• « Au début, vous vous figuriez que cet enfant, votre enfant, serait le plus beau du monde, le plus intelligent, le plus doué, le plus aimant, le plus tout ce que vous pouviez imaginer. Mais vous allez devoir déchanter parce qu'aucun enfant ne vient au monde pour satisfaire les rêves de ses parents, parce qu'aucune puériculture n'est simple, aucune éducation aisée, parce qu'être parent, parfois c'est galère, parfois c'est super, parce qu'accompagner un enfant sur les chemins de la vie, c'est un vrai engagement, quotidien, lourd, riche. Vous serez ravis, émerveillés par la petite, le petit, qui vous donnera du peps, du bonheur, qui vous fera sourire, pleurer, penser. Et à d'autres moments, vous serez éreintés, démoralisés, perdus, contrariés, déprimés, enfin bref si c'était à refaire, le referiez- vous ? Ben oui, vous le referiez. Parce que vous allez survivre à ces moments, trop bons ou trop pénibles. Vous allez trouver par vous-même les moyens de tenir, de durer, de bien vivre, de bien faire.
    Immanquablement sur votre route, vous allez croiser ces nouveaux papes de la parentalité, bienveillante la parentalité, non-violente, compréhensive. Ils vous ont dit de ne pas vous inquiéter, qu'ils allaient vous donner les moyens de bien faire, qu'on a enfin trouvé la méthode miracle pour élever les enfants dans la paix et l'harmonie. Imaginez, finis les conflits, les prises de tête, les pétages de plomb, le burn-out et la déprime ! Contre quelques euros, vous avez acquis la notice, et vous vous êtes persuadés qu'à la course à l'enfant parfait, vous alliez finir prem's . Alors, vous l'avez gagnée votre médaille de parents zéro déchet ? Vous avez pu vous connecter au flux de la bienveillance et de l'empathie et vibrer à hauteur de l'illumination parentale ? Vous l'avez retrouvée cette positive attitude qui, immanquablement, a fait de vous des parents merveilleux, de vos enfants des enfants merveilleux, de votre famille une famille merveilleuse ?
    Comment ? Non ! Ce n'est pas possible, je ne vous crois pas, vous avez vraiment bien appliqué les techniques, les recettes, les 10 commandements et les 14 outils de la parentalité positive ? Vous vous êtes bien servi des 5 clés pour tout comprendre de votre enfant ? Vous avez soigneusement lu et administré ces petits guides à l'usage des parents positifs, ces kits de démarrage, ces fiches outils du « Parent bienveillant » ? Vous êtes bien allés aux ateliers ? Quoi ? Vous avez fait tout cela ? Et vous n'avez pas su trouver votre bonheur et celui de votre enfant ? Malgré tout l'outillage contemporain du parent moderne qu'on vous a distribué ? Oh ! Là, il y a un `blème... Vous avez un problème. Bien sûr, à cet instant précis, vous lisez « vous êtes un problème » parce que si les promesses de la parentalité positive ne se sont pas réalisées, c'est de votre faute n'est-ce pas ? C'est vous qui ne savez pas faire. Ouh, les parents qui se ratent ! La honte ! Pas fichu de bien faire avec leur gosse, bouh ! Et voilà qu'au lieu de contribuer à révéler vos « compétences » parentales, la super méthode clés en main ne fait que vous culpabiliser davantage.
    Allez, ne vous inquiétez pas, prenez ses conseils comme ils sont, lénifiants parfois, de bon sens d'autres fois, cucul-la- praline aussi et carrément insupportables encore. Et continuez, tranquilles, votre petite traversée de la vie avec enfant, par grand beau temps et mer calme mais aussi tempête et houle. Cultiver le bonheur en famille, développer l'équilibre des enfants et rendre leur vie future harmonieuse et sereine n'est pas une mince affaire. Parfois vous serez des parents 100% positifs, parfois juste 100% nuls. Et ce n'est pas grave. Pis, c'est normal. Parce que vivre, du mieux que l'on peut, cette incroyable et folle aventure de la parentalité, c'est pas évident. Mais vous y arriverez. » PBS

  • Quelques simples conseils aux parents pour rater leur job de super parents pour le plus grand profit de leur super bébé.
    Cet antimanuel de parentalité appliquée se demande s'il est vraiment raisonnable aujourd'hui de fabriquer du bébé ? N'est-ce pas pour tout dire un mauvais calcul, les bénéfices n'étant pas garantis ? Mme Dolto parlait autrefois de « désirs un instant confondus qui se font chair en devenir », de choses un peu folles témoignant de la vie et de l'amour. Et aujourd'hui ? S'agirait-il strictement de reproduire du biologique performant grâce aux savoirs des experts et à une technologie de pointe ?

  • Le projet de cet ouvrage est de déconstruire les vérités affirmées mais jamais établies du programme « Parler Bambin » actuellement en voie de généralisation dans toute la France, dont l'objectif proclamé est d'améliorer les compétences langagières des enfants de 18 à 36 mois.
    Il offre un bilan de la recherche scientifique et de terrain.

    Labellise´ par l'initiative présidentielle « La France s'engage » en juin 2015, le programme de renforcement langagier « Parler bambin », initié en crèche à Grenoble en 2005, ambitionne d'essaimer dans de nouveaux et nombreux territoires. Mais quels sont donc les bénéfices réels de « Parler Bambin » ? Sur quelles évaluations scientifiques rigoureuses se fonde ce projet ? D'où tire-t-il la légitimité´ des pratiques professionnelles qu'il met en avant ? Justifie-t-il la diffusion à laquelle il prétend, dans le champ de la lutte contre les exclusions, la pauvreté et l'illettrisme ? Des professionnels de l'accueil, de la périnatalité, de la psychologie et de la linguistique, proposent une analyse précise, détaillée et engagée des enjeux et controverses autour de cette méthode. Il ouvre aussi sur d'autres horizons, pratiques, projets pour un réel et signifiant investissement dans la petite enfance, que nous espérons tous, enfants, parents et professionnels.

  • Non,  la littérature jeunesse n'est pas un petit genre, une toute petite littérature à la mesure de ceux à qui elle est destinée, n'en déplaise à tous les François Busnel de la terre !
    Patrick Ben Soussan nous offre là un beau plaidoyer pour la littérature jeunesse.

    Patrick Ben Soussan est pédopsychiatre. Il exerce à l'institut Paoli-Calmettes, Centre régional de lutte contre le cancer Provence-Alpes-Côte-d'Azur à Marseille, où il est responsable du département de psychologie clinique. Auteur de nombreux ouvrages sur la petite enfance, la parentalité, les livres et la culture, il a présidé l'Agence Quand les livres relient de 2010 à 2012. Il est également directeur de collections et de la revue Spirale, la grande aventure de Monsieur Bébé aux éditions érès.
     

  • Universelles et permanentes à travers les âges, les comptines font partie de la culture fondatrice de nos civilisations. Comptines, jeux de nourrices, formulettes, refrains... quel que soit le nom qu'on leur donne, elles ont toutes en commun le rythme et les sonorités, les mots enfantins, l'intonation maternelle, et l'échange corporel qu'elles entraînent.

  • Naître different

    Patrick Ben Soussan

    • Eres
    • 24 Mai 2007

    Comment dire l'indicible de cette rencontre fondatrice entre un enfant porteur d'un handicap et ses parents ? Comment partager cette expérience impensable, comment l'élaborer, lui donner du sens ?

    Quelles peurs, quelles résistances suscite le handicap ? Comment dès lors l'accueillir ? Comment aider les parents, les fratries, les familles mais aussi les équipes à faire en sorte que le handicap nommé n'assigne pas le nouveau-né à la différence, ne le condamne pas à être autre, irréductiblement, aux yeux de tous ?

    Pédiatres, psychiatre et psychanalyste proposent ici des élaborations croisées à des situations surchargées d'affects.

  • Le mythe est vieux comme le monde et il a survécu à toutes les révolutions éducatives, de Rousseau au bon docteur Spock : toute enfance est à façonner.
    Plus encore, à contraindre. Depuis quelques années, notre civilisation du malaise a créé une nouvelle effigie de l'enfance : de plus en plus nombreux seraient les sauvageons, recensés dès la crèche, caïds des cours de récré des écoles maternelles, enfants rois sans bornes et sans limites, ne respectant rien ni personne, voire maltraitants à l'égard de ceux qui les élèvent ou les éduquent. Ces nouveaux enfants terribles qui semblent émerger dans l'espace social existent-ils vraiment ? Le danger qu'ils représentent pour notre si chère société libérale avancée requiert-il autant de décrets, d'arrêtés, de rapports, de mesures de prévention "musclée" qui sont autant de vélléités de façonnage, de formatage des poupards du XXIe siècle ? Ce manifeste dit haut et fort qu'il faut cesser d'embarquer l'enfance dans ces politiques de la peur et de la culpabilité aujourd'hui si largement conduites.
    Qu'il faut laisser aux enfants leur temps d'enfance, un temps hasardeux, riche d'improbables fortunes et d'ahurissantes métamorphoses.

  • Chaque année, des milliers d'enfants de moins de 18 ans subissent la mort d'un être cher. Ils font alors face à une myriade de sentiments, de croyances et de questionnements. À l'intention des adultes sensibilisés et des professionnels de l'enfance, les auteurs fournissent des outils pour penser ces circonstances si difficiles, accompagner un enfant en deuil et l'aider à affronter ses sentiments.
    Cet ouvrage collectif décrit le processus du deuil chez l'enfant, du tout-petit à l'adolescent et ce à quoi il faut s'attendre tout au long de son évolution et à la suite de cette épreuve. 10 à 15 % des enfants endeuillés éprouveront des problèmes psychologiques (dépression, anxiété, culpabilité, troubles de l'estime de soi, du sommeil, de l'humeur, problèmes de comportement...) ou auront des difficultés scolaires : il convient donc d'aider les profes-sionnels à élaborer ces situations de deuils et à aborder plus sereinement les questions que se posent les enfants sur la mort d'autrui mais aussi sur la leur.

  • Le baby-blues est un article très en vogue au rayon des petites contrariétés de la grossesse et des premiers jours.
    Toutes vous l'attendez, vous vous inquiétez si au deuxième, troisième ou quatrième jour après la naissance de votre bébé, il n'est pas au rendez-vous : vous pouvez le faire, plus, vous devez le faire ! On vous a tellement parlé de cet état si particulier qui vient assombrir de ses gros nuages d'incompréhension et de doutes vos premiers jours avec bébé. Vous faites un blues classique, banal, circulez, il n'y a rien à voir ! Ni à dire.
    En fait, le baby-blues n'existe pas. Il n'existe que des mots savants ou qui se veulent tels et qui sont là pour vous faire taire. Ne les écoutez pas, vivez vos bouleversements psychiques et corporels à votre aise. La grossesse n'est pas une maladie, vous n'êtes pas une " patiente ", dites-leur. Et vivez votre vie avec votre bébé - et son père - sans modération ! Allegro.

  • Dans cet ouvrage plein d'humour, caustique, engagé et enlevé, l'auteur revisite « la cause des enfants » à partir des propos de Françoise DOLTO. Il met en résonance certains des concepts et énoncés de cette grande dame de la psychanalyse française avec les discours et les actes d'autres personnalités de notre actualité, dont le Président de la République. Que penserait et que dirait DOLTO de notre monde « libéral », occidental et avancé qui pratique si violemment l'économie de marché et la mondialisation ? Françoise DOLTO est convoquée ici pour nous « réveiller » de cette grande liturgie néolibérale et pour nous rappeler que frémit encore en bon nombre d'entre nous une part vivante et créatrice de... Mai 68 !
    />

  • Non, la grossesse n'est pas une maladie ! Et pourtant à fréquenter les maternités aujourd'hui, on se prendrait à douter, tant tout est de plus en plus médicalisé, technicisé : prises de sang, prélèvements, examens, échographies, monitoring, amniocentèse...
    Vouloir réduire les risques de mortalité périnatale représente un progrès certain, encore faut-il ne pas y sacrifier l'humain, et surtout se donner les moyens de tenir les engagements pris.
    De sa place privilégiée de pédopsychiatre, Patrick Ben Soussan part de ce constat pour répondre dans ce livre aux inquiétudes et aux interrogations des nouveaux parents. Il entend leurs questions pressantes, perçoit leurs angoisses que quelques mots et un peu d'attention suffisent à balayer.
    Avec vigueur et conviction, il leur explique comment déjouer les pièges de l'hypermédicalisation, et s'efforce de définir ce que pourrait être une médecine néonatale à visage humain.
    Nourri de multiples rencontres avec des mères, des pères et des bébés, ce livre est une invitation à faire rimer naître avec bien-être, celui des bébés et de leurs parents. Il met aussi en garde contre le mythe sécuritaire à l'oeuvre en maternité depuis quelques années.

  • Ce livre interroge par le détail cette politique de l'accueil de la petite enfance actuellement promue qui inquiète tous les professionnels de l'enfance et les parents les plus avertis. Mais il ne souhaite pas uniquement alimenter la seule polémique autour de ces questions ou dénoncer quelque mystification.
    Il propose de nouvelles pistes de réflexion et surtout des propositions et des expériences originales qui engagent à une profonde refonte des esprits et des pratiques en ce domaine si précieux pour le développement de l'enfant et son entrée en citoyenneté...

  • À partir de 200 cas concrets, cet ouvrage aide les parents à à résoudre les problèmes qu'ils rencontrent au quotidien avec leur enfant.Pour chaque cas présenté, le problème, introduit par un témoignage personnalisé, est d'abord analysé et expliqué aux parents, puis une réponse concrète et adaptée à la situation décrite est apportée par un pédopsychiatre, un pédiatre, un psychologue.

  • Les livres et les enfants d'abord Nouv.

    Alors que la lecture a été déclarée grande cause nationale par le président Macron, la littérature au berceau se trouve convoquée pour que les plus jeunes deviennent demain de vrais lecteurs.
    Mais pour remettre la lecture au coeur de la vie des petites Français·e·s, encore faudrait-il clairement saisir ce que signifie lire avec un bébé, un tout-petit... Corps-à-corps, regards mutuels, attention soutenue, la voix du lecteur et le babil rassasié du tout-petit, celui qui n'a pas vécu les enchantements communs autour d'un album ne connaît pas ces petits bonheurs qui soutiennent notre quotidien de parents ou de professionnels ! L'auteur rappelle ce qui fait la richesse de cette rencontre, qui n'a aucun autre objectif (pédagogique, développemental, utilitaire) que de vivre ces moments d'intimité, de plaisir et de douceur partagés, avec l'aide de tous ces autres membres de l'humanité convoqués autour du livre.

  • Pour ses dix ans, Spirale a voulu faire mythique, renouer avec les grandes fresques historiques, revisiter les origines. Il était une fois un bébé, tombé en ce monde, érigé en Majesté avec les siècles, objet de mille soins, de prescriptions médiatiques, d'une puériculture choisie, d'un commerce prolifique,... au nom de quelques grands commandements de la périnatalité en sa version moderne, occidentale et développée. Quels sont-ils ces dogmes de notre modernité, à l'égard des bébés ? Ce numéro de Spirale, anniversaire oblige, revisite nos pratiques et nos représentations culturelles et sociales des bébés.

  • " Il faut cultiver son jardin " rappelle le Candide de Voltaire. Et ce jardin n'est pas d'Eden, ni même le vert paradis des amours enfantines du poète Baudelaire, ni encore ce Never-Neverland du Peter Pan de J-M. Barrie.
    Allons-y donc en visite privée, en ce jardin des aubes naissantes et des premières années, ici et maintenant, sur ces terres de la " Douce France ". Et découvrons ce que poètes, écrivains, conteurs, artistes, philosophes, anthropologues, psychanalystes y sèment et y diffusent. Quelles sont les graines de culture, élues, de notre XXIe siècle débutant ? Cultiver les bébés d'aujourd'hui, tous les bébés, est-il songe, chimère ou engagement ?
    Pour tous les parents et les professionnels, ce Spirale cultive l'esprit, l'imaginaire et l'esthétique des bébés.

  • Le bébé et le jeu

    Patrick Ben Soussan

    • Eres
    • 20 Août 2009

    Qu'est-ce que jouer ? Qu'est-ce qu'un jeu ? A-t-on besoin de jouets pour jouer ? Et au total, le jeu ne donne-t-il pas accès au « je » ? Les bébés jouent. Avec leur corps d'abord, leurs mains, leurs pieds. Ils jouent avec leur voix, les sons qu'ils émettent, transforment. Ils jouent avec le hochet, le mobile, le doudou... D'abord autocentrés, ces jeux sont en lien direct avec leur sensorialité, leur psychomotricité qu'ils découvrent. Jouer, alors, c'est faire l'expérience de Soi, explorer ses contours, ses limites, ses possibilités, de mouvements en émotions. Jouer, c'est agir. C'est être. Pour l'enfant, c'est vivre. Et grandir. Pour l'enfant qui grandit, le jeu agrandit son univers.

empty