• Gustave Flaubert est né à Rouen le 12 décembre 1821 à l'Hôtel-Dieu mais c'est à Trouville qu'il passait ses vacances en famille. On retrouve ses séjours dans sa propriété à Croisset en bord de Seine, à Pont-l?Évêque, ou «S ur les traces de Mme Bovary » autour de Ry et Lyons-la-Forêt (grande promenade balisée). L?environnement médical du jeune Flaubert, avec panorama sur l'exercice de la médecine en Normandie à la ville comme à la campagne dans la première moitié du XIXe siècle.
    Le livre se divise en 3 parties :
    Normandie, histoire collective, histoire individuelle.
    Normandie géographique, Normandie littéraire (Madame Bovary, 3 contes, Bouvard et Pécouchet).
    Patrimoine normand.

  • Dans le carnet d'adresses de Flaubert, on dénombrait jusqu'à présent 279 correspondants. Ce chiffre dépasse désormais les 300, grâce aux lettres inédites que nous publions dans ce volume.
    Certaines émanent de correspondants déjà bien connus.
    D'autres d'écrivains ou de philosophes contemporains, voire de simples lecteurs anonymes. Enfin, on rencontrera ici des expéditeurs plus surprenants, comme son facteur, son prof de maths ou l'un de ses propres personnages.
    En l'état, la correspondance du maître reste malheureusement incomplète. Mais après avoir retrouvé, contre toute attente, une missive que l'on croyait brûlée par son héritière, on ne saurait la croire close. Et nous ne désespérons pas de mettre au jour encore d'autres documents soi-disant disparus ou détruits par Flaubert lui-même.

  • Cet ouvrage regroupe une douzaine d'études sur Madame Bovary, en trois rubriques : les deux premières se situent en amont (du côté des manuscrits) et en aval du roman (la censure, le procès et les comptes rendus), la dernière regroupe des essais interprétatifs, portant entre autres sur le bovarysme.

  • En 1857, Madame Bovary et Les Fleurs du mal sont traduits en justice. Tout au long du xixe siècle, de nombreux autres livres font l'objet de poursuites pour « offense à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs ». Que se passe-t-il quand le Code pénal rencontre les codes esthétiques ?

  • En France depuis avril 2011, le Philadelphia, ce "cream cheese" indispensable au mythique cheesecake new-yorkais, est ce qu'il manquait encore à la réalisation parfaite de ce gâteau... Celui-ci associe la fraîcheur et la légèreté du fromage au croustillant et à la gourmandise d'une base biscuitée. Depuis, impossible de le manquer : sur les tables des chefs, en accompagnement du café comme dans les soirées entre filles, le cheesecake a fait sa place et s'impose petit à petit comme un classique des desserts.
    Il faut dire qu'il a tout pour lui : facile à réaliser, personnalisable à volonté, coloré, gourmand... Les recettes de cet ouvrage proposent l'authentique cheesecake de New York ainsi que son ancêtre polonais, créent l'originalité avec quelques versions salées, et mettent le plaisir à l'honneur avec des recettes au chocolat, aux fruits, au café, au spéculoos, à déguster et à partager !

  • Gustave Flaubert et Michel Lévy, un couple explosif Nouv.

    Entre l'éditeur le plus novateur de son temps et le romancier qui devient célèbre du jour au lendemain par le scandale d'un procès, la relation dure pendantquinze ans et elle produit trois romans : Madame Bovary, véritable coup de tonnerre et immense succès, Salammbô, puis L'Éducation sentimentale, un échec publicet commercial.Comme beaucoup d'histoires de couples, celle-ci commence par un coup de foudre, se prolonge en lune de miel, traverse des tensions et se termine en rupture définitive.Les deux hommes, tous deux nés en 1821, tous deux passionnés de théâtre avant d'écrire et de publier des livres, avaient de nombreux points communs, mais aussi des conceptions différentes de la littérature : Michel Lévy est un éditeur avisé qui ne sépare pas la qualité artistique de la valeur commerciale ; en esthète aristocratique, Flaubert méprise les « épiciers », du haut de sa conception d'un artautonome que la publication ne peut que prostituer.

  • Ce volume se compose de deux parties complémentaires: la première est essentiellement constituée de listes de livres ; la seconde réunit des contributions qui analysent les pratiques de Flaubert lecteur et la place du livre dans son oeuvre.
    Pour reconstituer la bibliothèque réelle de Flaubert, nous disposons de trois sortes d'inventaires, reproduits ici dans leur intégralité : d'abord (par ordre de publication) le catalogue de la bibliothèque conservée actuellement à l'Hôtel de Ville de Canteleu, commune dont dépend Croisset ; ensuite l'inventaire après décès de Flaubert, dressé par le notaire Bidault en mai 1880, et dont une bonne moitié est consacrée à l'enregistrement des livres; enfin les sections regroupant les numéros des livres dans les deux catalogues de la succession Franklin Grout, établis l'un pour la vente d'Antibes les 28, 29 et 30 avril 1931, l'autre pour la vente à l'Hôtel Drouot, les 18-19 novembre 1931.
    La deuxième partie du volume réunit les actes du colloque international qui s'est tenu à l'Hôtel de Ville de Canteleu le 4 décembre 1999, à l'initiative du Centre Flaubert et de l'Association des Amis de Flaubert et de Maupassant, et en collaboration avec la ville de Canteleu et avec le Musée Flaubert et d'Histoire de la Médecine.

  • « C'est moi qui ai ramené en France le goût violent du conte et de la nouvelle », écrit Maupassant, alors qu'il fait le bilan d'une production impressionnante : en dix ans, il a publié un volume de vers, six romans, trois récits de voyage, deux cent cinquante chroniques et trois cents contes et nouvelles recueillis, pour la plupart, en quinze volumes.
    Après une entrée remarquée dans le monde des Lettres avec « Boule de suif », il affirme d'emblée sa maîtrise de la forme courte en reprenant le motif de la prostitution qui a fait son succès : son premier recueil en prose (1881) s'ouvre par la nouvelle qui lui donne son titre, celle des « femmes de bordel à la première communion », La Maison Tellier. L'autre recueil au programme se situe au milieu de la période d'intense production, en 1885 : Contes du jour et de la nuit, titre qui invite à réfléchir sur la pertinence du terme générique conte, et sur le jeu des oppositions que condensent jour et nuit.
    Séparés par quatre années, les deux recueils montrent des mutations et des permanences. Le « goût violent du conte et de la nouvelle » évoqué par l'auteur est d'abord un goût du récit violent, et de ce que nous appelons ici « le noir plaisir de raconter ».

  • Quatre textes inédits de Flaubert ont été retrouvés, dont l'édition scientifique a été assurée par le Centre Flaubert de l'université de Rouen : Alfred, Bal donné au Czar, Mon pauvre Bouilhet, Vie et travaux du R.P. Cruchard.

empty