• Dans l'imaginaire européen, l'Orient est un mythe : passions, mystères, magie des couleurs, combats héroïques, musique, faune et flore merveilleuses... Berceau de la civilisation occidentale, les contrées du Levant n'en exercèrent que plus de fascination auprès des Européens. Dès le XVIIIe siècle, les artistes, dont la curiosité était attisée par le développement des échanges diplomatiques et commerciaux avec ce nouveau lointain, s'emparèrent de ses thématiques. Le mouvement orientaliste investit tous les genres picturaux : vie quotidienne, arts et traditions populaires, vues panoramiques de ville et de sites pittoresques, portraits d'officiels et cérémonies royales... Plutôt que promotion d'une esthétique particulière, il fut l'expression de sensibilités personnelles à un monde en voie de découverte tout au long de la période moderne, ce qui explique la variété de ses productions. Des peintres de sultanes aux paysagistes du désert, tous s'attachèrent à livrer sur la toile cet envoûtement pour la magie de l'Orient.

    De Liotard à Renoir, en passant par Girodet, Delacroix, Ingres, Chassériau, Vernet, Decamps, Fromentin, Lear, Lewis ou encore Alma-Tadema, cet ouvrage, étayé de nombreuses sources littéraires, retrace l'attrait des peintres, leurs regards croisés et leurs aptitudes à saisir un monde différent qui offrait des horizons renouvelés à la création.

  • À l'exposition du Salon de 1819 s'affrontent le Pygmalion et Galatée de Girodet, emblème de l'esthétique de l'école néoclassique, et le Radeau de la Méduse de Géricault, porte-drapeau d'une avant-garde esthétique. Le duel est au coeur de la bataille romantique qui se fait jour alors et qui animera les Salons suivants. C'est cet événement majeur de la scène artistique française que l'exposi-tion et le catalogue dédiés se proposent de commémorer autour des figures célèbres de ces deux artistes.
    L'ouvrage offre un panorama de la richesse et de la diversité de l'art français post révolutionnaire - néoclassicisme, romantisme, anacréontisme, orientalisme, autonomie du paysage, renouveau de la peinture religieuse -, mais aussi des innovations techniques comme la lithographie. Les rapports entre les pouvoirs politiques et les artistes ainsi que le développement et l'importance de la critique sont détaillés pour dresser un juste portrait de ce que fut ce moment historique.

  • La seule « image » véritable de lui : ainsi Chateaubriand considérait-il ce portrait réalisé par Anne-Louis Girodet en 1809 et conservé à Saint-Malo. C'est dire la valeur de ce tableau et ses qualités artistiques. L'homme de lettres y apparaît en dandy sur fond de paysage romain.
    Pourtant, c'est en toute discrétion qu'il est présenté pour la première fois au public au Salon de 1810, aux côtés d'autres oeuvres majeures du peintre. En choisissant d'exposer Chateaubriand à ce moment-là, Girodet accomplit un acte presque politique et affi rme publiquement son soutien à l'écrivain. L'anonymat du modèle, en délicatesse avec l'Empereur, est néanmoins préservé : Portrait d'homme méditant sur les ruines de Rome. Cela ne l'empêche pas d'être bientôt identifi é. Quant aux critiques, ils se gardent bien de commenter le portrait de Chateaubriand, ou alors sans le nommer. Jean-Baptiste Boutard, du Journal des débats, aura ces mots prémonitoires : « [.] un jour, quand les murmures et les brigues de l'envie contemporaine auront cessé ;
    Que l'équitable avenir se sera soulevé en faveur des merveilles de notre siècle, que de tant de livres et tant de tableaux qu'on présente pêle-mêle à notre admiration, il ne restera que les chefs-d'oeuvre, ce sera un beau et précieux monument que le portrait de l'auteur du Génie du Christianisme et des Martyrs, par le peintre d'Une scène de Déluge et du tableau d'Atala ».
    Un modello, ayant précédé la réalisation de ce désormais célèbre portrait, était jusqu'à aujourd'hui inédit. Vendu par l'intermédiaire de la galerie de Bayser, il a été judicieusement acquis par le Département des Hauts-de-Seine pour le Domaine de la Vallée-aux-Loups. Il fait ici l'objet d'une analyse approfondie et est confronté à d'autres oeuvres et projets dessinés, gravés, lithographiés ou peints.

empty