• Ouvrage rassemblant des pages des scénarios, des documents de production, des esquisses, des storyboards, des photographies de plateau, des captures d'écran et des affiches sur la trilogie originale de Star Wars : l'épisode IV Un nouvel espoir, l'épisode V L'Empire contre-attaque et l'épisode VI Le retour du Jedi.

  • Le nom d'Alfred Hitchcock est synonyme de suspense ou, plus exactement, d'un suspense captivant, mené de main de maître, presque insoutenable, qui donne la chair de poule, des sueurs froides et fait dresser les cheveux sur la tête. Grâce à des chefs-d'oeuvre comme Rebecca, Sueurs froides, Fenêtre sur cour et Psychose, Hitchcock (1899-1980) a inventé une nouvelle approche cinématographique de l'intrigue et de la peur grâce à sa maîtrise du rythme, à sa subtilité et à son pouvoir de suggestion.
    Ce guide complet retrace la vie et la carrière de Hitchcock, de ses premiers films muets à son dernier long métrage Complot de famille, sorti en 1976. Réactualisé avec des images inédites, le livre, véritable trésor pour les passionnés de cinéma, contient des entrées détaillées pour chacun des 53 films de Hitchcock, un essai pointu qui dévoile ses stratagèmes pour susciter la peur, des clichés du maître en plein travail, sans oublier une liste illustrée de toutes ses apparitions furtives.

  • Photographe exclusif sur les plateaux et lieux de tournage de la trilogie du Parrain de Francis Ford Coppola, Steve Schapiro a eu la chance inouïe de voir des acteurs de légende jouer quelques-unes de leurs plus grandes scènes. En plus de 300 photos choisies parmi les plus belles de Schapiro, ce livre nous permet d'entrer dans les coulisses des scènes de cette inimitable saga cinématographique aux allures d'épopée.

  • Dès l'explosion du phénomène Star Wars sur les écrans en 1977, le public fut aussi fasciné que terrifié par Dark Vador, l'hybride mi-homme mi-machine. En 1999, son créateur George Lucas décidait de raconter l'enfance d'Anakin Skywalker, comment il suivit l'enseignement d'Obi-Wan Kenobi pour devenir un Jedi, comment il découvrit l'amour auprès de la reine de Naboo, Padmé Amidala, puis bascula du côté obscur de sa nature, devenant plus machine qu'homme.
    Force motrice du développement de techniques numériques naissantes, George Lucas savait qu'avec ces outils il pourrait créer de nouvelles créatures et de nouveaux mondes à une échelle jusqu'alors impossible. C'est ainsi qu'il conçut le premier blockbuster numérique et rencontra une résistance farouche quand il milita pour la généralisation des caméras, des décors, des personnages et des projecteurs numériques, que l'industrie cinématographique emploie aujourd'hui largement. Une façon moderne de faire des films popularisée par Lucas.

  • Annoncé comme une « expérience repoussant les limites de l'esprit », L'Homme qui venait d'ailleurs (The Man Who Fell to Earth) de Nicolas Roeg, sorti en 1976, a sidéré le monde du cinéma. Véritable coup de maître dans l'art de la science fiction, le film n'a pas seulement provoqué des hallucinations visuelles et proposé une exploration obsédante de la folie contemporaine, il a aussi permis à une légende du glam-rock, David Bowie, de faire ses débuts d'acteur, dans le rôle principal de l'extraterrestre paranoïaque Newton.

    Inspiré du roman de science-fiction L'Homme tombé du ciel (The Man Who Fell to Earth) signé Walter Tevis, L'Homme qui venait d'ailleurs suit le destin de Newton, un extraterrestre débarqué sur terre pour y trouver de l'eau : sa transformation en riche entrepreneur grâce aux technologies révolutionnaires de sa planète d'origine, son éveil à la sexualité avec la jeune Mary-Lou, puis la révélation de son identité d'extraterrestre, son emprisonnement, son abandon et son basculement vers l'alcoolisme. Dans tout le film, Roeg convainc par son séduisante casting, dont Bowie bien sûr, excellent dans son personnage de voyageur de l'espace décalé, mais aussi Candy Clark, Rip Torn et Buck Henry, interprètes parfaits dans leur rôle.

    Pour célébrer les 40 ans de ce film culte, TASCHEN sort son The Man Who Fell to Earth avec une profusion d'images extraites du film ou prises pendant le tournage par le photographe de plateau David James, y compris les nombreux clichés d'un Bowie jouant à plein sur son ambiguïté. Une introduction inédite dévoile le tournage du film et son impact au-delà, grâce au récit exclusif de David James, témoin direct de la naissance de ce chef-d'oeuvre de la science-fiction.

  • Un an après son arrivée à Hollywood en 1914, Chaplin, né en Grande-Bretagne, est devenu le roi du burlesque aux États-Unis en jouant le vagabond. Au bout de deux ans passés sur les écrans, il a vu sa renommée s'étendre au monde entier -il a été la première star de cinéma internationale- ce qui lui a valu un contrat d'un million de dollars, faisant de lui l'un des hommes les plus riches au monde, avec un contrait à un million de dollars, son propre studio et son groupe de proches collaborateurs. De l'Alaska au Zimbabwe, le chapeau melon, la canne, le pantalon trop grand et les chaussures de clown de son «vagabond» composent la silhouette la plus identifiable au monde.
    />
    Grâce à un accès illimité aux archives Chaplin, TASCHEN présente le livre de référence sur l'élaboration de chacun de ses films. Avec 900 images, parmi lesquelles des instantanés tirés des films, des mémos, des story-boards et des photos de plateau, ainsi que des entretiens avec Chaplin et ses plus proches collaborateurs, il dévoile les ficelles du génie de Chaplin, de ses premiers courts-métrages impromptus et spontanés, à ses plus grands films, pour lesquels il multipliait méticuleusement les prises et retravaillait les gags: Le Kid (1921), La Ruée vers l'or (1925), Le Cirque (1928), Les Lumières de la ville (1931), Les Temps Modernes (1936) et Le Dictateur (1940), parodie provocatrice du régime hitlérien.

  • 100 film noirs

    Paul Duncan

    • Taschen
    • 12 Juin 2014

    Entrez dans un monde peuplé de détectives, de gangsters, de psychopathes et de femmes fatales où escroquerie, luxure et trahison sont monnaie courante. Si votre coeur bat un peu plus vite, c'est que ce livre, premier ouvrage de photographies présentant le film noir et néo-noir long-métrage par long-métrage, est fait pour vous.
    Vous commencerez ce voyage cinématographique avec les films muets allemands et français, premières influences du genre, avant de passer par des oeuvres de référence comme Assurance sur la mort, Le Facteur sonne toujours deux fois et Vertigo, avant d'arriver aux plus récents Chinatown, Pulp Fiction, Memento, sans oublier le déjà culte Drive. Les entrées comprennent des affiches, beaucoup de photos d'exploitation rares, des informations sur les acteurs et les équipes de tournage, des citations tirées des films ou de critiques et des analyses des oeuvres. Réalisateur, spécialiste du genre et scénariste de Taxi Driver, Paul Shrader a signé l'introduction de ce joyau noir. Peuplé des plus grands réalisateurs du genre, comme Hitchcock, Wilder, Welles, Polanski, Mann et Scorsese, le livre rend également hommage à ses incarnations légendaires comme Mitchum, Bogart, Hayworth, Bergman, Grant, Bacall, Crawford, Nicholson, Pacino et bien d'autres encore.

  • The James Bond archives

    Paul Duncan

    Vivre et laisser mourir.
    Un demi-siècle de Bond, James Bond.
    «Bond, James Bond.» Depuis que Sean Connery a prononcé cette formule culte en 1962, le plus fringant des agents secrets de l'histoire du cinéma a séduit et fait vibrer le public dans le monde entier. Le personnage irréprochablement british créé par l'auteur Ian Fleming a été le héros de 23 films produits par EON, incarné par 6 acteurs différents sur plus d'un demi-siècle.

    Pour célébrer les 50 ans de cette franchise innovante, les producteurs d'EON ont ouvert à Paul Duncan leurs archives de photos, de dessins, de storyboards et d'autres éléments liés aux tournages. Il s'est plongé pendant deux ans dans plus d'un demi-million d'images, écumant une centaine de fichiers. Le résultat: une immersion totale dans les coulisses de la série, couvrant tous les films de James Bond jamais réalisés, de Dr. No (1962) au Skyfall à venir, sans oublier la parodie Casino Royale (1967) et Jamais plus jamais (1983).


    Les images, à couper le souffle, illustrent l'histoire orale racontée par plus de 150 acteurs ou membres des tournages qui révèle les dessous des films de James Bond. Avec ses photographies et reproductions inédites, ainsi que ses notes de production, ce livre représente un fabuleux hommage à la légende de James Bond.

    -Un livre pour fêter le cinquantième anniversaire de la série cinématographique la plus ancienne encore en existence et la plus populaire de toute l'histoire du septième art !
    -Grâce à un accès illimité aux archives de la série, cet ouvrage au format XL retrace toute l'histoire de James Bond en textes et en images.
    -Les 1 100 illustrations comprennent de très nombreuses images inédites: photographies de plateau et de travail, notes de service, documents, story-boards, affiches, dessins et projets, croquis non utilisés.
    -Les histoires des tournages, racontées par ceux qui les ont vécus: producteurs, réalisateurs, acteurs, scénaristes, chefs décorateurs, techniciens en effets spéciaux, cascadeurs et bien d'autres membres des différentes équipes.
    -Tous les James Bond passés en revue, de James Bond contre Dr No (1962) à Skyfall (2012).
    -En cadeau, uniquement avec le premier tirage de l'ouvrage: un morceau de film d'une copie de James Bond contre Dr No.

  • Bergman

    Paul Duncan

    Ingrid Bergman dépassait cette simple image de sensualité solaire que l'on a souvent d'elle et qui avait d'abord fasciné les spectateurs du monde entier, juste après la Seconde Guerre mondiale, à travers des films comme Casablanca, Hantise, La Maison du docteur Edwardes ou Les Enchaînés. Ensuite, elle est allée de succès en succès avec Anastasia, L'Auberge du sixième bonheur, Indiscret ou Sonate d'automne. Elle était aussi une actrice ambitieuse et passionnée, acclamée pour ses rôles dans des pièces de Strindberg, O'Neill, Cocteau ou Maugham. Ingrid Bergman vivait les réactions du public comme une expérience sensuelle plus durable qu'aucune de celles qu'elle avait jamais connues avec mari ou amant.

  • Marilyn Monroe

    Paul Duncan

    "Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur elle", prévient Elia Kazan dans son autobiographie. L'icône que tout le monde chérit sous le nom de Marilyn Monroe n'est en effet qu'une brillante création née de l'imagination d'une femme intelligente, voluptueuse, fascinée par la gloire et déterminée qui s'appelait en réalité Norma Jean Mortenson. Pur produit d'Hollywood, Marilyn a traversé le temps avec autant d'éclat que deux autres célèbres personnages créés de toutes pièces, Charlie Chaplin et Cary Grant. Rien de tel qu'une réputation de bombe sexuelle pour faire flamboyer un mythe posthume (vous n'avez qu'à demander à Cléopâtre). Norma Jean a payé le prix fort pour devenir Marilyn, mais elle est toujours là et place haut la barre pour celles qui se prennent pour de nouvelles déesses.

  • Kubrick

    Paul Duncan

    • Taschen
    • 24 Janvier 2008

    Si Stanley Kubrick (1928-1999) fut l'un des cinéastes les plus estimés de tous les temps, il fut aussi l'un des plus énigmatiques. Sa première contribution fut la réalisation, à 26 ans, de l'ambitieux Baiser du tueur, produit en indépendant, et à peine quelques années plus tard il travaillait avec des acteurs de la trempe de Kirk Douglas, Laurence Olivier et Peter Sellers sur des oeuvres aussi essentielles que Lolita ou Spartacus. Ayant acquis le soutien des acteurs, des producteurs et des studios avec ses premiers films, Kubrick obtint la liberté créatrice nécessaire à la réalisation de chefs-d'oeuvre sans compromis tels que 2001, l'Odyssée de l'espace, Orange mécanique et Barry Lyndon. En achevant Eyes Wide Shut (1999) juste avant sa mort prématurée, Kubrick a laissé une oeuvre brillante et déconcertante.

  • Embarquez pour un voyage hallucinant au fil des chefs-d'oeuvre du cinéma de science-fiction avec ce recueil des meilleures affiches des film du genre. Ésotériques ou extravagantes, elles présentent certains des succès de pointures comme Steven Spielberg, Ridley Scott, George Lucas ou James Cameron, et se révèlent tout aussi épiques et imaginatives que les films eux-mêmes.
    Les images sont présentées chronologiquement et par thèmes, afin de composer à la fois une histoire visuelle de la science-fiction au cinéma et une exploration captivante des grands sujets récurrents du genre comme le voyage dans le temps, l'opéra de l'espace, les univers post-apocalyptiques et les dystopies. Indispensable à tous les cinéphiles, ce recueil de chefs-d'oeuvre fantastiques et futuristes rend hommage aux horizons créatifs de l'ailleurs, qu'ils s'expriment dans une image emblématique, ou sur grand écran.

  • Sinatra

    Paul Duncan

    Avant de devenir "The Voice", Frank Sinatra était surtout un enfant des années jazz et d'une certaine insouciance. Tout au long d'une carrière fulgurante qui fait de ce serveur passionné de chant l'une des plus grandes stars de la chanson, Sinatra est resté simple, à sa manière: "Je ne fais pas partie de ces types paumés et compliqués. Je ne cherche ni le secret ni le sens de la vie. Je me contente de vivre au jour le jour en profitant de ce qui se présente." Le charismatique Sinatra était à la fois un pragmatique et un visionnaire, un artiste modèle du XXe siècle qui déclare à la fin de sa vie: "On ne vit qu'une fois, et vu la vie que je mène, une fois, ça suffit bien."

  • Presley

    Paul Duncan

    Elvis Presley aurait été le premier à se moquer du culte délirant qu'on lui voue comme à un dieu depuis sa mort, mais il aurait certainement compris ce besoin très humain qui déchaîne de telles passions. Il partageait et entretenait cette même aspiration. Il chantait et dansait avec une violence et une grâce envoûtantes. Pourtant, il pouvait aussi se montrer étrangement passif, totalement dénué d'ambition, ce qui a empêché sa carrière de prendre de l'ampleur après ses premières années de fougue et de succès. Mais la flamme des débuts brûle encore, et la figure mythique du King demeure aujourd'hui encore incontournable.

  • Mcqueen

    Paul Duncan

    Steve McQueen a eu du mal à concilier son statut de star internationale avec son profond besoin de solitude. Par son jeu à la fois naturel et puissant, il paraissait proche de ceux qui le voyaient au théâtre, à la télévision, dans les cinémas ou sur les couvertures des magazines dans le monde entier. Il se sentait parfois plus à l'aise sur une moto que devant la caméra, et, par deux fois au sommet de sa carrière, il a décidé de prendre plus d'un an de congé loin des projecteurs. Mais en dépit de tout cela, et bien qu'il soit mort jeune, il a laissé une empreinte indélébile. En s'appuyant sur des photos, sur ce qu'il a dit ou ce que l'on a dit de lui, ce livre retrace l'ascension du jeune délinquant devenu la star la mieux payée d'Hollywood.

  • K. Hepburn

    Paul Duncan

    Katharine Hepburn devait être prédestinée à devenir le symbole de la femme moderne sur scène et à l'écran comme dans la vie. Avec un esprit de compétition prononcé, secrète et indépendante, Hepburn formait un mélange détonnant: un quart de l'athlète olympique Babe Didrikson, un quart de l'aviatrice Amelia Earhart et deux quarts de Greta Garbo. Bien qu'elle ait souvent donné la réplique aux plus grands acteurs d'Hollywood, comme Humphrey Bogart (L'Odyssée de l'African Queen), Cary Grant (L'Impossible Monsieur Bébé), James Stewart (Indiscrétions) ou Spencer Tracy (Madame porte la culotte, La Femme de l'année), Hepburn a également, au cours d'une carrière de quatre-vingts ans à l'écran comme à la scène, porté des films sur ses propres épaules comme dans Vacances à Venise, Les Quatre filles du docteur March ou Sylvia Scarlett. Elle ne s'est jamais sentie chez elle à Hollywood (où elle a remporté quatre Oscars) ni à New York, mais ne se sentait bien que dans le Connecticut, où elle est morte en se plaignant: "J'aurais pu en faire trois fois plus. Je n'ai pas pleinement exploité mon potentiel."

  • Grant

    Paul Duncan

    L'éternel gentleman "Vous dites que tout le monde voudrait être Cary Grant? Même moi, j'aimerais être Cary Grant." - Cary Grant À l'égal de Charlie Chaplin, Cary Grant est le plus grand personnage de composition du cinéma. Tout comme Chaplin, Cary Grant grandit dans la pauvreté, s'entraîne comme acrobate, et rayonne de confiance en lui, de romantisme et d'espièglerie - mais il sait mieux choisir ses costumes. Son sens parfait du rythme et de la lumière, sa patte de velours qui dérobe le coeur des femmes en faisaient l'acteur idéal pour jouer les héros à la fois braves et enjoués de comédies romantiques, dans des grands classiques comme Elle et lui, Les Enchaînés, La Dame du vendredi, La Mort aux trousses, L'Impossible Monsieur Bébé ou La Main au collet. Le personnage a fini par prendre le pas sur l'homme: il a cessé de jouer "Cary Grant" pour devenir Cary Grant, tout simplement. Que souhaiter de mieux?

  • Dietrich

    Paul Duncan

    Marlène Dietrich a déclaré un jour: "Je ne suis pas un mythe." Mais il suffisait de le nier pour que le mythe prenne corps. Si on regarde la définition du mot dans n'importe quel dictionnaire, alors oui, Marlène Dietrich est bel et bien un mythe. Son image a été façonnée par le réalisateur Josef von Sternberg dans des films comme L'Ange bleu, Shanghai Express ou L'Impératrice rouge. Dietrich a ensuite poursuivi sa carrière à Hollywood avec, entre autres, Femme ou démon, L'Ange des maudits, ainsi qu'une prestation remarquable dans Témoin à charge, de Billy Wilder. Elle a fait l'objet d'un véritable culte pour des millions de personnes pendant des décennies, y compris ce XXIe siècle post-moderne pourtant blasé. Elle est la "pin-up des intellectuels", décrite par l'auteur Herman G. Weinberg, celle des réalisateurs comme des critiques. Elle est le monstre sacré, comme l'écrivait encore récemment l'un de ses biographes. Elle est son propre "produit de qualité supérieure", selon l'expression de sa fille, fabriquée et perfectionnée par son imagination fertile. Autrement dit, Marlène Dietrich est une icône intemporelle.

  • "Le mystère est mystifiant; c'est quelque chose d'intellectuel. Le suspense, lui, est émotionnel." - Alfred Hitchcock Le nom d'Hitchcock est synonyme de suspense ou, plus exactement, d'un suspense captivant, mené de main de maître, presque insoutenable, qui donne la chair de poule, des sueurs froides et fait dresser les cheveux sur la tête. Grâce à des chefs-d' uvre comme Rebecca, Sueurs froides, Fenêtre sur cour et Psychose, Alfred Hitchcock (1899-1980) a conçu une approche extrêmement originale de l'art de faire du cinéma, souvent imitée sans jamais être égalée; son talent à envoûter et à effrayer progressivement le spectateur, sa subtilité et son pouvoir de suggestion lui ont valu une réputation prestigieuse qui n'a fait que croître avec le temps. Il est, et sera à jamais, le maître du suspense cinématographique. Ce livre, qui retrace l'ensemble de sa vie et de sa carrière, de ses premiers films muets à son dernier long métrage en 1976, contient également un bonus spécial que les fans d'Hitchcock apprécieront tout particulièrement: une liste illustrée et annotée de chacun de ses caméos.

  • Passé, présent, futur : le monde à travers l'oeil de Kubrick La carrière exceptionnelle d'un génie du cinéma Stanley Kubrick (1928-1999) fait partie des cinéastes les plus brillants de toute l'histoire du cinéma, mais c'est aussi l'un des plus énigmatiques. Il fait irruption dans le monde du cinéma à 26 ans avec Le Baiser du tueur, un film ambitieux en production indépendante, et, en quelques années à peine, il se met à diriger des stars comme Kirk Douglas, Laurence Olivier et Peter Sellers sur des films cultes comme Lolita ou Spartacus. Grâce à ses premiers succès, Kubrick gagne le soutien des acteurs, des producteurs et des studios, ce qui lui permet d'acquérir cette liberté de création essentielle à la réalisation de chefs-d' uvre sans concession comme 2001: L'Odyssée de l'espace, Orange mécanique ou Barry Lyndon. Il a tout juste le temps d'achever Eyes Wide Shut en 1999 avant de mourir prématurément. Kubrick laisse derrière lui une uvre cinématographique à la fois surprenante et géniale.

  • De Niro

    Paul Duncan

    "C'est à moi que tu parles ?" Pour la plupart des cinéphiles, l'acteur Robert De Niro évoque des termes comme « intense », « violent », « de la rue » ou « revêche ». C'est l'image que De Niro s'est bâtie avec application tout au long des 50 années de sa carrière. Utilisant les gestes, la voix et plus encore l'expressivité de son regard pour convaincre le public de l'intensité de ses émotions et du côté dérangeant qu'il donne à ses personnages, depuis ses premiers films comme Mean Streets, en passant par ses portraits d'hommes violents et perdus comme le Travis Bickle de Taxi Driver et le Jake LaMotta de Raging Bull, jusqu'au tour de force comique du père maniaque qu'il interprète dans Mon beau-père et moi. Son parcours, de l'adolescent perturbé confronté à une célébrité difficile jusqu'à l'activiste engagé, suit la trajectoire de plusieurs de ses personnages qui évoluent du désespoir vers une certaine forme de rédemption, fût-elle peu conventionnelle. Dans le monde de De Niro, l'art et la réalité sont en effet souvent impossibles à démêler.

  • J. Depp

    Paul Duncan

    Poète, Pirate, Libertin Comment serait-il possible de décrire la beauté étrange d'Edouard aux mains d'argent, d'Ed Wood, d'Ichabod Crane dans Sleepy Hollow, de Donnie Brasco, de Don Juan DeMarco, du capitaine Jack Sparrow et de Sweeney Todd, sans le prodigieux don d'interprétation de Johnny Depp ? Comment définir ces immenses personnages en une seule phrase autrement qu'à la lumière de sa curiosité et de son imagination infinies ? S'il n'existait pas, il faudrait au moins six autres interprètes pour accomplir ce qu'il a accompli jusqu'à présent durant sa carrière. Peu d'acteurs depuis Cary Grant ont réussi à être en même temps aussi androgynes et aussi masculins. De l'adolescent rebelle à l'acteur accompli travaillant avec des réalisateurs aussi talentueux qu'Emir Kusturica, Terry Gilliam, Roman Polanski, Jim Jarmusch, et John Waters, Depp poursuit une carrière originale et couronnée de succès.

empty