• Paul Driessen, internationalement reconnu pour ses films d'animation, nous présente trois nouveaux contes. Dans Le baptême de l'air, un oisillon apprend à voler de ses propres ailes mais surtout découvre l'importance de l'humilité. Nous découvrons également la difficile et éprouvante vie d'une paire de chaussures et l'histoire de Sherlockoucou, coucou qui enquête sans jamais bouger, mais qui a le sens de la déduction fort développé.

  • Paul Driessen, internationalement reconnu pour ses films d'animation, nous livre deux petits recueils de contes qui constituent sa première production en deux dimensions. Contes délicieux, porteurs de subtiles leçons de vie sous le couvert d´historiettes au ton léger. La terre vue du ciel par un oiseau migrateur change notre angle de vision sur la cruauté du destin; les discussions entre deux trous dans le sable parlent d'orgueil et de compétition; la quête d'un drap sur le sens de sa vie est une réflexion philosophique illustrée. Les petits s'en amuseront beaucoup, et les grands apprécieront ce regard neuf sur des choses si simples, si réelles; des choses qu'on ne nomme pas toujours et qui crèvent les yeux.

  • Quand on m'a raconté ces petits contes, j'ai découvert... Une vague qui navigue les océans avec un canard, un très gros animal et son voisin du dessous et une araignée qui finit en queue de poisson. Mais ce n'est pas tout...

  • Comme l'a noté Patrick Moore, cofondateur de Greenpeace au moment de la sortie de ce livre aux États-Unis, " le mouvement écologique a perdu son objectivité, son éthique et son humanité. Les douleurs et les souffrances qu'il inflige aux populations des pays en voie de développement sont devenues intolérables ". En cet essai lucide et courageux, Paul Driessen explique l'histoire et les tactiques des groupes radicaux qui sont intolérables. Il montre aussi comment les peurs sont disséminées nées dans les pays riches, et à quelles fins. Il montre aussi et surtout l'envers du décor : pendant qu'ici certains s'agitent et parlent d'apocalypse, dans les contrées pauvres du monde, des êtres humains subissent les conséquences en termes de maladies, de famines et de morts prématurées. Certaines idées, dit Driessen, pourraient si on les examine en France ou en Amérique du Nord, sembler n'être que des idées : il importe de dire qu'à cinq ou six mille kilomètres de là, ces idées tuent et laissent derrière elles des millions de cadavres.

empty