• Des gens avec leurs petites histoires, des « sans » qui de plus en plus squattent nos vies, nos rues ; ces gens si ordinaires ont-ils seulement le droit de cité ? Eux, semblables et dissemblables, ils sont là mais on ne les entend pas et quand ils osent pousser un cri de douleur, de protestation, d'indignation, on étouffe leur parole comme on étouffe leurs maux, avec violence ! Tous ces « sans » sans argent, sans famille, sans travail, sans logement, sans papier, mais jamais sans dignité. Yves Bodard, électron libre, authentique et turbulent travailleur social a voulu leur rendre la vie le temps d'un récit.
    En nous contant un peu de son enfance, un peu de son présent, un peu de ses espoirs et beaucoup de leurs histoires, il nous rappelle qu'en chacun de nous sommeillent de belles rencontres, des histoires de vie(s) endormies, oubliées. Face à l'arrogance de ceux qui stigmatisent et diabolisent la différence, il a décidé au fil de ses récits de nous rappeler que nous sommes tous l'étranger de quelqu'un.
    En chahutant les mauvaises consciences et en réveillant les souvenirs, il vous invite à suspendre un moment le cours du temps et stopper dans une longue inspiration cette course effrénée dans la quête de l'impossible Et si la liberté, c'était tout simplement de ne plus se soumettre aux plus offrants ! Ce livre, il vous invite à le méditer en famille, à en discuter entre amis, à le partager avec nos jeunes, parce que c'est aussi un peu de nous dont il parle !

  • Yves Bodard, travailleur social depuis plus de 20 ans et ancien éducateur de rue en est convaincu : "C'est en tissant que l'on ravaudera les trous de la société"Ce matin-là, devant son miroir, alors que les émeutes des banlieues secouent la France, il se souvient :Il a été éducateur de rue dans le quartier de La Source, grand et vaste ensemble bétonné d'Orléans.Pendant huit ans, dans l'ombre, il a travaillé à retisser du lien social, il a partagé le quotidien et la souffrance des plus démunis, des plus proches de la rupture. Il a côtoyé l'exclusion mais aussi l'espoir d'une vie meilleure.À travers ses tribulations, il nous invite à emboîter les pas d'un éducateur de rue qui n'a pas oublié et dont le reflet du miroir renvoie implacablement l'image de la cité avec son cortège de grisaille mais aussi de couleurs bigarrées. Dans un récit plein d'authenticité, il nous raconte comment sans Kärcher® mais avec des mots, il est possible de redonner l'espoir et d'agir autrement. Ce livre s'adresse à vous, jeunes, parents ou grands-parents, à vous aussi, travailleurs sociaux, enseignants ou autres marchands de liens mais surtout à vous, élus, décideurs et responsables associatifs car il n'est pas trop tard pour enfin se comprendre.

  • Osez

    Yves Bodard

    • Corsaire
    • 15 Octobre 2013

    Yves Bodard est un travailleur social-écrivain engagé né à Orléans. Il fut éducateur de rue, « fantassin aux mains nues » sur le quartier de La Source à Orléans et publie en 2007 un premier livre témoignage : Banlieues, de l'émeute à l'espoir qui fait de lui une référence en matière de Prévention. En avril 2011, Vies cabossées et miettes d'espoir est accueilli comme un récit personnel et universel à la fois ; des histoires de... Sans.
    La préface de ce livre est signée par Stéphane Hessel, auteur d'Indignez­ vous !, figure emblématique de la Résistance qui en fait son "digne héritier" Certifié sans langue de bois, l'auteur, dans un style percutant qui a l'odeur de la rue, du froid qui pique et du goudron qui fond, vous invite à méditer ses récits en famille, à en discuter entre amis et à les partager avec nos jeunes.

    Aujourd'hui, il nous offre ce petit livre comme un cri du coeur et nous invite à travers quelques anecdotes à aller à la rencontre des Sans voix, des laissés pour compte à l'occasion des prochaines élections municipales à Orléans.
    Modeste porte-voix, surtout pas porte-parole, il ose dans une seconde partie nous faire partager ses propositions afin qu'Orléans redevienne un lieu d'expérimentation du social, de l'humain, de la citoyenneté et du vivre ensemble.
    Alex Vagner, personnage incontournable du paysage orléanais se risque à lui signer la préface. Yves Bodard mérite "la Légion donneur", écrit-il en substance.

empty