Littérature générale

  • Umberto Eco Le Nom de la rose Rien ne va plus dans la chrétienté. Rebelles à toute autorité, des bandes d'hérétiques sillonnent les royaumes et servent à leur insu le jeu impitoyable des pouvoirs. En arrivant dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est l'abbaye située entre Provence et Ligurie, en l'an de grâce et de disgrâce 1327, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, se voit prié par l'abbé de découvrir qui a poussé un des moines à se fracasser les os au pied des vénérables murailles. Crimes, stupre, vice, hérésie, tout va alors advenir en l'espace de sept jours.
    Le Nom de la rose, c'est d'abord un grand roman policier pour amateurs de criminels hors pair qui ne se découvrent qu'à l'ultime rebondissement d'une enquête allant un train d'enfer entre humour et cruauté, malice et séductions érotiques. C'est aussi une épopée de nos crimes quotidiens qu'un triste savoir nourrit.

    « ... sous sa forme amusante de roman policier et savante de devinette érudite, un vibrant plaidoyer pour la liberté, pour la mesure, pour la sagesse menacées de tous côtés par les forces de la déraison et de la nuit. » Dominique Fernandez, L'Express.

    Prix Médicis étranger 1982.

  • Trois amis ont inventé un gigantesque complot dans lequel ils ont mêlé ésotérisme, occultisme, histoire passée et à venir.

  • De Turin et Palerme à Paris, nous croisons des hystériques, des satanistes, des escrocs, un abbé qui meurt deux fois, des cadavres dans un égout, des jésuites complotant contre des francs-maçons, des confraternités diaboliques et des carbonari étranglant des prêtres. Nous assistons à la naissance de l'affaire Dreyfus et à la fabrication des Protocoles des Sages de Sion. Nous prenons part à des conspirations, aux massacres de la Commune et à des messes noires... Tout est vrai dans ce savoureux feuilleton, à l'exception du principal narrateur, Simon Simonini, dont les actes ne relèvent cependant en rien de la fiction. Trente ans après Le Nom de la rose, Umberto Eco nous offre le grand roman du xixe siècle secret.

    Encore une fois, Umberto Eco a frappé un grand coup. La balade est étourdissante. Marie-Françoise Leclère, Le Point.

  • Umberto Eco Comment voyager avec un saumon Avez-vous déjà eu besoin de mettre un saumon fumé dans le mini-frigo de votre chambre d'hôtel ? Tenté d'installer un logiciel en lisant les trois volumes d'explications fournis par le fabricant ? Renoncé à prendre un médicament anodin en raison des risques terribles que sa notice fait peser sur «certains sujets» ? Entrepris de chercher du sexe sur Internet oe Si vous répondez oui à l'une de ces questions, alors vous vous reconnaîtrez dans les pages de ce livre, qui relate, sur un mode hilarant et, hélas, vraisemblable, les aventures et mésaventures de l'homme d'aujourd'hui. En guise de bouquet final, vous découvrirez la Cacopédie : un hallucinant voyage dans le savoir scientifique moderne poussé vers la folie à force d'atomisation et de luxe théorique...
    L'universitaire spécialiste de sémiologie, le romancier érudit et puissant du Nom de la rose et de L'Ile du jour d'avant livre ici un autre visage : celui, moqueur et généreux, d'un observateur de notre temps et de sa folie ordinaire.
    Il convient d'ajouter qu'on éclate de rire à chaque page.

  • Après À reculons comme une écrevisse et Comment voyager avec un saumon, voici la dernière anthologie conçue et retravaillée par Umberto Eco de son vivant, à partir de ses chroniques parues dans L'Espresso entre 2000 et 2015. Nous y retrouvons son gai savoir, son esprit et son humour. Il y interroge avec malice les visages les plus familiers de nos temps modernes : la mascarade des politiques, la dérive sensationnaliste des médias, la tyrannie du spectacle de soi, les appendices techniques dont nous sommes devenus les esclaves consentants, les ravages du complotisme et du conspirationnisme, l'avachissement de la civilité, le triomphe de la bêtise... Ce livre témoigne une nouvelle fois de la justesse de son regard et confirme son talent de visionnaire en nous ouvrant les yeux sur les enjeux sociaux et politiques de demain.Il professore déploie son ironie, son érudition et son goût de l'actualité pour mettre le feu aux idées reçues. C'est décapant.  Le Point.Savoureux. L'Express.

  • Peut-on écrire une thèse sans mourir d'ennui ou devenir à moitié fou? Oui, et mieux encore, répond Eco : il faut vivre la thèse comme une chasse au trésor, et non un rite masochiste d'un autre âge. Quels que soient sa durée, son nombre de pages, la discipline choisie ou le sujet lui-même, tout travail de recherche, du mémoire au doctorat, est un exercice inégalé pour la formation de l'esprit, à condition de bien s'y prendre.

    Définition du sujet, plagiat, paraphrase, mais aussi relations diplomatiques avec son directeur de recherche : avec humour, tendresse et pragmatisme, Umberto Eco accompagne quiconque désire apprendre à chercher, réfléchir et construire une pensée personnelle, dans un ouvrage qui est peut-être avant tout un merveilleux guide pour, simplement, bien écrire.

  • En 1992, à Milan, six journalistes sont embauchés pour créer un nouveau quotidien qu'on leur promet dédié à la recherche de la vérité. Ils fouillent dans le passé pour composer leur « numéro zéro », et c'est le présent qui leur saute au visage. « L'ombre de Mussolini, donné pour mort, domine tous les événements italiens depuis 1945 » : est-ce là le délire d'un journaliste d'investigation paranoïaque ? Alors, pourquoi le retrouve-t-on assassiné ? Attentats, tentatives de coup d'État, empoisonnements, complots, stratégie de la manipulation, de la désinformation et de la tension : quand tout est vrai, où est le faux ?

    « Un pamphlet au vitriol du monde des médias. » Philippe Chevilley, Les Échos.

    « Avec ce polar burlesque sur la désorientation médiatique, Umberto Eco s'affirme comme l'inlassable et truculent chroniqueur de la « guerre du faux ». » Nicolas Truong, Le Monde.

    « Un superbe exercice de politique-fiction. » Aliocha Wald Lasowski, Marianne.

  • Depuis le début du siècle sont apparues des oeuvres qui s'offrent à une pluralité d'organisations : compositions musicales dont les parties sont à enchaîner selon le choix de l'interprète, sculptures mobiles, tableaux informels, jeux sémantiques dont le Finnegans Wake de James Joyce a fourni le modèle.
    Ce nouveau type d'oeuvre, Umberto Eco le décrit et l'enracine en le confrontant à l'ensemble de la culture contemporaine, aux sciences qui accordent une importance toujours plus grande au hasard. Il le fonde aussi, en se demandant à partir de la théorie de l'information jusqu'à quel point une oeuvre peut s'ouvrir sans cesser d'être communication.

  • Umberto Eco L'Ile du jour d'avant «Du Dumas écrit par Pascal» : ainsi a-t-on pu qua-lifier cet étourdissant voyage au coeur du xviie siècle, mené par l'auteur du Nom de la rose avec son brio romanesque et son époustouflante érudition.
    A travers l'odyssée de Roberto de la Grive, tour à tour guerrier, savant et agent secret, puis naufragé non loin du mythique 180e méridien - celui qui sépare au- jourd'hui d'hier -, c'est à un carrousel ininterrompu de personnages, d'événements et d'idées que nous sommes conviés. Campagnes de la guerre de Trente Ans, salons parisiens, intrigues diplomatiques, jeux de l'amour, de l'art, de la pensée : rien n'échappe au tourbillon d'une époque où les découvertes de la géographie et de l'astronomie bouleversent les consciences.
    Tour à tour roman encyclopédique, roman d'initiation, roman d'amour, ce somptueux opéra baroque nous renvoie aussi, en de fascinants jeux de miroir, aux vertiges de nos propres angoisses.

  • Charmeur, coquin, roublard et fieffé menteur, Baudolino, après une rencontre dont le récit restera un joyau de la fantaisie d'Umberto Eco, devient l'homme de confiance et le fin conseiller de l'empereur Frédéric Barberousse.
    Toujours il rêve, affabule, et tout ce qu'il imagine finit par produire de l'Histoire. Poussé par Baudolino, l'empereur participe à la troisième croisade, prétexte pour aller remettre au Prêtre Jean, que l'on disait régner dans un lointain et inaccessible Orient, au milieu d'enchantements et de monstres, la plus précieuse des reliques de la chrétienté. Dès lors, l'histoire de Baudolino se déroule en une succession de récits plus ardents les uns que les autres. Pillage de Constantinople ou mort mystérieuse de Frédéric, défilé d'épisodes terrifiants ou rebondissements ludiques, illuminations amoureuses ou règlements de comptes sanglants : c'est une quête totale où l'éclat de rire le dispute sans cesse à l'émotion, le clin d'oeil philosophique ou historique à l'imagination et à l'humour.
    Histoire d'amour, roman d'aventures picaresques, fresque historique, roman policier d'un crime peut-être parfait, roman de vengeance et théâtre d'inventions linguistiques hilarantes, Baudolino, vingt ans après, est un Nom de la rose laïque où l'on se joue à nouveau des fondements du savoir de l'humanité en une joyeuse et paillarde sarabande des corps et des esprits.

  • Un essai sur les problèmes que pose la traduction à travers des exemples vécus par U. Eco en tant qu'éditeur, auteur et traducteur. Sur la notion capitale de la fidélité au texte original, il nous apprend qu'elle n'est pas la reprise du "mot à mot" mais du "monde à monde". Le traducteur doit ouvrir le même monde que l'auteur, fût-ce avec des mots différents et donc être fidèle à l'esprit de l'oeuvre.

  • Le philosophe et sémioticien Umberto Eco avait 48 ans lorsqu'il publia en 1980 Le Nom de la rose, qui connut un succès planétaire. Six romans et plus de trente ans plus tard, il se décrit comme un « romancier très jeune et certainement prometteur ». Dans ces Confessions, Eco se penche sur l'art de l'écriture ; il rassemble ses propres souvenirs, son expérience, et convoque, parmi d'autres, Anna Karénine, Sherlock Holmes, Mickey Mouse, Shakespeare, Stendhal, Aristote... Des confessions ? Des conseils pratiques ? Une liste de choses à faire et à ne pas faire quand on débute. Ce livre est tout cela à la fois. Et, puisque son auteur est aussi celui du Nom de la rose et du Pendule de Foucault, on peut lui faire confiance...Personne ne connaît mieux les plus grandes et les plus riches bibliothèques du monde entier qu'Umberto Eco, mais l'une des mieux fournies est assurément dans sa tête. Bernard Pivot, Le Journal du dimanche.

  • "Save the story" est une bibliothèque d'histoires extraordinaires venues du monde entier et racontées par de grands écrivains contemporains pour les enfants d'aujourd'hui. Ces récits traversent les cultures (depuis la Grèce antique jusqu'à la Russie du XIXe siècle), les époques et les genres littéraires (théâtre, mythologie, roman) ; ils inspirent des artistes de toutes les disciplines ­depuis des générations et des générations.
    Chaque album est superbement illustré et se termine par un texte qui explique pourquoi l'auteur a choisi cette oeuvre ou ce personnage-là. Cette série d'ouvrages a été conçue par l'écrivain italien Alessandro Baricco, en collaboration avec la "Scuola ­Holden" de Turin, une école dont l'objectif est de développer de nouvelles façons de raconter des histoires.

  • Umberto Eco La Guerre du faux La Guerre du faux, ou la chronique raisonnée de nos nouvelles mythologies. Une lecture saisissante. Pour réapprendre à voir le monde et percer le mystère des apparences. Blue-jean, football, télévision, terrorisme, hyperréalité, phénomènes de mode, nouveautés technologiques, passions multiples, etc. L'univers quotidien de notre siècle finissant magistralement déchiffré par l'auteur du Nom de la rose.

  •   Umberto Eco s'attache à mettre la littérature à la question. Analyses jubilatoires et réflexions allègres pour revisiter Dante, Leopardi, Keats, mais aussi Fulcanelli, Joyce, Voltaire, Hugo ou Paracelse. Comme toujours, chaque page est une fête de l'érudition, un condensé de désinvolture savante. Mais il y a aussi, jamais négligée, l'empreinte du sémioticien subtil, camouflé dans l'habit du mécanicien des mots et des langues. Et des questions sont alors posées, dont peu à peu Eco dessine les réponses. Qu'est-ce qui distingue « utilisation » et « interprétation » d'un texte ? A quoi reconnaît-on qu'une interprétation est juste ou erronée ? Que penser des théoriciens qui « déconstruisent » le discoursoe La sémiotique peut-elle se pervertir, dévier de sa route et tomber dans l'excès ? etc.


      Tantôt ironique, tantôt sérieux, Umberto Eco offre en fait d'extraordinaires leçons. Les Limites de l'interprétation : un « art de lire » à l'usage des derniers explorateurs de la galaxie Gutenberg.

  • Umberto Eco Le Signe Je voudrais insister sur trois aspects de l'ouvrage.
    1. Il porte sur le concept de signe, et non sur la totalité des thèmes actuellement abordés par la recherche sémiotique.
    2. On n'y trouvera pas la formulation d'une théorie, mais bien un panorama des différentes théories du signe. Il ne prétend fournir ni conclusions définitives ni perspectives théoriques originales, mais bien des informations [.].
    3. Le livre part du principe que le concept de signe ne concerne pas la seule linguistique, ni même les autres sémiotiques particulières, mais traverse toute l'histoire de la pensée philosophique.
    U. E.

    Une vaste synthèse qui présente les grandes théories du signe. Umberto Eco, l'un des maîtres incontestés de la sémiotique contemporaine, livre ici, au fil d'un exposé lumineux, les éléments nécessaires à la compréhension des recherches en linguistique et, au-delà, des problèmes liés à la communication et au langage.

  • UMBERTO ECOART ET BEAUTE DANS L'ESTHETIQUE MEDIEVALESi les cultures ont été une idée du beau et de l'art, rares sont celles qui l'ont théorisée de façon explicite et l'ont considérée globalement, le beau et l'art étant liés, au point de penser en termes d'"esthétique". Ce concept est né en Europe au XVIIIe siècle et l'histoire des idées ne s'est guère intéréssée aux théories du beau et de l'art avant cette période. L'époque médiévale a longtemps été victime de cette erreur. Depuis cinquante ans, les choses ont changé : on a découvert le Moyen Âge, sa richesse, ses fascinantes spéculations sur la beauté, le plaisir esthétique et le goût, le beau naturel ou artistique, les rapports entre l'art et les autres activités humaines.

  • Ce recueil regroupe tous les textes sur le Moyen Âge publiés par Umberto Eco au cours des cinquante dernières années : L'Art et la beauté dans l'esthétique médiévale avec une nouvelle entrée sur « la beauté des monstres »; Le problème esthétique chez Thomas d'Aquin : visio et proportio: puis viennent ensuite De l'arbre au labyrinthe, où se mêlent l'étude de la métaphore chez Aristote; quelques archéologies zoosémiotiques et l'Apocalypse de Beatus, Lulle Pic et le Lullisme; enfin un texte consacré à James Joyce, Portrait du thomiste en jeune homme.
    Des conférences, préfaces et autres écrits inédits viennent clore ce volume.

  • Un voyage à travers les mondes imaginaires emblématiques de la littérature et du folklore depuis l'Antiquité

  • Umberto Eco De Superman au Surhomme Pourquoi et comment lit-on les romans-feuilletons ? Quels sont les mécanismes de la narration, les astuces et les « ficelles » dont se sert un auteur pour tenir son lecteur en haleine ? Comment fonctionne l'idéologie de la consolation - ou comment le héros console le lecteur de ne pas être un surhomme oe Umberto Eco enquête sur le roman populaire et met ses champions à la question. De Rocambole à Monte-Cristo, d'Arsène Lupin à James Bond, de Tarzan à Superman, ce sont les principales figures de la mythologie littéraire contemporaine qui sont examinées à la loupe.
    Apologie superbe d'un univers romanesque parfois injustement déprécié, De Superman au Surhomme nous révèle de manière exemplaire que « lire facile » ne signifie pas nécessairement « lire idiot ».

  • Umberto Eco Apostille au « Nom de la rose » Texte érudit et lumineux, l'Apostille au « Nom de la rose » livre les secrets de fabrication du chef-d'oeuvre d'Umberto Eco. Pourquoi l'intrigue se déroule-t-elle au Moyen Age ? Pourquoi en novembre de l'an 1327 et à la fin du mois ? Pourquoi une bibliothèque conçue comme un labyrinthe ? Pourquoi une histoire digne d'un roman policier classique ? etc. Toutes les questions que suscite la lecture du Nom de la rose trouvent ici leur réponse.

  • La recherche de la langue parfaite.

    Au cours des siècles oú l'unité linguistique et politique du monde romain entre en crise et oú commencent à résonner ces langues que l'europe parle aujourd'hui encore, la culture européenne médite de nouveau l'épisode biblique de la confusion linguarum , et tente de guérir la blessure de la tour de babel en essayant de récupérer la langue adamique, ou de la reconstruire comme langue parfaite.
    Quelques-unes des personnalités les plus marquantes de la culture européenne se sont consacrées à ce rêve et, bien que leurs utopies ne soient pas réalisées, chacune d'entre elles a produit des " effets collatéraux ".
    C'est pour cette raison que si nous connaissions aujourd'hui le monde naturel à travers les taxinomies rigoureuses, si nous inventons des langages pour les machines, si nous tentons des expériences de traduction automatique, nous sommes encore, en quelque sorte débiteurs de ces tentatives multiples de retrouver une langue adamique.

  • Qui est Yambo ? A l'issue d'un coma, il a tout oublié, sa famille, son métier, son passé, ses amis, son enfance, les femmes qu'il a aimées [...] Comme dans un jeu de piste, la mémoire de Yambo n'est d'abord que le souvenir des choses lues. Ensuite, grâce à une mystérieuse flamme qui le parcourt quand il touche au plus profond de sa vie passée, il retrouve quelques étapes de son itinéraire de jeune garçon à l'époque de Mussolini.
    Un deuxième accident dû à une trop forte émotion le replonge dans le coma. Et là, à l'insu de tous, Yambo se souvient : de son rôle tragique dans la Résistance, de la vengeance mythique de son grand-père adoré, de Gragnola, l'anar diabolique et tendre, et par-dessus tout, de l'inoubliable amour de sa jeunesse, Lila. A travers la recherche de la jeune fille aimée, ce roman restitue par les yeux d'un enfant la chronique familiale et politique des vingt années du fascisme italien. Une fresque intime et historique, pleine de la fureur des livres, des bulles de B.D., de dessins et de photos de revues, de chansons et de musique, comme seul Umberto Eco pouvait nous la peindre, avec sa science joueuse et son humour, ses larmes et ses éclats de rire. Entre l'enfer de l'Histoire, le purgatoire de l'enfance et le paradis de l'amour, jusqu'à la dansante apocalypse finale.
    Jean-Noël Schifano « Un tourbillon d'ironie, de jeu et de provocation. Tendre et émouvant ».
    La Stampa « On entre avec curiosité et amusement dans ce bric-à-brac de la nostalgie, dans cette archéologie des rires et des peurs de l'enfance, dans cette brocante de l'imprimé. » Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche

empty