• La cote 512

    Thierry Bourcy

    Le jeune flic Célestin Louise, apprécié de ses supérieurs, aurait pu rester à l'arrière où il s'illustrait dans la poursuite des criminels. En novembre 1914 pourtant, le jeune enquêteur à la Brigade criminelle de Paris se retrouve en première ligne à Verdun sous les ordres d'un lieutenant à peine plus âgé que lui. C'est la découverte, sous les bombes, dans les tranchées, de la folie de la guerre avec son rythme macabre d'assauts et de retraites, avec sa barbarie, ses silences improbables, ses rigolades pour tromper la mort. C'est la découverte de l'amitié, de la bravoure et de la peur... Et puis un jour, au cours d'un assaut, le jeune lieutenant est tué d'une balle dans le dos. Célestin Louise le comprend : cette mort-là n'est pas comme les autres. Un flic reste un flic, même au beau milieu du carnage. L'enquête qui débute par amitié posthume mènera Célestin bien au-delà du front...

  • Hiver 1915. Le front s'est figé et il n'est plus question, comme en 14, de partir la fleur au fusil. Célestin Louise, jeune enquêteur à la Brigade criminelle de Paris devenu soldat, lutte chaque jour dans les tranchées pour survivre aux horreurs des combats. Les copains meurent coupés en deux ou gelés dans la boue. La bravoure et les peurs côtoient la barbarie. C'est dans cet univers déchiré par la fureur des assauts que Célestin Louise obtient sans l'avoir demandée une permission d'une semaine. Ses talents intéressent l'état-major. Redevenu policier pour une enquête ultraconfidentielle, Louise découvre à l'arrière une capitale truffée de veuves, d'espions et de planqués. D'autres moeurs, d'autres dangers! De ce dernier travail dépend pourtant le sort de milliers de poilus...

  • Mars 1917. La guerre s'intensifie. Les permissions n'empêchent pas les mutineries brutalement réprimées. Des dizaines de poilus sont fusillés. Le soldat Célestin Louise, policier dans le civil, s'étonne chaque matin d'être encore en vie au fond de sa tranchée. Un des hommes de sa compagnie, en dépit des bombardements, se risque souvent, à l'aube, à pêcher dans les eaux glacées d'un lac qui sépare des tranchées ennemies. Ses prises miraculeuses amènent de l'espoir et du rêve au beau milieu du carnage. Ce matin-là, pourtant, c'est un cadavre qui s'accroche à la ligne, celui d'un fantassin français tué d'un coup de couteau en plein coeur. Traqué par la police militaire et chargé de l'enquête par une hiérarchie ambiguë, Célestin Louise va devoir prendre le risque fou de déserter pour comprendre les raisons de ce meurtre. Derrière l'exécution de ce soldat semble se cacher l'un de ces secrets inavouables qui naissent des grands conflits...

  • En juin 1916, tous les soldats savent que la guerre va durer. Célestin Louise, jusque-là miraculeusement passé entre les balles, est grièvement blessé, puis évacué à l'arrière dans une vieille demeure reconvertie en hôpital de campagne. Le château d'Amberville est un endroit plein de mystères, étrangement calme et irréel après l'horreur des combats. Laure, la jeune propriétaire des lieux, d'une beauté mélancolique saisissante, apporte aux blessés le réconfort dont ils ont tant besoin. Tous, brisés par la violence du front, tombent amoureux d'elle et lui sont redevables de son courage magnifique. Célestin n'y échappe pas. Mais une malédiction semble s'abattre sur Amberville. Un premier soldat est retrouvé mort dans une mare, un autre est égorgé dans son lit. Le tueur est insaisissable et la liste ne demande qu'à s'allonger. Célestin doit comprendre : il en va de sa vie.

  • «Prendre ensemble le petit déjeuner, c'est forcément partager bien plus qu'un repas : il y flotte des restes de rêves, des lambeaux de sommeil, la nostalgie des draps ou de la chaleur de la couette ; le corps encore engourdi enchaîne les gestes automatiques, le visage n'a pas eu le temps de reprendre le masque du travail, un soupçon de maladresse fait s'entrechoquer les tasses et les couverts, et le regard se perd sur le nuage de lait qui s'épanouit dans le mug de thé. On ne partage pas le petit déjeuner avec n'importe qui.»

  • Juin 1919. Alors que l'Europe tente de se reconstruire après le carnage de la Grande Guerre, Célestin Louise, désormais simple civil, décide de commencer une nouvelle vie avec sa fiancée. Ensemble ils embarquent à bord du Rochambeau, un paquebot à destination de New York. Mais un journaliste portugais est assassiné dans sa cabine et, à la demande du commandant, Célestin se rend sur la scène de crime.

  • «J'avais pensé au départ m'inspirer de l'esprit d'Arsène Lupin, dont les aventures ont bercé mon adolescence, mais très vite l'horreur des scènes que je découvrais a chassé cette idée. Célestin Louise, ni gentleman ni cambrioleur mais flic d'origine modeste, va porter sur la guerre et ses atrocités un regard qui, au fil des enquêtes, deviendra de plus en plus désabusé, sceptique, mais jamais cynique».

    Des tranchées boueuses aux hôpitaux de campagne, du feu de la mitraille aux embusqués de l'arrière, de la première ligne aux provinces endeuillées loin du front, le soldat Célestin Louise mène l'enquête alors qu'autour de lui le monde s'écroule.

    Ce volume contient :
    La cote 512 - L'arme secrète de Louis Renault - Le château d'Amberville - Les traîtres - Le gendarme scalpé.

  • Juillet 1918.
    Les Américains viennent d'arriver sur le front picard pour soutenir les poilus à bout de forces. En face, les Allemands résistent encore, mais tous sentent que la fin de la guerre approche... Le soldat Célestin Louise, inspecteur de police dans le civil, est appelé sur les lieux d'un crime horrible : un jeune gendarme a été assassiné puis scalpé dans une église. Tout accuse l'Indien du régiment américain stationné à quelques kilomètres de là.
    Mais Célestin n'a pas de préjugés et son instinct lui dit que le véritable coupable rôde encore. En fouillant dans le passé de la victime, il découvre qu'il a été mêlé à un cambriolage quelques années auparavant. Son frère avait été tué par l'un des malfaiteurs qui avaient réussi à s'enfuir avec des lingots d'or jamais retrouvés... Or ces cambrioleur sont vraisemblablement revenus dans la région récupérer leur butin.
    Alors que les offensives meurtrières se poursuivent, Célestin, aidé du fidèle Germain Béraud, se retrouve aux prises avec une enquête délicate que les gendarmes français comme la Military Police aimeraient résoudre au plus vite.

  • Printemps 1919, l'armistice a été signé six mois plus tôt. Célestin Louise, démobilisé, rejoint Paris et les célèbres Brigades du Tigre. Tandis que ses collègues enquêtent sur un certain Landru, Célestin est chargé d'éclaircir les circonstances de la mort d'Alexandre Mekinoff, un producteur de cinéma russe retrouvé poignardé dans ses studios de l'Albatros. Très riche et grand amateur de femmes, Mekinoff avait de nombreux ennemis. Mari jaloux, maîtresse délaissée ? Célestin n'y croit pas. Son intuition lui souffle que la vérité se trouve dans le passé militaire de la victime. Il va devoir revenir sur les champs de bataille dévastés et affronter les souvenirs de cette guerre qu'il essaie d'oublier.

  • S'il n'y avait pas eu ce capot de roue de Polikarpov en vente sur le Bon Coin, pas sûr que le Poulpe se serait bougé en Alsace, « la seule région de France qui est restée à droite, un coin où les curés sont payés par l'État ! ». Et ceci malgré le fait divers qui vient de survenir sur le massif du Vieil- Armand : un jeune passionné de la Grande Guerre, Julien Gonvis, vient d'être retrouvé étranglé au fond d'une tranchée. Mais maintenant que Gabriel est ici, à Uffholtz, autant faire d'une pierre deux coups. A priori, Julien, jeune étudiant en histoire, n'avait pas le profil pour se faire trucider.
    Mais Gabriel découvre rapidement que le jeune homme préparait une thèse sur le projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Burensheim. Serait-ce une piste ? Aurait-il, au cours de ses recherches, réveillé le chat qui dort ?

  • Thierry Mellec n´est pas du genre téméraire. Sensible et mélomane, il mène une existence simple et rangée, qu´il consacre à écrire les scripts de documentaires animaliers en attendant la gloire. Les seules histoires qu´il connaît sont celles de ses multiples conquêtes amoureuses sans lendemain. Un soir pourtant, un drame vient bouleverser son quotidien. Dans le hall de son immeuble, il se retrouve nez à nez avec l´assassin de sa jeune et aimable voisine, Clara. En tant que témoin principal, Thierry devient malgré lui l´acteur d´un scénario qui dépasse son imagination. En dépit de sa maladresse chronique et de ses tendances paranoïaques, il souhaite aider la séduisante inspecteur Hélène Billard à identifier et piéger le coupable, au péril parfois de sa propre vie, mais toujours avec la meilleure volonté du monde.
    Ce polar drôle et léger met en scène une sorte de anti-héros attachant qui nous apprend l´art et la manière de se montrer courageux quand on ne l´est pas.

  • Découvrez Le crime de l'Albatros - Les aventures de Célestin Louise, flic et soldat, le livre de Thierry Bourcy. Un crime est commis dans les studios de cinéma Albatros à Montreuil. Dans la grande verrière, on découvre le cadavre d'un producteur, Alexandre Mekinoff. Célestin, chargé de l'enquête s'oriente d'abord vers les milieux des Russes Blancs. Mais il semble que Mekinoff ait assuré ses arrières en se ménageant quelques complicités qui le mettaient à l'abri des tueurs "rouges". Et si c'était dans son passé de brancardier que se trouvait la raison mystérieuse de son assassinat ? Célestin découvre que Mekinoff pillait les morts sur le champ de bataille. Sentant la fin de la guerre approcher, il était devenu enragé : il lui fallait toujours plus d'argent, car il voulait produire des films. Les derniers temps, il n'avait pas hésité, dans le chaos des combats, à achever certains blessés. Célestin met en place les pièces du puzzle : quelqu'un aura démasqué Mekinoff et se sera vengé. Peut-être une femme dont il aura tué le mari... Dans cette ultime enquête, Célestin croise des veuves cherchant désespérément le corps de leurs hommes, des officiers fiers de leurs médailles, des soldats encore maintenus sous les drapeaux, des prisonniers, des éclopés, des gueules cassées...
    Sombre et sans illusion, cette dernière enquête de Célestin signe son départ de la police et son exil pour l'Amérique, accompagné de Joséphine, la belle anarchiste rencontrée et aimée dès le premier volet de la série.

  • Célestin Louise embarque à bord du Rochambeau, un paquebot qui doit le mener vers une nouvelle vie. Après deux jours de traversée, le cadavre de Fernando Barbosa, un journaliste portugais, est retrouvé. Le capitaine du navire demande à Célestin d'enquêter. Il doit pour cela faire équipe avec un des cuisiniers, Antoine Moulin, un ancien poilu.

  • En novembre 1914, Célestin Louise, jeune enquêteur à la Brigade criminelle de Paris, est affecté au 134ème régiment d'infanterie et se retrouve en première ligne à Verdun. Là, il fait la connaissance de ses camarades de section : Pierre-Marie Madec, le Breton qui parle à peine français, et qui a le mal du pays, Joachim Perrot, un instituteur de Toulouse, un "rouge", Anselme Garin, un paysan de Corrèze, courageux mais pas va-t-en guerre, Jules Gaillard, un marlou de Pigalle. Cette petite section est sous les ordres du lieutenant Paul Dorval, un tout jeune homme issu d'une riche famille de Mayenne et que plusieurs exploits au feu ont propulsé à ce grade. Célestin découvre, tandis qu'un hiver glacial cède enfin la place aux premières chaleurs du printemps, la folie de la guerre avec son rythme macabre d'assauts et de retraites, de première ligne et de repos à l'arrière, de bombardements et de mitraillages, et aussi de trêves inattendues arrachées à la barbarie, de silences improbables, de rigolades pour tromper la mort, de bravoure et de peur... Et puis un jour, au cours d'un assaut dans lequel sont engagés des centaines d'hommes du régiment, le petit lieutenant est tué à son tour. Célestin, qui se trouvait à ses côtés pendant l'attaque, est intrigué par sa mort et, lorsqu'il parvient à ramener le cadavre dans les lignes françaises, se rend compte qu'il a reçu une balle dans le dos. Une balle venant de son propre camp. Par amitié posthume pour son supérieur, et aussi parce qu'un flic reste un flic, même au milieu de la guerre la plus impitoyable, Célestin va mener, envers et contre tout, dans les circonstances les plus invraisemblables, une enquête qui le mènera peu à peu loin du front, dans un petit village de Mayenne où il découvrira la terrible vérité et pourquoi, parmi les centaines de milliers de morts au front, celle-là n'est pas comme les autres...

  • Paris, 1611. Dans les rues de la ville, le souvenir du sang versé d'Henri IV est vif. Nul ne s'émeut du sort de Ravaillac, l'assassin du roi, qui meurt en emportant ses secrets.
    Outre-Manche, le lieutenant de la garde Mattheus Kassov est convoqué par Jacques Ier d'Angleterre : une espionne de la Couronne britannique a disparu lors d'une mission en France. Mattheus est envoyé sur ses traces. Le jeune homme, qui connaît bien l'espionne et sa nature déloyale, sait que son enquête le mène en territoire périlleux. Le jeu de piste sera jonché de cadavres. D'invisibles ennemis, aussi puissants que féroces, entendent bien laisser dans l'ombre les preuves de leur funeste machination.

  • Les courtisans danois Rosenkranz et Gildenstern débarquent à Londres en 1603, dernière année du règne d'Elisabeth 1re, pour assister à une représentation de la pièce Hamlet par leur ami William Shakespeare au théâtre du Globe, et dans laquelle ils sont représentés. À la fin de la pièce, les comédiens jouant le rôle des courtisans danois sont retrouvés assassinés dans la coulisse. Rosenkranz et Gildenstern, venus en fait négocier une alliance secrète maritime entre le Danemark et l'Angleterre, comprennent que les comédiens ont été tués à leur place. La reine leur promet que le coupable sera démasqué sous huit jours et convoque au Palais William Shakespeare. Le célèbre dramaturge explique alors qu'il s'est inspiré de véritables seigneurs danois : Rosenkranz et Gildenstern, ainsi que de l'astronome Tycho Brahé, qui a servi de modèle à Hamlet lui-même. C'est alors que les regards se tournent vers le capitaine Joseph Kassov, qui s'est illustré dans la résolution du crime de Tycho Brahé à Prague en 1601.

  • Prague, 1601. L'empereur Rodolphe II de Habsbourg organise une somptueuse fête à l'occasion de laquelle le célèbre astronome Tycho Brahé doit présenter sa conception du cosmos. La cour réunit les plus grands penseurs, artistes et notables de la Renaissance, au nombre desquels se trouvent le peintre Sprangler, l'alchimiste Michael Maier ou encore l'inquisiteur Roberto Bellarmin, connu pour avoir envoyé le philosophe copernicien Giordano Bruno au bûcher. L'enjeu est de taille: savoir si le Maître fait tourner le Soleil autour de la Terre, ou l'inverse. Mais lorsque l'homme de science est retrouvé empoisonné dans le cabinet de curiosités du château, l'empereur décide d'enfermer tous ses invités jusqu'à ce que le coupable soit démasqué.

     Un huis clos sanglant et spectaculaire à la cour de Prague, inspiré de la disparition du légendaire astronome de la Renaissance, Tycho Brahé.

  • Le fulgurant destin de Charles Nungesser, as de la Première Guerre Mondiale disparu en 1927 au-dessus de Terre-Neuve alors qu'il tentait, accompagné de François Coli, de réussir la première traversée de l'Atlantique en avion, a laissé dans l'Histoire de France un parfum de légende. Doué d'une force physique hors du commun, d'un courage sans faille et d'une absolue fidélité à son idéal chevaleresque, il a enchaîné les exploits les plus extraordinaires avec une stupéfiante audace. Cette BD s'inspire du panache et de l'engagement d'un homme qui a marqué le début du XXème siècle, au tournant d'une modernité qu'il avait comprise et dont il pressentait les développements futurs.

  • Une fiction directement inspirée d'histoires vraies.

empty