Institutions / Economie de l'art

  • Une déclaration d'amour d'un collectionneur à sa collection (la transcription d'une performance d'Oriol Vilanova).
    Pour Borrowed Words (2016), un collectionneur ou une collectionneuse déclare son amour inconditionnel à sa collection. Le collectionneur confie ouvertement que la collection lui procure du plaisir. Ce sont des mots sincères qui soulignent l'aveuglement et parfois même l'intensité douloureuse qui relie le collectionneur et la collection. L'enamouré parle de ses oeuvres objet par objet avec plein d'humour et de références aux chansons célèbres, ainsi qu'à la poésie surréaliste.
    Le texte a été performé à plusieurs reprises et notamment au nouveau Musée National de Monaco (Villa Sauber) à la faveur d'une résidence, où Patricia Sandretto Re Rebaudengo (qui collectionne l'art contemporain depuis 1992, et dont le nom désigne aujourd'hui une célèbre fondation turinoise) l'a lu à cette occasion. Le texte, initialement écrit en espagnol, a été traduit dans les différentes langues dans lesquelles il a été lu (anglais, italien, néerlandais, catalan, français).
    À la façon d'un marque-page et pour faire écho à la collection, Oriol Vilanova a demandé à Louise Lawler le droit de produire une carte postale représentant Pollock and Tureen, 1984, laquelle est glissée dans le livre. La carte postale, qui est importante dans le travail d'Oriol Vilanova comme objet de collection, revêt ici un caractère utile (marque-page) mais aussi peut être appréhendée comme carte de collection puisque cette image n'avait jamais donné lieu à une carte postale et n'est produite que pour le livre.
    Publié suite à la performance éponyme d'Oriol Vilanova Interprétée par Patrizia Sandretto Re Rebaudengo au Nouveau Musée National de Monaco en septembre 2019.

empty