• Célèbre au Royaume-Uni depuis les années 70 pour son travail de presse et sa longue collaboration inaugurée en 1977 avec The Guardian, quotidien de la bourgeoisie progressiste britannique, Posy Simmonds n'a été découverte en France qu'à l'aube du xxi e siècle, avec la publication chez Denoël de son premier roman graphique, Gemma Bovery. Depuis, trois de ses livres adultes, Tamara Drewe, Literary Life et Cassandra Darke ont paru chez nous, ainsi qu'une poignée d'albums jeunesse dont le fabuleux Fred, l'histoire d'un chat ordinaire le jour, rock star la nuit, ou le délicieux Chat du boulanger. Ce qui signifie que le public français ignore encore les deux tiers de l'oeuvre de cette artiste prolifique, qui ne cesse de remettre ses idées sur le métier pour les raffiner. Objet d'un nombre considérable d'articles, de critiques enthousiastes et de savantes exégèses, le travail graphique de Posy n'avait jamais encore été rassemblé dans un artbook.
    C'est chose faite grâce à Paul Gravett, journaliste et critique anglais de bande dessinée, auteur et éditeur d'ouvrages sur le manga ou les comics, directeur du Festival Comica, commissaire de nombreuses expositions, dont celle que le Pulp Festival de la Ferme du Buisson consacre en avril prochain à Posy Simmonds, la première en France de cette importance. Proche de l'auteure, cet érudit du monde graphique réunit, dans cet ouvrage riche et concis, un portrait rapproché et une étude en profondeur des méthodes de travail très particulières de celle que la presse de son pays a surnommée « la mère du roman graphique anglais ». On y découvre une Posy très drôle, d'une totale liberté de penser, à la main sûre et au regard acéré, redoutable caricaturiste de son temps, toujours lucide, jamais cruelle, passionnée par les rapports humains et les failles qui divisent la société, riches contre pauvres, enfants contre parents, villes contre campagne, observatrice infatigable des grandeurs et vicissitudes de notre présent. Une artiste considérable qui s'inscrit dans la lignée de l'humour graphique anglo-saxon à la suite des William Hogarth, Osbert Lancaster, Ronald Searle ou Raymond Briggs. Cette promenade en 120 images dans la partie inexplorée de son oeuvre (incluant de très rares images de jeunesse) entraînera le flâneur français à la découverte de merveilles inconnues comme Les Trois Silencieuses de St Botolph, True Love ou Le Journal de Mrs Weber,  qui font se tordre de rire ses contemporains depuis de longues décennies. Complément et compagnon indispensable de Cassandra Darke, So British ! L'Art de Posy Simmonds paraît à la même date, synchrone avec l'inauguration de l'exposition de la Ferme du Buisson.

  • Mangasia

    Paul Gravett

    Plus de 100 ans de créativité dans la bande dessinée et l'animation asiatique commentée dans ce splendide ouvrage, unique en son genre. Des artistes originaires du Japon, de la Chine, de Taïwan, de la Corée du Sud comme de la Corée du Nord, de Thaïlande, de Malaisie, d'Indonésie, du Cambodge, du Sri Lanka, des Philippines, du Vietnam, de l'Inde, du Pakistan, et du Bangladesh sont réunis dans cet album qui présente tous les genres, toutes les thématiques et toutes les techniques asiatiques.
    Des repères chronologiques, des cartes, viennent compléter cette histoire de la bande dessinée asiatique et aident à bien comprendre l'évolution du manga et les différentes traditions dont il est issu.
    Paul Gravett, mondialement reconnu comme grand connaisseur du genre, explique clairement, avec de nombreux exemples à l'appui, l'évolution des interprétations des différents mythes et légendes que les auteurs de mangas ont repris pendant plus d'un siècle. Il revient sur la forte créativité qui a marqué la fin des années 40 (juste après la Seconde Guerre mondiale) avec l'émergence d'artistes comme Osamu Tezuka et son célèbre manga Astro Boy. Sa technique visuelle très dynamique a été par la suite maintes fois copiée.
    Il aborde aussi la partie plus adulte, plus obscure du manga, qui parle de sexualité sans tabou, qui critique le pouvoir politique et remet en question l'autorité en général.

    Illustré de centaines de planches inédites, cet ouvrage est indispensable à tous les lectures de mangas qui veulent en savoir plus sur les origines complexe d'un genre aujourd'hui plébisicité par les adolescents du monde entier.

  • Apparus en Europe dans les années 90, avec Akira et Dragon Ball, les mangas sont devenus en une décennie un véritable phénomène de société.
    L'esthétique du manga est sortie de la page imprimée et s'est diffusée dans la culture des jeunes Occidentaux en investissant les jeux vidéo, l'animation, le cinéma et la publicité. L'incompréhension et l'inquiétude des parents ont été à la hauteur de l'engouement de leurs enfants ; les préjugés sur " le sexe et la violence " dans les mangas reposent toutefois sur une méconnaissance de ce média, qui se révèle d'une inventivité et d'une diversité insoupçonnées.
    Manga : Soixante ans de bande dessinée japonaise est une introduction accessible, complète et très richement illustrée à l'histoire des bandes dessinées japonaises de 1945 à nos jours. Présentant un large choix d'extraits, cet ouvrage érudit aborde des thèmes comme les spécificités du manga par rapport à la bande dessinée occidentale, la vie et l'oeuvre d'Osamu Tezuka, " père " de la bande dessinée et de l'animation japonaises, les mangas masculins des années 60 à aujourd'hui, les mangas féminins et leur approche de la sexualité, les styles plus matures du gekiga, ainsi que les histoires de samouraïs, d'horreur et de science-fiction.
    Des mangas les plus populaires aux oeuvres d'avant-garde de la légendaire revue Garo, de Lone Wolf and Cub et Evangelion à Quartier lointain de Taniguchi et à L'Homme sans talent de Tsuge, ce livre répondra à la curiosité et à l'intérêt de plus en plus marqués du public français pour le manga.

  • Anglais Comics art

    Paul Gravett

    Richly illustrated with many images taken from original artwork and rare artefacts, Comics Art gives a fascinating, accessible guide to some of the special properties of sequential art, such as panels, page layouts, speech balloons and wordless or 'silent' narration. It addresses concerns about how comics perpetuate stereotypes and support the status quo, while assessing their growing significance, notably through autobiography and reportage, as vehicles for provocative voices often silenced in other media.

  • A collection of crime comics - the 24 best graphic short stories in the crime genre, spanning all the colours of noir, from classic American newspaper strip serials and notorious uncensored comic books to today's global graphic novel masterpieces.

  • Whether you are a serious comic collector, a devoted Watchmen fan, or simply have fond memories of the comics you once read as a child, 1001 Comic Books You Must Read Before You Die is the book for you.

empty