• Catéchisme de la vie spirituelle Nouv.

    Catéchisme de la vie spirituelle

    Robert Sarah

    • Fayard
    • 11 Mai 2022

    « Il m'a semblé que l'éclipse de Dieu dans nos sociétés post-modernes, la crise des valeurs humaines et morales fondamentales et ses répercussions jusque dans l'Église, où l'on constate la confusion au sujet de la vérité divinement révélée, la perte du sens authentique de la liturgie et l'obscurcissement de l'identité sacerdotale, demandaient avec force qu'un véritable catéchisme de la vie spirituelle soit proposé à tous les fidèles. Qu'on ne se méprenne pas cependant sur ce titre. Je n'ai pas cherché à écrire un résumé de toute la foi chrétienne. Nous disposons du Catéchisme de l'Église Catholique et de son Compendium qui demeurent des instruments irremplaçables pour l'enseignement et l'étude de l'intégralité de la doctrine révélée par le Christ et prêchée par l'Église. Ce livre est un catéchisme de la vie intérieure. Il veut indiquer les principaux moyens d'entrer dans la vie spirituelle, dans un but pratique et non académique. Au temps des Pères de l'Église, on accompagnait les catéchumènes pendant tout le Carême par de grandes catéchèses pour leur permettre de saisir combien le baptême qu'ils allaient recevoir devait changer leur vie. Ce catéchisme, organisé autour des sacrements, de la prière, de l'ascèse, de la liturgie, vise le même but : faire prendre à chacun conscience que son baptême est le début d'une grande conversion, d'un grand retour vers le Père. » Pour rendre à Dieu sa place dans nos vies et celle de l'Église, le cardinal Robert Sarah ne propose pas d'autre chemin que celui de l'Évangile : les sept sacrements par lesquels le Christ nous touche aujourd'hui forment la trame de cet itinéraire spirituel auquel le cardinal nous invite, dans un langage marqué par l'authenticité et la force missionnaire.

  • L'inconsolée

    Christine Pedotti

    • Albin michel
    • 2 Mars 2022

    « Demeurer inconsolée ne signifie pas que je reste en larmes, tout au contraire, je reste en vie au sens où je reste vive, aiguisée, pleine d'appétit et de curiosité pour ce qui vient, sans rien vouloir effacer ou atténuer de ce qui a été, ni le bonheur de l'amour ni l'épreuve de la perte. »

  • Ce livre est la synthèse du travail de toute une vie. Synthèse en forme d'appel, en écho au « Va vers toi ! » qu'entendit Abraham et qui le fit se mettre en marche. Annick de Souzenelle s'attache ici à formuler ce qu'elle appelle les « lois ontologiques » dont la Bible, à travers la Loi, les Prophètes et le Christ, nous rappellent la nécessité vitale : « L'Homme est un et chacun est unique » ; « Sans la bénédiction divine, l'Homme ne peut s'accomplir » ...

    Autant de vérités fondamentales qui convergent dans la vocation ultime de l'humanité, qui est une vocation divine, comme l'avait annoncé au IIe siècle saint Irénée : « Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu. ».

    Ce livre est aujourd'hui complétée d'un texte inédit, ultime message d'une auteure qui a marqué les dernières décennies de la spiritualité.

  • A l'approche des élections présidentielles de 2022, le Conseil permanent a souhaité publier un document dans la continuité des précédents : « Qu'as-tu fait de ton frère ? » ; « Dans un monde qui change, Retrouver le sens du politique » afin d'aider les catholiques et celles et ceux qui voudront s'en saisir à réfléchir en vue des élections. Il manifeste l'attention que porte l'Eglise à notre société que nous souhaitons toujours plus fraternelle, soucieuse de dialogue et d'autrui.
    C'est dans ce contexte actuel où la France est marquée par de nombreuses fractures fortes, que nous avons besoin plus que jamais de l'Espérance « qui ne déçoit pas » et de « prendre soin » de notre « maison commune ».

  • Pour l'éternité

    Robert Sarah

    • Fayard
    • 17 Novembre 2021

    « Il nous faut regarder la vérité en face : le sacerdoce semble vaciller. Certains prêtres ressemblent à des matelots dont le navire serait violemment secoué par l'ouragan. Ils tournoient et titubent. Comment ne pas s'interroger à la lecture de certains récits d'abus sur des enfants ? Comment ne pas douter ? Le sacerdoce, son statut, sa mission, son autorité ont été mis au service du pire. Le sacerdoce a été instrumentalisé pour cacher, voiler et même justifier la profanation de l'innocence des enfants. L'autorité épiscopale a parfois été utilisée pour pervertir et même briser la générosité de ceux qui voulaient se consacrer à Dieu. La recherche de la gloire mondaine, du pouvoir, des honneurs, des plaisirs terrestres et de l'argent s'est infiltrée dans le coeur de prêtres, d'évêques et de cardinaux. Comment pouvons-nous supporter de tels faits sans trembler, sans pleurer, sans nous remettre en cause ?
    Nous ne pouvons pas faire comme si tout cela n'était rien. Comme si tout cela n'était qu'un accident de parcours. Il nous faut regarder le mal en face. Pourquoi tant de corruption, de dévoiement et de perversion ? Il est légitime que l'on nous demande des comptes.
    Il est légitime que le monde nous dise : «Vous êtes comme les pharisiens, vous dites et ne faites pas» (cf. Mt 23, 3). Le peuple de Dieu regarde ses prêtres avec suspicion. Les incroyants les méprisent et s'en méfient. ».

    À partir de la méditation des textes d'Augustin, de Jean Chrysostome, de Grégoire le Grand, de Bernard de Clairvaux, de Catherine de Sienne, de John Henry Newman, de Pie XII, de Georges Bernanos, de Jean-Marie Lustiger, de Jean-Paul II, de Benoît XVI et du Pape François, le cardinal Sarah souhaite apporter des réponses concrètes à la crise sans précédent que traverse l'Église catholique.

  • Jean l'Evangéliste

    Bernard Quilliet

    • Tallandier
    • 10 Février 2022

    Jean est le plus célèbre des apôtres et, au cours des siècles, a inspiré ou retenu l'attention des historiens, des exégètes, des théologiens, des orateurs sacrés, voire des artistes ou des écrivains. Mais cet intérêt constant, resté vivace jusqu'à aujourd'hui, interroge sur sa personne même. A-t-il seulement existé ? Quelle était sa relation réelle avec Jésus ? S'agit-il du fils du pécheur Zébédée, comme l'a longtemps affirmé la tradition chrétienne aussi bien chez les catholiques que chez les orthodoxes ou les protestants ? Ou bien est-il un autre Jean, donc un homonyme, personnage mystérieux qui aurait été non l'un des douze apôtres, mais un simple disciple, à la fois le plus profond, le plus cultivé, le plus inspiré des quatre évangélistes, et peut-être aussi le plus ambitieux, le plus intrigant ? Pour répondre à cette question complexe, Bernard Quilliet - historien, latiniste et helléniste - distingue les récits d'apparence légendaire des faits historiques, et propose plusieurs interprétations. Avec une question en tête : quelle a été l'influence de Jean l'Évangéliste sur les destinées du christianisme et la prégnance de son image dans la pensée, la sensibilité et l'imagination du monde occidental ?

  • Le petit livre des chemins de Compostelle

    Marie Chamberlain

    • Hachette pratique
    • 13 Avril 2022

    Quels sont les chemins pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle ? Quelle est l'origine de ce pèlerinage ? Quel monument parisien marque le départ de la voie de Tours ? Quelle voie empruntaient les pèlerinsprovençaux et italiens ? Quel emblème porte-t-on au retour du pèlerinage ? Où se recueillaient les pèlerins à Bordeaux ? Pourquoi s'arrêtait-on à Vézelay ? Que doit faire le pèlerin à son arrivée à Compostelle ?Quelle est la longueur de la voie du Puy ? ... Ce petit livre richement illustré d'images anciennes suit, étape après étape, les chemins de Compostelle et retrace l'histoire de l'un des pèlerinages chrétiens les plus fréquentés au monde.

  • Histoire des traditionalistes

    Yves Chiron

    • Tallandier
    • 17 Février 2022

    Pour la première fois, cet ouvrage raconte l'histoire des « traditionalistes », catholiques qui critiquent ou rejettent le concile Vatican II et la réforme liturgique qui s'ensuivit. Il décrit aussi l'histoire de ces prêtres ou de ces laïcs qui, en France, aux États-Unis et dans d'autres pays, sans s'opposer au concile et à la « nouvelle messe », restent attachés à la liturgie traditionnelle et sont soucieux d'une défense de l'orthodoxie de la foi. En historien de l'Église, Yves Chiron dévoile les origines de ce mouvement à l'époque de Pie X. En fin connaisseur du catholicisme contemporain, il met en perspective son actualité au cours des pontificats de Benoît XVI et de François. Cette recherche, engagée depuis plus de vingt ans, se fonde sur de nombreuses archives et sources inédites, et sur une large enquête menée auprès de personnalités des communautés traditionalistes ou de sensibilité traditionnelle. Un dictionnaire biographique recensant plus d'une centaine de personnalités montre combien cet univers, traversé de tendances variées, est loin d'être monochrome. Un livre de référence qui fera date sur le sujet.

  • Les pierres d'angle ; à quoi tenons-nous ? Nouv.

    Les pierres d'angle ; à quoi tenons-nous ?

    Chantal Delsol

    • Lexio
    • 12 Mai 2022

    Pourquoi et comment nos valeurs fondamentales, dont la vérité, la personne, la dignité, l'universel et l'espérance, proviennent de l'héritage judéo-chrétien auquel nous appartenons.
    Dignité humaine, conscience personnelle, volonté de progrès, quête de la vérité : certains voudraient nous faire croire que ces pierres d'angle sont nées par génération spontanée. Pourtant, elles ne peuvent se déployer que dans un terreau préparé. C'est bien de l'héritage judéo-chrétien qu'elles proviennent, de ce monde de la personne, de l'espérance, de l'universel auquel nous appartenons.
    Ainsi, après seize siècles de chrétienté, l'expiration de la puissance chrétienne ne signifie aucunement la fin du christianisme lui-même : celui-ci représente toujours l'inspirateur principal de nos valeurs, même de ceux qui cherchent à le broyer.
    On ne se défait pas de soi.

  • Dans l'histoire de l'Eglise, Pierre est considéré comme le premier pape. Pourtant, rien ne le disposait à prendre la place du premier apôtre. Originaire d'une petite bourgade sans prétention située au nord de la terre d'Israël, il exerce humblement une activité de pêcheur avec son frère et quelques amis qui lui sont associés. Alors que la région est dominée par l'Empire romain et que le judaïsme est en crise, le discours messianique de Jésus le séduit si bien qu'il décide de le suivre. D'après les évangiles, c'est Jésus qui donne à Simon le nom de Pierre. Il reçoit aussi la charge du « troupeau », c'est-à-dire de l'Eglise : « Tu es Pierre, dit le Christ, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ».
    L'historien Christophe Dickès offre un regard inédit et complet sur le personnage. Après avoir présenté l'homme dans son milieu politique, religieux et économique, il suit les traces de celui qui, après Jésus, est l'homme le plus cité du Nouveau Testament. Le lecteur part ainsi à la découverte d'un personnage complexe, tiraillé entre son engagement et ses doutes. La résurrection du Christ achève pourtant sa conversion : il devient alors le chef de l'Eglise, ouvre le christianisme au monde païen et évangélise une partie de l'Orient. Pierre achève son parcours à Rome où, selon la tradition, il est crucifié la tête en bas au moment des persécutions de Néron, après l'incendie de 64.
    L'auteur présente aussi comment et pourquoi le pouvoir des papes va s'élaborer autour de ce personnage et étudie les lieux archéologiques qui sont liés à sa vie : de sa maison à Capharnaüm retrouvée en 1866 jusqu'à sa fameuse tombe découverte en 1950, au centre même de la basilique Saint-Pierre de Rome. Il achève enfin sa réflexion en abordant la place de Pierre dans l'art chrétien des premiers siècles.
    Cet ouvrage, absolument inédit dans son approche globale, se situe donc au carrefour des sciences: entre histoire, art, archéologie et théologie.

  • Les grandissants

    Marion Muller-Colard

    • Labor et fides
    • 25 Août 2021

    Dans une relecture de la parabole du fils prodigue, Marion Muller-Colard explore, plus que son retour, le départ du fils cadet. Non seulement son départ, mais encore la nécessité de cette rupture qui le met au monde plus radicalement qu'une naissance.
    De la confrontation entre le texte biblique et une analyse subversive de l'âge qualifié d'ingrat jaillissent des voies inédites de souveraineté. Un éloge de toutes nos adolescences, car il n'y a pas d'âge pour « ratifier sa naissance ».
    « Cette existence qui a commencé par une vie reçue, qui se finira par une vie reprise, doit bien, un jour ou l'autre, être conquise. Ils fomentent une façon d'être autre chose qu'un débit. Ils fomentent un début. ».

  • « Nul n'est prophète en son pays », « Semer la zizanie », « Porter au pinacle », « Rendre à César », etc. : bien souvent, nous citons les Évangiles sans le savoir, tant ces aphorismes et sentences issus du christianisme ont imprégnés notre culture. Ces paroles, qu'on attribue pour la plupart à Jésus, se sont banalisées, et leur sens religieux est aujourd'hui imperceptible.

    Denis Moreau a choisi une centaine de ces locutions et leur redonne leur saveur première. Restituant le contexte où elles ont été prononcées selon un ordre qui rend compte du récit évangélique, il explique leur sens et leur portée, et retrace, non sans humour, les multiples échos qu'elles ont trouvés au cours des siècles.

    Une façon à la fois distrayante et profonde de redécouvrir les Évangiles sous un jour inattendu, ou de s'y initier.

  • Quand notre monde est devenu chrétien (312-394)

    Paul Veyne

    • Librairie generale francaise
    • 17 Mars 2010

    Cette étude montre comment le christianisme est devenu une religion licite par la conversion de Constantin en 312, à l'égal du paganisme. Elle analyse notamment le rapport des païens et des chrétiens au divin, montre que l'empereur est le souverain personnellement chrétien d'un Empire qui a intégré l'Eglise et étudie le concept de césaro-papisme. En fin d'ouvrage, réflexion sur les racines chrétiennes de l'Europe.

  • Les échos du silence

    Sylvie Germain

    • Albin michel
    • 1 Septembre 2021

    Il est des moments innombrables où Dieu se tait. Où le cri de l'homme se heurte au silence, renvoyé par l'impla-cable écho. De ce silence de Dieu, de cette absence d'amour, le siècle passé comme celui qui s'ouvre portent les stigmates avec leur cohorte de charniers, de génocides et de catastrophes naturelles. Toujours à reprendre, le cri de Job révolté devant la souffrance, l'injustice et l'absurde demeure d'actualité. C'est le point de départ de ce texte où se croisent littérature et spiritualité, pour se mettre à l'écoute des échos de ce silence irradié de résonances...

  • Jésus n'a laissé aucun écrit, il se référait aux Ecritures juives. Il n'a institué ni religion, ni credo, ni clergé, ni rite, hormis un repas « en mémoire de lui », et une prière, le « notre Père ». Comment ses disciples ont-ils donc fait pour exprimer et mettre en pratique leur foi en lui ? Comment ont-ils prié, communiqué entre eux, interagi avec les peuples qu'ils côtoyaient ? Tout cela restait à inventer...
    Le tout premier christianisme était sans image, sans « Nouveau Testament », sans prêtres, sans pape... et pendant plus de deux siècles il y eut des communautés chrétiennes très diverses, voire divergentes, certaines proches du judaïsme, d'autres le rejetant absolument. Il faudra beaucoup de temps pour qu'émerge une Eglise unifiée autour d'un début d'orthodoxie. C'est alors, en 250, que les chrétiens subiront la première persécution générale dans un Empire en pleine crise.
    Ce temps des commencements encore trop peu connu, ce temps tumultueux de tous les possibles est ici reconstitué de façon accessible et vivante par 80 des meilleurs spécialistes des premiers siècles de notre ère.

  • L'inquisition

    Marie-France Schmidt

    • Que sais-je ?
    • 3 Novembre 2021

    Inquisition ! Le mot seul charrie tout un imaginaire de peur, d'obscurantisme, de tortures insoutenables (la « question ») et de bûchers... Mais qu'était réellement l'Inquisition ? Un tribunal punissant l'hérésie pour préserver l'unité du monde catholique romain. Détenant son pouvoir du pape, qui contrôlait ainsi la régularité de son action, l'« inquisiteur » - du latin inquisitor (« celui qui examine, recherche ») - était d'abord chargé d'instruire des enquêtes. Secondé par les laïcs du district qui signalaient la présence de tel hérétique avéré ou suspect, il devait, dans l'exercice de sa fonction judiciaire, faire preuve d'honnêteté, de prudence, de fermeté certes, mais aussi d'érudition. Par-delà la légende noire héritée de l'historiographie romantique ou anticléricale du XIXe siècle, Marie-France Schmidt se propose de revisiter l'histoire d'une institution controversée en s'appuyant sur les travaux des historiens des XXe et XXIe siècles qui en ont beaucoup relativisé le caractère répressif.

  • François d'Assise : la vie d'un homme

    Chiara Frugoni

    • Tallandier
    • 19 Août 2021

    Fils d'une riche famille de drapiers, François d'Assise (1181/1182-1226) abandonne tout pour répondre à l'appel de Dieu. Devenu mendiant, il se met au service des plus pauvres. Fondateur de l'ordre franciscain, il est aujourd'hui considéré comme le précurseur du dialogue interreligieux.
    Chiara Frugoni révèle un saint François d'Assise méconnu : elle met en lumière ses ambitions et sa très vive intelligence, sans oublier ses faiblesses de caractère et les superstitions qu'il partageait avec ses contemporains. Ce petit livre est une remarquable plongée dans l'univers médiéval, autant qu'un éclairage inédit sur une aventure spirituelle extraordinaire.

  • Toute sa vie, François Cheng a été habité par l'errance orientale de Victor Segalen (1878-1919), symétrique de son propre exil occidental. C'est même le cycle chinois de l'oeuvre de Segalen - tout comme lui poète, romancier et critique d'art - qui lui a d'abord permis de revisiter de façon imaginaire une Chine trop tôt quittée, et que Segalen, lui, avait été un des premiers à connaître dans toute sa profondeur et sa diversité.
    En trois textes et un poème, augmentés dans cette édition de poche d'un texte écrit pour le centenaire de la mort de Segalen, François Cheng exprime l'intime proximité qui le lie à ce frère spirituel. L'un comme l'autre n'ont que faire du tourisme culturel, la surface ne les intéresse pas : ils sont allés voir « ailleurs » pour mieux voir au-dedans - non pour se fuir mais pour se chercher. Les deux poètes « exotes », selon l'expression de Victor Segalen, nous invitent ainsi à une démarche d'élévation où chaque culture épouse l'autre dans sa meilleure part.

  • Jésus, j'y crois

    Michaël Lonsdale

    • Bayard
    • 6 Avril 2022

    En des mots simples et personnels, Michael Lonsdale partage ce qui fait le coeur de sa foi. A l'origine, il y a Je sus, une rencontre, un bouleversement. Depuis, le come dien chemine avec ce compagnon de route : « Je sus, c'est comme un ami a qui je peux tout dire. Il ne re pond pas directement mais je sens sa pre sence dans beaucoup d'e tres humains, a travers les e ve nements. » En parcourant sa vie, Michael Lonsdale raconte ces e ve nements et ces rencontres qui lui ont fait de couvrir et aimer le Christ. Le co te intime et priant d'un acteur a la carrie re impressionnante. Un te moignage e mouvant.
    Poignant dans son interpre tation du fre re Luc de Tibhirine dans le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux (2011), l'artiste aux 130 films a tourne avec les plus grands. Rien ne l'aura e loigne de cette foi simple dont il te moigne avec confiance et ge ne rosite .

  • Missel du dimanche et son livret vivre la messe

    Collectif

    • Bayard
    • 1 Septembre 2021

    Le missel Bayard-Artège est un très beau livre qui invite à la méditation spirituelle de la Parole de Dieu. C'est aussi un très bel objet au format poche pour vous accompagner partout (bouts ronds et papier Bible). Grande nouveauté depuis l'édition 2020 : un supplément de 120 pages intitulé Vivre la messe du dimanche pour expliquer les lectures de la messe.Caractéristiques de ce missel 2021 :Une introduction spirituelle pour chaque temps liturgique (Avent, Noël, Carême, Pâques)Une méditation de la Parole de Dieu pour chaque dimanche par :
    -Soeur Emmanuelle Billotteau, ermite bénédictine, -P. Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France de 2009 à 2014.
    -P. Thibault Van Den Driessche, journaliste assomptionniste -Soeur Anne Lécu, dominicaine -François Meusnier, diacre et modérateur de la communauté Ecclesiola (Toulon) -Bénédicte Draillard, journaliste à RCF -Michèle Clavier, théologienne.
    - des séminaristes de Saint-MartinEt toujours :Une vie de saint, mise en valeur dans une courte biographie.La prière universelle pour cause dimanche et fête.Des intentions de prières pour chaque semaine.Un commentaire biblique des Pères de l'Eglise.

  • Une foi inaccomplie

    Guillaume de Fonclare

    • Bayard
    • 6 Avril 2022

    L'écrivain Guillaume de Fonclare confie ici une foi qui n'atteint pas son objet, et qui bute sur les certitudes d'un rationalisme bien ancré. Témoignant d'une aspiration spirituelle forte, l'auteur livre le récit d'une vie endeuillée vouée à l'espérance et qui pourtant résiste à croire. Ses précédents livres avaient déjà croisé la question spirituelle, elle est ici aimantée par le récit sensible d'une vie passée à chercher le visage de Jésus.
    Un visage qui s'est d'abord confondu avec celui du père, trop tôt disparu. Alors quand le miroir se brise, comment croire encore? Dans ce texte sensible, instruit par des années de fréquentation assidue des textes bibliques, la quête d'une foi solide devient un éloge de ce qui se tient au bord du vide.

  • Le féminin de l'être ; pour en finir avec la côte d'Adam

    Annick de Souzenelle

    • Albin michel
    • 28 Octobre 2020

    Après le temps du féminisme, mouvement social dont Annick de Souzenelle note à la fois la nécessité historique et les limites, et après le temps d'une féminité artificielle exploitée par la publicité, l'heure est venue d'explorer le sens du féminin.
    À partir d'une lecture du texte biblique en hébreu, l'auteur du Symbolisme du corps humain nous introduit dans cette dimension essentielle. Scrutant la Genèse, elle s'inscrit en faux contre l'image d'une Eve "sortie de la côte d'Adam", pour mettre en évidence Isha, "l'autre côté d'Adam", la réalité féminine présente en chacune de nous. Elle réinterprète ensuite d'autres grandes figures de la Bible - Marie, Marie-Madeleine, Lot ou Lazare pour les replacer dans une perspective mystique dans laquelle l'âme de l'homme est une "fiancée" promise aux noces divines.

  • Socrate, Jésus, Bouddha ; trois maîtres de vies

    Frédéric Lenoir

    • Librairie generale francaise
    • 9 Mars 2011

    La crise actuelle n'est pas simplement économique et financière, mais aussi philosophique et spirituelle. Contre une vision purement matérialiste de l'homme et du monde, Socrate, Jésus et Bouddha sont trois maîtres de vie. Une vie qu'ils n'enferment jamais dans une conception étroite et dogmatique. Leur parole a traversé les siècles sans prendre une ride, et, par-delà leurs divergences, ils s'accordent sur l'essentiel : l'existence humaine est précieuse et chacun, d'où qu'il vienne, est appelé à chercher la vérité, à se connaître dans sa profondeur, à devenir libre, à vivre en paix avec lui-même et avec les autres. Un message humaniste, qui répond sans détour à la question essentielle du sens de la vie.

  • «?Soeurs et frères, hier, la Conférence Épiscopale et la Conférence des religieux et des religieuses de France ont reçu le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église, chargée d'évaluer l'ampleur du phénomène des agressions et des violences sexuelles commises sur les mineurs à partir de 1950. Malheureusement, le nombre en est considérable. Je désire exprimer aux victimes ma tristesse et ma douleur pour les traumatismes qu'elles ont subis et ma honte, notre honte, ma honte, pour la très longue incapacité de l'Église à les mettre au centre de ses préoccupations, et je les assure de ma prière. Et je prie et prions tous ensemble : «A toi Seigneur la gloire, à nous la honte» : c'est le moment de la honte. J'encourage les évêques et vous, chers frères, qui êtes venus ici partager ce moment, j'encourage les évêques et les Supérieurs religieux à continuer à faire des efforts afin que de semblables drames ne se reproduisent pas.?»

empty