Montbel

  • Manuel du piégeur

    Andre Chaigneau

    • Montbel
    • 15 Octobre 2015

    La dernière édition du plus célèbre manuel de piégeage, paru en 1935, largement complétée et augmentée.

    Tactique (les engins, le piégeur, les animaux, les leurres, les sens des nuisibles), technique et pratique du piégeage : les différents types de pièges et de boîtes ; où les placer et comment les construire ; les qualités d'un bon piège ; la préparation du terrain de piégeage ; le piégeage au passage ou avec appâts ; les détentes pour pièges ; la visite des pièges et les résultats ; les accidents dus au piégeage ; la détermination de l'animal auteur d'un méfait ; la mise à mort des nuisibles capturés ; le dépouillement des animaux à fourrure ; le calendrier détaillé du piégeage et des travaux du garde ; etc.

    Avec plus de 120 croquis de construction et de pose de pièges, détaillés et pratiques.

  • Souvenirs de chasse à courre au sanglier ou de quêtes plus originales menées par Léon Salles, parent de l'auteur, avec son chien Boulo. Le récit évoque l'acquisition du chiot dans le Massif central natal du chasseur, son dressage et leur amitié indéfectible au fil de leurs aventures cynégétiques dans la Touraine rurale de l'après Seconde Guerre mondiale.

  • Les souvenirs inédits et remarquables d'une passionnée qui suit depuis sa plus tendre enfance (en 1926) les chasses à courre en Ermenonville, Chantilly, Halatte, Compiègne et Villers-Cotterêts : Pique Avant Nivernais, Pic'Ardie Valois puis Rallye Trois Forêts. Dotée d'un sens de la chasse hors du commun, d'une connaissance des chiens et de la forêt qu'elle parcourt par tout temps et en tous sens, Christiane Convert Desprez, dite Taïaut, livre un témoignage précieux pour tous les veneurs et les suiveurs, épris de ce mode de chasse et de ses traditions.
    On lit ce livre comme on suit une chasse. Avec attention et passion.
    Pierre de Roüalle, président de la Société de vénerie Quel sacré piqueux aurait-elle été !
    Claude d'Aillières, ancien maître d'équipage du Rallye Trois Forêts Préface, introduction et postface de Pierre de Roüalle, Claude d'Aillières,Béatrice Verro et François-Xavier Allonneau.
    Nombreuses photos en noir et en couleurs, dont certaines de Roger Barbier-Petit.

  • Livre de chasse

    Collectif

    • Montbel
    • 3 Août 2012

    Un superbe album pour conserver les moments forts de vos chasses : souvenirs, récits, poèmes et chansons, photos, croquis et aquarelles, collages, trouveront ici leur place. Un album pour vos tableaux de chasse : tout au long de la saison inscrivez vos tableaux de chasse, ceux de votre groupe d'amis, de votre société, de votre équipage ou de votre hutte. Un album pour vos dîners de chasse : revivez vos meilleures soirées en inscrivant les menus, les circonstances et les différents invités.
    Vous pouvez aussi y coller les étiquettes des meilleurs flacons débouchés entre amis pour fêter vos plus beaux trophées ou tout simplement le bonheur d'une belle journée de chasse. Un album pour vos souvenirs de chasse : racontez vos meilleurs souvenirs de chasse pour en garder la trace, pour vos amis et votre famille. Cet album va recueillir vos meilleures anecdotes, les réussites comme les coups de malchance et tous ces merveilleux moments vécus dans les bois, en plaine, au marais ou sur les pistes du bout du monde.
    Un album pour vos croquis et vos aquarelles : au fil de ces feuillets, faites revivre en quelques coups de crayons ou de pinceaux les merveilles de la nature et du gibier qui la peuple. Un album pour vos recettes de gibier : conservez les recettes de vos meilleures préparations de gibier, celles qui ont régalé votre famille et vos amis, avec vos astuces et vos conseils, sans oublier les vins qui les accompagnent le mieux.
    Un album pour vos photos : au fil de ces pages, collez vos photos, souvenirs des meilleurs instants de chasse et des animaux que vous avez approchés sans les déranger. Un merveilleux album à feuilleter ensuite au fil des ans.

  • Reprint d'un livre de référence publié en 1931.
    Courally détaille la fabrication des armes de chasse : canon, tir, mécanisme, crosse et finition, armes à usages spéciaux (canardières, etc.), armes de chasse rayées, carabines, fusils à répétition et automatiques, etc. Largement illustré de 320 croquis techniques et de photos en noir et blanc.
    Passionné d'armes à feu, Ferdinand Courally reprend la firme créée par Auguste Lebeaud et devient l'un des plus célèbres armuriers liégeois.

  • "Il était environ 9 h 30 lorsque le comte Clary priait le roi de Portugal ainsi que les invités de le suivre pour les placer à leur jalon respectif.
    Celui du roi portait sur un petit poteau la couleur de sa maison royale et ses armoiries délicatement peintes sur une plaquette de bois ; les mêmes honneurs étaient réservés à SAS le prince de Monaco, qui se tenait à la droite du roi. Aussitôt les tireurs placés, le garde-chef, qui était auprès du baron Henri, donnait le coup de corne pour mettre en marche les rabatteurs, et bientôt commençait la fusillade la plus nourrie, régulière, sans bouquet ni vide, d'où tombait une pluie d'oiseaux, devant et derrière cette ligne de fusils qui comptait, à mon avis, les trois meilleurs dans la catégorie des réputés très bons".

  • Montagnard de coeur, Pierre Mélon profite de chaque instant que lui laisse sa profession d'avocat pour rejoindre les alpages à la poursuite des chamois.
    C'est en dehors de la traditionnelle " saison alpine " et au contact de ces Savoyards rudes et pittoresques qu'il découvre la montagne vraie et exigeante ainsi que sa faune. " Une chèvre suivie d'un jeune arrive sur moi à fond de train, m'entrevoit, saute en l'air en pivotant et repart à toute course vers les hauteurs. De surprise j'ai tiré trop haut sur un jeune bouc qui passait en plein travers, et qui culbute foudroyé au vol en même temps que gronde la vieille pétoire de Barmu.
    Deux fois encore je tire sur des têtes ou des croupes apparues entre les blocs, sans autre résultat que de hâter leur fuite. Le troupeau s'est reformé maintenant et tous ensemble, à la file, ils montent à plein galop le couloir d'éboulis sombres, se découpant un instant sur le ciel au sommet et sautant sur l'autre versant. En quelques secondes la montagne est vide et je n'entends plus que le bruit de mes temps qui battent à grands coups l'effort de la montée et l'émotion de la chasse...
    "

  • Les récits de chasse à travers le monde du grand explorateur anglais (1821-1893) qui fut l'un des premiers découvreurs du lac Victoria et des sources du Nil. Attaché à décrire la faune sauvage, il livre des récits étonnants et cocasses de ses chasses, en compagnie de sa femme et des chasseurs indigènes, en Inde, à Ceylan, dans la corne de l'Afrique, en Amérique du Nord, en Écosse, etc.

    Extrait.
    "J'avais devant moi la récompense de mon obstination : à 100 m sur ma gauche, la tête et le cou du tigre sortaient de l'eau dans laquelle le corps trempait pour se rafraîchir. Comme je le pensais, il prenait tranquillement son bain tandis que nous nous épuisions à battre la seconde partie de la forêt après qu'il eut pris les grands devants. Bien que vieux praticien, Fazil, le cornac, était tout excité. "Tirez vite" chuchota-t-il. "Trop loin" répondis-je sur le même ton [...] Juste à ce moment le tigre se souleva et s'assit comme un chien. Jamais je n'avais vu pareil spectacle. La tête splendide, les yeux comme des fanaux électriques à lampe verte tandis que le grand corps, longtemps couché sur un fond l'alluvion, ruisselait d'eau boueuse.

    "... Je comptais les foulées de l'éléphant longeant la bordure jusqu'à me trouver sûr d'être à bonne distance [...] Je fis soudain arrêter : le tigre était là, face à moi, cette fois à 50 m. "Tiens ta bête tranquille" et, m'appuyant sur le bord du howdah, je pris ma visée. Comme par un fait exprès, une branche de tamaris se balançait à la brise juste devant moi. Fazil se pencha et la baissa doucement : j'avais le champ libre. Les yeux du tigre luisaient toujours comme des feux verts ; Nielmonnée resta comme un roc pendant quelques secondes. Je pressai la détente."

  • Récits de chasse du grand gibier en montagne où l'auteur n'évoque pas d'exploit ni de conquête de trophée mais les émotions variées ressenties par le chasseur passionné de haute montagne. Il témoigne notamment de l'attitude des animaux et des hommes face aux retours du loup et des vautours dans ces grands espaces et observe les effets du changement climatique.

  • Il y en a un, dit le Commandant, dont j'aurais bien voulu voir la bobine, c'est le berger quand il nous a entendus tirer les coqs levés par son chien !
    - Combien en avons-nous finalement ? demanda l'Ingénieur.
    - Quatre pour toi, deux pour le Commandant, deux pour moi, cela fait huit.

    Épatant, c'est la première fois que nous réussissons aussi bien !À ce moment un gémissement aigu retentit à nouveau stoppant le jeu de nos fourchettes et celui de nos mâchoires, le Commandant se leva, le fusil au poing, puis, comme plus rien ne se faisait entendre:
    - Laisse donc, dis-je la bouche pleine, ne vois-tu pas qu'il rabâche ce cabot?

    Au même instant la voix du roquet s'éleva encore et deux coqs fondirent sur nous fournissant au Commandant l'occasion d'un superbe doublé.
    Dix! annonça-t-il triomphant!

    - À toi! lui criai-je en voyant un nouvel oiseau apparaître au-dessus des arcosses. » Dans la première moitié du XXe siècle, Louis George, chasseur, conteur, écrivain et homme d'action, pratique toutes les chasses mais c'est celle du coq en Maurienne et en Tarentaise qui lui procure les plus grandesjoies.

  • "Laissant les Lepchas derrière moi, je continue l'ascension mon fusil à une main. De l'autre, je m'accroche aux rocs branlants. A 200 m, je me jette à plat ventre et cale mon arme sur une pierre. Et maintenant le coup au but?!
    "La première balle touche le schapi à la poitrine. L'animal bondit, retombe sur ses pattes, rue, se lance en pleine pente de la même manière que son compagnon de la veille. Pour échapper, le bouc traverse un étroit passage au bas d'une ravine. Une balle le foudroie. Sans un cri, le schapi s'affaisse, trébuche et s'écroule. Entraîné par la pente, le corps culbute et tombe dans le vide avant de venir, 300m plus bas, rebondir sur le rebord d'une faille où il disparaît dans une coulée de neige." Illustré de photos en noir et blanc.

  • Le lieutenant polonais Jan Szczepkowski (1875-1963), officier du génie et naturaliste passionné, livre avec une tendre ironie trois récits emprunts d'une certaine poésie: une rencontre avec les loups dans les forêts enneigées de l'actuelle Biélorussie; un énorme sanglier dévastant les cultures des plaines polonaises alors rattachées à la Russie; et la traque d'une ourse dans le Caucase.

  • La chasse a tir : notes et croquis

    Crafty

    • Montbel
    • 8 Septembre 2014

    Célèbre album de Crafty (1840-1906), contenant de fines observations humoristiques sur la chasse et les chasseurs, dont certaines sont toujours actuelles !

    Cet ouvrage de 48 planches publié en 1888 est réédité pour la première fois.

    La chasse de la Belle Époque avec humour et nostalgie.

    Tout en couleurs.

empty