Langue française

  • Magellan Nouv.

    Magellan

    Stefan Zweig

    • Paulsen
    • 17 Octobre 2021

    Fernand de Magellan, grand navigateur portugais du XVIe siècle, a une intuition géniale : on doit pouvoir contourner la barrière de l'Amérique et percer le passage du détroit antarctique pour rejoindre les très convoitées îles aux épices, les Moluques. Persuasif, il gagne la confiance du roi d'Espagne, Charles Quint, obtient cinq navires en piteux état, embarque une cohorte cosmopolite de 237 hommes et lève l'ancre le 20 septembre 1519. Tempêtes, mutineries, tensions à bord, épreuve du froid jalonneront l'épopée de ces navires.

    Magellan passe dans l'étroit boyau du détroit qui porte désormais son nom, et sort enfin de l'enfer pour entrer dans cet océan inconnu qu'il baptisera Pacifique.
    Il mourra victorieux 150 jours plus tard, dans l'eau tiède d'un récif des Philippines, percé de flèches, avant d'avoir rejoint le sud de l'Espagne.

  • Stefan Zweig Marie-Antoinette Vilipendée par les uns, sanctifiée par les autres, l'« Autrichienne » Marie-Antoinette est la reine la plus méconnue de l'histoire de France. Il fallut attendre Stefan Zweig, en 1933, pour que la passion cède à la vérité.
    S'appuyant sur les archives de l'Empire autrichien et sur la correspondance du comte Axel de Fersen, qu'il fut le premier à pouvoir consulter intégralement, Stefan Zweig retrace avec sensibilité et rigueur l'évolution de la jeune princesse, trop tôt appelée au trône, que la faiblesse et l'impuissance temporaire de Louis XVI vont précipiter dans un tourbillon de distractions et de fêtes.
    Dans ce contexte, la sombre affaire du collier, habilement exploitée par ses nombreux ennemis à la cour de France, va inexorablement éloigner Marie-Antoinette de son peuple.
    Tracé avec humanité et pénétration, ce portrait est assurément un des chefs-d'oeuvre de la biographie classique, où excella l'auteur de Trois poètes de leur vie et de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.

  • Stefan Zweig Fouché Joseph Fouché (1759-1820) est l'une des figures les plus énigmatiques de son temps. Elevé chez les Oratoriens, il fut un pilleur d'églises. Conventionnel modéré, il massacra les royalistes de Lyon. Ayant voté la mort de Louis XVI, il fut ministre de Louis XVIII. Napoléon, qui en fit son ministre de la Police, le chassa et le rappela : il le craignait et avait besoin de lui.
    La postérité n'a longtemps vu en Fouché que l'opportuniste cynique, capable de toutes les infamies et de toutes les trahisons pour assouvir son goût du pouvoir. Il le fut, mais il sut aussi s'opposer habilement à Robespierre comme à Napoléon, et, en quelques occasions décisives, agir en fonction du bon sens et de l'intérêt de son pays.
    Biographe de Marie-Antoinette et de Balzac, le romancier d'Amok et de La Confusion des sentiments nous donne ici un saisissant portrait de ce personnage, en qui il voit la première incarnation d'un type politique moderne : l'homme de l'ombre, dissimulé, manipulateur, actionnant en coulisses les mécanismes du pouvoir réel.

  • « Ma voix va s'efforcer d'être celle des quarante ou cinquante millions de victimes dont la voix, en Europe centrale, est étouffée, étranglée. [...] Vous savez tous comment la tragédie a commencé. Ce fut quand surgit en Allemagne le national-socialisme, dont la devise fut dès le premier jour : étouffer. »Voyageur infatigable, passionné de littératures et de cultures étrangères, Stefan Zweig partageait avec les grands intellectuels de son temps un pacifisme actif et des rêves humanistes. Face à la montée du nazisme et à l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, qui le contraignirent à l'exil et à l'errance, il n'eut de cesse de lutter contre l'effondrement de l'Europe.
     Articles, chroniques et essais inédits écrits par Stefan Zweig entre 1911 et 1942, autant de précieux fragments disparus ou encore oubliés qui reflètent l'actualité mouvante de toute une époque et nous font découvrir, à saut et à gambades, les ressorts intimes d'une écriture engagée.

  • Émile VERHAEREN Marceline DESBORDES-VALMORE Romain ROLLAND Joseph FOUCHE Marie-ANTOINETTE Marie STUART MAGELLAN BALZAC Introduction, notices et bibliographie d'Olivier Philipponnat.Déjà parus dans la même collection : I. ROMANS ET NOUVELLES II. ROMANS, NOUVELLES ET THÉÂTRE III. ESSAIS

  • "Dans Montaigne ne m'émeut et ne m'occupe aujourd'hui que ceci : comment, dans une époque semblable à la nôtre, il s'est lui-même libéré intérieurement et comment, en le lisant, nous pouvons nous-mêmes nous fortifier à son exemple. Je vois en lui l'ancêtre, le protecteur et l'ami "de chaque homme libre" sur terre, le meilleur maître de cette science nouvelle et pourtant éternelle qui consiste à se préserver soi-même de tous et de tout".

  • Nietzsche

    Stefan Zweig

      Nietzsche est loeun des trois essais biographiques que compte Le Combat avec le démon, écrit par Stefan Zweig en 1925. Il soeagit doeune interprétation personnelle mais argumentée de la vie du célèbre philosophe allemand. Les premières touches de ce portrait laissent entrevoir un être déraciné, quasi-aveugle, tourmenté par de violentes migraines et de terribles maux doeestomac, qui mène une existence solitaire dans des pensions anonymes. Mais ce quotidien austère, fait de souffrances, noeintéresse Zweig que dans la mesure où il est, selon lui, indissociable du cheminement intellectuel de Nietzsche. En effet, si la condition physique du philosophe a influencé sa réflexion, lui soufflant des concepts aussi fondamentaux que la volonté de puissance, sa pensée a en retour façonné sa façon d?être au monde et aux autres. Car relativiste, amoral, Nietzsche loea été jusque dans sa vie, dans ses rapports à autrui. Mû par une passion excessive de la vérité qui excluait toute concession, laissant sans cesse derrière lui ses croyances perdues, il est allé jusqu?à sacrifier ses amitiés au nom de son insatiable besoin de connaissances et de nouveauté. Cette course vers loeabîme, Stefan Zweig en exprime toute la profondeur, toute la beauté à travers les événements et les oeuvres qui jalonnent la vie de Nietzsche.

  • Adam lux Nouv.

  • 24 heures de la vie d'une femme

    Stefan Zweig

    • Tdb
    • 31 Décembre 2008

    Vers 1900, sur la Côte d'Azur, une discussion véhémente éclate au sein d'un groupe de pensionnaires d'un hôtel. On vient d'apprendre que la femme d'un industriel s'est enfuie avec un jeune homme. Contre l'avis général, le narrateur va prendre le parti de la fugueuse. Témoin du débat, une vieille lady l'invite à entendre le récit d'une aventure ancienne. Après quarante ans d'une vie sans histoire et deux années d'errance suite à la mort de son mari, elle s'était retrouvée au Casino de Monte -Carlo dans l'espoir de rompre avec une existence inutile... avant de connaître vingt-quatre heures tumultueuses qu'elle va confesser devant lui.

  • Montaigne (4eme ed)

    Stefan Zweig

    " comme montaigne fuyant la peste qui décime bordeaux, [s.
    Zweig] fuit la guerre dans le lointain brésil. c'est en vain cependant qu'il cherche cette citadelle intérieure dont goethe a parlé et que montaigne a si bien su défendre contre le chaos et la brutalité qui régnaient autour de lui. " roland jaccard, préface. d'écrivain comblé et adulé il était devenu un exilé se plaignant auprès de romain rolland de ne plus recevoir de courrier. admirant profondément montaigne mais aussi nietzsche, dostoïevski et freud, stefan zweig souffrait d'être si peu semblable à ses modèles.
    Il lit et commente passionnément montaigne pour y trouver la voie de sa liberté intérieure, la force d'assumer son ultime décision. écrivain connu dans le monde entier, en particulier à travers ses nouvelles, stefan zweig (1881-1942), fuyant le nazisme en 1935, fit alors selon ses propres mots, " l'apprentissage du métier de réfugié ". reconnu pour sa sagesse, ses nombreux amis ne soupçonnaient pas la profondeur de son désespoir.
    " il avait, en effet, l'élégance d'épargner à ses proches ses dépressions en prétextant des voyages soudains " note r. jaccard. " au bout de l'espérance ", lui et sa femme se donnent la mort dans leur maison de pétropolis.

  • Correspondance

    ,

    lu par JEAN-FRANCIS MAUREL; MARC-HENRI BOISSE

    Zweig est vraiment le fils que Freud aurait aimé avoir : il apprécie en lui sa " modestie intérieure " tout en étant séduit par l'écrivain, si proche à bien des égards d'Arthur Schnitzler qu'il considérait comme son " frère jumeau " (Roland Jaccard).
    Pendant trente ans, Freud et Zweig vont échanger des lettres dans lesquelles percent l'admiration, et même une certaine affection, qu'ils ont l'un pour l'autre. Freud considère très vite Zweig comme un écrivain visionnaire, et Zweig est un des premiers à entrevoir le génie de son ainé.

  • Le 9 mai 1930, Robert Schuman propose la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, jetant ainsi les bases de la construction européenne. Mais les obstacles sont nombreux, en particulier les tentations de repli nationaliste. Ainsi, en décembre 1978, Jacques Chirac, Premier ministre, lance l'" Appel de Cochin dans lequel il affirme sa défiance à l'égard des institutions européennes. Mais le débat n'est pas récent : en 1 932, Stefan Zweig démontrait comment la lutte entre nationalisme et supranationalisme rythmait l'histoire de la civilisation européenne depuis l'Antiquité. Des discours qui ont marqué l'Histoire, par des figures d'exception.

  • Nouvelle édition en 1991

empty