• Une étude anthropologique sur les interactions de la culture et des musées.

    Alors que nous sommes plongés dans un brassage inédit des civilisations et que nous baignons dans un plasma culturel planétaire, définir la culture légitime représente un enjeu primordial. Dans ce contexte les musées occupent une place déterminante. En deux siècles, ils sont devenus un acteur majeur de la culture et de la connaissance, une « matrice » de sélection et d'interprétation du patrimoine que les sociétés transmettront aux générations futures.

    Pour comprendre ce phénomène, Paul Rasse revient sur les conceptions historiques de la culture et sur leur évolution, jusqu'au melting pot de la mondialisation. Il se focalise ensuite sur les musées, montre quelles étaient leurs fonctions dans le domaine de l'art, de la science et de la technique et comment, alors qu'ils paraissaient condamnés par la modernité, ils ont su se réinventer en « média », jusqu'à devenir l'une des institutions culturelles les plus brillantes du moment. Décryptant les dynamiques de médiation, en particulier l'attention aux publics qui gagne progressivement tous les domaines de la création, l'auteur nous fait sentir de manière concrète comment les musées contribuent à la culture de notre société postmoderne.

  • Dans le monde de la culture, le concept de projet est devenu un outil essentiel pour la dynamique de création, le travail en réseau des artistes, la recherche de financements, comme pour la maturation des initiatives et leur communication. Curieusement, le domaine de la culture était resté étranger à la démarche de projet, mais l'inflation des propositions artistiques, dans une période de crise des moyens disponibles, a bousculé les règles du jeu, lui imposant de se réinventer et de se professionnaliser. Nous nous sommes efforcés de prendre la mesure de ces transformations pour ressaisir la démarche de projet dans sa dynamique, puis de mettre en avant l'esprit de la méthode de façon à dégager des modèles opérationnels que chacun puisse mettre en pratique, en fonction des caractéristiques de son domaine d'activité dans le monde de la culture. Ce Dossier d'expert fait plus que combler un vide : en conjuguant théorie et pratique au travers du prisme des méthodes de projet, il analyse la dynamique du développement culturel pour y lire les grandes mutations en jeu. L'ouvrage accompagnera les créateurs et les professionnels de la culture dans la conception et le management de projets ou, sur le versant des politiques culturelles, dans le pilotage des appels d'offres et l'évaluation des demandes de financement public. Car le projet est devenu une figure essentielle de notre hypermodernité, un outil indispensable à tous ceux qui ambitionnent de jouer un rôle actif dans les univers artistiques contemporains.

  • Le concept de projet occupe une place importante au sein de la littérature managériale. Curieusement, dans le champ de la culture, secteur d'activité en plein essor si l'on en juge par la croissance des budgets que lui consacrent les collectivités, il n'existait pas jusqu'à aujourd'hui d'ouvrage qui lui soit consacré.
    Ce dossier fait plus que combler un vide : en conjuguant théorie et pratique au travers du prisme des méthodes de projet, il analyse la dynamique du développement culturel pour y lire les grandes mutations en jeu. C'est un manuel qui accompagnera les professionnels de la culture dans l'analyse et la défense de leurs pratiques, dans la conception et le management de projets, ou encore, sur le versant des politiques culturelles, dans le pilotage des appels d'offres et dans l'évaluation des demandes de financement public.

  • Le musée demeurera sans doute comme l'institution culturelle caractéristique de cette fin de siècle, où s'inventent de nouveaux rapports à la culture. Aujourd'hui, les musées ne donnent plus seulement à voir les goûts du prince, les choix d'une " intelligentsia ", les objets de connais-sances savantes, ils ont élargi leur champ d'intervention à la société tout entière, aux cultures populaires, au monde du travail, à l'environ-nement, et même, pour les meilleurs d'entre eux, aux préoccupations sociales ou politiques du moment.

  • Se dirige-t-on vers une mondialisation de la culture imposée par les pays riches, Amérique du Nord en tête ? Notre époque hypermoderne est-elle au contraire caractérisée par l'atomisation, la fragmentation des grands ensembles culturels ? Vaste débat que celui de la reconfiguration des cultures prises dans le jeu de la globalisation et de l'universalisation des technologies de la communication.
    Quelles sont les origines de la diversité culturelle ? En quoi sont-elles tributaires des moyens de communication et de leurs mutations ? Comment les anthropologues pensent-ils cette question ?
    En répondant à cette question, et à beaucoup d'autres, cet ouvrage à plusieurs voix explore les formes que prend la globalisation sur les différents continents, les réactions communautaires, la réactivation et/ou la réinvention des cultures locales.
    Une analyse innovante pour comprendre le monde pluriel façonné par la révolution technologique.

  • La diversité des cultures, depuis la dispersion de par le monde des premières communautés de chasseurs-cueilleurs, a accompagné et largement conditionné l'histoire de l'humanité. Il aura fallu des millénaires d'explorations et d'exactions, d'échanges violents ou pacifiques et deux révolutions technologiques pour atteindre la configuration actuelle, dans laquelle les cultures sont nécessairement confrontées les unes aux autres : mises au défi de se fondre dans une « mondialisation » envahissante, elles peuvent encore espérer la féconder sans s'y perdre.
    L'ouvrage s'inscrit dans le débat sur la préservation des cultures menacées. Le croisement de l'anthropologie et des SIC (sciences de l'information et de la communication) ouvre la perspective d'une approche critique de la mondialisation qui se souvient des sociétés disparues pour réfléchir aux grands enjeux de la période actuelle. Car, si la rencontre des mondes est globalement enrichissante, en dépit des apparences, elle tend à appauvrir la diversité. Elle est extrêmement dynamique, mais va en s'accélérant, entraînant une transformation sans précédent des modes de vie et des rapports de chacun aux autres.
    Ce livre, exempt de soumission aux idées reçues, éclaire de manière renouvelée et originale des problématiques centrales pour qui s'interroge sur les mutations du monde : l'atomisation des sujets et le lien que tissent les technologies de la communication en réseaux, les transformations du travail ou de la famille, le pillage des cultures, l'anomie, la progression du sentiment de solitude, mais aussi l'invention de nouvelles formes de sociabilité et de résistance...

    Paul RASSE est Professeur des universités, directeur du laboratoire des sciences de l'information et de la communication, I3M (information, milieux, médias, médiations), à l'Université de Nice Sophia-Antipolis. Il a publié une dizaine de livres et de nombreux articles scientifiques sur la médiation dans les musées et le théâtre, les identités sociales face à la mondialisation, les cultures populaires, la communication scientifique...
    Dynamiques de la communication. L'invention de la différence. L'invention du terroir : la différence enracinée. Transports et dynamique des civilisations en Méditerranée. Résistances et frémissements d'une mutation annoncée. Révélation et fin des terroirs. Du prolétariat au monde ouvrier. La société industrielle de masse. La révolution connectique. La diversité des cultures en question. La technologie unidimensionnelle. L'alimentation : fait total planétaire. Hégémonie et crise de la famille nucléaire. Sociabilité des réseaux. Défendre la diversité des cultures. Enjeux du développement local. Conclusion. Une science de l'altérité.

  • La recomposition des cultures est prise dans un mouvement mondial d'uniformisation des modes de vies et paradoxalement d'affirmation de la différence, de réinventions des identités locales. Comment ressaisir notre univers profondément transformé par l'essor des moyens de communication ? Comment définir l'individu dans l'espace européen chrétien, musulman du Maghreb, ou virtuel des nouvelles technologies ? Pour répondre à ces questions cette recherche croise l'approche anthropologique avec le point de vue des sciences de la communication et celui des philosophes.

  • La rencontre de l'informatique et de la connectique a ouvert d'immenses perspectives. L'ouvrage met en évidence les capacités des sciences de l'information et de la communication à penser le rapport des technologies digitales à la société. Les technologies s'inscrivent dans des rapports de pouvoir déjà existants; au final, elles servent à accroître la puissance des puissants, mais néanmoins dans leurs marges permettent aussi à l'expression de nouvelles formes de créativité, de sociabilité et de citoyenneté.

empty