• Le droit d'auteur a pour objet de protéger les oeuvres de l'esprit. Cette discipline connaît, de nos jours, un dynamisme sans précédent. Confronté au droit de l'Union européenne et aux évolutions technologiques, le droit d'auteur tente de concilier les intérêts des auteurs avec ceux des producteurs, sans pour autant oublier les revendications des consommateurs. Plus que jamais, le droit d'auteur est à la croisée des chemins. Le présent ouvrage propose une présentation tant du droit d'auteur (1re partie) que de ses droits voisins (2e partie) qui allie pratique et théorie.

    Cette 6e édition, actualisée au 1er septembre 2020, présente également les réformes à venir issues du projet de loi du 5 décembre 2019 relatif à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l'ère numérique.

    Vous trouverez dans cet ouvrage toutes les réponses à vos questions sur :

    Le droit d'auteur ;
    Les principes et la mise en oeuvre de la protection - La titularité des droits - Les droits patrimoniaux et extrapatrimoniaux - Le contrat d'exploitation - La gestion collective - La défense des droits ;
    Les droits voisins du droit d'auteur ;
    Le droit des artistes-interprètes - Le droit des producteurs culturels - Le droit des producteurs de bases de données - Le droit des producteurs sportifs ;

  • Aqua tumulta

    Pierre Caron

    Huit millions de pèlerins attendus à Lourdes à l'été 2008, pour le 150e anniversaire des Sanctuaires célébré par le pape Benoît XVI, sont menacés de mort par un terroriste qui choisit individuellement ses victimes et procède au moyen de l'eau de la grotte ou des piscines. Le père Mendez, recteur, ne peut faire appel à la police au risque qu'on annule le jubilé et, plus encore, qu'on ferme définitivement ce haut lieu de pèlerinage.

    Aussi a-t-il recours à un ami, l'ex-commissaire Jérôme. Ce dernier doit débusquer le psychopathe dans les 10 jours, sinon il n'aura d'autre choix que de prévenir les autorités et il en sera fait des cérémonies et des Sanctuaires. Le commissaire ne dispose d'aucune certitude que cet assassin existe, pas plus que de mobile, alors qu'il paraît impossible qu'on puisse tuer avec l'eau «miraculeuse».

    Tout en remontant à l'origine de la dévotion à la Vierge, en quête de mobile, il se rend à Brive où selon le terroriste serait morte sa première victime. Ce qui se confirme et qu'en adviennent trois autres. Et le commissaire a la certitude que ces pèlerins ont bel et bien succombé à un virus aqueux contracté à Lourdes. Chaque jour, des centaines de personnes entrent en contact avec cette eau maintenue à température assez basse pour éviter toute contamination. Comment peut-elle inoculer un virus, et ce, à une seule personne à la fois ? L'apparition d'un personnage féminin, au nom prédestiné dans les circonstances, apportera peut-être un début de réponse.

  • Thérèse :
    En l663, Thérèse débarque en Nouvelle-France et gagne Ville-Marie, qui deviendra Montréal. Elle y perd son mari et son fils, massacrés par les Iroquois. Devant élever seule l'enfant qui lui reste, une fille, elle affronte un quotidien rude et exigeant qui la contraint à l'héroïsme. Puissante, rebelle et remarquablement belle, Thérèse fait fi des conventions sociales et lutte pour sa survie avec acharnement, l'espoir au coeur.

    Marie :
    En 1713, portée par une plaque de glace qui dérive sur la rivière des Prairies, une femme accouche puis meurt en prononçant le nom de son enfant : Marie. Trempée dans le sang d'une nouvelle race robuste et conquérante, Marie connaîtra un formidable destin. Les circonstances de sa naissance permettront d'établir la paix avec les Indiens, et ses initiatives audacieuses lui donneront l'occasion de se hisser au sommet de la société de l'époque.

    Émilienne :
    En 1759, au lendemain de la bataille des plaines d'Abraham, Émilienne se consacre au soin des militaires français et anglais hospitalisés côte à côte à l'Hôtel-Dieu. Dans une ville à moitié détruite et décimée par la maladie et la famine, elle songe aux lendemains incertains qui se profilent avec la sourde volonté de ne pas abdiquer. Un amour impossible chamboulera tout son être, lui faisant douter de ses valeurs et de ses principes.

    Revivez les péripéties de la naissance du Québec à travers le destin extraordinaire de trois femmes hors du commun.

  • Depuis la débâcle des marchés financiers en 2008, la gestion du risque est devenue un sujet d'importance dans le monde de la finance. Si des mécanismes de mesure et de contrôle du risque n'ont pas été implantés partout avec la même ardeur ni le même degré d'exhaustivité, à tout le moins les investisseurs et les gestionnaires de portefeuille en parlent-ils.

    Cet ouvrage a pour objectif de conscientiser les étudiants en finance, de même que les différents intervenants de la finance en fonction (investisseurs institutionnels, gestionnaires de portefeuilles, conseillers, etc.), à l'importance de bien comprendre les risques auxquels un portefeuille peut être exposé. Tous les risques - risque financier, risque de structure, risque lié au gestionnaire, risque organisationnel et risque de comportement -sont traités. Surtout, l'auteur donne les outils nécessaires pour implanter les mécanismes adéquats pour mesurer et contrôler ces risques. Chapitre par chapitre, à l'aide de nombreux exemples et exercices, les lecteurs comprendront comment mettre en place un système de gestion des risques répondant aux besoins d'un fonds institutionnel.

  • Nouvelle-France, mars 1713.
    Portée par une plaque de glace qui dérive sur la rivière des Prairies une femme accouche d'une enfant, puis meurt.. Ainsi commence l'existence de Marie. Elle deviendra une femme emblématique hors du commun et éprise de liberté, qui influencera la vie de son entourage. Comme elle, Françoise, Louise-Noëlle, Vadeboncoeur et Olivier tenteront de réaliser leur destin tout en luttant pour la survie de leur pays.
    Cette saga, qui s'étend sur presque cinquante ans, compose une grande fresque historique bien documentée et bouillonnante de passions, où les draines humains se mêlent à l'histoire collective et où amour, tendresse et violence tissent un récit captivant conté sans une langue superbe.

  • Après Thérèse et Marie, le dernier volume de « La naissance d'une nation » vient clore plus d'un siècle d'existence de la Nouvelle-France. Emilienne raconte la partie de l'histoire du Québec qui assurera sa pérennité française : l'avènement d'un peuple, aujourd'hui encore distinct, et que l'on dit québécois.
    Dans la nuit du l3 au l4 septembre l759, sur les Hauteurs d'Abraham, Timothy O'Sullivan, grenadier de l'armée anglaise, reprend conscience après la bataille. A l'issue du combat, il prendra pays dans la colonie conquise. Il y connaîtra Emilienne Devanchy, la demi-soeur de Marie, veuve sans enfant, personnage étonnamment cultivé, fier et indépendant, qui se dévoue auprès des blessés anglais et français, hospitalisés ensemble à l'Hôtel-Dieu de Québec. Elle l'épousera, en dépit du qu'en dira-t-on d'une société farouchement française, qui lui reproche déjà la superbe de sa personnalité. Mais lady Emilienne et son mari, Timothy, irlandais d'origine et chirurgien de profession, contribueront de façon spectaculaire à la survie de la nation canadienne française. Elle enseignera notamment à l'élite le raffinement de la culture française, tandis que lui deviendra député du premier Parlement dans le gouvernement du Bas-Canada (Québec).


  • Thérèse est le premier volet de la trilogie La naissance d'une nation (les autres titres étant Marie et Émilienne), publié d'abord sous le titre Vadeboncoeur. L'ouvrage, sorti en France en l983, se vendit alors à 124 000 exemplaires. Depuis, sous son titre original et ensuite sous celui de Thérèse, il fut réédité à huit reprises, par autant de maisons d'édition différentes, au Canada et en Europe. Roman des turbulences, des drames et de l'acharnement d'une nation naissante en lutte constante pour sa survie, Thérèse retrace les premières années de l'avènement fascinant d'un peuple. C'est une fresque bouillonnante de passions où les drames humains se marient avec l'histoire collective et où l'amour, la tendresse et la violence tissent un récit captivant.
    />

  • Dans ce livre, Pierre Caron rapporte les conversations qu'il a eu avec Georges Simenon, au mieux de ses souvenirs, aidé par son Journal, par des notes.

    Un livre qui nous révèle la vraie nature de Georges Simenon, sa disponibilité, et surtout le grand coeur d'un homme qui, malgré le mythe et la fortune, a su garder toute sa vie la simplicité et le caractère de ses personnages.

  • LE COMTE, seul, marche en rêvant.
    J'ai fait une gaucherie en éloignant Bazile !... la colère n'est bonne à rien. - Ce billet remis par lui, qui m'avertit d'une entreprise sur la Comtesse ; la camariste enfermée quand j'arrive ; la maîtresse affectée d'une terreur fausse ou vraie ; un homme qui saute par la fenêtre, et l'autre après qui avoue... ou qui prétend que c'est lui... Le fil m'échappe. Il y a là-dedans une obscurité... Des libertés chez mes vassaux, qu'importe à gens de cette étoffe ? Mais la Comtesse ! Si quelque insolent attentait... Où m'égaré-je ? En vérité, quand la tête se monte, l'imagination la mieux réglée devient folle comme un rêve ! - Elle s'amusait : ces ris étouffés, cette joie mal éteinte ! - Elle se respecte ; et mon honneur... où diable on l'a placé !
    (Acte III, scène 4) Figaro Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis ; encore je dis ma gaieté, sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce Moi dont je m'occupe : un assemblage informe de parties inconnues ; puis un chétif être imbécile ;
    Un petit animal folâtre ; un jeune homme ardent au plaisir, ayant tous les goûts pour jouir, faisant tous les métiers pour vivre ; maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune! ambitieux par vanité, laborieux par nécessité ; mais paresseux... avec délices! orateur selon le danger ;
    Poète par délassement ; musicien par occasion ; amoureux par folles bouffées ; j'ai tout vu, tout fait, tout usé.» (Acte V, scène III)

  • «Un vieillard amoureux prétend épouser demain sa pupille ; un jeune amant plus adroit le prévient, et ce jour même en fait sa femme, à la barbe et dans la maison du tuteur. Voilà le fond, dont on eût pu faire, avec un égal succès, une tragédie, une comédie, un drame, un opéra, et cætera.».
    C'est ainsi que Beaumarchais lui-même présente Le Barbier de Séville qui en 1775 triomphe rapidement, puis connaît un succès durable : Marie-Antoinette elle-même jouera le rôle de Rosine en 1785 ; deux livrets d'opéra en seront tirés pour Paesiello et Rossini. C'est que fantaisie verbale et puissance dramatique offrent au spectateur une pièce dont l'action reste suspendue à un lien fragile - un mot ou un silence pouvant tout achever ou tout faire échouer - et c'est là le modèle de la comédie des deux siècles à venir.

  • Le chef-d'oeuvre de Beaumarchais, suivi d'un parcours littéraire « La comédie du valet ». Dans une édition conforme aux nouveaux programmes de français du lycée, incluant notamment des prolongements artistiques et culturels et un dossier Nouveau bac.

    L'oeuvre.
    Suzanne et Figaro, le valet du comte Almaviva, préparent leur mariage. Mais le comte entend être le premier à profiter des charmes de la jeune fille.
    Dans cette pièce qui mêle l'émotion au rire, Beaumarchais - quelques années avant la Révolution française - dénonce l'injustice des privilèges accordés à la noblesse, lorsqu'ils sont fondés sur la seule naissance, et non sur le mérite.

    Le parcours « La comédie du valet ».
    10 textes clés pour étudier les différentes figures de valets dans la comédie classique.

    Le dossier.
    Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes :
    Un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte.
    Au fil du texte, la rubrique « Des clés pour vous guider ».
    Après le texte :
    - des repères sur l'oeuvre.
    - un groupement de textes complémentaires sur le procédé du monologue théâtral.
    - des sujets types pour l'écrit et l'oral du nouveau bac français.

    Des prolongements artistiques et culturels.
    Une sélection de 6 oeuvres, en lien avec la pièce et le thème du parcours, et des outils pour les analyser.

    Et un guide pédagogique.
    Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac, des lectures d'images.

  • Seize personnages, quatre-vingt-douze scènes, mille six cents répliques, une profusion de décors et de costumes... Pas de doute, Le Mariage de Figaro est bien la superproduction du xviiie  siècle  ! Si l'on ajoute à cela une bataille de cinq ans pour faire jouer la pièce et un auteur à la réputation scandaleuse, on comprend mieux le retentissement qu'a eu cette oeuvre jusqu'à nos jours.
    Et cependant, il y a tellement de meilleures raisons de lire Le Mariage de Figaro  ! Beaumarchais y donne libre cours à son génie, entre jalousie, désir, bons mots et coups de théâtre. Et sous son agréable apparence de comédie divertissante, la pièce nous entraîne, à la veille de la Révolution française, dans une importante réflexion sur les inégalités sociales, le rôle des femmes et le droit de chacun au bonheur. Bref, voici une pièce légère et profonde, qui fait rimer amour et humour le mieux du monde.
      *  Le texte intégral annoté *  Cinq questionnaires d'analyse de l'oeuvre *  Une analyse des personnages *  Un dossier «  Spécial Bac  » proposant deux sujets d'écrit et deux sujets d'oral *  Une présentation de Beaumarchais et de son époque *  Le genre de l'oeuvre et sa place dans l'histoire littéraire * Une rubrique «  Portfolio  » pour la lecture d'images * Un dossier Spécial bac sur le thème «  La comédie du valet  »  

  • - Des ouvrages spécialement conçus pour les nouveaux programmes de 1re : le texte intégral avec des notes et de nombreux encarts culturels pour une meilleure accessibilité.
    - Un dossier du lycéen complet et riche avec de nombreux outils : des repères, des clés d'analyse, des groupements de texte pour l'oral du BAC, des sujets de BAC traités, des lectures d'images et des outils de langue.
    Parcours associé : La comédie du valet.

  • La connexion intime entre ces trois pièces, c'est qu'elles annoncent - comme les trois coups au théâtre - la Révolution à venir. Pour la première fois, l'intelligence et l'intérêt bien compris prennent le pas sur les convenances qu'édicte la société de cour. «On n'obtient ni grand pathétique, ni profonde moralité, ni bon ni vrai comique, au théâtre , sans des situations fortes et qui naissent toujours d'une disconvenance sociale dans le sujet qu'on veut traiter [...] Les vices, les abus se déguisent en mille formes sous le masque des moeurs dominantes : leur arracher ce masque et les montrer à découvert, telle est la noble tâche de l'homme qui se voue au théâtre.» Préface du Mariage de Figaro.

  • « La comédie du Barbier de Séville est une des plus gaies et des plus claires du répertoire mondial ; d'emblée célèbre, elle l'est demeurée. Jean Bête à la foire n'est pas une comédie littéraire, et son charme ne peut guère toucher qu'un public informé des conventions propres au genre très particulier qui est le sien, celui de la "parade" ; aussi cette oeuvre mineure n'est-elle souvent appréciée que par les spécialistes. Il a pourtant paru souhaitable de l'inclure dans la présente édition, non seulement parce que la longue et complexe genèse du Barbier passe par le genre de la parade et que, dans des contextes différents, les problèmes de Jean Bête sont ceux d'Almaviva, mais aussi parce que l'esthétique d'une pièce comme Jean Bête, marginale pour les contemporains et méprisée au XIXe siècle, s'accorde singulièrement avec la sensibilité moderne. Un érotisme peu dissimulé, une liberté verbale poussée au paroxysme, une façon sévère de juger la société à travers la simplicité invraisemblable d'une intrigue stéréotypée, voilà qui donne pour nous à la parade le charme paralittéraire qui peut être aujourd'hui, par exemple, celui de la bande dessinée. »
    Jacques Scherer.

empty