• Rome, printemps 1378.
    La ville est en effervescence. Le dimanche de Pâques, on a couronné un nouveau pape, un Italien, Urbain VI. Les Romains n'ont pas assisté à une élection pontificale depuis... soixante-quinze ans, car les sept derniers papes, tous d'origine française, ont choisi de résider à Avignon. La papauté est-elle de retour dans la Ville éternelle ? C'est oublier les cardinaux, qui supportent mal la manière dont Urbain les traite.
    Au début de l'été, ils quittent Rome et désignent un nouveau pape, Clément VII, qui s'installe dans le palais de ses prédécesseurs à Avignon. L'Eglise, désormais, a deux têtes. Le Grand Schisme a commencé. Jusqu'en 1417, deux lignées de pontifes vont s'affronter: à Avignon connue à Rome, ils activent des réseaux diplomatiques complexes pour rallier les puissances européennes, ils guerroient par mercenaires ou par théologiens interposés, ils lèvent.
    Des impôts divers pour remplir des caisses toujours vides. Guerres, chantages, excommunications, alliances et défections aboutissent à des situations extravagantes: on verra ainsi le roi de France décider, en 1398, de soustraire son royaume à toute obédience, un épisode inédit dans l'histoire de la Chrétienté; on encore, en 1409. non plus deux, niais trois papes revendiquer le trône de saint Pierre.
    Ce livre raconte l'extraordinaire partie d'échecs qui a mis aux prises l'Europe entière, quarante ans durant.


  • Aussi curieux que cela
    paraisse, on prie peu
    Joseph au Moyen Âge. Ce
    vieillard au rôle guère
    reluisant, ni précurseur, ni
    apôtre, ni martyr, sollicite
    peu les fidèles et embarrasse les théologiens : que faire de son épineux
    statut d'époux de la Vierge ? Quelle paternité attribuer à celui qui a élevé
    le fils de Dieu oe
    À partir du XIVe siècle, Joseph sort de l'ombre : les franciscains débattent pour
    savoir s'il est le dernier des patriarches ou le premier des saints, et ils érigent
    l'humble charpentier en modèle pour tous les chrétiens. Au siècle suivant, alors
    que le Grand Schisme divise la chrétienté tout entière, que la France est
    déchirée par les rivalités entre Armagnacs et Bourguignons, c'est une véritable
    campagne de promotion en faveur de Joseph qui est lancée : à sa tête, Gerson,
    l'un des plus célèbres théologiens de l'époque, se dépense sans compter pour
    célébrer les noces de Joseph et de Marie, louer la paternité responsable de celui
    qu'il qualifie de «saint» et l'égaler, enfin, à Jean-Baptiste. À la fin du XVe siècle,
    l'Église institue une fête en l'honneur de Joseph ; une authentique dévotion
    populaire naît alors, qui connaîtra son apogée au XIXe siècle.
    Ce que ce livre relate, s'appuyant sur des textes et des images fort variés, c'est
    l'histoire d'une ascension liturgique et symbolique unique, celle de la figure la
    plus touchante, la plus humaine peut-être, du christianisme : un père qui
    accompagne avec tendresse les gestes d'une mère et de son enfant.


  • @page { margin: 2cm }p { margin-bottom: 0.25cm; direction: ltr; color: #00000a; line-height: 120%; text-align: left; orphans: 2; widows: 2 }p.western { font-family: Calibri, serif; font-size: 12pt; so-language: fr-FR }p.cjk { font-family: Yu Mincho; font-size: 12pt; so-language: ja-JP }p.ctl { font-family: Arial; font-size: 12pt; so-language: ar-SA }a:link { color: #0563c1 }Qu'il s'agisse de guides touristiques ou bien de panneaux de signalisation routière, Avignon est souvent qualifiée de « cité des papes ». Si la période de la papauté médiévale continue de marquer l'identité culturelle des Avignonnais, il faut néanmoins se rappeler que les rapports entre la ville et le pontife n'ont pas toujours été idylliques...Loin de toute banalisation, le regard perçant de Paul Payan déniche les secrets cachés entre les pierres du Palais des papes, dans ce livre issu d'un cycle de conférences données au Théâtre du Chêne Noir. Arraché aux slogans touristiques et aux cartes postales, le passé pontifical de la ville est enfin rendu aux habitants, aux spécialistes et à tout curieux.Délivrés de leur lourde chape mythique, le bâtiment et la communauté qui peuplait ses salles sont interpellés en tant que simples témoins. En retraçant un pan d'histoire et de civilisation, le Palais nous conduit à la redécouverte de nos « frères du passé ».

  • Cet ouvrage est une rencontre entre le pasteur évangélique Carlos Payan et le catholique Pierre de la Chapelle sur le sujet de la guérison. Ils répondent tous deux à cent questions du journaliste Paul Ohlott, tissant de façon pertinente la trame de ce livre. Grâce à ce triple regard, ils apportent avec humilité leur compréhension de la guérison basée sur leur connaissance de la Bible mais également sur leur expérience dans le cadre de soirées de guérison oecuménique.

empty