Lettres autre

  • En 2021, l'humanité pandémiquement globalisée célèbre le bicentenaire de la naissance (30 octobre 1821) de Fedor Mikhaïl Dostoïevski, génie aussi tourmenté que prophétique. Son oeuvre hante la conscience européenne et mondiale depuis un siècle et demi (Nietzsche, Proust, Kafka, Nabokov, Berdaïev, Chestov, Soljénitsyne, Sarraute, Sollers, Visconti, Bresson, Kurosawa, Wajda et bien d'autres).
    Vibrante osmose et vigilance tonique, l'oratorio de Julia Kristeva décrypte un Dostoïevski total et neuf, galvanisé par le langage. Son livre dévoile la surprenante actualité du « grand Russe ».
    L'oeuvre de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski hante la conscience européenne et mondiale depuis un siècle et demi (Nietzsche, Proust, Kafka, Nabokov, Berdiaev, Chestov, Soljénitsyne, Sarraute, Sollers, Visconti, Bresson, Kurosawa, Wajda et bien d'autres) et continue à fasciner le marketing hyperconnecté (16 versions en chinois de Crime et Châtiment). Le livre de Julia Kristeva dévoile la surprenante actualité du « grand Russe », génie aussi tourmenté que prophétique.
    « Partout et en toutes choses, je vivais jusqu'à l'ultime limite, et j'ai passé ma vie à la franchir », écrit-il à son ami le poète A. Maïkov en 1867. Il l'a fait, porté par sa foi orthodoxe dans le Verbe incarné, en réinventant ce pari sur la puissance de la parole et du récit qu'est le roman polyphonique : pour braver le nihilisme et son double, l'intégrisme, qui gangrènent le monde sans Dieu et avec lui.
    Ses personnages extravagants, oscillant entre monstruosité pathétique et insignifiance d' « insectes », pressentaient déjà la matrice carcérale de l'univers totalitaire qui se révéla dans la Shoah et le Goulag, et qui menace aujourd'hui par l'omniprésence de la technique.
    Vibrante osmose et vigilance tonique, l'oratorio de Julia Kristeva décrypte un Dostoïevski total et neuf, galvanisé par le langage. L'homme et l'oeuvre s'introduisent dans le troisième millénaire, où, enfin, « tout est permis ». Et les anxiétés des internautes rejoignent les sous-sols des démons dostoïevskiens.

  • Dans ce très bel ouvrage, Sophie Pujas, journaliste au Point et autrice et Nicolas Malais, libraire et spécialiste de manuscrits anciens ont réuni plus 80 extraits de journaux intimes issus de collections de musées et ou de bibliothèques ou encore de fonds tel que l'APA (Association Pour l'Autobiographie). Plongée unique au coeur de l'intime et du quotidien, ces textes et fragments soigneusement choisis et commentés nous racontent la vie au jour le jour, qu'elle soit grandiose ou ordinaire, douce ou terrible. Benjamin Constant incapable de rompre, Marie Curie disant adieu à l'amour de sa vie, Orwell cultivant son jardin, Klemperer témoignant de la barbarie nazie en marche, Sylvia Plath racontant son coup de foudre pour un certain Ted Hughes, Pavese luttant contre la tentation du suicide, Benoîte Groult savourant les émois d'un triangle amoureux à l'aube de la vieillesse... À chacun son journal pour se scruter ou ausculter le monde. Emouvants, étonnants, magni?ques, ces facs-similés renaissent dans ces pages et nous transportent.

  • « Je devais avoir 6-7 ans, quand on me rapporta d'Angleterre La Belle au bois dormant en pop up. Ouvrant ce livre, je vis soudain éclore un monde entre mes deux mains. Un monde léger, profond, un monde bleu profond. Je ne désirai qu'y pénétrer. Je n'en suis jamais vraiment revenue.
    Depuis lors, j'ai gardé la certitude que la pensée a au moins trois dimensions, déployant cet espace, où les mots et les images n'en finissent jamais de se rencontrer. Avec le recul, je me suis rendu compte que je n'ai jamais rien cherché d'autre que cet espace intermédiaire, où vient prendre forme tout ce qui nous importe.
    Espace ni subjectif, espace ni objectif, espace inobjectif. Notre chance est qu'il revient à certains artistes de jouer leur vie à ce jeu et de nous révéler alors le lointain qui nous habite.
    J'en aurais guetté toutes les approches, singulières ou plurielles. Ce recueil est le carrefour de leurs étranges mouvances. Il y va du déploiement de toute pensée, trouvant sa forme dans l'espace qu'elle fait soudain vivre. Rien n'est aujourd'hui plus menacé que cet espace paradoxal.
    Jusqu'à quand les contes nous seront-ils garants, comme La Belle au bois dormant l'aura été pour moi, que le grand maître de jeu continue d'être le désir en quête de lui-même ? » A. L. B.

  • Aucun lecteur sensé ne peut croire en la solution invraisemblable proposée à la fin du célèbre roman policier Dix petits nègres.
    En donnant la parole au véritable assassin, ce livre explique ce qui s'est réellement passé et pourquoi Agatha Christie s'est trompée.

  • « Le vrai courage, c'est celui de trois heures du matin », disait Napoléon Bonaparte. Sans attendre une heure si matinale, Patrick Wajsman et Jean Veil présentent, dans leur contexte historique, 200 citations, tantôt pour nous inspirer bravoure et témérité, tantôt, a contrario, pour nous défendre de la cupidité ou de la lâcheté. Florilège :
    « Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat. » (Shakespeare) « Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint. » (Montaigne) « Où serait le mérite si les héros n'avaient pas peur ? » (Alphonse Daudet) « À mesure que l'on s'avance dans la vie, on s'aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser. » (Anatole France) « Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. » (Georges Clemenceau) « Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils. » (André Malraux) « L'impossible, nous ne l'atteignons pas mais il sert de lanterne. » (René Char)

  • Au Moyen Âge, le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle était l'un des plus importants. Aujourd'hui la basilique constitue toujours le centre névralgique d'une ville qui semble immuable : monastères, couvents, hospices, rues pavées, gargouilles de San Martino Pinario, cloîtres, autels au baroque flamboyant, retables polychromes... Impression de baigner aux sources du sacré, d'une spiritualité pleine de ferveur et de questions. Mais Saint-Jacques-de-Compostelle, c'est aussi « Santiago », capitale de la Galice, région plus proche de la Bretagne que de l'Andalousie : des paysages verts, une âme mélancolique et non-conformiste, des habitants à l'endurance fière, des toits de tuiles orange où nichent les hirondelles, des vérandas blanches et des camélias géants, des gargotes aux petits crus locaux...
    En compagnie de saint Augustin, Paul Claudel, Erasme, Federico Garcia Lorca, Luis Buñuel, David Lodge, Manuel Rivas, Eduardo Manet, Camilo José Cela et bien d'autres, balade sur les chemins de Compostelle, où se mêlent depuis toujours le profane et le sacré.

  • Vivre dans le monde contemporain, c'est être confronté à une multitude de textes éphémères : tracts, journaux, affiches...
    Énoncés survolés, rarement lus au sens plein du mot. C'est ce type de textes, extraits pour la plupart de la presse et de la publicité, que cet ouvrage apprend à étudier.
    L'auteur s'attache à relier les propriétés des textes à leur situation de communication en utilisant les outils élaborés récemment par l'analyse du discours. Il donne en particulier toute leur importance aux genres de discours et à leur mise en scène. Des publicités de magazines aux articles de L'Équipe, des comptes rendus de films au Guide du routard, il nous invite à lire différemment les messages du monde dans lequel nous vivons.
    Paru en 1998 et considérablement enrichi au fil des années, ce manuel est devenu un instrument de travail précieux pour les étudiants qui, dans des filières très diverses, sont amenés à analyser des textes sans avoir reçu de formation spécifique en sciences du langage.
    Cette nouvelle édition est enrichie d'un chapitre sur les énoncés adhérents.

  • Cet ouvrage est une invitation à parcourir le domaine fondamental de l'Antiquité gréco-romaine et des oeuvres que nous ont léguées les Anciens. Elle propose ainsi aux lecteurs, qu'ils soient néophytes, initiés ou bien déjà familiarisés avec la culture antique, des analyses récentes et claires appliquées à un large corpus de textes pour une meilleure compréhension et un plus grand plaisir de la connaissance.

  • De l'ordinaire extraire l'extraordinaire.
    Telle est la force du poème court japonais, le haïku, considéré comme la forme littéraire zen par excellence. Il met en oeuvre le satori, suspension du temps, il saisit le merveilleux tapi au coeur de l'ordinaire, l'absolu au coeur du relatif, le sacré au coeur du banal. Une émotion, une intuition, un sentiment, une perception au sommet d'une montagne, dans un jardin, en pleine tempête ou au coin de la rue ; dans sa fugacité même, un instant est saisi au vol.
    Selon Bashô, grand maître du haïku, « c'est simplement ce qui arrive en tel lieu, à tel moment ». Balade poétiqueen compagnie de Bashô, Issa, Buson, Ryokan, Shiki, Santoka, Sôseki, Ueshima Onitsura, Fukyo Matoa, Satomura Shôba, Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Richard Brautigan, Benjamin Péret, Kenneth White, Louis Calaferte, Zéno Bianu, Tomas Tranströmer etbien d'autres

  • A l'image du romancier américain Morgan Robertson, qui raconta le naufrage du Titanic avec quatorze années d'avance, les créateurs semblent disposer d'un accès privilégié vers l'avenir, qui leur permet d'anticiper les guerres, les dictatures ou les catastrophes naturelles.
    Prendre la mesure de cette capacité prémonitoire ne devrait pas seulement inciter à leur confier des responsabilités politiques et à les associer aux recherches de la science, mais aussi à remettre en cause notre lecture des oeuvres ainsi que notre représentation de l'histoire littéraire et artistique.

  • Fidèle à l'appel constant des autres rives et des antipodes, dans l'ardente continuité de ses quatre premiers numéros - Galaxies identitaires, De l'imaginaire et des pouvoirs, La guerre et la paix et Traduire le monde -, la revue Apulée poursuit sa double investigation : face aux bouleversements de l'actuel et dans l'espace inaliénable de la création toujours en devenir.
    Dans cette cinquième livraison, c'est le tissage et le métissage des langues - avec au coeur la traduction à l'origine des grands humanismes tant méditerranéens qu'occidentaux - qui sont à l'honneur.
    Essayistes, romanciers, nouvellistes, traducteurs, plasticiens et poètes nous rappellent au choix impérieux de l'éveil, du qui-vive et de la parole libre face aux pires dérives, en cette période de régression identitaire, de puérilisme généralisé et de démission compulsionnelle. Avec à l'esprit l'injonction de Lautréamont : « Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuel. »

  • 50 écrivains répondent à la question. Ce questionnaire fait suite en quelque sorte à deux initiatives précédentes, les surréalistes en 1919 demandant « Pourquoi écrivez-vous » à une centaine d'écrivains français, et le journal Libération renouvelant l'expérience en 1988 (auprès de 400 écrivains étrangers et français).
    Une enquête nécessaire alors que le numérique et la vidéo accaparent petits et grands...
    En supplément, « Papiers » fera une liste exclusive des « 30 livres de littérature à lire pour comprendre le monde contemporain ».

  • L'analyse stylistique fait partie intégrante de l'explication littéraire : l'interprétation d'un texte passe par une observation rigoureuse des procédés langagiers. C'est pourquoi la stylistique figure parmi les épreuves de plusieurs concours d'enseignement des lettres.
    Pour réussir une analyse stylistique, à quels éléments textuels doit-on être attentif ? Comment passer de l'observation formelle à l'interprétation sémantique ?
    C'est à ces questions, entre autres, que répond cet ouvrage en présentant un exposé des notions fondamentales pour l'analyse stylistique, illustrées par des exemples littéraires variés, toujours accompagnés d'un commentaire interprétatif.

  • Un impressionnant panorama des principaux impensés de la Science et pourquoi nous en souffrons. Contre le scientisme, la valeur de vérité est redonnée aux fables, le témoignage des sens et celui du coeur sont réhabilités.

  • Décédé en 1949, Eric Arthur Blair, plus connu sous le pseudonyme de George Orwell, est longtemps resté prisonnier de ses chefs-d'oeuvre : La Ferme des animaux (1945) et 1984 (1949). Le britannique, cantonné jusqu'alors au rôle de simple antitotalitariste, connait aujourd'hui une seconde jeunesse. De l'essayiste d'extrême droite Laurent Obertone au philosophe socialiste Jean-Claude Michéa, en passant par la journaliste Natacha Polony qui a présidé le Comité Orwell, cet « homme presque génial », comme le qualifiait son principal biographe Bernard Crick, échappe aux étiquettes politiques communément admises. On peut donc désormais parler d' « affaire Orwell » ! Il était temps de s'y plonger et de faire toute la lumière sur le plus conservateur des socialistes, et le plus anarchiste des critiques du Progrès.
    Kévin Boucaud-Victoire, spécialiste de l'écrivain britannique, présente ici le George Orwell méconnu du grand public. Dans un format court et dense, s'appuyant sur des biographies qui ont fait autorité, l'auteur livre une approche rafraichissante à rebours des interprétations biaisées, faisant tour à tour d'Orwell un conservateur patenté et un socialiste dans les rangs.

  • En partant des critères d'évaluation de la dissertation, ce manuel expose avec clarté les règles fondamentales, les contraintes formelles et les passages obligés de l'exercice. De nombreux exemples d'analyses du sujet, de plans développés, et de corrigés complets sont regroupés par thèmes et genres. Ce guide constitue une méthode efficace et rapidement mobilisable, offrant à l'étudiant de nombreuses occasions de s'entraîner pour bien comprendre les attendus de l'épreuve et acquérir les réflexes essentiels à sa réussite.

  • Les plus grandes citations pour briller aux examens

  • Voici un manuel qui décompose les difficultés posées par l'explication de texte afin que l'étudiant puisse gérer son temps de manière méthodique et constructive.
    Les exercices seront organisés selon un double ordonnancement : ordre des étapes à suivre dans l'exploration du texte et la mise en place de l'explication d'une part, progression de la difficulté d'autre part.
    - En fin de volume, l'étudiant devra être capable de mener son explication de manière autonome.
    - En complément numérique, une anthologie de textes classés par "niveau", pour lesquels l'auteur fournit la problématique pour le premier niveau, des éclaircissements lexicaux et contextuels pour le deuxième, et des approfondissements pour le troisième.

  • Le cahier des livres n.2 ; partager le plaisir de lire Nouv.

    Après un numéro 1 de rentrée, littéraire et scolaire, le N°2 fait la part belle aux livres dessinés, au graphisme et à l'imaginaire, même si tous les genres, sans hiérarchie, seront à nouveau abordés, avec pour chacun une sélection choisie parmi les nouveautés, mais aussi des poches et des classiques.

  • Cet ouvrage présente les règles sur lesquelles s'est fondée l'écriture des textes classiques. Il montre en quoi la connaissance de ces règles est nécessaire à l'étude des oeuvres du XVIIe. Or ces règles sont issues à la fois d'une technique générale du discours efficace inventée par les Grecs - la rhétorique - et des prolongements qu'ils ont donnés à cette technique en direction de la poésie et de la fiction - la poétique. L'ouvrage évoque enfin les liens qui unissent la rhétorique et la poétique classiques aux techniques modernes d'analyse des objets littéraires qui en sont les héritières. Cette nouvelle édition  apporte un nouveau chapitre: l'un sur la poétique moderne au service  de la dramaturgie; et une nouvelle proposition d'étude.

  • Accompagnements, analyses et célébration, tout à la fois?: les textes recueillis embrassent l'ensemble d'un parcours, mais sous des perspectives diverses donnant la parole ici à des essayistes, là à des écrivains qui ont fait l'amitié de dire l'empreinte d'une oeuvre dans le siècle ou l'impression durable de cette oeuvre dans leur propre sensibilité.

    Ce présent, c'est aussi celui que Pierre Bergounioux nous a fait, en nous ouvrant son atelier, à travers quelques pages inédites de ses carnets de notes, des photographies qui scandent son histoire ou un entretien qui embrasse à la manière d'un panorama saisissant ces quelque quatre-vingts volumes publiés.

  • Le parcours et l'oeuvre du romancier sont présentés à travers des études de spécialistes, des articles critiques, des entretiens, des témoignages et une volumineuse correspondance. Contient également des inédits de l'écrivain.

empty