• Little Compton, 1920.

    Un cahier pour écrire son journal intime, un chérubin de porcelaine, un billet de dix shillings et un long ruban de soie, tels sont les cadeaux qu'Olivia Curtis reçoit le jour de son dix-septième anniversaire. Le ruban de soie, surtout, la comble de joie, car elle est sur le point d'assister à son tout premier bal chez lord et lady Spencer. Un événement aussi excitant que terrifiant pour la douce et timide débutante...

  • En effet, pourquoi faire tant d'histoires ? Une petite fêlure, un malentendu regrettable, oublié maintenant. Il ne faut rien exagérer.
    Avec une douce insistance, il répétait :
    - Nos gentils petits déjeuners, ils me manqueraient, savez-vous...
    Et à moi donc ! Ils étaient charmants.
    - Et nos promenades...
    Ah ! oui, nos promenades... elles étaient charmantes. Pourquoi pas un déjeuner, une promenade, par-ci, par-là, discrètement, quand il en aurait envie ? Tout cela était charmant.

    Londres, 1930. Dans le train qui la ramène chez ses parents, Olivia Curtis reconnaît immédiatement Rollo Spencer, frère de sa camarade d'enfance Marigold, mais elle hésite à lui adresser la parole. Le riche fils de Lord Spencer a épousé la brillante Nicole, elle-même s'est mariée avec Ivor puis l'a quitté en dépit de la réprobation muette des siens et vit maintenant seule à Londres dans une situation financière précaire.
    C'est Rollo qui fait les premiers pas, qui renoue avec entrain les liens d'autrefois - et Olivia se laisse reprendre par la fascination qu'exerçait naguère sur elle la famille Spencer. Alors que Rollo souhaite la revoir, alors qu'il dit l'aimer, comment pourrait-elle résister ? Elle sait bien pourtant que rien d'autre n'est possible entre eux que la clandestinité, les coups de téléphone en cachette, les chambres d'hôtels anonymes...
    Malgré tout ça, elle se lance. Avec lucidité mais avec aussi cet espoir fou de voir ses rêves de jeunesse se réaliser et l'amour s'offrir à elle.

  • Le jour enseveli

    Rosamond Lehmann

    • Libretto
    • 22 Février 2011

    Remise au jour d'un des plus étranges parmi les romans de Rosamond Lehmann (1901-1990), qui connut la gloire avec Poussière (1927).
    Le Jour enseveli (1953), souvent donné comme le favori des aficionados de l'oeuvre de Mrs Lehmann, qui met en scène les retrouvailles douloureuses de deux soeurs dans une maison de campagne, évoque une manière de Tchekhov à l'anglaise : sur le thème indémodable de la confusion des sentiments.
    Deux soeurs se retrouvent à la campagne, toutes deux ont aimé le même homme, qui vient de mourir, et l'ombre de ce dernier ne cesse d'obscurcir ces retrouvailles placées sous le signe d'une douloureuse recherche de la sincérité. L'une tente désespérément de sauver les apparences derrière lesquelles elle a camouflé le vide de sa vie, l'autre voudrait avouer le tourment autodestructeur qui la ronge et qui l'a conduite à une marginalité qui n'est peut-être aussi qu'un leurre.
    On songe à une sorte de Tchekhov (celui des Trois soeurs) qui servirait son thé non à la russe mais à l'anglaise, dans un silence faussement bienséant que l'on sent habité de mensonges et de cris bâillonnés. Aux films de Bergman aussi, ce maître de l'intériorisation blessée. D'où il ressort que si l'on peut guérir de la plupart des tourments qu'impose la vie, on ne guérit pas de la vie.

  • Poussière

    Rosamond Lehmann

    La Première Guerre mondiale vient de s'achever. À l'issue des ses études à Cambridge, Judith Earle, jeune fille de 18 ans, regagne la grande maison familiale au bord de l'eau. Elle assiste au retour de ses voisins, les cousins Fyfe, qu'elle a idolâtrés tout au long de son enfance solitaire. Dans une mosaïque qui fait alterner passé et présent, le lecteur est témoin du douloureux apprentissage sentimental de Judith qui, tour à tour, à des moments différents de sa courte existence, est tombée amoureuse de chacun des cousins... pour finir irrémédiablement déçue.

  • 'A truly great book. It is beautifully written, shrewdly observed and deftly crafted, but the novel's real concern is what it means for a woman to live an authentic life' Elizabeth Day A chance encounter with the man who enchanted her as a teenager leads Olivia Curtis into to a forbidden love affair. He is now married, and Olivia's life changes to one of secret meetings, brief phone calls and snatched liaisons in anonymous hotel rooms. Years ahead of its time when first published in 1936, this subtle and powerful novel shocked it readers with its searing honesty and passionate portrayal of clandestine love. * Books included in the VMC 40th anniversary series include: Frost in May by Antonia White; The Collected Stories of Grace Paley ; Fire from Heaven by Mary Renault; The Magic Toyshop by Angela Carter; The Weather in the Streets by Rosamond Lehmann; Deep Water by Patricia Highsmith; The Return of the Soldier by Rebecca West; Their Eyes Were Watching God by Zora Neale Hurston; Heartburn by Nora Ephron; The Dud Avocado by Elaine Dundy; Memento Mori by Muriel Spark; A View of the Harbour by Elizabeth Taylor; and Faces in the Water by Janet Frame

  • C'est un peu le Madame Bovary de Rosamond Lehmann : mais à l'anglaise, évidemment ; et à la façon très spéciale de l'écrivain. Moins de sarcasme que de compassion, de rage que d'amertume désillusionnée. Avec cet arrière-goût de tristesse si prenant qu'on se surprend à en redemander.
    Dans le droit fil de Poussière : un autre grand Lehmann, et qui malgré le temps (1930) semble lui aussi ne pas avoir d'âge.

empty