• Le soleil est battu

    Rochelle Fack

    Le soleil est battu est le roman à la première personne d'une rencontre amoureuse, d'une passion émaillée de scènes sensuelles, crues, érotiques, mais qui naît et se nourrit d'une relation troublante à la mort. Doris est infirmière en unité de soins palliatifs à Fréjus. Le roman nous fait découvrir le sud de la France sous un jour inquiétant. Le Var sans son tourisme, ses vacances et ses plages.
    La passion amoureuse se construit au contact vivant de la mort, de son inquiétante sensualité, qu'il faut à la fois connaître, apprivoiser, pour travailler, et fuir si l'on veut aimer. Doris quittera son mari, son travail, sa région. Le roman prendra la forme d'une cavale amoureuse sans mobile autre que la nécessité pour Doris de mettre la mort à distance, et mieux la contempler.
    Pour écrire ce roman, Rochelle Fack a mené une enquête précise auprès de professionnels de la mort (garçon d'anatomie, opérateur funéraire, médecins et soignants, assistants sexuels en milieu hospitalier).
    Le livre se concentre sur leurs affects (face aux mourants, aux différents statuts des corps sans vie), et leurs gestes (toilette mortuaire, autopsie, mise en scène des morts pour les proches, dialogue avec les agonisants et leurs familles). Dans sa fuite, Doris se rendra jusqu'en Italie, de périphéries urbaines en lieux abandonnés, et parfois, interlopes : ZAC, motels, mobile-home, ancien site de maisons témoins, le quartier de Garbatella, à Rome.

  • Le cinéaste américain Stephen Dwoskin (1939-2012) est l'auteur d'un ensemble de films faits de ruptures, de points d'orgues, de liaisons et de prolongements infinis, toujours revendiqués comme ayant pour point de départ et point de vue, la condition d'handicapé de son auteur. Cette singularité - unique à ce jour dans l'histoire du cinéma - devait échapper à l'étude classique.

    Rochelle Fack a choisi d'opérer un trajet fait d'associations libres en tentant de montrer comment cette condition d'handicapé devient une esthétique. Son cheminement interroge la perception éclatée que l'auteur a de son corps, la volonté d'organiser cet éclatement en récits comme le journal intime, l'autoportrait ou l'autobiographie. Il s'agit de donner à saisir ce cinéma dont les évolutions graduelles prenantes et les ressassements permanents ouvrent à un espace unique, qui déborde de beaucoup les représentations du handicap, de l'érotisme, le champ du cinéma expérimental, auxquels il a été borné. Un cinéma dérobé à la mort qu'animent des êtres qui se tiennent - tremblants, excédants, exclusifs -, au seuil de la parole et de l'incarnation.

  • L'état crépusculaire

    Rochelle Fack

    L'état crépusculaire se caractérise par une baisse plus ou moins importante et durable du niveau de la vigilance (désorientation temporo-spatiale, onirisme, amnésie lacunaire), avec conservation de certains automatismes parfois élaborés. État qui devient ici une sorte de condition romanesque dans un récit parlé, associant plusieurs époques et plusieurs lieux pour constituer un monde nouveau où la métamorphose est loi. Un monde habité par des personnages mutants, ayant muté, ou se trouvant dans l'incapacité de le faire par accès de mélancolie. Il y a l'absence, le manque, l'ennui. Et puis la ville que la narratrice finit par prendre pour une grande discothèque, le tombeau d'un amour manqué.

    Ce roman extrêmement troublant naît d'une expérience personnelle que l'auteure raconte ainsi :
    /> « J'avais seize ans. Je cherchais à fuir ma vie de lycéenne apparemment sans histoire. Tous les week-ends, je trouvais refuge au Folie's Pigalle. J'avais mis de côté cette époque. Je n'y pensais plus vraiment. Mais récem- ment, j'ai emménagé du côté de Pigalle, et ces souvenirs sont revenus. J'ai alors décidé d'écrire sur ces sorties secrètes, sur cette scène excentrique, ses habitués. Mais au fil de mes mots, l'espace que je tentais de cerner s'est ouvert et s'est évidé. Il a débordé de Pigalle pour déboucher sur une autre époque de ma vie, où je vivais au Caire, dans le district du vieux quartier de Sayeda Zeinab. Les territoires de Pigalle et de Sayeda Zeinab ont fini par se raccorder. Leurs paysages, leurs voies, leurs axes se sont ramifiés pour créer une cité idéale. J'ai fréquenté cette cité. J'ai décidé de m'y installer, de l'arpenter, d'y dériver. J'ai pu alors comprendre pourquoi elle était née : pour que je revoie Emma... »

  • Hitler, un film d'allemagne, oeuvre incontournable, reste cependant difficilement analysable de par sa longueur, sa multitude de formes et de procédés.
    Sous le titre show people, cet ouvrage développe un aspect encore jamais exploré : l'implication du personnage de charlot dans la fiction de syberberg, et les connivences dans la mise en scène de ce film avec ceux de chaplin. la tentative de faire un " récit critique du dedans ", pistant les métamorphoses - que cette oeuvre fait subir à son spectateur - au contraire des analyses qui ont toujours rapporté l'expérience d'une projection après-coup -, donne un essai très personnel qui se confronte à la limite d'une écriture entraînée par le cinéma.

  • Les gages

    Rochelle Fack

    • J'ai lu
    • 8 Mars 2000

    Elle prend son feutre pour colorier, la couleur sèche et fige le décor. Elle se marie, se prostitue, est fascinée par un enfant assassiné. A chaque pas qu'elle fait, elle se donne un gage... Premier roman.

  • écartée

    Rochelle Fack

    'Lole est une crapule, une obscénité d'amertume et d'égoïsme ; sa jalousie est indéfendable.
    Écrire pareille colère, c'était engager son oubli ; annuler l'héroïne à mesure que ses traces prenaient corps dans mon texte. Mais vous dire que la toucher ne fut qu'horreur serait mentir. J'avoue aussi avoir joui de ses mots, assassins, jamais à bout de jus!
    Regardez-là... Elle est devenue ignorante... Elle n'a plus le cran d'avoir honte... Elle ne sait qu'exhiber en allant chercher sa dose. La jalousie meilleur dealer? Dealer et substance à la fois! Paradis!'

  • Today

    Rochelle Fack

    Today est un roman, qui raconte la stabilisation affective, par crises successives, d'une toxicomane. Les tensions qui sourdent de ces crises, en s'opposant, fi nissent par établir un équilibre fragile qui ouvre la voie à l'amour.
    Temps du sevrage, le renoncement à la fuite, l'ennui profond auquel le sevrage condamne. Ce temps comme une impossible continuité, impossible séquence.
    La solution de Nausicaa pour rester présente à elle-même, c'est de se parler sans s'interrompre. Se parler pour vérifi er qu'elle est bien toujours là.
    Comme un tissu fi gé par le sevrage - qui demande à Nausicaa de camper des instants qui ne l'affectent pas -, la vie se craquelle ponctuellement, offrant des failles vertigineuses dans lesquelles Nausicaa s'engouffre, et son langage avec.
    Crises du langage alternant lâcher prise, délire, retour à soi.
    Maîtrise et perte successives des mots et du temps de l'énonciation.
    Rochelle Fack réussit à raconter ce qui se passe, ce que font les personnages qui entourent Nausicaa sans employer d'autres termes que ceux de son délire quand elle est sous l'infl uence de produits ou de ses sentiments - ce qui, chez elle, revient au même dérèglement.
    Le langage de Nausicaa est poétique et prosaïque. Il est lacunaire mais possède une dimension incantatoire, exorciste, magique. Il est comme un courant alternatif en ce qu'il a trop conscience de lui-même mais qu'il peut aussi continuer quand cette conscience s'arrête. C'est un langage qui déparle.
    Ainsi atteint-on des moments où les mots ne sont plus rien censés dire mais renvoient à un état, un moment de crise.
    Ce roman ne porte pas sur la polyconsommation, la criminalité, les traitements de substitution ou les cures de sevrage. Il ne porte pas sur la drogue mais sur le manque qui entraîne son irruption.
    Today s'appuie sur les thèses de Claude Olievenstein et sur la pensée que développe l'équipe de l'hôpital Martmottan - qui a accueilli Rochelle Fack dans plusieurs de ses formations, lui permettant de vérifi er la valeur de la correspondance entre le manque affectif constitutif de sa narratrice et la structure toxicomaniaque.
    Today est une histoire d'amour. Pas l'histoire d'un amour qui fi nit mal ou bien. L'amour, dans Today, recommence. Il reprend, se reprend et il commence enfi n.

empty