Généralités sur l'art

  • De l'épluchure aux déchets nucléaires, les "vies d'ordures" mettent au jour des typologies et des temporalités déconcertantes, où l'ordure ménagère ne pèse guère face à la quantité industrielle des rejets. Raconter ces vies d'ordures, c'est montrer comment les habitants de la Méditerranée cohabitent avec elles, comment ils les collectent, les trient, les transportent, les transforment, les exploitent et encore, trop souvent, les subissent.
    C'est rencontrer des hommes et des femmes du déchet, chiffonniers, éboueurs, récupérateurs, qui parcourent nos rues et nos rebuts, mais aussi des entrepreneurs, des ingénieurs, des inventeurs ou des militants. C'est dévoiler les enjeux sociaux et donc politiques du traitement des déchets qui, bien au-delà de nos comportements individuels, ont une vie économique souvent riche et parfois longue. C'est toucher du doigt les contradictions de chacun, à la fois producteur, consommateur, jeteur, et révéler ainsi l'impérieuse nécessité d'un changement de modèle.
    Regarder ce que nous faisons de nos restes, c'est donc regarder notre monde. Denis Chevallier et Yann-Philippe Tastevin.

  • Le musée Granet accueille la magnifique collection Henry & Rose Pearlman, réunie entre 1943 et 1974 par l'homme d'affaire new-yorkais, Henry Pearlman (1895-1974).
    Cette exposition présente une cinquantaine d'oeuvres de la période impressionniste et post-impressionniste dont une vingtaine d'aquarelles inestimables de Paul Cézanne. Parmi les peintures et sculptures, sont notamment montrées «Après le Bain» d'Edgar Degas, «Les Roulottes» de Vincent van Gogh et six remarquables tableaux de Paul Cézanne dont «la Montagne Sainte-Victoire» de 1902. Mais elle présente aussi des oeuvres majeures d'artistes du XXe siècle, Chaïm Soutine, Wilhem Lehmbruck, Jack Lipchitz, Oscar Kokoschhka ou Modigliani.
    L'ouvrage publié à cette occasion présente la vie de ce grand collectionneur ainsi qu'un texte dans lequel il raconte sa passion pour l'art et l'histoire de sa collection. Puis il présente une monographie richement illustrée de chaque artiste de la collection. De Daumier à Modigliani, c'est un parcours à travers l'histoire de l'art européen de la moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle qui est ici proposé, ainsi qu'un hommage à Cézanne, inventeur de la modernité.
    Une occasion unique de découvrir pour la première fois dans sa totalité cette collection prestigieuse conservée au Princeton University Art Museum .

  • Présentation des champs, des moissons, du travail céréalier et de la condition paysanne du Moyen Age au XXe siècle à travers une trentaine d'oeuvres de peintres comme V. Van Gogh, G. Courbet, P. Gauguin et R. Dufy. Chaque tableau est représenté en entier et remis dans son contexte. Pour chacun, un détail est extrait et analysé.

  • C'est pour renouer et rivaliser avec la grandeur antique que Louis XIV a pensé Versailles comme une nouvelle Rome, dédiée au culte du soleil et d'Apollon. Ce catalogue d'exposition met en évidence les multiples facettes reliant le Versailles du XVIIe siècle à l'Antiquité. Les puissants de l'époque se sont arraché les reliques d'une civilisation glorieuse et disparue, Louis XIV a cherché à acquérir les pièces antiques les plus prestigieuses et à les faire copier : statues et bustes des Grands Appartements et des jardins, petits bronzes du Cabinet du roi, camées et médailles...
    L'Antiquité est recomposée pour la gloire du souverain. Dans toutes les disciplines, les artistes se sont efforcé de se réapproprier le modèle antique, au point, parfois, de prétendre surpasser les originaux. L'inspiration antique est tellement omniprésente que divinités et héros, autour d'Apollon, recréent une mythologie versaillaise foisonnante, emblématique du règne du Roi-Soleil. L'influence antique, de Babylone à Rome, inspire la peinture, la sculpture, les arts décoratifs, l'architecture...
    L'ouvrage, riche de remarquables illustrations d'oeuvres prestigieuses, restitue tout le contexte culturel d'une époque pour éclairer le fonctionnement passionnant d'une cour et d'un règne.

  • Acteur important de la vie artistique française à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Roger Marx (1859- 1913) a été un critique d'art pertinent et audacieux. Collectionneur passionné et raffiné, il a également mené une carrière prestigieuse au sein de l'administration des Beaux-Arts. Né à Nancy et enterré dans sa ville natale, Roger Marx a gardé tout au long de sa vie des liens étroits avec la Lorraine. Aussi la Ville de Nancy lui rend-elle hommage à travers une exposition sur deux sites, au musée des Beaux-Arts et au musée de l'École de Nancy. L'événement est original à plusieurs points de vue : en étant consacrée à un critique d'art, l'exposition aborde les oeuvres et les artistes par un angle inédit; en rendant hommage à Roger Marx, dont la devise était "Rien sans art", elle montre la création la plus novatrice de l'époque, que ce soit pour la peinture, la sculpture, les arts décoratifs, la médaille ou l'estampe. Réalisées en partenariat avec le musée d'Orsay, les expositions de Nancy renouvèlent notre approche des collections nationales et d'une partie des chefs-d'oeuvre des années 1880-1914. Le catalogue, sous la direction de Catherine Méneux, doctorante à l'université de Paris-IV Sorbonne et spécialiste de Roger Marx, est un instrument de travail à la fois pour les historiens et les amateurs. Présentant les grandes lignes de l'action et de la vision de Roger Marx, le catalogue propose aux lecteurs de plonger dans l'univers d'un homme de l'art, qui a bataillé pour l'originalité et la reconnaissance des artistes indépendants et novateurs. De façon plus générale, il nous fait revivre une époque, particulièrement riche sur le plan de la création artistique.

  • Le musée de Rodin

    Collectif

    • Art lys
    • 25 Novembre 2015

    Le musée Rodin a été créé en 1916 à l'initiative du sculpteur grâce à la donation qu'il avait consentie à l'Etat de son vivant et qui concernait ses oeuvres, sa collection personnelle, ses archives et ses droits d'auteur. Installé dans l'hôtel Biron et dans le domaine de Meudon, le musée Rodin est le dernier chef-d'oeuvre de l'artiste. Ce livre raconte l'histoire de cette institution unique et de cette collection extraordinaire.
    Il permet de mieux comprendre ce qui fait la spécificité de ce musée dédié à un génie dont l'oeuvre ne finit pas de fasciner.

  • Françoise Bayle passe bien sûr en revue les grands mouvements de l'histoire de la peinture, de 1848 à 1914. Au fil des pages, on retrouve ainsi les grandes figures de l'époque dans des commentaires qui retracent les moments forts de la vie artistique.
    À cette lecture chronologique s'ajoute donc une nouvelle approche, thématique cette fois : des oeuvres rassemblées autour d'un même sujet (les glaneuses vues par Millet et par Breton ; deux nus de 1863 ; les impressionnistes et l'eau ; Edgar Degas et la danse : peintures et pastels ; les Nabis et l'intimité des femmes.). Entre opposition et rapprochement, la lecture est instructive, parfois surprenante, et met en valeur l'extraordinaire vitalité de la peinture de cette époque. Cette démarche permet de mieux comprendre les enjeux qui mobilisèrent les peintres et agitèrent les esprits autour de batailles mémorables.

  • "L'inquiétante étrangeté sera cette sorte de l'effrayant qui se rattache aux choses connues depuis longtemps, et de tout temps familières" - Sigmund Freud. C'est à l'aune du célébre essai de Sigmund Freud, intitulé L'Inquiétante Etrangeté, que le musée des Beaux-Arts de Nantes propose de confronter les chefs-d'oeuvre de ses collections. Signées par les plus grands artistes de l'histoire de l'art du XVIIe siècle au XXIe siècle - La Tour, Ingres, Kandinsky, Tanguy, Brassaï, Michaux, On Kawara ou Gilbert et George -, les oeuvres réunies interrogent le pouvoir de l'imaginaire, du visionnaire et de l'hallucinatoire. Articulée en plusieurs thèmes - l'enfer, le rêve, la mort... -, leur mise en résonance, à la fois artistique et littéraire - à travers des citations de Baudelaire, Apollinaire, Perec -, permet de découvrir des sens cachés et de percevoir d'inquiétantes étrangetés.

  • Le musée Cantini, dans son bel hôtel du XVIIe siècle, abrite une très riche collection d'art moderne de 1900 à 1960 et le [mac], musée d'Art contemporain, prolonge le panorama de 1960 à nos jours. À eux deux ils couvrent les plus grands mouvements de l'art du XXe et du XXIe siècle De l'Académie (1900) de Matisse et du Repas frugal (1904) de Picasso aux Mires de Dubuffet (1984), le musée Cantini déploie un panorama significatif de l'art moderne, avec de beaux ensembles constitués au fil des années autour de César, Artaud et Brauner notamment.
    S'y côtoient les plus grands noms : Derain, Dufy, Masson, Ernst, Arp, González, Tapiès, Léger, de Staël, Alechinsky, Soulages, Bacon, etc. Les artistes contemporains sont présentés au [mac], musée d'Art contemporain, avec des accrochages mettant en valeur la diversité des matériaux et techniques désormais utilisées : Ben, Tinguely, Basquiat, Orozco, Dieder Roth, Rodney Graham, Bernard Bazile, Franz West, Carsten Höller, Jimmi Durham, Ann Veronica Janssen, Philippe Ramette, etc.
    Les deux musées présentent les différentes tendances de l'art du XXe et XXIe siècle : cubisme, fauvisme, surréalisme, art informel, abstraction géométrique, opt art, Nouveau Réalisme, Pop Art, affi chistes, Supports/Surfaces, arte Povera, etc...Ce guide des collections propose des informations essentielles à la compréhension des chefs d'oeuvre des deux musées grâce à la reproduction des peintures, dessins, sculptures, photographies, installations, accompagnées de notices scientifiques des conservateurs.
    Construit en suivant un ordre alphabétique des artistes, il constitue un véritable dictionnaire illustré des artistes du XXe siècle.

  • Anne, mère de Marie et grand-mère de Jésus, est une illustre inconnue.
    Le Nouveau Testament n'a pas un mot pour elle. Or elle s'impose comme l'une des saintes les plus populaires. Son prénom est porté par des générations de femmes dans le monde et on ne compte plus les églises et lieux de pèlerinage placés sous son patronage. C'est cette figure de la culture judéo-chrétienne que Françoise Bayle et François Boespflug réévaluent ici selon une double approche théologique et artistique, à travers l'étude des textes, de son culte et de ses représentations.
    De Giotto à Titien, en passant par Cranach, Masaccio et bien sûr Léonard de Vinci, les plus grands artistes ont illustré les épisodes de sa vie : l'annonce de sa maternité tardive par un ange, la rencontre de Joachim à la porte Dorée, la Nativité de la Vierge...

  • « Un matin, l'un de nous manquant de noir se servit de bleu : l'impressionnisme était né. », Pierre-Auguste Renoir.

    On se souvient de la raillerie restée fameuse du journaliste Louis Leroy qui donna, en 1874, à l'impressionnisme son nom de baptême : « Que représente cette toile ? Voyez au livret. - Impression, soleil levant. - Impression, j'en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l'impression là-dedans. » C'est en grande partie sous la plume des écrivains, critiques d'art - Baudelaire, Duret, Huysmans, Mirbeau, Maupassant, Zola. - et artistes eux-mêmes que l'impressionnisme s'imposa, à l'encontre de toute notion d'école ou d'ambition esthétique commune, comme un chapitre majeur de l'histoire de l'art. Si défenseurs et détracteurs s'évertuèrent à voir dans les recherches menées par les artistes dits impressionnistes - Manet, Monet, Renoir, Bazille, Pissarro, Degas, Morisot. - une révolution artistique, ces derniers aspiraient à s'inscrire dans une tradition picturale.
    À travers cette sélection d'écrits, on pénètre un contexte artistique et intellectuel, mais également un univers de confrérie, un réseau de personnalités unies par des liens d'amitié (ou d'inimitié).
    L'ambition de ce petit livre est de revivifier notre perception d'un mouvement paradoxalement perçu comme plaisant et consensuel. Il s'agit de faire revivre le climat d'effervescence de cet épisode qui inspira les émotions les plus diverses, de l'encensement à la polémique, et d'apprécier les enjeux de cette entreprise, qui ouvrit de fait la voie aux grands courants artistiques du XXe siècle, du cubisme à l'abstraction, avec des héritiers comme Kandinsky, Pollock ou Rauschenberg.

  • Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Ce guide reprend l'itinéraire complet du musée de l'Homme organisé autour de ces questions spectaculairement mises en scène. Le parcours souligne notre appartenance à la même humanité, quelles que soient nos différences. Il raconte notre évolution depuis nos très lointains ancêtres à travers les fossiles et les outils qu'ils nous ont laissés. Il analyse enfin les impacts écologiques et les effets socio-culturels de la mondialisation pour nous faire prendre conscience des marges d'adaptation de notre espèce dans le monde de demain.
    Illustré de nombreuses photos du musée et des 150 principaux objets de la collection, ce livre est le complément indispensable de la visite.

empty