Ecole Des Loisirs

  • Valjean, l'ancien forçat devenu bourgeois et protecteur des faibles ; Fantine, l'ouvrière écrasée par sa condition ; le couple Thénardier, figure du mal et de l'opportunisme ; Marius, l'étudiant idéaliste ; Gavroche, le gamin des rues impertinent qui meurt sur les barricades ; Javert, la fatalité imposée par la société sous les traits d'un policier vengeur... Et, bien sûr, Cosette, l'enfant victime. Voilà comment une oeuvre immense incarne son siècle en quelques destins exemplaires, figures devenues mythiques qui continuent de susciter une multitude d'adaptations.

  • Célèbre réquisitoire contre la peine de mort, Le Dernier jour d'un condamné relate les dernières vingt-quatre d'un condamné à mort. Dans un journal, celui-ci y décrit ce qu'il a enduré depuis son procès jusqu'à son exécution. Le prisonnier se penche sur ses tourments intérieurs, sur les conditions de vie qu'il subit et sur les souffrances qui l'animent.

  • Par une nuit de janvier 1690, alors que la tempête se lève sur la Manche, une petite troupe d'individus patibulaires s'embarque à la sauvette et quitte la côte anglaise en abandonnant à terre un garçon de 10 ans. Pourquoi cette fuite et pourquoi cet abandon ? La réponse à cette question se trouve en quelque sorte gravée dans le visage de l'enfant, et pèse d'un poids tragique sur la conscience des fuyards. Chacun va vers son destin. Celui du garçon s'accomplira au prix de révélations qui lui découvriront qui il est au juste, et pourquoi on a conspiré à faire de lui un monstre.
    Mieux encore que Les misérables ou que Notre-Dame de Paris, ce livre démontre la toute-puissance d'une plume inspirée. Dans ce roman à couper le souffle, Victor Hugo, champion poids lourd de la littérature, charge son encre du credo progressiste, auquel sa force de frappe donne un écho formidable. Ces pages nous arrivent toutes sonores des « coups de gueule » d'un génie débridé. Elles déclenchent l'enthousiasme.

  • Dans le Paris de Louis XI, dans le grouillement de la cour des Miracles, les destins de trois personnages s'entrechoquent : d'abord Esmeralda, l'ensorceleuse qui fait battre les coeurs. Ensuite, Frollo, le prêtre à l'âme perdue de passion inavouable. Et, enfin, la créature, « mi-homme mi-animal, plus dur, plus difforme et plus foulé aux pieds qu'un caillou », Quasimodo, le sonneur de cloches. Mais ce caillou a un coeur, le monstre pleure d'amour pour Esmeralda... Titre recommandé dans cette édition dans les programmes pour illustrer l'entrée « Le monstre, aux limites de l'humain » (6e) avec la figure de Quasimodo. 11/13 ans.

  • Mess Lethierry est propriétaire de la Durande, un steamer coulé par la machination criminelle de son capitaine, le sieur Clubin. Fou de rage à l'idée que le moteur révolutionnaire de son steamer soit définitivement perdu, Lethierry promet sa nièce, Déruchette, à celui qui récupèrera la machine de l'épave coincée entre des rochers au large de Guernesey. Gilliatt, aussi robuste que rêveur, mais surtout épris de Déruchette, accepte le défi.

  • « 1793 est la guerre de l'Europe contre la France et de la France contre Paris. Et qu'est-ce que la Révolution ? C'est la victoire de la France sur l'Europe et de Paris sur la France. De là, l'immensité de cette minute épouvantable, 1793, plus grande que tout le reste du siècle.» La guerre fratricide de la Vendée contre Paris fournit la toile de fond à Victor Hugo pour son Quatre-vingt-treize. La tempête déchaînée par les hommes balaie tout. L'enchaînement de la violence est inexorable. Mais les hommes de Quatre-vingt-treize, ballottés, écrasés, restent fidèles à eux mêmes, au-delà des engagements politiques du moment.

  • Prenez Jean Valjean et Gavroche. Mêlez les deux, joignant à l'héroïsme de l'un la verve fantaisiste de l'autre, vous obtenez Glapieu. L'auteur des Misérables lui a donné le premier rôle dans l'une des pièces les plus inspirées de son Théâtre en liberté. Cette pièce fut longtemps inédite, et c'est dommage, car ce Glapieu est extraordinaire et méritait d'être connu plus tôt. Qui est-ce ? Un voleur vertueux qui veut changer de métier pour vivre dans l'honnêteté : « La première bonne action que je trouve à faire, je me jette dessus, je la fais. Ça mettra le bon Dieu dans son tort. » Tandis que Paris fête Carnaval, se déguise et s'amuse, on vient saisir les meubles d'une famille endettée ; Rousseline, un homme d'affaires odieux, tient les malheureux entre ses griffes. Glapieu jure de les sauver. Tâche ardue, quand on est soi-même aux abois, traqué par la police, et qu'on grelotte sous la neige, le ventre vide ! Glapieu observe, écoute, devine, agit. Il marche sur les toits, nage dans la Seine, attaque un coffre-fort. Admirable autant que modeste, il traverse en équilibriste les quatre actes du drame, s'immisce dans chaque décor, et éclaire chaque situation au feu pétillant de ses apartés.

  • Je m'appelle Jean Valjean. Je suis un galérien. J'ai passé dix-neuf ans au bagne. Je suis libéré depuis quatre jours et en route pour Pontarlier qui est ma destination. Quatre jours que je marche depuis Toulon. Aujourd'hui j'ai fait douze lieues à pied. Ce soir en arrivant dans ce pays, j'ai été dans une auberge, on m'a renvoyé à cause de mon passeport jaune que j'avais montré à la mairie. J'ai été à une autre auberge.
    On m'a dit : - Va-t'en ! Chez l'un, chez l'autre. Personne n'a voulu de moi. J'ai été à la prison, le guichetier ne m'a pas ouvert. J'ai été dans la niche d'un chien. Ce chien m'a mordu et m'a chassé, comme s'il avait été un homme. On aurait dit qu'il savait qui j'étais. je m'en suis allé dans les champs pour coucher à la belle étoile. Il n'y avait pas d'étoiles.

empty