• Verdi l'insoumis

    Sylvain Fort

    Verdi est un compositeur pour notre temps. Mystérieusement, il porte, comme son oeuvre, des traits qui caractérisent notre époque. Traits non seulement esthétiques, mais aussi moraux et, en un sens, politiques. Verdi, au long de ses opéras, parle des humiliés, des offensés, des mal-lotis ; il donne voix à ce que l'humiliation sociale suscite : la colère, la peur, et donc le désir de vengeance, l'instinct de sacrifice, le goût idéaliste des causes perdues, l'avidité du pouvoir. Aucun autre compositeur d'opéra n'a fait entendre de façon aussi puissante les élans profonds des âmes blessées, pour la simple raison que Verdi les a ressentis dans sa chair, en a fait l'épreuve dans sa vie d'homme.
    Ainsi ses opéras continuent-ils, aujourd'hui encore, de déchirer le voile des conventions et des accommodements faciles, alors que nous vivons toujours sous l'empire de ces conventions, des préjugés, des apparences. Verdi fut un homme en colère, un anticonformiste poussant parfois jusqu'à la cruauté l'expression de ses indignations ou de sa rage face à certaines situations. C'est cette insoumission foncière face aux injonctions de la mode, de la censure et des convenances, qui donne à son oeuvre la puissance qui lui a permis de traverser le temps et de rencontrer aujourd'hui encore nos rêves et nos révoltes. Sylvain Fort livre ici de cet insurgé un portrait qui n'est pas sans échos avec l'état de nos sociétés contemporaines.

  • À travers cette autobiographie imaginaire du chef d'orchestre, l'auteur tente, par la conjecture, le jeu des résonances psychobiographiques, le recoupement des citations et des témoignages, de mieux comprendre de l'intérieur l'esprit si complexe et si particulier de ce musicien.

  • Puccini

    Sylvain Fort

    Giacomo Puccini (1858-1924) ? Il est pour la postérité l'héritier de la grande tradition italienne, et le dernier compositeur d'opéras qui ait acquis une popularité planétaire.
    Ses chefs-d'oeuvre (Tosca, La Bohème, Manon Lescaut, Il Trittico, Madama Butterfly, Turandot...) sont constamment à l'affiche de toutes les scènes lyriques. Paradoxalement, l'homme est moins connu ; situer sa vie et sa musique dans son époque est cependant une nécessité, de même qu'évaluer la portée de son oeuvre. Troublée par son succès, une partie de la critique a cru voir dans les oeuvres de Puccini facilité, démagogie et vulgarité.
    Sylvain Fort nous montre qu'il en va bien autrement. Comme tous les volumes de la collection "Classica", ce Puccini est enrichi d'un index, de repères bibliographiques et d'une discographie.

  • "L'angoisse du devenir hante les récits de Saint-Exupéry. Lorsque le pilote dans son avion (Vol de nuit) connaît l'angoisse de ne plus atterrir parce qu'il s'est perdu, parce qu'il a dérivé, parce que désormais il ne voit plus rien et qu'il comprend qu'il vit ses dernières minutes avant une panne sèche qui le précipitera en mer, il vit aussi l'épreuve suprême. Soudain il comprend. Il devient. Il n'échoue pas dans le désespoir ni dans le cri de détresse.
    Il est allé jusqu'au terme de son voyage personnel. Lorsque le pilote de Terre des hommes se prépare à mourir sous la mitraille, il n'éprouve pas la peur moite de ceux qui voient arriver leur dernière heure. Il goûte le moment comme l'apothéose de sa vie, comme l'instant le plus intense de sa vie, dût-il en être le dernier : "Je suis vivant. Je suis encore vivant. Je suis toujours vivant" Telle est la grande affaire : conjurer la mort." Cette splendide initiation à l'oeuvre de Saint-Exupéry traverse les silences de l'écrivain et les plaies du combattant, nous confronte au défi du monde, et réalise une véritable mystique du courage aux accents uniques.

  • Pendant plus de dix ans, Sylvain Fort a assuré sur Forumopera.com une garde dont personne ne voulait : celle d'embaumeur. Quand un chanteur d'opéra venait à s'éteindre et qu'il avait été cher à son coeur, c'est dans l'énergie de l'émotion qu'il lui rendait hommage. Dans les rédactions, pourtant, la terrible logique des " viandes froides " veut qu'on ait pour chaque artiste prêt à rejoindre son créateur un bel obituaire tout encarté de pourpre.
    Ces hommages, composés alors que la victime bat encore le pavé, rappellent les albums de Noël opportunément enregistrés au mois de juillet. C'est au contraire dans l'immédiat silence de la disparition que Sylvain Fort composa le catafalque de ceux qu'il admira depuis sa plus tendre jeunesse. Ainsi, " In Memoriam ", n'est pas un recueil d'hommages raisonnés, c'est le témoignage d'un mélomane épouvanté de voir glisser ses idoles dans un silence définitif.

  • La collection est dirigée par Pascal Gauchon. Les ouvrages de la collection permettent de connaître, d'approfondir et mettre en pratique les connaissances, ce sont les trois étapes du savoir. Ce sont des manuels d'initiation, d'approfondissement et de révision qui ouvrent la porte des grandes écoles. La collection se subdivise en séries : grands formats - petits formats - Bibliothèque Major - Major Bac (destiné particulièrement aux élèves des lycées préparant le bac français et classes terminales). Le directeur de la collection est assisté pour chacune des séries de co-directeurs.

  • Avec puccini

    Sylvain Fort

    • Puf
    • 3 Avril 2002

    La collection est dirigée par Pierre Brunel, membre de l'Institut de France, professeur à l'Université de Paris IV - Sorbonne et Xavier Darcos, inspecteur général de l'Éducation nationale. Les ouvrages sont consacrés à de grands compositeurs ou de grands sujets musicaux et destinés à des lecteurs désirant s'initier et même compléter leur formation avec plaisir.

  • La collection est dirigée par Pascal Gauchon. Les ouvrages de la collection permettent de connaître, d'approfondir et mettre en pratique les connaissances, ce sont les trois étapes du savoir. Ce sont des manuels d'initiation, d'approfondissement et de révision qui ouvrent la porte des grandes écoles. La collection se subdivise en séries : grands formats - petits formats - Bibliothèque Major - Major Bac (destiné particulièrement aux élèves des lycées préparant le bac français et classes terminales). Le directeur de la collection est assisté pour chacune des séries de co-directeurs.

  • La collection " Écriture " dirigée par Béatrice Didier, professeur à l'École normale supérieure - Ulm, publie des essais sur divers problèmes théoriques concernant la littérature au sens large, témoignant de différentes sensibilités et approches du monde littéraire.

  • Quatre-vingt-treize peut apparaître d'abord comme un roman sur la guerre, non sur la paix. La guerre y est multiple : civile, militaire, politique, sociale, religieuse. Mais Hugo n'omet jamais la mise en perspective, qui seule permet de comprendre les mécanismes secrets des phénomènes historiques. La paix est l'envers et le contrepoint de la guerre. On ne peut comprendre la guerre sans avoir une idée claire de la paix qui en est l'horizon.
    Quatre-vingt-treize est aussi un roman philosophique. La paix n'est pas seulement le contraire de la guerre. C'est une notion supérieure, un idéal. Pour cet idéal, il est permis de se battre. Une autre dimension de la paix apparaît alors, plus métaphysique, voire mystique.

  • Trois histoires, trois univers, et trois princesses qui ont de l'énergie à revendre !

    - Clara et les monstres collants.
    La princesse Clara n'a pas de chance. Aujourd'hui, en se promenant dans sa belle robe à froufrous, trois monstres tombent amoureux d'elle ! Clara fait tout pour leur échapper, elle en a ras les couettes ! Heureusement, lorsqu'elle se tache avec des spaghettis, un de ses soupirants s'en va en courant, et lorsqu'elle fait du foot, un autre s'enfuit également... Les monstres ont décidément découvert une princesse pas comme les autres !
    Écrit par Sylvain Zorzin et illustré par Jess Pauwels.

    - L'anniversaire de la princesse.
    Aujourd'hui Thibaut est heureux ! Il va retrouver son amie d'enfance, la princesse Emma, pour sa grande fête d'anniversaire. Or, parmi tous les merveilleux cadeaux qu'offrent les invités, Thibaut n'a qu'un simple dessin à donner, lui, prince rêveur d'un royaume délabré. Comment va réagir Emma ?
    Écrit par Pascal Brissy et illustré par Aurélie Abolivier.

    - Le grand jour de Tililou.
    Y en a marre ! Parce qu'elle a les cheveux courts, tous les camarades de Tililou lui répètent qu'elle est un garçon. Même lorsqu'elle joue le rôle de la servante dans la pièce de théâtre de la classe, on se montre méchant avec elle. Et voilà qu'Olivia, la fille qui jouait la princesse, tombe malade la veille du spectacle. Tililou voudrait la remplacer, mais osera-t-elle lever la main pour le demander ?
    Écrit par Sophie Forte et illustré par Yves Calarnou.

empty