• Contrairement à d'autres régions françaises, les Cévennes n'ont jamais connu de réelle unité politique ou administrative. Aujourd'hui encore, cette région reste partagée entre plusieurs départements, le Gard et la Lozère pour l'essentiel.
    Pourtant, de l'implantation du protestantisme aux faits d'armes de la Résistance et à l'accueil des juifs pendant la Shoah, du temps des camisards à celui de la révolution industrielle où se développèrent la culture de la soie et l'extraction du charbon, la place de cette terre de refuge est unique dans l'histoire de France. Mais c'est aussi un paysage particulier, tout autant qu'une géographie religieuse, culturelle et littéraire que l'Unesco a salués en inscrivant les Cévennes au patrimoine mondial de l'humanité (2011).

  • En lien avec les musées du protestantisme de France et de Genève, l'historien Patrick Cabanel a sélectionné des oeuvres, tableaux, gravures, photographies et autres objets qui sont prétexte à évoquer les grandes pages de l'histoire du protestantisme français. Bien plus qu'une histoire illustrée, ce livre est d'abord celui d'une découverte. Jamais il n'y a eu de beau livre sur le protestantisme, confession iconoclaste qui a fait au XVIe siècle une véritable guerre aux images. Paradoxe ?

    C'est pourtant avec les illustrations majeures présentées ici que s'est forgée l'identité protestante française. Beaucoup plus que des images, elles montrent dans une fascinante mise en perspective comment histoire et mémoire se sont façonnées et construites. Le protestantisme français porte une histoire de résistance et de conquête de la liberté qui, bien au-delà de la France, a marqué l'Europe.

    Voici un livre qui s'ouvre comme un album de famille, avec ses joies, ses peines, ses erreurs, ses souvenirs enfouis, ses oublis, ses moments glorieux, mais aussi sa constance et sa fidélité : une réflexion sur le monde, qui continue de s'écrire.

  • Dans l'Allemagne nazie. L'Europe occupée, la France de Vichy, les principaux lieux et médias d'une expression publique libre ont été supprimés, contrôlés ou pervertis. C'est dans ce contexte qu'une parole courageuse est portée par nombre de pasteurs en France. A l'occasion du soixante-dixième anniversaire de la déclaration de l'Église réformée de France, invitant, en 1942, à secourir les juifs persécutés, Patrick Cabanel nous propose de (re)découvrir 9 prédications de résistance prononcées dès 1940. Au-delà du discours religieux et de son vocabulaire, inhérent à la nature de ces textes, ces voix revêtent une force, une audace et un courage qui, inscrits dans la durée, font oeuvre de Résistance active tout autant que spirituelle. A Lyon, en 1941 et 1942, les résistants Berty Albrecht et Henri Frenay assistaient aux cultes de Roland de Pury : "Quelle joie était-ce pour nous que d'écouter cet homme dire à haute voix devant un nombreux auditoire, et en termes à peine différents, ce que nous écrivons dans nos feuilles clandestines". Ces voix suscitèrent de nombreux engagements. Après avoir mis en perspective l'ensemble de cette résistance si particulière, l'historien Patrick Cabanel, qui a consacré une partie de son oeuvre aux relations entre protestants et juifs, accompagne chaque texte d'une biographie de son auteur ainsi que d'un rappel du contexte dans lequel il a été prononcé.

  • De 1940 à 1944, quelques centaines de juifs sont venus s'installer ou séjourner dans les Cévennes, entre Gard et Lozère. Vallées et montagnes les ont presque tous sauvés, malgré les rafles, la gendarmerie puis les troupes et polices d'occupation. Juifs français et étrangers, antinazis allemands, enfants isolés et familles entières ont trouvé ici l'asile et le salut. Ils le doivent à une géographie tourmentée et à la culture historique de la population cévenole: les descendants des Camisards, habitués à tenir tête à l'État oppressif, ont ouvert aux juifs les portes de leur pays de schiste, de Bible et de mémoire.

    Ce livre est la première synthèse sur l'une des plus belles pages de la rencontre entre juifs et non juifs dans la France de Vichy.

  • Perché à 1000 mètres d'altitude, non loin du bourg du Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire le Coteau Fleuri était avant-guerre une vaste maison de villégiature. Mais en mai 1942, la Cimade, jeune association protestante d'aide aux réfugiés, loue ces trois bâtiments à une toute autre fin : il s'agit d'accueillir des hommes, femmes et enfants sortis, légalement, des camps d'internement de Vichy. Quelques Espagnols et surtout des juifs allemands quittent Gurs, Rivesaltes, Le Récébédou, Les Milles, pour le refuge sur la montagne.
    Patrick Cabanel fait partager le quotidien de ces quelque 180 reclus qui réapprennent à vivre, libres mais menacés, et dont beaucoup seront ensuite exfilrés. Il raconte les espoirs, les défaites, les peurs et les rencontres. Une histoire d'héroïsme tranquille et de résistance spirituelle qui n'est pas exempte d'ambiguïtés voire de frictions entre des personnalités et des croyances diverses, mais que le Coteau fleuri va unir à jamais.

  • « À quoi servent les livres ? Je me pose souvent la question, pour en avoir plaisanté avec une série de maçons cévenols. L'après-midi dont j'ai fait le récit montre la vie virevoltante que parfois les livres génèrent. Ils poursuivent une conversation, un tissu, là où la violence et la mort ont déchiré et fait taire. C'est sans doute beaucoup leur prêter ou leur demander : mais ici, à ce miracle infime dans lequel pourtant crisse la joie, à cette histoire d'amour qui réunit les vivants et les morts, un livre a vraiment contribué ».

    Le récit de deux rencontres avec les descendants de juifs ayant habité en Cévennes durant les années sombres, sur les lieux de leur séjour.
    />

  • Histoire des Justes en France 3300 Français ont reçu le titre de Justes, sur près de 24 000 Européens - un sur sept. Le titre, décerné après enquête par l´institut israélien Yad Vashem, récompense ceux qui, n´étant pas juifs, ont sauvé au moins un juif au cours de la Shoah. Qui sont ces hommes et ces femmes ? On les a longtemps tenus pour des héros inconnus, voire anonymes, et la plupart le sont restés. Mais, depuis 2000, le 20 juillet est une journée d´hommage aux Justes de France et, en 2007, ils sont entrés au Panthéon. La France avait longtemps tiré fierté des résistants en armes, avant de réapprendre le poids de l´antisémitisme et de l´égoïsme dans les années 1940 : elle découvre aujourd´hui les Justes, dont la résistance a été civile, pacifique, humanitaire - et, souvent, spirituelle. Ils tiennent dans notre mémoire collective une place qui ne doit pas occulter la tragédie de la Shoah, mais rappelle qu´une autre France, aux côtés de celle de Vichy, a existé, forte de valeurs universalistes. Ce livre propose un portrait collectif des Justes. Certains ont été des héros solitaires, d´autres étaient portés par des milieux et même des lieux à forte personnalité. C´est peut-être la leçon de ce livre : dans la banalité du bien comme du mal, les hommes, au moment du choix, sont à la fois seuls et enserrés dans une multitude de liens. Patrick Cabanel est professeur d´histoire contemporaine à l´Université de Toulouse-Le Mirail et dirige la revue Diasporas. Histoire et sociétés. Il a publié notamment Juifs et protestants en France, les affinités électives XVIe-XXIe siècle (2004), Cévennes. Un jardin d´Israël (2004), Chère Mademoiselle... Alice Ferrières et les enfants de Murat, 1941-1944 (2010), et a codirigé Cévennes, terre de refuge, 1940-1944 (1987).

  • Après un volume inaugural sur les cévennes en 1998, les itinéraires protestants en languedoc poursuivent la première exploration systématique du protestantisme dans la région, en se consacrant au département du gard.
    L'équipe, réunie pour le présent ouvrage, a travaillé avec les mêmes principes de rigueur et d'ouverture qui ont fait le succès du précédent. un balayage chronologique très large - des prémices de la réforme aux réalités actuelles - permet de traiter les guerres de religion au xvie siècle, les campagnes de rohan au xviie la révolte des camisards et la période tragique et glorieuse du désert au xviiie, aussi bien que les restaurations du xixe siècle et le rôle des protestants dans notre siècle, en particulier durant la résistance, afin d'inscrire les paysages, les monuments et les hommes dans une histoire cinq fois séculaire.
    Un découpage par grandes aires naturelles nous fait découvrir cet espace gardois, lieu privilégié du protestantisme français, oú il n'est guère de village sans son temple. le lecteur partira du piémont cévenol (ganges, sumène, saint-hippolyte-du-fort, sauve, quissac, saint-ambroix), parcourra les collines pierreuses et les plaines de la lussanenque, de l'uzège, de la gardonnenque, de la vistrenque, de la camargue et de la vaunage.
    Il s'arrêtera plus longuement dans trois villes qui, chacune, ont joué un rôle particulier dans l'histoire protestante et régionale : alès, qui fut au coeur de la révolte camisarde et de la répression ; uzès, oú, d'abauzit aux gide, s'est écrite une page de l'histoire culturelle de l'europe ; nîmes, enfin, la " genève française ", capitale du protestantisme méridional, par-delà toutes les vicissitudes de l'histoire.
    Coordonné par patrick cabanel, ce volume, fruit de plusieurs années de recherches, réunit de nombreux spécialistes. un ouvrage de 512 pages, avec près de 600 documents en couleurs et noir et blanc, cartes et plans de visite, une bibliographie et un index des noms de lieux et de personnes.

  • Non seulement le plus grand (et le plus radical) des réformateurs a été un Français, Calvin, mais encore le protestantisme a eu dans notre pays un très vif succès, notamment auprès des élites, avant que le pouvoir, loin de basculer dans la religion nouvelle, ne décide de rester fidèle à Rome, et les Français avec lui, fût-ce contre leur gré. S´ensuivra une longue et inexpiable guerre civile, l´intervention des puissances étrangères. Jamais un protestant n´a joui en France des mêmes droits, de la même bienveillance que les catholiques, même entre l´édit de Nantes (1592) et sa révocation (1685). Y compris lorsqu´il n´est pas persécuté, il se trouve persécuté.
    La Réforme n´en imprime pas moins une forte marque sur la société française ; elle touche à peu près toutes les catégories, de certains princes du sang à d´humbles agriculteurs.À l´occasion de l´assemblée du désert qui a lieu cette année le 2 septembre, l´un des tout meilleurs historiens du protestantisme évoque avec la science la plus sûre et la plus récente les destinées d´une partie du peuple français qu´on oublie encore trop souvent.

  • Au début des années 1970, Jean-Pierre Chabrol écrit Le Crève-Cévenne qu'il sous-titre "les chants désespérés". L'ouvrage symbolise le cri d'un pays qui se meurt dans l'indifférence générale. Quarante ans plus tard, les mas sont restaurés, des écoles rouvertes, des espaces à nouveau conquis. Dynamiques, volontiers novatrices, les Cévennes du début du XXIe siècle offrent le visage d'une renaissance. Elles le doivent en partie à un renouveau démographique dont Philippe Joutard avait entrevu l'élan dès la fin des années 1970. En 2011, le Club Cévenol a organisé un colloque sur les nouvelles populations des Cévennes. De là est née l'idée de cet ouvrage. Chaotique, irrégulière, composée de strates disparates, la mutation démographique s'est accompagnée d'initiatives durables et originales, en particulier dans les domaines agricole et touristique. Les Cévennes ne sont pas mortes. Mais "la Cévenne" existe-t-elle encore ? Dans ce pays à l'identité plus culturelle que géographique, élevé dans l'idéal républicain et laïque, "terre de refuge" et de tolérance, l'apparition du vote Front National a été un choc.
    Dans une approche vivante et à plusieurs voix, deux historiens, Patrick Cabanel et Pierre Cornu, trois géographes, Laurent Rieutort, Josselin Tallec, François Taulelle, et une anthropologue, Françoise Clavairolle, mettent en perspective l'histoire récente des Cévennes pour mieux appréhender les défis du territoire en ce début de XXIe siècle.

  • Ferdinand Buisson (1841-1932), Prix Nobel de la Paix en 1927, a eu une très longue carrière religieuse, pédagogique et politique. Elle a fait de lui l'un des hommes les plus importants, et aussi les plus méconnus, de l'histoire de la France contemporaine. On le dit le « numéro deux » de la laïcisation scolaire, au début des années 1880, derrière Jules Ferry. Il a également été à l'origine de l'une des grandes aventures encyclopédiques du siècle, le Dictionnaire de pédagogie (1878-1887). Le pédagogue est entré ensuite en politique, pour prendre une part décisive dans la bataille contre l'Eglise catholique et pour la Séparation. Fidèle sa vie durant à ses engagements de jeunesse, une gauche aux épithètes multiples, religieuse, pédagogique, politique et pacifiste, ce protestant passé par l'expérience de la Suisse ou des Etats-Unis peut être tenu pour le père de la France laïque .

  • Ami de Jules Michelet, mais aussi de Victor Hugo, de George Sand, de Frédéric Mistral, Alexis Muston (1810-1888) fut l'historien et le passeur de mémoire des vaudois, cette infime minorité religieuse des Alpes, qui a opté pour le protestantisme au XVIe siècle.

    Lui-même, également poète, pasteur, médecin, dessinateur, géologue, botaniste, entomologiste, journaliste, a dû s'exiler, de Bobbio Pellice (Italie) à Bourdeaux (Drôme). Il a consacré sa vie à deux épopées. L'une, Valdésie, est en vers. L'autre, en prose, porte ce magnifique titre hébraïsant : L'Israël des Alpes (1851, 2000 pages). son Journal et sa correspondance, deux ensembles monumentaux dépouillés pour la première fois permettent de traverser en sa compagnie un siècle à la fois français, italien, vaudois et européen.
    />
    Patrick Cabanel est directeur d'études à l'école pratique des hautes études, spécialiste de l'histoire des minorités religieuses. Il a édité le premier tome du journal de Muston (PUG,2018);

  • Y a-t-il eu, face aux juifs, des chrétiens différents, capables de soeextraire plus vite de cet antijudaïsme pluriséculaire dont on sait quoeil a frayé la voie à loeantisémitisme dans loeAllemagne luthérienne comme dans la France catholique ? Il semble que ce fut le cas des protestants français. Calvin a été le premier à parler autrement des juifs et de leur salut et, en dépit doeexceptions, ses héritiers loeont suivi, parfois sous les traits doeun millénarisme philosémite.


    Loehistoire a fait le reste. Marquée par les tribulations, loeexil et la fidélité, elle a rendu les huguenots français, nourris de loeAncien Testament, exceptionnellement proches des juifs. Les deux minorités se croisaient dans le Livre, dans la diaspora européenne, dans la modernité. La Révolution française a fait des uns et des autres des citoyens de plein droit, la République laïque les a vus actifs dans plusieurs de ses chantiers. Expérience unique de judéo-protestantisme, que les antisémites et les maurrassiens ont violemment dénoncée. Les protestants ont été dreyfusards. Noeavaient-ils pas eu leur affaire Calas ? De même, pendant les années noires, les replis secrets des Cévennes ont accueilli par centaines les nouveaux parias de Vichy, tandis que loeEglise réformée rappelait publiquement la solidarité des chrétiens et des juifs. Il y a désormais une mémoire partagée, même si le conflit israélo-palestinien est venu troubler les choses.


    Ce sont ces affinités électives entre deux minorités situées tantôt à la périphérie, tantôt au coeur de loehistoire de France, que ce livre a entrepris de décrire.

  • La question nationale est la principale clé de lecture de l'histoire géopolitique européenne au XIXe siècle. Proclamée par la Révolution française, l'idée de nation conduit à une confrontation avec les penseurs allemands (Fichte après Herder), qui culmine au sujet de l'appartenance de l'Alsace en 1870. Elle bouleverse la face du continent, simplifiant les cartes (Italie, Allemagne) ou les surchargeant (décombres des empires multinationaux).
    Longtemps progressiste avec le principe des nationalités, l'idée de nation montre par la suite un visage plus agressif. Tantôt elle sape les fondements de l'État (dans l'Autriche des Habsbourg), tantôt elle le seconde dans sa construction d'une nouvelle citoyenneté. Mais, face à certaines minorités et diasporas, elle est porteuse de sombres promesses, plus tard mises à exécution par la jeune Turquie puis l'Allemagne nazie.
    Ce livre, entièrement révisé pour cette nouvelle édition, montre que la nation tire sa force de son imbrication avec d'autres éléments de l'identité : l'histoire, la langue, la religion, voire les inégalités de développement.

  • Mise en lumière du rôle des protestants pendant la Seconde Guerre mondiale et leur engagement aux côtés de la population juive.

  • Au printemps 1941, commence pour Alice Ferrières une aventure à la fois extraordinaire et « banale » qui ne prendra fin qu'à l'automne 1944. Alice Ferrières (1909-1988), issue d'une famille protestante des Cévennes, est professeur de mathématiques au collège de jeunes filles de Murat, dans le Cantal. Scandalisée par le second Statut des Juifs, elle décide d'apporter son aide aux victimes de l'antisémitisme de Vichy. Alice envoie tout d'abord lettres et colis à des professeurs juifs français victimes du Statut, souvent des Alsaciens, puis à des Juifs étrangers assignés à résidence ou internés dans les camps de Gurs, Noé, Rivesaltes, La Guiche. De véritables amitiés se nouent, que la déportation vers Auschwitz est parfois venue briser net. Le 6 janvier 1943, son soutien aux Juifs prend une tout autre dimension. Arrivent à Murat les premiers enfants ou adolescents qu'il s'agit de cacher dans les collèges de la ville ou dans des familles paysannes des environs. Alice travaille dès lors en étroite collaboration avec les jeunes assistants des oeuvres juives de secours et de résistance. Sa maison ne désemplit plus, il s'y tient même des cours de religion et de sionisme...Mémorialiste scrupuleuse - mais inconsciente, une chance pour nous -, Alice a conservé toutes les lettres que ses « protégés » lui ont adressées, ainsi que les copies de des réponses. Elle a également tenu, en 1943 et 1944, un journal dans lequel sont consignées toutes ses activités et rencontres, heure par heure. Les historiens ont parlé de la « banalité du bien » : on peut ici évoquer sa quotidienneté, accessible pour la première fois à travers un rarissime ensemble de notes et de correspondances croisées.

  • 23 août 1942 : dans une France terrassée par les connivences et les silences, une voix s'élève. Celle de l'archevêque de Toulouse, un homme âgé, infirme, mais que la déportation des juifs à partir des camps situés à la périphérie de la ville a bouleversé. Il fait lire par les prêtres de son diocèse une lettre pastorale au début de la messe dominicale. Le texte est court, à la portée de toutes et de tous. « Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n'est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes. » Ce cri dans le silence vichyssois a contribué à changer les choses - et à sauver l'honneur.

  • - Qui était Alexis Muston ? Ce jeune pasteur vaudois, ami des plus grands poètes français et allemands, a mené une vie pas- sionnée, à la fois poétique, historienne et amoureuse, bien loin de l'austérité que supposait sa qualité pastorale. Avec son jour- nal, dont Patrick Cabanel publie ici le premier tome, il faisait oeuvre littéraire en même temps qu'il écrivait une sortie d'eth- nographie du territoire vaudois.
    - Dans la première partie de l'ouvrage, Patrick Cabanel pré- sente Alexis Muston, avant de livrer l'intégralité de son Journal , accompagné d'un appareil critique éclairant.

  • Contrairement à d'autres régions françaises, les Cévennes n'ont jamais connu de réelle unité politique ou administrative. Aujourd'hui encore, cette région reste partagée entre plusieurs départements, le Gard et la Lozère pour l'essentiel.
    Pourtant, de l'implantation du protestantisme aux faits d'armes de la Résistance et à l'accueil des juifs pendant la Shoah, du temps des Camisards à celui de la révolution industrielle où se développèrent la culture de la soie et l'extraction du charbon, la place de cette terre de refuge est unique dans l'histoire de France. Mais c'est aussi un paysage particulier, tout autant qu'une géographie religieuse, culturelle et littéraire que l'Unesco a saluée en inscrivant les Cévennes au patrimoine mondial de l'humanité (2011).

  • La mémoire urbaine est ici envisagée à partir de plusieurs articles sur les régions et les villes de Perpignan, de Marseille, de Lyon ou de Nanterre. Les auteurs étudient comment l'immigration et les communautés de mémoires qu'elle a créées dans certains quartiers, s'articulent sur des territoires d'échelles différentes. Qu'y ont-elles laissé et pourquoi certains lieux sont-ils tenus pour emblématiques alors même que d'autres n'ont pas produit de mémoire forte. Le souvenir a-t-il disparu car absorbé par l'assimilation ou s'est-il dissolu dans l'oubli ?
    Depuis 20 ans, les politiques de la ville se sont développées au travers des reconstructions après l'effacement de certains quartiers. Dans bien des quartiers d'habitat social, les projets autour d'une mémoire partagée se sont multipliés et entendent renforcer la cohésion sociale quand d'autres associent les habitants aux opérations de rénovation afin d'atténuer la violence symbolique des destructions. Ainsi les politiques publiques prennent en charge le patrimonial au-delà de la conservation des monuments ; elles travaillent à la conservation d'un héritage immatériel, des mémoires de l'immigration, créant ainsi une reconnaissance et éveillant quelquefois des discours concurrents et conflictuels.

  • " toute la famille est réunie autour de la tsf, cette merveilleuse invention.
    Racontez la scène ", " pourquoi doit-on se laver les dents ? ", " que se passe-t-il si l'on met à cuire la viande du pot-au-feu à l'eau froide ? ". ce sont ces sujets de rédaction ou de sciences que l'on proposait aux candidats au certificat d'étude primaires, le fameux certif, il y a cinquante ans. la lecture étonnante et pleine de charme de ces annales nous renseigne d'abord sur l'école. une école républicaine, attentive aux différences entre ses élèves.
    On ne pose pas les mêmes questions aux enfants d'alger et à ceux de paris, aux garçons urbains et aux filles rurales. une école dont la mission est claire : permettre à ceux qui sortiront de l'école d'entrer dans la vie active avec de solides connaissances en français et en calcul bien sûr, mais aussi en sciences, en histoire et en géographie. ainsi formés, il ne fait aucun doute que les garçons trouveront un métier et que les filles sauront " tenir " leur maison.
    Mais c'est aussi à la découverte d'une france encore coloniale et essentiellement rurale que nous emmènent ces sujets. une france d'avant l'europe, les autoroutes et le tgv, d'avant la télévision, la consommation de masse et la libération des moeurs. une france d'un autre temps, d'un autre monde. la france d'il y a seulement 50 ans.

empty