Arts et spectacles

  • Pour l'Opéra Garnier à Paris, Odile Decq a réalisé un nouveau restaurant dans l'ancienne rotonde est du bâtiment :
    « Inscrire un nouvel espace dans le palais Garnier, c'est d'abord être soumis à de très fortes contraintes de protection liées au caractère de Monument historique du lieu (.).
    La façade du restaurant alors se glisse et ondule (.). Pas de structure visible. Sa présence est minimale et la vue dans les deux sens est totale.
    (.) La mezzanine est une surface de forme nuageuse qui se développe et se love entre les éléments de l'existant qu'elle ne touche jamais. Une allusion à la forme fluide du fantôme dont le voile blanc glisse subrepticement dans l'espace. » Odile Decq Ce portfolio-livre d'artiste présente, en une série exceptionnelle de dessins originaux, le projet d'Odile Decq pour la création du restaurant à l'intérieur de l'Opéra Garnier, avec dessins et modélisations en volume du lieu. L'architecte raconte la conception de son projet pour ce lieu exceptionnel dans un texte traduit en anglais.

  • Macro Odecq

    Odile Decq

    C'est à l'Est de Rome, près de la porta Pia, enclave résidentielle et industrielle du XIXe, que se niche l'extension du MACRO (Musée d'art contemporain de Rome), conçue par l'architecte française Odile Decq, née en 1955. Une architecture polymorphe où s'entrecroisent verre, aluminium, béton, mailles métalliques et tuyauteries, exacerbant ou tempérant arêtes acérées et jeux de niveaux obliques, grande tension et haute voltige. Dans cet espace, le rouge, le noir, le blanc et le gris vibrent avec la lumière.
    L'auditorium rouge sang « comme la vie », posé tel un astéroïde entre terre et ciel, entre verre et basalte au milieu du foyer, imprime une gaieté pulsante. Le forum d'où part une déambulation d'escaliers, de rampe et de passerelles métalliques multiplie les points de vue intérieurs. La terrasse, encastrée au milieu d'immeubles alentours donne la sensation d'être dans un écrin intime : un paysage où tout n'est que plis, pentes, toit de verre incliné, où glisse l'eau rafraîchissante d'une fontaine, où s'élancent des arbres...
    À l'occasion de cette réalisation, Odile Decq a imaginé une édition originale, transposition sur le papier de sa création : six planches, six compositions, six tableaux qui s'articulent les uns aux autres, et reprennent chacun les éléments fondateurs du projet architectural : le basalte, le béton, le bois, le métal, le verre et l'eau, la lumière.

    L'édition est limitée à 100 exemplaires et se présente sous la forme de six planches, signées et numérotées, tirées en sérigraphie avec découpes sur papier Plike noir 330 g (Dim. 60 x 45 cm). L'ensemble est présenté dans un coffret original sérigraphié conçu par Odile Decq.
    Sérigraphies : réalisation par l'atelier oeil de Lynx, Paris.

  • Monolithe

    Odile Decq

    L'édition Monolithe a été imaginée par Odile Decq, à la suite de sa dernière grande réalisation architecturale : le Fonds régional d'art contemporain (Frac) Bretagne à Rennes, en 2012.

    Oeuvre d'artiste à part entière, Monolithe se compose d'un ensemble exceptionnel de douze grands dessins originaux tirés en sérigraphie, reprenant les éléments fondateurs du projet architectural, dont le rythme évoque à la fois la force et le silence d'un lieu à la complexité inattendue.

    Limitée à 30 exemplaires, signés et numérotés, cette édition est composée de huit planches de format 100 x 60 cm, deux planches de format 100 x 40 cm et deux planches de format 60 x 40 cm. Elle est accompagnée d'un texte original d'Odile Decq : Déambulation verticale.
    L'impression en sérigraphie est réalisée par l'atelierOEil de Lynx (Bagnolet) sur papier Plike 350g. L'ensemble est rassemblé dans un coffret de toile noire avec estampage sur le dessus.

empty