• « Ce qu'il faut rechercher avant tout, c'est la révélation, la noblesse et la souveraineté de la lumière qui vient alimenter un environnement originel, totalement primaire et en même temps éternel. En Afrique, là-bas, rien n'a changé, tout est resté comme il y a des centaines et des milliers d'années, la terre et son environnement sont intacts. » « Dans le pays Dogon, lorsque le soleil doucement se replie posé comme immobile sur la terre qui lui sert de plateau, les pêcheurs, juchés sur leur pinasse, regagnent les rives. Peu à peu le grand disque encore un peu orangé sur son sommet disparaît dans la masse anthracite des horizons du soir, là-bas derrière le fleuve qui orne l'horizon et les étendues plates et sombres, dans un mélange diffus en accords parfaits entre gris marron et noir d'eau. » C'est quelque part en peignant le tableau « ciel d'Afrique » (photographié en couverture de cet ouvrage) que Bruno Sole a commencé à avoir envie d'écrire sur les couleurs de l'Afrique.

  • Oratorio pour Federico Garcia Lorca et autres poèmes

    ,

    lu par BRUNO DOUCEY; PEDRO SOLER

    Après avoir porté cet Oratorio pour Federico García Lorca sur scène avec des musiciens comme Paco Ibanez, Salvador Paterna ou deux jeunes guitaristes de Grenade, Pablo et Carlos Carrasco Ruiz, j'ai croisé une nouvelle fois la route de Pedro Soler. Ensemble, nous avons fait revivre ce texte, adouci par la présence d'autres poèmes, parmi lesquels Comme un fleuve et La neuvaine d'amour. Avant d'enregistrer ce cd, nous avons donné deux lectures musicales de ces textes à Montpellier, l'une à la Maison de la poésie, l'autre à la salle Saint-Ravy en ouverture du Printemps des poètes 2011.
    Ici, ma voix se mêle dans un entrelacs de notes et de mots à celle du guitariste de flamenco Pedro Soler pour en ressusciter une troisième : celle du poète espagnol Federico García Lorca dont l'assassinat en 1936 n'a pas fini de bouleverser le monde.
    Bruno Doucey

empty