• Régine Deforges La Bicyclette bleue 1939. Léa Delmas a dix-sept ans. Sa vie se résume aux senteurs de la terre bordelaise, à la lumière des vignobles, à la tendresse des siens. La déclaration de guerre va anéantir l'harmonie de cette fin d'été et jeter Léa dans le chaos de la débâcle, de l'exode, de la mort et de l'occupation nazie. Léa va être contrainte à des choix impossibles.
    La Bicyclette bleue est le premier volume d'un roman épique, une grande fresque romanesque qui se déroule entre 1939 et les années 50.

    Le charme singulier de La Bicyclette bleue : un appétit de vivre, une gourmandise des sens à la Colette... Tout pour plaire.
    Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde.

    /> Léa, rousse, pulpeuse à souhait, une merveilleuse petite Française, si merveilleusement gourmande de tout. Ca sent les grandes vacances et le jeu des baisers dans la paille et la guerre qui arrive. Paris, la débâcle... Vite, la suite, Régine !
    Françoise Xenakis, Le Matin.

    Prix des Maisons de la Presse 1983.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

  • >Régine Deforges 101, avenue Henri-Martin En cet automne 1942, le domaine de Montillac a bien changé. La vie est dure. Le bonheur a fait place aux deuils, l'insouciance aux privations. Au plus noir de l'Occupation, Léa Delmas va découvrir la délation, la lâcheté, la collaboration. Ses proches vont subir les tortures, d'autres trahir. Elle va choisir farouchement le camp de la liberté : la Résistance.
    Au mépris de tout danger, dans le Paris des faux plaisirs et des vraies horreurs, elle va s'opposer à l'occupant et tenter de sauver ceux qu'elle aime... Seuls, son appétit de vivre, sa jeunesse, sa fougueuse sensualité lui permettront de tenir tête...

    On suit ses personnages avec passion et elle sait nous faire vivre ces années d'occupation, chez les résistants comme chez les collabos, dans les vignes bordelaises comme dans les rues de Paris, avec une étonnante puissance d'évocation.
    Sylvie Genevoix, Madame Figaro.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

    1 autre édition :

  • Régine Deforges Le Diable en rit encore 1944 : la guerre a fini d'hésiter et chacun a choisi son camp. L'heure est venue des tueries, des règlements de comptes et des grands affrontements militaires.
    Léa a mûri. Après avoir découvert l'horreur, elle connaît le courage et la haine. Engagée dans toutes les luttes, jusqu'au bout de ses forces, elle trace son chemin volontaire de Montillac en feu à Berlin en ruine, en passant par un Paris en liesse où rôdent encore les dangers. Pendant les deux dernières années de cette guerre atroce, la mort est sa compagne et c'est en elle qu'elle puise les infimes raisons d'une vie qui aura l'éclat de l'amour.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

    2 Autres éditions :

  • Régine Deforges Noir Tango Novembre 1945 : dans l'Allemagne vaincue, le tribunal de Nuremberg juge les criminels nazis. Léa Delmas, envoyée par la Croix-Rouge, y retrouve François Tavernier qu'elle a revu quelques mois plus tôt à Montillac. Elle s'effondre lorsque Sarah Mulstein lui raconte le cauchemar de Ravensbrück.
    Sarah convainc bientôt François de rejoindre le réseau de «Vengeurs» qu'elle a constitué pour traquer et exécuter les anciens nazis partout où ils se trouvent.
    Une chasse qui les conduira en Argentine où le régime péroniste accueille et protège les criminels de guerre.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

    2 Autres éditions :

  • Régine Deforges Alger, ville blanche Quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Léa, intrépide héroïne de La Bicyclette bleue, est de retour en France. Entre-temps, le monde bouleversé de l'après-guerre l'avait conduite d'Argentine à La Havane révolutionnaire, en passant par une Indochine en plein chaos.
    Pourtant, à la fin des années cinquante, la France n'est pas de tout repos : la guerre qui fait rage en Algérie agite tout le pays. Le général de Gaulle charge alors François Tavernier de sonder, outre-Méditerranée, une population inquiète et une armée tentée par le putsch. Restés à Paris, Léa et Charles, son fils adoptif, prennent peu à peu le parti de l'indépendance et s'engagent, aux côtés des « porteurs de valises », dans de dangereuses opérations de soutien aux militants algériens.
    Alors que la rébellion de janvier 1960 précipite Alger au bord du gouffre, Léa doit rejoindre François pour échapper aux soupçons de la DST : les voilà projetés au coeur d'événements dramatiques qui, une fois encore, les mettront durement à l'épreuve, éprouvant autant leurs convictions que leur amour.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

    3 Autres éditions :

  • " 1947 : l'Indochine marche vers l'indépendance. Mais entre Hô Chi Minh et le gouvernement français, tout espoir n'est pas évanoui d'une négociation de paix. Telle est la mission officieuse dont est chargé François Tavernier au lendemain de son mariage avec Léa Delmas.
    Traquée par d'anciens nazis, celle-ci décide de le rejoindre. De multiples aventures l'attendent entre Saigon et Hanoi, dans ce pays en proie aux convulsions politiques, et en même temps formidablement attachant par son humanité, sa douceur, la splendeur de ses paysages. Léa et François se retrouveront. Mais, entre-temps, l'aveuglement des puissants aura laissé se mettre en branle l'engrenage de la guerre...
    Il fallait un certain courage à Régine Deforges pour aborder ce sujet douloureux... Il en fallait aussi pour mener l'enquête avec tant de minutie qu'elle ne laisse pas l'anecdote déborder l'histoire.
    Jean Lacouture, Le Nouvel Observateur.
    Un palpitant roman d'aventures, de guerre, d'amitié et d'Extrême-Orient.
    Véronique Jacob, L'Evénement du jeudi.
    Dans la série " La Bicyclette bleue " :
    La Bicyclette bleue / 101, avenue Henri-Martin Le Diable en rit encore / Noir Tango Rue de la Soie / La Dernière Colline. "

    2 Autres éditions :

  • Régine Deforges La Dernière Colline Rentrés d'Indochine en 1949, Léa et François Tavernier n'aspirent qu'à mener une vie paisible dans leur belle propriété bordelaise. Pourtant, le général de Lattre fait bien vite appel à François, troublant leur repos : il souhaite lui confier une mission secrète à conduire auprès du Viêt-minh, dans l'espoir de conjurer le désastre militaire qui s'annonce.
    Les deux époux et amants vont s'y perdre, se retrouver puis s'y perdre de nouveau... De Saigon - ville de tous les plaisirs et de toutes les intrigues - à Hanoi, en passant par les pays de rizières transformés en champs de mines, le désordre des passions le disputera partout à la violence des combats. Et, dans la jungle, la mort guette à chaque pas ; la passion aussi, incarnée en la personne de Kien, le beau métis qui s'est épris de Léa...
    En proie à tous les dangers, emportés par la tourmente d'un conflit aussi cruel qu'inutile, Léa et François sauvegarderont-ils leur amour ? Et c'est parmi les décors tragiques et fascinants d'une guerre évoquée avec des accents d'une vérité saisissante que l'auteur de La Bicyclette bleue tiendra, jusqu'aux ultimes instants, ses héros comme son lecteur hors d'haleine !

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre !

    2 Autres éditions :

  • Régine Deforges
    Les Généraux du crépuscule

    Léa et François Tavernier n'en finissent pas de se retrouver mêlés à des combats qui ne sont pas les leurs mais pour lesquels ils se mobilisent au nom de la liberté. Leur engagement met en péril leur amour, les porte à douter d'eux-mêmes et les expose à la mort. Dans les dernières années de la guerre d'Algérie, les voici confrontés aux malheurs du peuple algérien, au désarroi des pieds-noirs et aux tueurs de l'OAS.
    François, qui a la confiance du général de Gaulle, président de la République, lui fait part de ses inquiétudes à propos de l'avenir de l'Algérie, en butte aux attentats perpétrés par l'OAS auxquels font écho ceux du FLN. Devant le drame que vivent les deux communautés, européenne et algérienne, une issue rapide doit être trouvée. Pourtant, n'est-il pas déjà trop tard oe
    Dans ce nouveau roman, Régine Deforges évoque de l'intérieur les derniers feux de la guerre d'Algérie et, dans le portrait qu'elle trace d'une ville livrée au chaos, elle ranime une dernière fois le monde singulier de cette Algérie française à jamais disparue.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue est composée des ouvrages suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le diable en rit encore - 4. Noir tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche - 9. Les Généraux du crépuscule.

    3 Autres éditions :

  • Régine Deforges Cuba libre !

    Pour oublier le désastre indochinois dans lequel ils ont été si tragiquement plongés, Léa et François, les héros de Rue de la Soie et de La Dernière Colline, s'embarquent pour Cuba. Mais, sur l'île où règne encore Batista, le dictateur soutenu par la mafia américaine, l'aventure les guette à nouveau.
    Très vite, Léa doit partir à la recherche de Charles, son fils adoptif, traqué dans la Sierra Maestra en compagnie des révolutionnaires qu'il a rejoints ; là, elle retrouvera le Che qui l'avait aimée en Argentine. Auprès de Castro et de Cienfuegos, Léa sera aussi le témoin des combats qui conduiront les guérilleros, en vainqueurs, à La Havane.
    De son côté, François, envoyé en observateur par le général de Gaulle à Alger, assiste aux événements du 13 mai 1958 et y voit grandir, avec inquiétude, la menace extrémiste.
    En fait, c'est le grand tournant des années 60, avec le crépuscule du colonialisme et l'exaspération de la guerre froide, que nous fait revivre Régine Deforges dans un roman aussi passionnant qu'un feuilleton, aussi vrai que l'Histoire...

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre !
    8. Alger, ville blanche.

    2 Autres éditions :

  • En 1966, le général de Gaulle charge François Tavernier d'une mission secrète: se rendre en Bolivie où Klaus Barbie, le criminel de guerre nazi, a trouvé refuge. Là, il devra obtenir l'extradition du tortionnaire de Jean Moulin; faute de quoi, il l'enlèvera, voire l'éliminera... À peine débarqué, Tavernier est en butte à l'hostilité déclarée des exilés allemands: les attentats contre sa vie se multiplient. Pendant ce temps, Che Guevara, auquel s'est rallié le Français Régis Debray, conduit la guérilla dans le sud-ouest
    du pays; Charles, fils adoptif de Léa, ne tarde pas à les rejoindre. Après avoir traversé bien des épreuves, Léa et François se trouvent de nouveau entraînés dans le tourbillon de l'Histoire: cette fois, elle se parera pour eux de funestes couleurs...

    1 autre édition :

  • L'Orage : Un jeune homme découvre, vingt ans après les faits, le journal dans lequel sa tante, racontait sa vie intime. L'histoire d'une jeune femme qui aimait son époux à la folie et qui, refusant d'admettre sa mort, se comporta alors comme s'il était toujours en vie, s'offrant à d'autres pour mieux se donner à lui.

    Toutes les femmes s'appellent Marie : Marie est veuve et aime plus que tout son fils, Emmanuel, handicapé mental, qui ne peut littéralement pas se détacher de cette mère tant aimée. Lorsqu'il entre dans l'adolescence, les relations entre eux se transforment. Radicalement et dangereusement, selon la morale établie.
      Deux textes forts, deux portraits de femmes dans lesquels l'écriture sans fard et sans concession de Régine Deforges nous mène par-delà le bien et le mal, quand amour, passion et sexualité ne font plus qu'un.

  • Le 25 mai 1827, Aimée Millot, « la Bergère d'Ivry », est assassinée, à l'âge de dix-neuf ans, par un amoureux éconduit. Pris de remords, Honoré Ulbach se rend à la police et est guillotiné le 10 septembre suivant. Témoin de l'exécution, Victor Hugo, inspiré par ce fait divers, commence aussitôt à écrire Le Dernier Jour d'un condamné, qui paraît en 1829, et marque le début de son combat contre la peine de mort.
    Passionnée par la puissance créatrice du jeune Hugo et son engagement contre le crime légal, Régine Deforges revisite, dans ce roman inachevé, un fait divers historique qui fit grand bruit. Elle nous entraîne dans le Paris du xixe siècle, à la rencontre de Victor Hugo, de sa femme Adèle, de Lamartine, de Chateaubriand, de Sainte-Beuve... ou encore, avec Juliette Drouet, à la première de La Bataille d'Hernani.

  • >Régine Deforges Contes pervers Paillards ou mystiques, tragiques ou comiques, ces Contes pervers, un des trop rares ouvrages érotiques écrits par une femme, nous emmènent de Hong Kong à Paris, d'Athènes aux Antilles, en Italie ou dans la Forêt-Noire. Une seule loi les régit : une sensualité libre et débridée.

    1 autre édition :

  • Quand la jeune et belle Deborah, fille de scribe, cultivée, mais mariée contre son gré à un vieillard impuissant, est surprise endormie auprès de son cousin, elle doit être lapidée pour adultère. Seul Jésus s'élève contre la vindicte populaire : « Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre. » Dans la Palestine occupée par les Romains, le peuple juif est divisé : les nantis penchent pour la collaboration avec l'occupant, tandis que les Zélotes le combattent. De leur côté, les prêtres tentent de préserver leurs privilèges. Jésus, lui, prêche l'amour du prochain et chasse violemment les marchands du Temple. Au coeur de ces conflits, que va devenir Deborah après avoir échappé à la mort ? Dans ce bouleversant roman, Régine Deforges réinvente la vie de ceux et de celles qui suivirent un homme nommé Jésus, entre doute et foi, entre fidélité et trahison.

    1 autre édition :

  • Régine Deforges a eu mille vies. Originaire du Poitou, elle s'installe à Paris et prend des cours de théâtre, fait un peu de mannequinat puis devient libraire au drugstore des Champs-Élysées. Elle se spécialise dans les ouvrages érotiques et monte sa maison d'édition où elle publie des titres qui déchaînent la censure et lui valent de nombreux procès. Elle connaît ensuite un immense succès avec La Bicyclette bleue, qui inaugure un cycle romanesque de dix livres. Romain Gary, Jacques Lacan, Régis Debray, Sonia Rykiel ou François Mitterrand font partie de son entourage. On se presse autour d'elle avant qu'elle ne reparte courir le monde.
    Dans ses mémoires, Régine Deforges ne s'est pas épargnée et a écrit comme elle a vécu, avec style, bravoure et charme. Un témoignage précieux.
      Une franchise étonnante.Françoise Dargent, Le Figaro littéraire.

    Régine Deforges tisse le récit de son existence avec clarté, sans fioritures, sans digressions. Bernard Pivot, Le Journal du dimanche. 

    1 autre édition :

  • Régine Deforges Rencontres ferroviaires Depuis longtemps l'univers des trains nourrit l'imagi-naire des romanciers et des poètes. Dans le bercement des wagons, en marge de la vie ordinaire, bien des songes peuvent naître, bien des rencontres avoir lieu.
    Dans ces récits - chacun inspiré par une gare parisienne -, la romancière de La Bicyclette bleue se laisse aller à des rêveries plus audacieuses. Séduction instantanée, appels muets, fantasmes irrépressibles conduisent ses héroïnes à vivre de ces instants que l'on n'avoue pas à ses proches...
    Petits chefs-d'oeuvre de littérature érotique, ces six contes sont aussi des évocations Þnement ciselées de l'imagerie ferroviaire, du mouvement incessant, fascinant et toujours renouvelé des grandes gares.

    1 autre édition :

  • « Blanche et Lucie, mes deux grands-mères, étaient très jolies. » L'une est paysanne, l'autre petite bourgeoise. C'est l'univers, tout simple en apparence, d'une petite fille, Léone, qui découvre, au fil des jours, des escapades et de la guerre, les livres, la sexualité, la passion, la jalousie. Les Enfants de Blanche racontent la vie de Blanche et Léon qui, malgré les difficultés, sont parvenus à élever une famille nombreuse et, grâce à leur amour, à surmonter les épreuves endurées. Dans Le Cahier volé, on retrouve Léone. Elle a maintenant quinze ans et tient un journal intime où elle évoque le véritable amour, sentimental et sensuel, qui la lie à son amie de collège, Mélie.

    Sur les bords de la Gartempe rassemble trois récits à caractère autobiographique, où se mêlent la vivacité de la sensation, le goût de chair et de fruit, la saveur terrienne et terrestre, et les tabous d'une morale très étroite.

  • Dans Paris « ville femelle », où malgré tout « une femme seule qui flâne, c'est suspect », elles osent. Elles osent faire l'amour avec l'inconnu parce que leur rencontre était émouvante - qui n'en a rêvé un jour ? -, embrasser le diable quai des Grands-Augustins ou réduire l'homme à l'état d' « objet » - j'en connais qui seraient volontaires.
    Simone Arous, Le Magazine littéraire.

    Livre érotique ? Voire. Sensuel et légèrement pervers ? Certainement ! Dans ce genre, notre auteur s'affirme d'emblée comme un véritable écrivain : ce petit recueil de nouvelles est un régal pour l'esprit. La langue est belle, attachante, onctueuse et jamais grivoise. Bigots, coincés et libérés, s'abstenir !
    P.R., Figaro Magazine.

    Ce livre est l'un des trop rares ouvrages érotiques écrits par une femme, ce qui le rend plus passionnant et plus excitant encore.
    Privé.

    2 Autres éditions :

  • Régine Deforges Pour l'amour de Marie Salat C'est en faisant des recherches en Gironde pour La Bicyclette bleue que j'ai rencontré Marie Salat.
    Ayant acheté, chez un libraire brocanteur d'un hameau perdu, trois cartes postales anciennes pour la joliesse de l'image, je les ai lues dès mon retour à Malagar. A mesure de ma lecture, une émotion et une gêne profondes m'envahissaient ; je surprenais des lettres d'amour d'une femme à une autre femme, et quel amour !
    Le lendemain, je me suis précipitée chez le brocanteur. Dans le fouillis de ses boîtes, j'ai retrouvé quatre autres cartes, aussi belles, aussi émouvantes. « Cela ferait une belle histoire », me suis-je dit. Pendant trois ans, cette histoire a mûri dans ma tête, et puis le temps est venu pour moi de la raconter. J'ai choisi de prolonger la correspondance de Marguerite et d'imaginer les réponses de Marie.
    Ces cartes ont été échangées en 1903 et 1904 entre deux jeunes femmes mariées habitant un petit village de trois cents habitants : l'une était couturière, l'autre ouvrière. Bien entendu, les noms propres et les lieux sont imaginaires.
    R. D.

    2 Autres éditions :

  • Le vent dans les cheveux, les griffures des épis de blé, la douceur de la mousse sous le vieux chêne, la caresse de l'eau sur son corps nu, la saveur des pêches de vigne... A l'ombre du moulin où elle passe ses vacances, la jeune Perle goûte aux joies du plein été. Auprès de sa grand-mère, une femme que les années n'ont pas atteinte, et d'Etienne, un vieux berger, la fillette savoure le parfum rare de la liberté. Le temps d'une saison, la vie se fait et se défait, sous les yeux innocents d'un enfant qui ignore encore que l'on eut aimer à tout âge et qui ne gardera de cet inoubliable moment, comme de l'amour éternel qu'elle voue à sa grand-mère, qu'un collier de perles...
    Un récit mélancolique et sensuel où Régine Deforges évoque le passage du temps, la puissance de l'amour, et fait l'éloge de la transmission.

    « Deforges parle aux sens et son encre est une transpiration de bonheur.»
    Simon Marty, Marianne.

    1 autre édition :

  • Régine Deforges revisite un fait divers historique qui fit grand bruit : Aimée Millot, la bergère d'Ivry, assassinée à dix-neuf ans, le 25 mai 1827, par un amoureux éconduit. Pris de remords, Honoré Ulbach se rend à la police et est guillotiné le 10 septembre suivant. Cette histoire inspira Victor Hugo qui se trouvait parmi les témoins de l'exécution. Il commença aussitôt Le Dernier jour d'un condamné, qui parut en 1829, la même année que Notre-Dame de Paris, et marqua le début de son combat contre la peine de mort, un combat qui n'est jamais définitivement gagné.
    C'est la puissance créatrice du jeune Hugo (il a alors 25 ans) qui a passionné Régine Deforges, sans oublier son engagement contre le crime légal.
    La disparition soudaine de Régine, le 3 avril dernier, nous laisse un roman qui nous entraîne dans le Paris du XIXe siècle et nous permet de rencontrer, en plus de Victor Hugo, sa femme Adèle, Lamartine, Chateaubriand, Sainte-Beuve, Béranger, Daumier, La Fayette... Nous assistons même, avec Juliette Drouet, à la bataille d'Hernani.

  • S'il n'a pas atteint à la célébrité mondiale de Che Guevara, le révolutionnaire Camilo Cienfuegos, disparu en 1959, dans des circonstances mystérieuses, fait toujours l'objet à Cuba d'une profonde vénération populaire.

    Né dans une famille pauvre de La Havane, engagé de bonne heure dans la lutte armée contre le dictateur Batista, il incarne le visage insouciant et joyeux de la révolution. Séduisant, rieur, intrépide, idéaliste, a-t-il été assassiné, comme certains l'ont dit, sur ordre de Fidel Castrooe La romancière de Cuba libre! ne retient pas cette hypothèse. Mettant sous les yeux du lecteur les témoignages les documents, les lettres, elle réussit magnifiquement à nous faire partager sa fascination pour Camilo, et son amour immodéré de Cuba et de son peuple.

    1 autre édition :

  • " Les deux femmes du roman de Régine Deforges, pour bourgeoises ou rustiques qu'elles soient, et d'ailleurs d'une aristocratie naturelle, nourrissent elles aussi, avec simplicité, une passion amoureuse d'abord comblée, mais que la vie rend héroïque. Quant à la femme qui, à travers la petite fille, dit " Je ", Eros, pour elle, est aussi la passion mortelle et la jalousie meurtrière. Eclairs avant-coureurs, bien entendu : nous n'en sommes qu'à l'enfance, première étape d'une autobiographie romanesque où celle qui écrit ne fait pas très bien elle-même la part de l'imaginaire. Par là, autant que par la vivacité de la sensation, le goût de chair et de fruit, la saveur terrienne et terrestre, Régine Deforges est la fille de Colette.
    /> Yves Florenne, Le Monde "

    1 autre édition :

  • Ma cuisine

    Régine Deforges

    Régine Deforges, en plus de l'écrivain qui a envoûté des centaines de milliers de lecteurs avec la saga de La Bicyclette bleue, était une fille du Poitou, de Montmorillon, et connaissait toutes les saveurs des plats de sa région. Elle avait appris de ses grands-mères, Blanche et Lucie, de nombreuses recettes du terroir, simples et goûteuses. Elle détaille aussi les plats savourés à Malagar, la demeure de François Mauriac, grand-père de son mari, Pierre Wiazemsky, dit Wiaz, où elle séjourna tant d'étés. Ne boudez pas votre plaisir et préparez le far de Montmorillon, les farcis charentais ou le gratin à la façon de Malagar ainsi que la brouillade de truffes au vin blanc de Malagar.

empty