• L'ouvrage repose sur une exploitation des données de trois éditions des enquêtes Pratiques culturelles des Français pour les 15-29 ans et fournit une comparaison de l'évolution des résultats de la fin des années 1980 à la fin des années 2000. Que nous dit l'évolution des pratiques sociales et culturelles observées au cours de ces trois décennies à propos des jeunes et en quoi le basculement numérique a-t-il modifié le rapport à la culture de ceux qui ont toujours un niveau d'engagement supérieur à leurs aînés en matière de culture et plus largement de loisirs ?
    Après avoir replacé dans leur contexte politique, économique, démographique, éducatif et social chacune des trois générations, l'ouvrage s'intéresse aux univers culturels juvéniles. Des influences multiculturelles, un goût pour le divertissement et une distance croissante avec la culture scolaire sont parmi les effets des industries culturelles et influencent les pratiques culturelles et de loisir des jeunes, qui ont singulièrement évolué au tournant du siècle avec la numérisation des contenus culturels et l'explosion d'une culture numérique de réseau qui modifie le rapport aux institutions et à la culture dite légitime.
    ARGUMENTAIRE

  • "Geek, like, fake, mods, gaming... Autant d'anglicismes pour décrire les cultures des jeunes générations. Aux média-cultures de l'audiovisuel succèdent ainsi les techno-cultures liées au numérique, dans lesquelles le smartphone devient le premier terminal culturel. Ces mutations influent en profondeur sur la construction des liens sociaux comme sur la redéfinition des engagements collectifs, notamment politiques."

  • Cet ouvrage vous invite à la rencontre passionnante de deux univers : celui de la jeunesse et celui de la culture. Jusque là laissé en marge de la sociologie classique, le rapport entre enfance et culture est devenu désormais un véritable objet de recherche puisque la culture - les consommations, pratiques et usages, voire les représentations et visions du monde qui sý rattachent paraissent offrir de nouveaux modes de construction individuels ou collectifs : nouveaux rites de passage (le premier MP3, le premier blog, le premier téléphone portable...) ; espaces de construction et de déconstruction des compétences relationnelles, qu'il s'agisse de sociabilité, de sorties ou de discussion ; lieux de reconfiguration des stratégies éducatives et culturelles des familles, elles-mêmes recomposées ...
    À la croisée des recherches sur l'enfance, la famille, l'éducation et les loisirs, la rencontre de ces deux objets scientifiques ouvre des perspectives de dialogue pour différentes disciplines : ethnologie, anthropologie, sociologie.
    Les articles réunis dans cet ouvrage rendent compte de la richesse de cette rencontre, en explorant tout à la fois la diversité des âges, de la petite enfance à l'adolescence, celle des thématiques, entre socialisations de classe et de sexe, juvénile et familiale, et celle des pratiques, de la fréquentation des équipements culturels traditionnels aux pratiques numériques et multimédiatiques.

  • L'ouvrage se compose de cinq articles qui explorent la question du genre dans les pratiques culturelles, alors que les différentes éditions de l'enquête nationale sur les pratiques culturelles des Français ont montré la féminisation des publics et des pratiquants.

  • Les inégalités culturelles : retour en enfance Nouv.

    Alors que la question des inégalités est devenue centrale dans les débats sociaux contemporains, la genèse de ces inégalités dans l'enfance est de plus en plus interrogée, d'autant que la place des inégalités culturelles dans les inégalités globales n'a fait que croître, que l'on fasse une lecture des conflits sociaux en termes de classes sociales ou d'identités. Comment se forment les inégalités dans l'enfance? Quelles formes spécifiques y prennent-elles?Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage se consacre, en interrogeant à chaque fois le rôle des comportements culturels dans la formation des attitudes, préférences, dispositions qui façonnent toute la socialisation des individus.Rassemblant des contributions originales de chercheurs spécialistes de champs variés et abordant la vie quotidienne des enfants - éducation, loisir, politique, amour et amitié -, cet ouvrage ambitionne de rendre compte du caractère multidimensionnel et imbriqué de la fabrique des inégalités dans l'enfance.

  • Quels sont les mécanismes qui produisent et reproduisent des situations d'inégalité ou de discrimination en matière de genre dans le champ culturel, où les corps sont souvent placés au premier plan, que ce soit dans les domaines de la création, de l'interprétation ou de la médiation ?
    Si la question traverse tout le champ de la culture, elle se pose en des termes différents suivant les mondes des arts concernés, où les femmes occupent une place très variable et où les normes et stéréotypes de genre peuvent jouer de manière plus ou moins intenses.
    Fondé sur des enquêtes de terrain, cet ouvrage questionne les différenciations genrées ainsi que les processus, sociaux ou propres aux différents secteurs de l'art, qui les sous- tendent : la danse classique, les arts visuels et, plus précisément, l'art contemporain, ceux de la musique classique, du théâtre, du jeu vidéo et de la culture scientifique. Il montre que, dans le monde de la culture, pourtant perçu comme progressiste, le plafond de verre est loin d'être brisé.

  • Une jeunesse crispée ; le vivre ensemble face aux crises globales Nouv.

    La longue suite de crises globales que traverse la France depuis le début des années 2000 a profondément bouleversé le lien social et eu un impact sur la façon dont la jeunesse conçoit le vivre ensemble. Face au creusement des inégalités, à la perte de confiance dans les institutions démocratiques,à la montée en puissance du communautarisme, et au retour du nationalisme, cette génération est plus que jamais en quête d'un récit qui unirait les Français par-delà leurs divisions de genre, d'origines sociales et ethniques. Cet ouvrage alerte sur les crispations des jeunes et invite les adultes à leur proposer un récit du vivre ensemble renouvelé, avant que leurs inquiétudes ne s'expriment dans les urnes.

  • Comment les enfants reçoivent-ils, consomment-ils ou fabriquent-ils de la culture ? Est-il aussi sérieux de se pencher sur les poupées, les jeux vidéo ou les écrans numériques que sur la littérature enfantine ? Peut-on envisager les pratiques culturelles en ignorant l'enfance en tant que cible publicitaire ?
    Des spécialistes de renommée internationale, issus de la sociologie et de l'anthropologie, du marketing, des sciences de l'éducation, de la psychologie, des gender studies. débattent de l'articulation entre enfance et cultures. Que fait l'enfance à la culture et inversement que fait la culture à l'enfance ?
    Les pistes ouvertes par Alan Prout, David Buckingham, Daniel Cook, Kaveri Subrahmanyam et Patricia Greenfield, Nestor Garcia Canclini et Jacqueline Reid-Walsh sont autant d'éclairages sur l'évolution des pratiques et les mutations rapides qui affectent les conceptions de l'enfance face aux industries culturelles. Sylvie Octobre et Régine Sirota en proposent une mise en perspective intellectuelle, tandis que Jean-François Chaintreau resitue ces débats dans le cadre des enjeux des politiques culturelles.

  • Les biens et services culturels circulent de manière croissante dans le monde. Game of Thrones est la série qui a battu tous les records d'audience, Shakira, chanteuse d'origine colombienne qui fait carrière aux États-Unis, a été l'étendard de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 sur un air inspiré de musiques africaines. Naruto, personnage de manga japonais, est devenu un des héros de l'enfance et de l'adolescence des jeunes Français aux côtés d'icônes nationales comme Astérix.  Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des biens et services, facilitée par la technologie numérique sont ainsi des facteurs majeurs de l'internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.  Le cosmopolitisme esthétique et culturel désigne la façon dont les jeunes construisent leur rapport au monde par l'intermédiation de la consommation de biens culturels globalisés.  L'enjeu est politique : il faut déterminer ce qui, dans ces cultures médiatiques qui ont envahi l'univers culturel des jeunes, libère les individus de leurs particularismes et les fait advenir citoyens, ce qui permet à chacun de devenir femme ou homme, d'éduquer son discours, d'affiner son jugement et de gouverner ses émotions, ce qui permet à chacun de trouver sa place dans un monde commun. 

empty