Religion & Esotérisme

  • En lien avec les musées du protestantisme de France et de Genève, l'historien Patrick Cabanel a sélectionné des oeuvres, tableaux, gravures, photographies et autres objets qui sont prétexte à évoquer les grandes pages de l'histoire du protestantisme français. Bien plus qu'une histoire illustrée, ce livre est d'abord celui d'une découverte. Jamais il n'y a eu de beau livre sur le protestantisme, confession iconoclaste qui a fait au XVIe siècle une véritable guerre aux images. Paradoxe ?

    C'est pourtant avec les illustrations majeures présentées ici que s'est forgée l'identité protestante française. Beaucoup plus que des images, elles montrent dans une fascinante mise en perspective comment histoire et mémoire se sont façonnées et construites. Le protestantisme français porte une histoire de résistance et de conquête de la liberté qui, bien au-delà de la France, a marqué l'Europe.

    Voici un livre qui s'ouvre comme un album de famille, avec ses joies, ses peines, ses erreurs, ses souvenirs enfouis, ses oublis, ses moments glorieux, mais aussi sa constance et sa fidélité : une réflexion sur le monde, qui continue de s'écrire.

  • Après un volume inaugural sur les cévennes en 1998, les itinéraires protestants en languedoc poursuivent la première exploration systématique du protestantisme dans la région, en se consacrant au département du gard.
    L'équipe, réunie pour le présent ouvrage, a travaillé avec les mêmes principes de rigueur et d'ouverture qui ont fait le succès du précédent. un balayage chronologique très large - des prémices de la réforme aux réalités actuelles - permet de traiter les guerres de religion au xvie siècle, les campagnes de rohan au xviie la révolte des camisards et la période tragique et glorieuse du désert au xviiie, aussi bien que les restaurations du xixe siècle et le rôle des protestants dans notre siècle, en particulier durant la résistance, afin d'inscrire les paysages, les monuments et les hommes dans une histoire cinq fois séculaire.
    Un découpage par grandes aires naturelles nous fait découvrir cet espace gardois, lieu privilégié du protestantisme français, oú il n'est guère de village sans son temple. le lecteur partira du piémont cévenol (ganges, sumène, saint-hippolyte-du-fort, sauve, quissac, saint-ambroix), parcourra les collines pierreuses et les plaines de la lussanenque, de l'uzège, de la gardonnenque, de la vistrenque, de la camargue et de la vaunage.
    Il s'arrêtera plus longuement dans trois villes qui, chacune, ont joué un rôle particulier dans l'histoire protestante et régionale : alès, qui fut au coeur de la révolte camisarde et de la répression ; uzès, oú, d'abauzit aux gide, s'est écrite une page de l'histoire culturelle de l'europe ; nîmes, enfin, la " genève française ", capitale du protestantisme méridional, par-delà toutes les vicissitudes de l'histoire.
    Coordonné par patrick cabanel, ce volume, fruit de plusieurs années de recherches, réunit de nombreux spécialistes. un ouvrage de 512 pages, avec près de 600 documents en couleurs et noir et blanc, cartes et plans de visite, une bibliographie et un index des noms de lieux et de personnes.

  • Avec ce troisième tome s'achève l'aventure des Itinéraires protestants en Languedoc.
    Les deux premiers volumes se sont attachés à deux forteresses du protestantisme français, les Cévennes puis l'espace gardois, avec sa capitale Nîmes. Le présent ouvrage explore des lieux beaucoup plus divers, avec des campagnes de vieux protestantisme (telle la région de Lunel et Montpellier), des isolats urbains noyés dans la masse catholique (Bédarieux, berceau de Paul Rabaut, ou dans le sud du Rouergue : Millau, Saint-Affrique, etc.), des régions, enfin, où le protestantisme a presque immédiatement échoué, et n'est apparu qu'au XIXe siècle, comme l'Aude et les Pyrénées-Orientales, voire Sète et Béziers.
    Une ville mérite une mention spéciale : Montpellier. La capitale de la région Languedoc-Roussillon ne fut pas seulement la demeure de l'intendant Basville, ni le théâtre où quelques-unes des grandes figures de camisards et pasteurs du Désert trouvèrent la mort. Elle fut aussi, et reste, l'un des principaux centres de la vitalité du protestantisme français, avec ses peintres, de Sébastien Bourdon à Frédéric Bazille et Max Leenhardt, ses architectes, ses industriels, ses maires, ses professeurs, ses médecins, et, depuis 1919, ses théologiens.
    Comme dans les volumes précédents, le lecteur est invité à parcourir l'espace, d'est en ouest et du littoral à la montagne, et le temps, du XVIe siècle jusqu'à l'époque contemporaine. Chemin faisant, il rencontrera des épisodes peu connus de la guerre des camisards, des captifs au destin tragique (à Perpignan et Carcassonne), des intellectuels convertis (Brueys ou Pellisson, mais aussi Renouvier), des négociants aux carrières internationales (issus de Camarès ou installés à Sète), des missionnaires, des résistants et des justes...
    Il pourra réfléchir à ces questions de géographie et d'histoire religieuse récurrentes : pourquoi la Réforme a-t-elle échoué en terre catalane ? ou dans les Corbières, en dépit du brûlant passé hérétique de la région ? Pourquoi s'est-elle en quelque sorte enfermée dans une poignée de villes et bourgs rouergats ? Sans prétendre à l'exhaustivité, ce livre donne à comprendre et à voir.

  • La fabrique des huguenots - une minorite entre histoire  et memoire (xviiie-xxie siecle) Nouv.

    L'objectif de ce livre est d'apporter une contribution à ces fabriques de l'identité dont le XIXe siècle a été si prodigue. Les huguenots, sortis très affaiblis des siècles de persécution (ils ne représentent plus que 2 % de la population), mais toujours là, peuvent puiser dans leur histoire même des titres de durée, de légitimité, d'enseignement et de « gloire ».Ces protestants français deviennent des spécialistes de la commémoration, de la fabrique de lieux de mémoire, de musées, mais aussi de héros et d'héroïnes (toujours victimaires, mais nous savons, notamment en France, que les vaincus sont autant des fondateurs que les vainqueurs). Ce faisant, ils transforment l'identité du groupe : elle n'est plus seulement et banalement religieuse, comme c'était le cas depuis trois siècles ; elle devient historique, mémorielle, culturelle. Elle est de plus en plus déconnectée de la pratique et de la croyance, voire de l'endogamie, et capable de se transmettre sur des générations.C'est aussi un produit de la sécularisation de la société française que cette « huguenotisation » des protestants, ou leur transformation en « protestants de mémoire ». On peut avancer qu'elle a contribué à sauver le protestantisme français, qui aurait probablement connu plus de difficultés à survivre dans la société pluraliste globalisée s'il n'avait été qu'une différence religieuse

  • En cette année où l'on célèbre le 400e anniversaire de l'édit de nantes, nous avons voulu publier l'ouvrage de référence sur le protestantisme en languedoc, une région qui est,dans la mémoire collective, un des lieux symboliques du protestantisme français.
    Ce livre forme un voyage dans l'espace et le temps languedociens, de la réforme à la société contemporaine, suivant entre villes et villages, mer et montagne, les pasteurs, prédicants, combattants, artistes et écrivains, mais aussi tous les fidèles qui ont fait vivre la foi et la liberté protestantes. ce guide de visite et de découverte des hauts lieux comme des sites moins connus donne à lire et à voir un terroir historique, religieux et humain.
    C'est là une valorisation d'un patrimoine culturel auquel le parc national des cévennes a apporté son soutien. coordonné par patrick cabanel, cet ouvrage, fruit de plusieurs années de recherche, réunit de nombreux spécialistes. le premier tome, consacré aux cévennes, nous conduit, en seize itinéraires, des hautes terres gévaudanaises aux grandes vallées cévenoles, et du lozère à l'aigoual. au long de presque cinq siècles d'une histoire fertile, sont évoqués, outre la fameuse révolte des camisards et l'époque du désert, les guerres de religion, les campagnes de rohan, la révolution, la période du réveil au xixe siècle, ainsi que le rôle des protestants et de leurs pasteurs dans la résistance et le sauvetage des persécutés.
    Un ouvrage de 480 pages, comprenant plus de 500 documents en couleur et noir et blanc, avec cartes et plans de visites, plus une bibliographie et un index des noms de lieux et de personnes.

  • Cet essai a pour ambition de revisiter la thèse de l'influence protestante dans les débuts de la Troisième République.
    Il s'efforce de définir de quel protestantisme - libéral -, et de quelle laïcité - religieuse -, il s'agit, et de donner à comprendre ce moment particulier de l'histoire de France où le protestantisme a pu offrir une religion et une morale à des élites nouvelles qui ne voulaient plus du catholicisme. On rencontrera ici plus Quinet que Michelet, plus Renouvier que Comte ou Littré, plus Buisson que Ferry.
    Cette contribution à une autre histoire de l'idée républicaine met en scène des " lieux " décisifs, l'exil en Suisse romande, le Dictionnaire de pédagogie, la Critique philosophique, les Ecoles normales supérieures de Sèvres et Fontenay-aux-Roses, les premiers manuels d'instruction civique...
    Le tout a composé une France studieuse et austère, regardant du côté de maîtres étrangers, Suisses, Allemands ou Américains, désespérant du catholicisme mais apprenant à lire, à méditer, à prier même, comme quelque république puritaine. Surprenante génération, de la défaite de 1870 à l'affaire Dreyfus, avant le retour à un face à face plus classique entre catholiques et anticléricaux.
    L'ouvrage invite également à réfléchir à la manière dont une société peut " sortir " de la religion, selon qu'elle est catholique ou protestante, et va du côté d'une laïcité " sans Dieu " ou d'une religion civile à l'américaine.
    La Troisième République des années 1880, au moins dans son école et sa morale, a penché de ce dernier côté. Elle avait un Dieu, " protestant " ; ou tout au moins un nouveau Port-Royal, où l'ancien pasteur Pécaut apprenait à l'élite féminine du régime l'art de vivre, et même l'art de mourir, selon ses mots. Une poignée d'hommes et de femmes n'ont pas craint alors de retravailler la matière France. Nous sommes les héritiers de ce chantier moins flamboyant, mais peut-être aussi profond que celui de la Révolution française.

  • Au sein du protestantisme français, la famille des Bost s'illustre tout particulièrement. Son aïeul John Bost a fondé une institution qui aujourd'hui gère 75 établissements qui accueillent des handicapés dans la grande tradition spirituelle et avant-gardiste de son inventeur. Ses descendants se sont signalés dans la culture (chanson - Renaud), au cinéma ou dans la pensée (le « petit » Bost fut l'amant de Simone de Beauvoir et l'ami de Sartre). De nombreux Bost s'inscrivent dans une généalogie intellectuelle et spirituelle que ce livre fait ressortir à l'occasion du 200e anniversaire en 2017 de John Bost.

empty