• le 11 janvier 2003, la mission archéologique de l'université de genève à kerma (soudan), dirigée par charles bonnet, mettait au jour, dans l'un des temples de la ville égyptienne de pnoubs (doukki gel), une fosse renfermant sept statues
    monumentales en granit.
    ces statues, brisées intentionnellement mais néanmoins en excellent état de conservation, représentent les deux derniers pharaons de la xxve dynastie, taharqa et tanoutamon, d'origine nubienne, qui régnèrent sur l'egypte et la nubie. figuraient aussi les trois premiers souverains de la dynastie napatéenne senkamanisken, anlamani et aspelta. la découverte intervenait dans la ville nubienne de kerma et son immense nécropole, refondée par les egyptiens au début du nouvel empire, lors de leur conquête de ce territoire.
    les sept statues royales, de très belle facture, modifient complètement notre vision de l'art de cette période. tout particulièrement, la statue
    colossale de taharqa, exécutée sans doute par un
    artiste égyptien, compte parmi les chefs-d'oeuvre de la sculpture universelle. cet ouvrage retrace l'épopée d'un royaume méconnu, lorsque les pharaons venaient d'afrique. charles bonnet et dominique valbelle nous content l'extraordinaire histoire de leur découverte qui constitue un bouleversement majeur dans l'égyptologie.


  • Les plus grands spécialistes du Sinaï dans l'Antiquité et durant le Moyen Age, archéologues, philologues, historiens, historiens des religions, historiens de l'art se sont associés pour traiter les aspects les mieux documentés à l'heure actuelle de la vie de cette péninsule surtout connue du public pour le rôle qu'elle a tenu dans certains épisodes de la Bible, l'Exode en particulier.
    On ne trouvera pas ici de commentaires complexes, mais la présentation attrayante de nombreux dossiers en cours, qui contribuent à brosser du Sinaï une image multiculturelle riche et variée. De la préhistoire à l'islam, cette terre, apparemment déshéritée, a servi de cadre à certaines des pages majeures de l'histoire du Proche-Orient : mouvements de populations, campagnes militaires, expéditions minières, circuits économiques entre l'Afrique et l'Asie, mais aussi entre le Bassin Méditerranéen et la mer Rouge, pèlerinages chrétiens et musulmans, etc.
    Nombreux sont les peuples qui y sont passés, s'y sont côtoyés ou l'on conquise. Témoins d'un passé unique, ses paysages et ses monuments gardent des traces variées de ces lointains épisodes. Au pied du Mont Moïse, le monastère de Sainte-Catherine renferme également des collections rares de manuscrits et d'icônes qui contribuent à illustrer son importance.

empty