• Janvier 1969. Lorsque les Beatles se réunissent pour enregistrer leur nouvel album, Get Back, ils sont dans une période de transition et de doute : George Harrison rentre de New York où il a travaillé main dans la main avec Bob Dylan, Paul McCartney est dans son histoire d'amour naissante avec Linda Eastman, John Lennon est inséparable de Yoko Ono, sa partenaire à la ville comme à la scène. L'enregistrement de « L'Album blanc », en 1968, a divisé le groupe, et la disparition de leur mentor à tous, « M. Epstein », a laissé un grand vide. Pourtant, c'est dans cette atmosphère étrange, tandis qu'ils repartent à la source de leur art, que les Beatles vont composer quelques-unes des leurs plus belles chansons, cultes dès leur sortie. Pendant un mois, Michael Lindsay-Hogg enregistre les sessions studio des Beatles, de Twickenham à Savile Row, en vue d'une émission spéciale en mondovision et d'un live, qui sera le mythique concert sur le toit, au sommet de l'immeuble d'Apple Corps. Le montage qui a été fait de ses prises de vues dans le documentaire Let it be, sorti après la scission du groupe en avril 1970, mettait volontairement l'accent sur l'aspect dépressif, chaotique, du processus créatif. Or, c'est justement ce que ce livre et le documentaire qui l'accompagne vient nuancer, sinon de contredire, comme l'écrit Peter Jackson dans sa préface : « La véritable essence des séances de Get Back est contenue dans ces pages : il suffit de compter le nombre de fois où la mention «rires» est indiquée entre parenthèses. » Hanif Kureishi, renchérit : « Le résultat de toutes ces blagues, de ce travail incessant et de ces disputes, c'est un final fabuleux. La séance live sur le toit de l'immeuble qui se déroule à la fin du mois de janvier 1969, et en février de la même année, les Beatles qui se mettent allègrement à travailler à ce chef-d'oeuvre qui se révélera être Abbey Road. » Grâce à ces archives enfin restaurées et révélées au grand public, tous les fans des Fab Four ont le privilège d'entrer en studio pour assister aux premiers brouillons, aux erreurs, à la dérive de chacun et aux digressions de tous, à l'ennui, à l'excitation, au brouillage joyeux et aux percées soudaines... D'assister au crépuscule superbe de leurs idoles.

  • Le petit didier

    Joeystarr

    « J'ai l'impression d'avoir un soleil dans le ventre, mais il ne peut sortir. » Le petit Didier Morville grandit dans la cité Allende à Saint-Denis auprès d'un père autoritaire et mutique. Livré à lui-même, l'enfant observe le monde qui se transforme sous ses yeux et qui l'entoure. Avec les gamins de la cité, il joue, trompe l'ennui, dissimule ses escapades à son père. Sur une bicyclette volée ou dans les cages d'un terrain de foot, il fuit le triste quotidien et goûte à la liberté. En même temps, il continue de se retirer dans sa tanière, discret, caché. Des vents contraires l'animent, le menant parfois là où il ne voudrait pas aller...
    Dans ce récit lucide et attachant de son enfance aux contours mouvants, en remontant aux origines, JoeyStarr révèle ce qui a construit son ardente personnalité.

  • Flashback acide Nouv.

    De sa découverte des champignons à Amsterdam aux chars de l'armée russe derrière le rideau de fer avec les Scorpions ; de ses grands entretiens avec l'énigmatique David Bowie à ses virées délirantes avec les Motörhead ; de son incursion hallucinée dans la Convention du LSD à Marc Zermati - le pape méconnu du punk -, Philman aborde les rivages interdits comme dans un long solo de guitare psychédélique et tire les conclusions de ses addictions.
    Après l'énorme succès de Rock, le premier volet de ses Mémoires façon « Ma vie, Manoeuvre », l'ancien rédacteur en chef de Rock & Folk continue de raconter sa vie pied au plancher.
    Avec son style inimitable, il nous emmène cette fois dans ses trips drugs and rock'n'roll les plus fous : cigarettes, LSD 25, champignons mexicains, cocaïne, speed et Jack Daniel's sont au menu. Clean depuis vingt ans, n'ayant plus depuis touché une goutte d'alcool ni un gramme de coke, Philippe Manoeuvre nous fait revivre cette époque déjantée.

  • « Nous voulions raconter notre histoire, mais aussi inviter nos fans à expérimenter et ressentir ce que cela veut dire, être un Rolling Stones. » Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood se sont prêtés au jeu de l'interview pour commenter les 400 photographies et objets reproduits dans cet ouvrage - notamment leurs carnets de notes personnels et instruments de musique, leurs costumes et pochettes d'albums cultes - et livrer les secrets de fabrication de leurs chansons mythiques.
    Depuis plus d'un demi-siècle, les Rolling Stones ont aidé à façonner la culture populaire dans le monde entier. Unzipped tient la chronique de cette interaction dynamique du groupe avec la musique bien sûr, mais aussi avec l'art, le design, la mode, la photographie et le cinéma...
    Le titre même de cet ouvrage renvoie à l'audace, à la dimension sexuelle et au sens du spectacle qui constituent les marques de fabrique du « plus grand groupe de rock'n' roll au monde ».

  • Eddy Mitchell : de Belleville à Nashville Nouv.

    De Belleville à Nashville retrace la carrière du plus swinguant des rockers français, pas à pas, de disque en disque, de scène en scène et de passion en passion. Rien n'est oublié, de sa jeunesse au son de Luis Mariano à ses années cowboy en noir et blanc, en passant par le Golf Drouot, son service militaire rocambolesque, et les Chaussettes noires qui déclenchent des émeutes dans une France tétanisée par la guerre d'Algérie.
    Sur les scènes de l'Olympia ou de Bercy, dans les studios d'enregistrement de Muscle Shoals ou à Los Angeles, mais aussi au théâtre et sur les plateaux de cinéma, ce gigantesque puzzle rock'n'roll, country et jazz façon big band nous plonge dans l'univers d'Eddy.

  • Françoise Hardy est l'une des chanteuses les plus littéraires et iconiques. À la fois auteure et compositrice, elle a réuni dans ce livre attendu toutes les chansons qu'elle a écrites en plus de 55 ans de carrière. De 1962, année de Tous les garçons et les filles à 2018, année de l'album Personne d'autre, Françoise Hardy pose un miroir le long de son chemin musical. Des textes qu'elle accompagne d'un commentaire, d'une anecdote, d'un souvenir. Elle raconte les sources de son inspiration, le cadre de son écriture, évoque les personnages qui comme de bonnes fées se sont penchées sur ses textes. L'amour, l'attente, le manque en sont le thème central. « Depuis longtemps maintenant, je pense qu'il importe davantage d'aimer que d'être aimé, et tant mieux s'il existe une vraie réciprocité "l'amour n'est souvent qu'un immense égoïsme" a écrit le grand écrivain Sandor Marai. » Dans ce livre où l'on croise des personnalités hors-norme comme Jean-Marie Périer, Etienne Daho, Véronique Sanson, Michel Berger, Serge Gainsbourg et bien-sûr le grand Jacques Dutronc, on rit, on pleure, on se souvient, on s'aime et on danse. Car le ton piquant, sensible alerte, souvent drôle de Françoise Hardy fait de ce recueil totalisant d'une vie un éloge de la vie.

  • « Ne m'enterrez pas encore.
    Je ne suis pas mort...
    Je dors ! » C'est Michel Sardou, reprenant l'un de ses grands succès, qui nous l'assure. On pensait que le chanteur avait tout raconté dans Et qu'on n'en parle plus, sa première autobiographie. Erreur ! Cette fois, c'est juré, il n'occultera rien. « J'ai promis la vérité, toute la vérité, je vais m'y tenir ! » À travers des dialogues fictifs savoureux avec sa mère, Michel Sardou revient sur les grands moments de sa vie, ses premiers amours, la mort de son père, ses rencontres avec Johnny Hallyday, Barbara, Michel Fugain, Eddy Mitchell..., ses fils à qui il a transmis son âme d'artiste, sa passion pour le théâtre.

    Avec sa verve et son franc-parler habituels, il jette aussi un regard sans concession sur la société actuelle.

    Les confessions passionnantes d'une des personnalités préférées des français.

  • Rock'n'roll : rhythm n blues, rockabilly, revival Nouv.

    En devenant N°1 des ventes aux USA le 9 juillet 1955 avec «Rock Around The Clock» Bill Haley ouvre l'ère du rock'n'roll. Issue du rhythm'n'blues des Afro-Américains fusionnant avec la coutry des Blancs, cette musique va bouleverser l'establishment américain avant de déferler sur la jeunesse occidentale. En quelques années (1956-1958), grâce à des stars telles Elvis Presley, Little Richard, Chuck Berry ou Buddy Holly, le rock'n'roll révolutionne la musique, chambarde le show-business, bouscule les parents et crée un nouvel art de vivre. Cet ouvrage propose de revenir aux origines complexes de ce genre qui perd en vitalité dès 1960, mais dont l'influence nourrit toute la seconde moitié du XXème et continue de manière plus discrète mais passionnante d'exister de nos jours sous forme de revival.

  • Nancy, 1961. Dans sa chambre d'adolescent, Jean-Claude Berthon conçoit le premier numéro de Disco Revue, magazine tout entier consacré à ses idoles : Elvis Presley, Ray Charles, Johnny Hallyday... Un projet inédit mais a priori sans avenir. Puis tout s'accélère. L'émission Salut les copains devient une revue dont les ventes toisent le million d'exemplaires, et ce n'est qu'un début. Quand les Beatles, Dylan ou Polnareff s'invitent dans les lycées, Rock&Folk s'impose comme la référence et dans ce sillon, d'autres verront le jour. Des 60's à nos jours, la presse rock en France a grandi et ses réprésentants, qu'ils s'appellent Best, Les Inrockuptibles, Actuel, VoxPop, Gonzaï ou Rock Hard, épousent les mouvements culturels, politiques et sociaux pour répondre aux aspirations d'une jeunesse.

  • « La mauvaise re´putaion », « Le gorille », « Les amoureux des bancs publics », « P... de toi », « Chanson pour l'Auvergnat », « Les sabots d'He´le`ne », « Aupre`s de mon arbre », « Le vieux Le´on », « L'orage », « Les copains d'abord », « Les trompettes de la renomme´e », « Supplique pour e^tre enterre´ a` la plage de Se`te », « La non-demande en mariage », « Mourir pour des ide´es », « Les passantes »... : on ne compte plus les standards de Georges Brassens entre´s au patrimoine de la chanson franc¸aise.

    Alors qu'on ce´le`bre le centenaire de la naissance et les 40 ans de la mort de Georges Brassens en octobre 2021, Thomas Chaline de´voile les secrets de cre´ation de l'oeuvre du troisie`me chanteur pre´fe´re´ des Franc¸ais de tous les temps et propose de de´couvrir, a` l'aide de nombreuses anecdotes, l'histoire des chansons de Georges Brassens, qui sont autant de repe`res qui jalonnent la vie de l'artiste.

  • Les grands rivaux des Beatles ont marqué à tout jamais le monde de la musique avec des chansons célestes telles « Surfin' USA » et surtout « Good Vibrations », composées par le génie perturbé qu'est Brian Wilson. C'est sous fond de soleil, plage, drogue, surf et drames que les Beach Boys ont sortis les albums mythiques « Pet Sounds » ou le maudit « Smile ». The Beach Boys, Sea surf and music est le premier livre illustré à sortir en France sur un des groupes les plus importants des 60 dernières années.

  • Indochine

    Frédérick Rapilly

    40 ans ! C'est l'âge canonique du groupe rock français le plus apprécié des fans, de toutes générations. Du premier tube du groupe des frères Sirkis, "L'Aventurier", en 1981, en passant par l'album ultra récompensé "3", et la suite plus rock'n'roll du groupe culte, Frédérick Rapilly observe à la loupe un groupe incontournable du paysage rock français... Groupe qu'il connaît bien en tant que fan et pour les avoir interviewé pour Télé 7 jours à de nombreuses reprises durant leur longue carrière. Le groupe, mené aujourd'hui par Nicola Sirkis connaît encore et toujours un succès foudroyant, avec entre autre la reprise de 3eme sexe avec Christine And The Queen, et une tournée des stades en France où les billets se sont arrachés en un temps record.

  • 30 ans après la disparition de son chanteur, Freddie Mercury, la légende « Queen » est toujours intacte. Ce beau livre, richement illustré, vous permet, en passant par près de 600 mots-clés, d'entrer dans l'intimité artistique d'un des plus grands groupes de rock de l'Histoire. Emmenée par Brian May et Roger Taylor, la nouvelle mouture du groupe britannique continue de remplir les salles du monde entier, passionne les foules et fait vivre les tubes de Queen sur scène et dans l'esprit des fans, toutes générations confondues.

  • HF. Thiéfaine

    Sébastien Bataille

    • Archipel
    • 21 Octobre 2021

    Hubert Félix Thiéfaine ne fait rien comme les autres. Voilà plus de quarante ans - depuis la sortie de son premier disque en 1978 - qu'il marche à contre-courant, quitte à en devenir populaire. C'est ainsi que l'esthète underground de « 113e cigarette sans dormir », l'oniriste destroy d'« Alligators 427 », le créateur de l'hymne libertaire « La Fille du coupeur de joints » est aussi façonneur de ballades intemporelles (« La Ruelle des morts »). Et toujours sans avoir l'air d'y toucher, dans l'indifférence des médias mainstream.
    La route fut longue, toutefois, jusqu'à la reconnaissance. Mais qui d'autre, aujourd'hui, remplit sans effort les Zénith de France sans nouvel album et sans promotion ? Dans une époque où tout doit « faire sens », ce loup indomptable continue de livrer des chansons outrageusement surréalistes et néanmoins lucides. Son humour acide, son romantisme noir, ses divagations mélancoliques agissent comme une liqueur forte dans le coeur d'un public transgénérationnel, véritable « armée des ombres » qui lui reste fi dèle depuis près d'un demi-siècle.
    Provocateur et hypersensible, « trouble-fêtard » et solitaire, Thiéfaine l'est tout à la fois. Mais engagé ? « Je n'engage que moi », répond l'« animal en quarantaine », convaincu avec Nietzsche que « tout esprit profond avance masqué ». Masques que Sébastien Bataille, avec l'amicale complicité du chanteur, soulève ici un par un, de Tout corps vivant branché sur le secteur... à Géographie du vide, son 18e album, remontant le fl euve de sa création pour mettre en lumière un Thiéfaine alchimiste des mots, érudit, visionnaire, « dernier monstre sacrément poétique de la chanson rock française ».

  • Redécouvrez l'histoire singulière d'un groupe mythique dans cette toute nouvelle édition anniversaire ! Indochine voit le jour en 1981. Ils sont alors quatre, dont Nicola Sirkis, au chant, et son frère jumeau Stéphane à la guitare. Immédiatement, la voix grave du chanteur de L'Aventurier envoûte les amateurs de rock. Dès le premier album, les ventes décollent et le public s'enthousiasme. La notoriété d'Indochine dépasse rapidement les frontières françaises : Suède, Belgique, Canada, Pérou...
    A la fin des années 1980, les chansons du groupe se fredonnent dans le monde entier. Mais dix ans après ses débuts, le groupe entame une douloureuse traversée du désert. Nicola et Stéphane se retrouvent seuls et tentent de faire face aux critiques virulentes de la presse. Indochine est déjà en péril quand Stéphane meurt brutalement en 1999. Pourtant, dès 2001, Nicola recrée le groupe ; J'ai demandé à la lune conquiert le public et Indochine retrouve sa place prédominante dans l'univers du rock français.
    Depuis lors, rien ne semble arrêter le chanteur et son groupe : à l'aube de son quarantième anniversaire, Indochine s'apprête à remplir une nouvelle fois les zéniths. Le style Avec sa prose vivante et ses recherches minutieuses, l'auteur nous offre un récit très complet, véritable enquête sur le parcours singulier de ce groupe à travers celui de son leader. L'ouvrage contient également un cahier photo, un abécédaire et une discographie.

  • Souvent réduits à ses représentations dans la culture pop (des clips de Madonna aux films de Tim Burton) la culture gothique et ses pionniers - Bauhaus, Siouxsie and the Banshees ou Joy Division - proposent bien plus que ces poncifs. Sous un gouvernement Thatcher austère, ces derniers laissent tomber la révolution punk pour s'orienter vers la célébration du morbide. Alimenté par les réseaux indépendants, le mouvement s'organise à l'ombre de têtes de gondole comme The Cure, s'épanouit, se mélange et renaît de multiples fois avant l'arrivée des revivals. Avec Alien Sex Fiend, Dead Can Dance, Sisters of Mercy, The Mission, Cocteau Twins, Rosetta Stone ou Lycia, cette anthologie offre un panel éclectique, entre références incontournables et découvertes audacieuses.

  • Rien n'a bougé au 5 bis, rue de Verneuil depuis la mort de son illustre propriétaire, Serge Gainsbourg. Ses objets fétiches, ses cendriers, ses disques d'or et ses pianos sont toujours là.
    Tout ici raconte le vrai Gainsbourg, un homme raffiné, méticuleux et soigné.
    C'est au 5 bis de la rue de Verneuil que Serge Gainsbourg a vécu dix ans de bonheur avec Jane Birkin, Charlotte et Kate. C'est ici qu'il a composé ses plus belles mélodies et façonné son double, Gainsbarre, ici qu'il est décédé, il y a près de trente ans, dans la plus grande solitude, au milieu d'une collection de souvenirs hétéroclites.
    À travers sa mythique demeure, la réalisatrice Marie David pénètre l'intimité de cet immense artiste.

  • Il y a un peu moins de trente ans disparaissait Freddie Mercury. Heureusement, insidieusement la musique du groupe demeurait dans l'air du temps. Un We are the Champions clamé dans les stades du monde entier ; un We Will Rock You derrière une pub télé pour une eau minérale.... Et puis vint la déflagration du film Bohemian Rhapsody qui a fait redécouvrir Queen à toute une génération qui connaissait les chansons sans vraiment connaître le groupe. Nourri par de très riches archives, cet ouvrage soulève le voile sur les zones d'ombres peu ou mal éclairées par le long métrage, tout en en gardant l'esprit positif et exaltant qui a fait de Queen l'un des groupes superstars des années soixantedix quatre-vingt, et désormais du 21e siècle naissant.

  • Il y eut d'abord la volonté de réussir là où son père avait échoué pour l'amour d'une femme, sa mère, volonté nourrie à la fois par la passion de la chanson et un désir de vengeance personnelle.

    Serge Lama avait foulé ses premières scènes porté par une ambition arrogante. Prêt à tout dévorer. Un accident de voiture a brisé net cet élan. Un signe, sans doute, pour un homme qui croit au destin. On ne sort pas indemne d'une tragédie. De la sienne, Lama sort physiquement et moralement brisé.

    À vingt-deux ans, il vient de perdre son premier grand amour et, le coeur et le corps boitant, s'apprête à conquérir le public. L'esprit serein, une fois le chagrin bu. Avec une rage de vivre supplémentaire. Une autorité nouvelle. Mais une sensibilité affirmée. Plus ouvert aux autres, plus humain. Donc prêt à être aimé.

    « D'aventures en aventures », Serge Lama a tracé son chemin, entre gravité et humour, avec un appétit de vivre qui force l'admiration. Fort de 55 ans de carrière, 22 albums studio et 9 albums live, il est l'un de nos chanteurs les plus populaires.

    Cette biographie documentée, riche d'une vingtaine d'entretiens avec ses proches, revient en détails sur la carrière de cet artiste généreux.

  • Gainsbourg, trente ans. Trente ans qu'il est mort, le 2 mars 1991, et qu'il ne cesse de vivre et de revivre encore. Gainsbourg, ses engouements, ses esclandres, ses colères. Ses compagnons, l'alcool, le tabac. Ses égéries : Bardot, Birkin, Bambou - les trois B. Et sa fille, Charlotte. Ses débuts comme pianiste de bar au Milord l'Arsouille, ses mariages ratés, ses deux enfants cachés, son amitié décisive avec Boris Vian. Il y a ce que l'on sait : le charme fou, le talent vertigineux, les tubes fabuleux, les amours meurtrières, les déceptions, les provocations et le scandale, l'impatience ambiguë devant la mort.

    Gainsbourg, c'est aussi l'histoire d'un inconnu qui dut apprivoiser sa laideur, d'un enfant, Lulu, traqué par la peur sous l'Occupation et portant son étoile jaune comme un premier défi. Un homme toujours douloureux. Même en pleine lumière, ses tapages, ses ivresses, ses défis insensés, étaient lestés d'amertume.

    Dans sa dernière vie, Bambou, sa femme-refuge, lui a donné le bonheur d'un enfant, Lulu, comme un double souriant du petit garçon qu'il avait été. Quelques gouttes d'espérance avant de plonger dans une solitude choisie, entre souffrances et démons. Et de mourir, à soixante-trois ans, comme on fait une dernière grimace.

  • Bécaud : on vient te chercher Nouv.

    « Monsieur 100 000 volts » à la scène, Gilbert Bécaud l'était aussi à la ville. Son quotidien n'a cessé d'être un tourbillon de création et de passions : des journées à 200 à l'heure, des soirées de concert devant des salles combles reprenant en choeur ses refrains, des nuits de création de couplets qui ont fait le tour du monde.

    Pour la première fois, Jacques Pessis et Claude Lemesle racontent le parcours du compositeur surdoué, le chanteur qui cassait les pianos, mais aussi l'homme pudique qui se dissimulait derrière son sourire et ses cravates à pois.

    Une biographie à quatre mains qui est aussi un exercice de réhabilitation, démontant, preuves à l'appui, les clichés qui ont entaché son image. Vingt ans après sa mort, Jacques Pessis et Claude Lemesle lancent à leur ami Gilbert : « On revient te chercher ! »

  • Dahovision(s) Nouv.

    Dahovision(s)

    Sébastien Monod

    • Mediapop
    • 19 Novembre 2021

    L'oeuvre d'Étienne Daho est parsemée d'innombrables références culturelles que Sébastien Monod, en véritable passionné, se plaît à décrypter depuis de nombreuses années. En étudiant ses chansons, mais aussi ses pochettes, ses clips, ses concerts, ses interviews, il fait ressortir les principales influences musicales, littéraires, artistiques et cinématographiques d'une des icônes de la pop française, et tisse un étroit réseau entre elles, des plus évidentes aux plus méconnues. Ce passionnant travail d'exégèse s'appuie également sur des entretiens avec Étienne Daho lui-même et des artistes avec lesquels il a travaillé. En combinant ces différentes approches, Dahovision(s) se présente comme une sorte de bréviaire pour tous ceux qui vouent un culte au chanteur ou qui voudraient se plonger dans son univers.

  • Peut-on raconter l'histoire du rock, ou en faire ressortir les faits les plus marquants, à travers des nombres et des données ? Voici un livre qui a décidé de relever le pari en illustrant à l'aide de l'infographie la généalogie des genres musicaux pour étoffer des portraits de rock stars, dévoiler certaines curiosités et, parfois même, quelques surprises. Il ne s'agit donc pas d'une simple narration mais, de quelque chose de plus, qui va plus loin, et permet de lire l'évolution de la musique rock d'une manière différente. Les chiffres donnent l'occasion de parcourir le temps, les dates, les épisodes. Sans compter qu'avec le nombre de copies, les positions dans les classements, ils donnent du « poids » au succès, autrement insaisissable et immatériel. Au rendez-vous de nombreuses stars comme Bob Dylan, Bowie, Iggy Pop, les Clash, AC/DC, U2, les Sex Pistols, Nirvana, Metallica, The Cure, Daft Punk... Les fans de rock ne seront pas en reste !

empty