques disgrâces nécessitant un recours médical... et pourtant, Goya l'a tant aimée !
    Mentalement, une poupée gonflable, à qui peut-elle bien rendre un semblant de bonheur ? et pourquoi un peintre l'a-t-il fait faire ?
    Otto Dix, extraordinaire expressionniste, s'enrôle volontairement durant la première guerre mondiale, quel intérêt y a-t-il trouvé?
    Une multitude de questions, trouvent, dans ce livre, leur solution, au fil de peintures qui répondent au « Médical dans l'art ». Depuis Le Gréco, Velasquez, Goya et un grand nombre de peintres expressionnistes. Jusqu'à nos jours, ils nous entrainent dans un tourbillon d'aventures picturales et de très grands tourments humains.

  • La porte claque brutalement derrière les deux policiers. Dehors le vent hurle, la saison n'est pas clémente. Shan-Guâng referme frileusement son long pardessus élimé, de couleur indéfinissable. Il porte ses deux mains sur les bords de son chapeau pour l'enfoncer profondément jusque sur son front, qu'il tient baissé, le dos courbé sous la tourmente. Wong, son collègue, quant à lui, est toujours tiré à quatre épingles. C'est pourtant l'été mais dans les montagnes de Mandchourie, le climat est souvent capricieux...
    Devant eux, allongée sur le sol de terre battue, une jeune femme semble dormir. Comme apaisée, les yeux clos, l'air presque enfantin...
    Une dague est enfoncée dans son coeur.
    Au fil du roman, bien des péripéties se succèderont. Vol d'antiquités, cinéma ambulant, opéra de Pékin, grandes fêtes annuelles propices aux exactions ou guerre de l'opium.
    Shan-Guâng et Wong finiront-ils par démêler toutes les ambigüités et le pourquoi des énigmes qui vont se présenter ?

empty