Des Falaises

  • Des chefs normands revisitent des recettes traditionnelles en s?inspirant d?extraits de l??uvre de Flaubert.
    Un excellent photographe mettra en valeur, non seulement les plats réalisés mais les ambiances et le style de l?époque dans des lieux liés à Flaubert et décrits dans ses livres.
    Des belles photos de paysages, des portraits de ville et des maisons, des banquets et des tables s?alternent dans le livre pour en faire un bel ouvrage varié et coloré sur l?art de vivre en Normandie.

  • à la table de Proust Nouv.

    D?un intitulé, d?un ingrédient, d?une indiscrétion savoureuse?le chef du Grand Hôtel de Cabourg, Jérôme Lebeau, ne fait qu?une bouchée pour mettre à l?honneur les tentations gourmandes de Marcel Proust.
    Il y a la madeleine « courte et dodue » d?Un amour de Swann ; les ?ufs brouillés au lard et le homard à l?américaine de Jean Santeuil ; les haricots « verts et tendres » de La Prisonnière ; la bouillabaisse de  Sodome et Gomorrhe; le b?uf à la gelée d?À l?ombre des jeunes filles en fleurs, dont Françoise va chercher les ingrédients aux Halles, « comme Michel-Ange passant huit mois dans les montagnes de Carrare à choisir les blocs de marbre les plus parfaits pour le monument de Jules II » ; la glace à la vanille des Guermantes, le riz à l?impératrice, les crèmes au chocolat, la « simple salade de pommes de terre » du Temps retrouvé, l?énigmatique « salade japonaise » que mange Odette de Crécy dans Du côté de chez Swann, les rougets et le risotto de La Fugitive, le « poisson cuit dans un court-bouillon apporté dans un long plat en terre » et les « perdreaux exquis » dans Le Côté de Guermantes.
    30 intitulés gourmands au fil des lectures proustiennes à concrétiser dans l?assiette que l?on soit attablé au restaurant gastronomique du Grand Hôtel de Cabourg ou en room service.

empty