Plon

  • Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil

    Marie David

    • Plon
    • 4 Mars 2021

    Rien n'a bougé au 5 bis, rue de Verneuil depuis la mort de son illustre propriétaire, Serge Gainsbourg. Ses objets fétiches, ses cendriers, ses disques d'or et ses pianos sont toujours là.
    Tout ici raconte le vrai Gainsbourg, un homme raffiné, méticuleux et soigné.
    C'est au 5 bis de la rue de Verneuil que Serge Gainsbourg a vécu dix ans de bonheur avec Jane Birkin, Charlotte et Kate. C'est ici qu'il a composé ses plus belles mélodies et façonné son double, Gainsbarre, ici qu'il est décédé, il y a près de trente ans, dans la plus grande solitude, au milieu d'une collection de souvenirs hétéroclites.
    À travers sa mythique demeure, la réalisatrice Marie David pénètre l'intimité de cet immense artiste.

  • Comme si tu étais toujours là

    Marie-Paule Belle

    • Plon
    • 27 Février 2020

    « Je m'appelle Marie-Paule Belle. Je suis chanteuse. L'un de mes plus grands succès a été « La Parisienne ». Une chanson écrite par Michel Grisolia et Françoise Mallet-Joris.
    Françoise Mallet-Joris, poète, penseuse, philosophe, romancière était un formidable écrivain. Elle était aussi - et elle était surtout - mon amie.
    Dans les années 70, nous formions un couple de femmes, sans souci, sans honte, sans pudeur.
    Nous étions ensemble naturellement, sans rechercher le scandale que nous créions pourtant dans une société figée qui ne reconnaissait pas que deux femmes puissent s'aimer ouvertement et sans réserve. Nous nous sommes tant aimées d'ailleurs.
    C'est après la disparition de Françoise, en 2016, que je me suis aperçue de la grandeur et de la profondeur de son amour.
    Elle m'avait écrit des lettres. En les lisant une première fois, je n'avais reconnu que la manifestation de cet amour. En les relisant, longtemps après son décès, j'y ai vu l'amour absolu que Françoise me portait, s'oubliant pour me sublimer, me propulser vers des niveaux qu'elle seule jugeait acceptables pour moi.
    « On n'a rien donné, tant qu'on n'a pas tout donné » - écrit quelque part Sainte Thérèse De Lisieux. Françoise Mallet-Joris m'a tout donné avec une générosité sans mesure. Et je ne me suis aperçue de rien, prenant pour gentillesse et dévouement ce qui n'était qu'oubli de soi et pur amour.
    Aujourd'hui qu'elle n'est plus, j'ai un peu honte d'un tel aveuglement.
    C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité écrire ce livre. Pour rendre à Françoise Mallet-Joris un peu de ce qu'elle m'avait donné, pour dire publiquement combien son intelligence irradiante, sa personnalité modeste et attachante, avaient contribué à établir, enfin, ce que je suis devenue. »

  • Voir un ami voler

    ,

    • Plon
    • 5 Avril 2018

    Le 9 octobre 1978, Jacques Brel nous quittait, terrassé par un cancer. Témoin direct des années de la vie du célèbre auteur-compositeur-interprète, le pilote Jean Liardon, 76 ans. De toute la galaxie Brel, il est celui dont les inconditionnels du chanteur savent l'existence sans vraiment le connaître, lui le Suisse qui avait appris au grand Jacques, passionné d'aviation, à voler aux instruments, et qu'une indéfectible amitié lia. Discret, par fidélité et pudeur, Jean Liardon avait préféré jusqu'ici garder le silence. Mais quarante ans après, alors que tant de personnes parlent de l'artiste sans l'avoir connu, est venu pour lui le moment de témoigner et de raconter le vrai Jacques Brel.
    Inséparables compères durant dix ans, Jean et Jacques firent les quatre cent coups, volèrent et voyagèrent un peu partout en Europe, aux Antilles, passant même par le Groenland, escale contrainte et forcée. L'ami suisse fut aussi le spectateur privilégié de la fuite aux Marquises, de l'enregistrement du dernier album, auquel il assiste, et de la terrible maladie de son ami : ensemble, ils doivent déjouer les photographes qui pourchassent Brel, échafauder des plans pour passer inaperçus. Quelques heures avant sa mort encore, dans la plus grande discrétion, Liardon achemine son ami agonisant de Genève vers Paris. Un vol où Brel lui glisse ces derniers mots : « Jean, promets-moi de ne jamais être malade ».
    Dans ce récit émaillé d'anecdotes, de complicité et d'émotions, Jean Liardon se raconte pour la première fois à Arnaud Bédat, qui l'a aidé à rassembler tous ces moments hors du commun vécus avec un grand poète de la chanson française.

  • électrique

    ,

    • Plon
    • 12 Novembre 2020

    Certains imitent les comètes, apparaissent, se consument, et puis disparaissent, mais ils ne peuvent plus raconter ce qu'ils ont vu des étoiles. Yarol Poupaud, lui, a le talent tranquille : il ne rate rien d'un destin aussi flamboyant que s'il avait été bref, alors qu'il a commencé à une époque, le siècle dernier, où la musique était une histoire très sérieuse, une façon de vivre, de s'habiller, de penser, de se déterminer.

    Il se rappelle, ses disques, ses photos, ses guitares avec lui, quatre décennies de passion pour la scène et le son. De la découverte précoce d'Elvis Presley à la sortie, à cinquante ans, d'un premier album solo, Yarol, en passant par FFF, MUD, les baby rockers, Black Minou et les années Johnny Hallyday, sa trajectoire aura bel et bien épousé celle de la musique.
    Les souvenirs de Yarol s'égrènent en séquences qui nous embarquent de Paris à New York, Kinshasa ou Kingston, des caves de Pigalle au Stade de France, d'une rencontre avec Joe Strummer à une anecdote avec Chuck Berry.

    Construit comme une incursion barrée dans un monde où le rock'n roll est roi, ce récit nous balade au gré de l'existence pas banale, boostée et solaire, de Yarol Poupaud.

empty