Cultures / Folklore / Coutumes

  • Aujourd'hui, c'est encore un secret assez bien gardé : les filles réussissent mieux à l'école que les garçons ! Et pourtant, devenues adultes, cela se gâte, disent les statistiques. Dans la vie professionnelle, les femmes perdent alors souvent leur place de première.
    Eh bien, justement, nous avons eu envie de faire changer, de faire chanter les statistiques... et montrer que, même devenues grandes, même quand les statistiques n'existaient pas, même lorsqu'elles n'allaient pas à l'école ou qu'elles y allaient moins, les femmes ont souvent été des Premières !
    Pour fêter la Journée internationale des femmes, nous avons donc voulu rendre hommage à toutes celles qui ont été les premières. D'abord parce que les Premières, ça vaut bien une fête. Ensuite parce que, symboliquement, l'année 2021 sera une fête des femmes toute particulière. Elle sera centenaire !Dans ce livre, vous irez à la rencontre de quelque 100 femmes. Premières à faire le tour du monde en 1766, à voyager dans l'espace en 1963, à obtenir en 1910 un brevet de pilote d'avion ou le permis de conduire en 1898... Ou bien à recevoir en 2014 la médaille Fields, l'équivalent du prix Nobel de mathématiques. Ou encore à devenir en 1960 cheffe d'État. À inventer qui le lave-vaisselle en 1886, qui un programme informatique en 1842, qui un traitement de texte électronique en 1968. Ou encore à créer en 1929 un musée aujourd'hui incontournable... Et encore, et encore !
    Parmi cette centaine de femmes, quelques-unes sont connues. D'autres, la plupart d'entre elles, parfaitement oubliées, voire inconnues ! Ce livre vous donne l'occasion de les découvrir... Qui étaient-elles, d'où venaient-elles, dans quel domaine ont-elles été la Première et comment en sont-elles arrivées là ?Se plonger dans les portraits de ces femmes, c'est assurément s'accorder un moment jubilatoire de découvertes, de retours sur l'histoire, de drôleries, d'espoirs et de rébellions, de sympathies, de combats, de victoires et de passions.
    Grâce à ce livre, illustré par Margaux Reinaudo, alias Gomargu, et préfacé par Julie Gayet, vous fêterez comme il se doit, de façon ludique, avec humour et en toute fraternité humaine, le centenaire de la Journée de la femme !

  • Un éloge de la marche, « en soi l'entreprise et l'aventure de la journée », faisant émerger la valeur suprême de l'individu et permettant la communion avec la nature. Le bréviaire essentiel de l'éveil à soi.
    « À quoi bon emprunter sans cesse le même vieux sentier ? Vous devez tracer des sentiers vers l'inconnu. Si je ne suis pas moi, qui le sera ? ».
    Henry David Thoreau (1817-1862) quitte à vingt-huit ans sa ville natale pour aller vivre seul dans la forêt, près du lac Walden. Il a pour habitude de marcher au moins quatre heures par jour. Avec cet éloge de la marche, exercice salutaire et libérateur, Thoreau fait l'apologie de l'éveil à soi par la communion avec la nature.

  • Dieu et l'Etat Nouv.

    Précieuse synthèse du socialisme libertaire de Bakounine, Dieu et l'État attaque avec virulence les institutions religieuses et étatiques, responsables de l'esclavagisme moderne. Face à cette autorité désastreuse pour la liberté humaine, une seule solution : la Révolution sociale.
    Le peuple n'a que trois moyens de s'en sortir : « Les deux premiers, c'est le cabaret et l'église, la débauche du corps ou la débauche de l'esprit ; le troisième, c'est la révolution sociale. ».

    Dieu et l'État est le texte fondateur de la pensée socialiste libertaire de Mikhaïl Bakounine. Sa critique violente à l'égard de toute autorité se révèle toujours aussi inspirante.

  • Le XIXe  siècle a connu un développement sans précédent des sciences naturelles. Si les grands voyages d'exploration témoignent de la diversité du monde et de la variété des espèces vivantes, la géologie dévoile l'inimaginable antiquité de la terre, et l'étude des fossiles révèle les prémices de la vie et l'existence d'espèces disparues, dont les dinosaures. La découverte de l'homme préhistorique questionne tout autant : comment le représenter ? Qui était le premier artiste ? Dans la seconde moitié du siècle, Darwin et ses adeptes interrogent les origines de l'homme, sa place dans la Nature, ses liens avec les animaux ainsi que sa propre animalité dans un monde désormais compris comme un écosystème. Ce bouleversement dans les sciences, ainsi que les débats publics qui traversent le siècle, in?uencent profondément les artistes. L'esthétique symboliste de la métamorphose se peuple alors de monstres et d'hybrides. L'in?niment petit, la botanique et les profondeurs océaniques inspirent les arts décoratifs. À la croisée des sciences et des arts, cet ouvrage confronte les principaux jalons des découvertes scienti?ques avec leur parallèle dans l'imaginaire.

  • Onze ballades jouissives et farceuses pour découvrir la vie homosexuelle du XVe siècle et l'argot toujours fascinant de cette époque.
    « Faites déchargez, maladroits ! Détendez les arbalètes, car devant la "rondelle", vous êtes démâtés. Du faux inverti et de l'épongeur abritez-vous, apprentis fouteurs. ».
    Écrites entre 1456 et 1461, les onze « ballades en jargon » de François Villon sont ébouriffantes, virtuoses, audacieuses. La grossièreté se marie avec le courtois, la gouaille avec la délicatesse, la farce avec le tragique.

  • Génie de l'humour, Pierre Dac a durablement marqué la culture française du XXe siècle. Issu d'une famille juive alsacienne qui choisit la France après l'annexion allemande de 1871, patriote engagé durant la Première Guerre mondiale, Pierre Dac débute comme chansonnier avant de s'imposer à la radio dans les années 1930 en créant les premières émissions humoristiques. Il fonde ensuite L'Os à moelle, hebdomadaire officiel des "loufoques" , qui remporte un succès exceptionnel.
    Militant contre l'antisémitisme dès 1935, résistant au régime de Vichy, il rejoint Londres en 1943 et devient l'un des "Français parlent aux Français" sur Radio Londres. Après la guerre, son duo avec Francis Blanche triomphe à la scène et sur les ondes : le sketch "Le Sâr Rabindranath Duval" est aujourd'hui un classique, et le feuilleton Signé Furax la série la plus écoutée de l'histoire de la radio.
    Enfin, on doit à ce maître de l'absurde l'invention du schmilblick qui, ne servant à rien, peut par conséquent servir à tout !

  • D'« Adam », premier homme à nommer les animaux, à « Zoo », re?et de la volonté des grands empires coloniaux de dominer et de contrôler le monde, cet abécédaire explique et raconte en cinquante entrées les mots clés de l'exposition « Les origines du monde. L'invention de la nature au siècle de Darwin ». Au XIXe siècle, le questionnement autour des origines, avec la théorie de Darwin, redé?nit la place de l'homme dans la nature, ses liens avec les animaux ainsi que sa propre animalité dans un monde désormais compris comme un écosystème. Écrit par les meilleurs spécialistes et illustré des chefs-d'oeuvre de l'exposition, cet ouvrage permet de manière simple et accessible de comprendre les principaux jalons des découvertes scienti?ques de l'époque et leur parallèle dans l'imaginaire.

  • Quatrième volume de la collection "Savoir & faire", cette encyclopédie est consacrée à l'extraordinaire diversité des textiles à travers le monde. Des premières traces préhistoriques jusqu'aux "textiles intelligents", elle offre au lecteur un panorama complet de l'usage historique et actuel des fibres naturelles, artificielles et synthétiques.

  • Harry Frankfurt, philosophe de référence, nous livre un texte percutant et très accessible, pour mieux repérer et comprendre les baratineurs géniaux et les raconteurs de conneries que nous fréquentons - et que parfois nous sommes.
    Puisque « l'un des traits les plus caractéristiques de notre culture est l'omniprésence du baratin », ce court essai propose, avec finesse et humour, de le prendre au sérieux.

  • Ils sont connus sous une myriade de noms : bakemono, chimimoryo, mamono, mononoke, obake, oni et yokai.
    Yokai est le terme fourre-tout le plus courant pour désigner les esprits étranges du Japon. Ce mot englobe toutes les créatures et phénomènes surnaturels qui composent le monde des esprits. Dans le domaine de yokai, il existe quelques catégories importantes. C'est le plus vilain de ces esprits qui est concerné par ce livre. Les Oni (démons) se distinguent des autres yokai par leur importance culturelle et littéraire qui remonte à plus de mille ans. Ce sont des esprits puissants et complètement mauvais. Leur seule occupation est de faire le plus de mal possible aux êtres humains et à la civilisation humaine. Il y a longtemps, oni était un terme générique pour tous les mauvais esprits, mais il a évolué en un sous-ensemble spécifique qui ne contient que les pires et les plus infernaux des monstres. Oni joue un rôle de premier plan dans le théâtre japonais, comme le noh et le kabuki, ainsi que dans d'autres formes d'art. La version féminine d'un oni est appelée kijo.

  • Regarder le monde avec les yeux d'une femme.

    Dans la lignée de Human, Woman est un projet dédié aux femmes du monde entier dans un monde où, avant même de naître, l'enfant est un sexe : masculin ou féminin. Woman se fait le messager de milliers de voix singulières qui se croisent dans un portrait bienveillant sur la place de la femme dans nos sociétés.

    Après plus de 2 ans de travail, 2 000 interviews et 85 tournages dans plus de 50 pays, le film Woman d'Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand se veut le reflet du monde actuel, un reflet parfois sombre face à toutes les injustices encore subies par les femmes. Mais c'est aussi un message d'amour et d'espoir, un hommage à toutes celles qui s'affirment et combattent les stéréotypes, chacune à sa façon. Le livre se découpe en 7 grands thèmes : la condition féminine, le rapport au corps, la sexualité, la maternité, le couple, les violences, l'émancipation et le pouvoir. Chaque chapitre comprend les témoignages de femmes interviewées dans le film, dont une rubrique « coup de coeur » qui consacre la rencontre marquante entre une femme et un(e) journaliste de l'équipe de tournage. Ces prises de paroles sont prolongées et contextualisées par un reportage de presse, la tribune d'une personnalité engagée (comme celle du Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix 2018), la présentation d'actions concrètes menées par des ONG et des données statistiques sur les conditions de vie des femmes dans le monde.

  • Les enseignes commerciales, omniprésentes dans l'espace urbain, sont des objets peu considérés. Signes d'une société capitaliste, souvent jugées d'un goûtn douteux, dénoncées pour leur agressivité publicitaire, les enseignes font mauvais genre. Et pourtant, elles sont partie intégrante de l'environnement visuel de générations de passants.
    Cet ouvrage propose de retracer l'histoire de l'enseigne à une époque charnière de son histoire, des années 1850 à l'entre-deux-guerres. Ces années voient, en effet, l'enseigne traditionnelle concurrencée par la lettre, le logo, la marque, et invitent à s'interroger sur ce que cet objet indique de l'évolution de notre rapport aux images.
    Le livre vise à mettre en lumière de nouvelles approches qui touchent à l'histoire de la peinture, de l'architecture, des arts décoratifs et du design, du graphisme et de la typographie, de la photographie, mais aussi à l'histoire sociale, urbaine, commerciale et publicitaire.

  • L'outil, le geste de l'homme et son savoir-faire, trésors de l'art populaire.

    - Un ouvrage qui s'adresse tant aux connaisseurs passionnés qu'aux chineurs, aux amateurs d'art populaire.
    - Tous les corps de métiers sont abordés, tous les matériaux (le bois, le métal, la pierre, le cuir, le verre...).
    - Un fonds photographique d'exception : grâce à plus de 1 500 photos, plus de 600 outils évoquent le monde du travail des artisans, la proximité de l'homme avec ses outils, ses gestes riches d'enseignements...
    - Rubriques classées par ordre alphabétique des noms d'outils : les outils sont répertoriés sous leur nom usuel qui, parfois, ne manquera pas de vous surprendre... louve, pas-d'âne ou encore tarabiscot...
    - Les illustrations sont accompagnées d'un descriptif qui fait mention du métier auquel les outils sont rattachés, des « instruments » de travail qui remémorent les usages de professions parfois menacées d'oubli.

  • Magies ?

    Collectif

    Les fées ne sont pas des Sorcières et les Prestidigitateurs ne sont pas devins... Chamanes, magiciennes et ensorceleurs écrivent depuis l'aube de l'humanité une partie de notre histoire. Une histoire Occulte entre savoirs et croyances, une histoire Enchantée venue du monde entier. Leurs petits Secrets et leurs grands Mystères nous guident et nous illusionnent, ils nous terrifient et nous enthousiasment...
    Dans ce coffret, un grimoire d'un autre age, des affiches retrouvées, des cartes de tarot inédites et une baguette tout à fait magique vous donneront les clefs de cet univers merveilleux !

  • Ces objets, artefacts produits par l'économie de guerre, nés de l'expérience du danger, de la souffrance et du deuil, de la solitude du prisonnier ou de l'ennui du combattant, nous les appelons « objets de la guerre ». Outre les armes et les uniformes, ils se composent également de nombreux objets d'artisanat, comme des douilles d'obus ciselées de la Grande Guerre, des kimonos patriotiques japonais avec des scènes de bataille de la Guerre du Pacifique, des briquets décorés par des combattants américains au Vietnam ou des tapis afghans représentant des hélicoptères soviétiques pendant la Guerre d'Afghanistan. Certains avaient une fonction commerciale ou d'échange, d'autres étaient des souvenirs personnels envoyés à la famille et aux amis. Ils témoignent de la vie sous occupation, en déportation ou en exil, de l'expérience de la faim, du froid ou du manque d'hygiène. Tous ont une histoire émouvante à raconter, comme cette bille de shrapnel, extraite du corps d'un blessé de la Grande Guerre. L'épouse conserva précieusement le projectile qui avait épargné son mari de justesse et le fit monter en pendentif.

    Issus des collections de nombreux musées dispersés à travers le monde, en Europe, aux États-Unis, en Asie et en Australie, cette centaine d'objets, dont la plupart n'ont jamais été présentés dans un livre, racontent une histoire mondiale de la guerre, depuis la catastrophe inaugurale de la Première Guerre mondiale jusqu'à nos jours. Chaque document est accompagné d'une brève « biographie d'objet » qui le situe dans son contexte d'origine. Cet ouvrage offre un regard original sur l'événement le plus dramatique de notre temps qu'est la guerre.

  • Ce livre est un hommage aux millions d'infirmières qui, chaque jour à travers le monde, donnent beaucoup plus que leur temps, plus que leurs gestes précis et apaisants. Ce qu'elles offrent en premier, c'est le réconfort d'une main tendue, une écoute qui parfois suffit à guérir les blessures les plus profondes, une compassion sincère et désintéressée. Pourtant, si admirables qu'elles soient, si redevables que nous soyons à leurs égards, aucun livre comme celui-ci ne leur a jamais été dédié.

    Nous avons voulu témoigner de leur quotidien, avec une première partie consacrée uniquement à leurs combats d'aujourd'hui, combats contre tous les maux, jusqu'à l'épidémie du Covid (qui occupe un chapitre entier), mais aussi combats pour leur reconnaissance professionnelle ;

    /> Puis, nous avons remonté l'histoire pour suivre leurs parcours depuis l'Antiquité, des premiers chamans préhistoriques, des premiers médecins, Esculape, Hippocrate, Galien aux pionniers du métier, Florence Nightingale, Henri Dunant...

    Les infirmières sont si fascinantes que tous les arts et médias se sont emparés de leur image, pour en faire des héroïnes romanesques, des silhouettes de cinéma, des sourires de télévision... Mais ces professionnelles reconnues et aimées par 90 % des habitants de la planète sont avant tout un modèle pour chacun d'entre nous.

    Cet ouvrage à leur courage et à leur dévouement, avec toute la reconnaissance que nous leur devons.

  • « L'existence avait pris un sens supérieur. » Ainsi le dissident soviétique André Siniavski raconte-t-il l'exaltation des premiers jours qui suivent la révolution de 1917 en Russie. Pourtant, très vite, puis durant les sept années terribles où le pays fut dirigé par Lénine, l'utopie est balayée par la plus sordide des réalités. Guerre civile, révoltes paysannes, ravages du choléra, usines fermées, transports paralysés, logements sans chauffage, complots inventés par la Tcheka... Les maux se déchaînent sur une population dont l'existence quotidienne est marquée par l'attente impatiente d'un morceau de pain, de la victoire des Blancs ou du triomphe de la révolution mondiale.
    Au plus près de la vie des femmes et des hommes de l'époque, le récit de dix années d'espoir et de souffrances.

  • La fin du cuivre

    Georges Peignard

    « Je me suis levé pour aller voir la lune pierre-ponce sur la plaine et soudain m'est venu à l'esprit le sourire de Gagarine à son retour. Quel sourire ferai-je en retournant chez moi ? ai-je demandé à haute voix ».
    Antonio Lobo Antunes, Le Cul de Judas.

    Il est des livres qui ont la faculté de vous plonger dans un rêve sans fin, la générosité de vous faire découvrir ces sensations secrètes que chacun porte en soi et que l'habitude nous fait ignorer. La Fin du cuivre est de ceux-là.

    Ce livre s'est construit à la croisée de la littérature, de la bande dessinée et des arts. Par une succession de peintures précises et silencieuses, il nous plonge dans l'univers d'un homme-singe qui, de retour sur Terre, se retrouve confronté aux maux de notre monde, à ses obsessions et ses errances. La Fin du cuivre est une BD muette atypique, un livre-rêve que chaque lecteur peut inventer, comme un découvreur de trésor.

    L'auteur, pour sa part, y reconnaît les traces mêlées de plusieurs influences. La mélancolie des retours des textes d'Antonio Lobo Antunes, par exemple. Les traversées d'Ulysse et de Iouri Gagarine. Les grands voyages des conquistadors, et la planète des singes de Pierre Boule. Une chanson, Massanga Mama. Ou encore, une plage d'Angola, à l'embouchure du fleuve Congo, qui se nomme Soyo et que Georges Peignard comprit indûment (mais ce terme est-il vraiment le bon ?) comme venant de l'espagnol Soy yo?: « C'est moi ».

  • Dans ce livre à la fois virulent et raisonné écrit en 1889, Kropotkine cherche à définir loeétoffe morale de loeanarchisme. Il dénonce les fausses morales imposées par « le prêtre, le juge, le gouvernant ». Pour autant il ne nie pas la nécessité doeune éthique et considère comme moral ce qui est utile à la société. Loeorigine de la morale se trouve dans la solidarité, loi de nature à laquelle on accède « en jetant par dessus bord la Loi, la Religion et loeAutorité ».


    La Morale anarchiste de Kropotkine est un texte indispensable à la compréhension de la pensée anarchiste.

  • Les Yôkai sont des créatures surnaturelles du folklore japonais aux forme inventives et au comportement mystérieux. Ils naissent du danger présent dans notre environnement, de l'anxiété des hommes quand la nuit venue, les ténèbres nous entourent. Mais leurs formes fantastiques sont souvent humoristiques ainsi que les histoires qui leur sont liées.
    Les représentations des Yôkai se sont multipliées au cours des siècles, sur des rouleaux peints, des gravures sur bois, des livres, des objets divers : kimonos, céramiques, netsuke, armes, jouets, objets religieux. Ils sont très présents dans la culture populaire japonaise.
    Cet ouvrage présente une partie de la plus grande collection d'objets japonais sur les Yokai, depuis la période Edo jusqu'à l'époque moderne, et fournit un aperçu complet de la culture des Yôkai.

  • De quelles contrées vient le parfum, comment a-t-il été inventé, quels sont ses ingrédients principaux ? Comment est-on passé d'un usage sacré à une utilisation profane ? Pourquoi appelait-on Louis XIV « le roi le plus doux fleurant » ? Qui sont les premiers grands parfumeurs ? Quel rôle joue l'industrie de la mode dans l'histoire du parfum ? En quoi consiste le métier de « nez » ? Quelles sont les histoires des parfums mythiques comme N°5, Eau Sauvage, Angel, CK One, Le Mâle ?
    Toutes les réponses figurent dans ce livre qui propose également plusieurs galeries de portraits : les maîtres verriers, les premiers parfumeurs, les créateurs parfumeurs modernes, etc. Magnifiquement illustré, grâce à une iconographie très riche et des fac-similés inédits de documents d'archives et des plus belles marques de parfum, La Grande Histoire du parfum vous transporte dans un univers précieux et envoûtant.

  • Folklore

    Collectif

    Quels liens unissent art moderne, art contemporain et folklore, des univers qu'en apparence tout oppose ? Employer le mot folklore, c'est convoquer une notion sujette à de multiples controverses et malentendus, et qui se retrouve néanmoins aujourd'hui encore au coeur de débats virulents, notamment en Europe. La définition même du folklore a suscité d'importantes polémiques : le terme, créé en Angleterre au milieu du XIXe siècle et signifiant littéralement le savoir du peuple, sera rapidement banni des milieux intellectuels et scientifiques au XXe siècle à cause de récupérations idéologiques ou de l'amateurisme de spécialistes souvent autoproclamés.
    Le folklore serait un savoir légendaire transmis par voie orale et partagé par une communauté, sur un territoire défini. Au-delà des objets et des savoir-faire qu'il génère, le folklore recouvre un patrimoine vivant et immatériel : dialectes, légendes, musiques et chants, danses, rites, fêtes, us et coutumes ponctuant le calendrier des saisons et des croyances. Cherchant des racines au sein même d'une culture indigène, les tendances folkloriques s'opposent, à l'origine, à la notion d'exotisme. Cette dimension identitaire a pu amener à faire revivre des pratiques jugées archaïques, menacées de disparition par l'industrialisation et la globalisation. Selon les cas, ces processus de sauvegarde et de résurgences peuvent être motivés par des réflexes réactionnaires ou des tentatives de résistance culturelle, parfois sous l'emprise de stéréotypes.
    Pour autant, le folklore infiltre aussi de différentes manières des pans entiers de la modernité et de la création contemporaine. Loin des clichés d'un passéisme suranné et artificiel, les avant-gardes artistiques ont pu ainsi y trouver une source d'inspiration, une puissance régénératrice ou bien un objet d'analyse et de critique.

  • Le livre Les animaux occupaient une place centrale dans la société médiévale. Ce livre propose de visualiser cette présence animale au Moyen Âge à travers les représentations que l'on en trouve dans l'enluminure.  La richesse matérielle, ornementale et iconographique  de ce mode d'expression artistique en fait le témoin privilégié de son époque dont il est également emblématique entre tous les arts.  Ce livre est richement illustré de plus de six cents reproductions d'enluminures peintes durant tout le Moyen Âge dans sa plus large acception (du IVe  au début du XVIe  siècle). Nombre d'entre elles qui sont encore inédites ou très peu connues en dehors du cercle des spécialistes, se verront ainsi mises en lumière et portées à la connaissance d'un plus grand nombre d'amateurs. Ces derniers trouveront dans cet ouvrage de nouvelles clefs de lecture du bestiaire de l'art médiéval, comme de la vision du monde qu'il exprime.

     

empty