Généralités sur l'art

  • Le catalogue de la première exposition confrontant des oeuvres d'artistes et de chefs cuisiniers, conçue par Nicolas Bourriaud et Andrea Petrini. Explorant les rapports entre art et cuisine, le projet propose un état des lieux sur le devenir-art de la cuisine et le devenir-comestible de l'art.

    Au-delà des partis-pris esthétiques, de l'expression d'une vision personnelle et du travail de la matière, principes communs à ces deux sphères créatives, l'exposition espère montrer des relations inédites entre ces deux mondes, nées de révolutions culturelles récentes - la prise en compte du processus et des collaborations, la prédominance de l'expérimentation sur l'objet... Si ces sphères se voient toutes deux confrontées à la globalisation et à la standardisation de leurs pratiques, elles y répondent par un retour au local et au microcosme, par le retour aux singularités et au réseau.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Panacée - MoCo, Montpellier, du 9 février au 12 mai 2019.

    Avec les chefs : Iñaki Aizpitarte, Maksut Askar, Danny Bowien, Manoella Buffara, Riccardo Camanini, Jeremy Chan, May Chow, Amanda Cohen, Mauro Colagreco, Thomas Frebel, Rodolfo Guzman, Healthy Boy Band, Esben Holmboe Bang, Jordan Kahn, Chiho Kanzaki, Antonia Klugmann, Alberto Landgraf, Richie Lin, Nadine Levy Redzepi, Virgilio Martinez, René Redzepi, Niko Romito, Ana Roš, Colombe St-Pierre, Gilles Stassart, et les artistes : Davide Balula, Dorian Bauer, Nicolas Boulard, Tiphaine Calmettes, Elise Carron, Cozinha Radicante avec Roberto Cabot (Rebecca Lockwood / Ynaïe Dawson / Rosa Branca), Nicolas Daubanes, Beth Galton, Tania Gheerbrant& Mahalia Köhnke-Jehl, Sakir Gökçebag, Valentina Karga & Tessa Zettel, Esmeralda Kosmatopoulos, Charlie Malgat, Fanny Maugey, Mathieu Mercier, Pôle-Fromage (Inès Day / Jeanson Péchin), Sean Raspet, Natsuko Uchino, Mélanie Villemot, Zoe Williams.

  • Recueil de textes (illustré) de Nicolas Bourriaud sur l'oeuvre d'Erik Dietman, artiste suédois protéiforme, poétique et rabelaisien.

    Ce recueil de textes de Nicolas Bourriaud sur l'oeuvre d'Erik Dietman est publié à l'occasion de son exposition à La Panacée, « La Verticale (Millésimes 1962-2001) ». Couvrant toutes les périodes de son travail, elle s'articule autour de thèmes récurrents - le langage exploré dans sa richesse poétique, ses double-sens et ses apories ; la jouissance et la mort ; l'art comme dérive, refuge et commentaire sur la vie... Ces textes de circonstance, accompagnés d'un long entretien, témoignent d'une relation qui s'est nourrie, au fil du temps, de conversations et de regards bienveillants et actifs. Ils décrivent diverses facettes d'une oeuvre foisonnante. On y retrouvera les relations d'Erik Dietman, qui se définissait comme un « pilote d'essai », à la gastronomie, à la matière, à ses compagnons artistes, aux légendes nordiques et au jeu.
    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Panacée, Montpellier, du 13 octobre 2018 au 13 janvier 2019.

    Artiste pluridisciplinaire, Erik Dietman (1937-2002) s'est volontairement tenu en marge des mouvements artistiques de son époque avec lesquels il entretenait toutefois quelques affinités. Libre-penseur, c'est en artiste indépendant qu'il crée un corpus d'oeuvres personnelles, oscillant entre réalité et poésie. La critique qu'il dresse contre les avant-gardes se teinte d'un humour subtil. Les dessins, les assemblages, les sculptures, s'articulent comme des rébus donnant une existence matérielle au mot. Son vocabulaire plastique, allant de l'assemblage composite au bronze monumental, conjugue la narration à la figuration et s'oriente vers le champ de la contrepèterie visuelle. Son art s'est imposé naturellement comme l'une des contributions les plus originales de la sculpture du XXe siècle.

  • Catalogue de la première exposition monographique dans une institution publique d'Ambera Wellmann, présentant un ensemble d'une dizaine de tableaux récents, dont plusieurs réalisés pour l'occasion.

    Publié suite à l'exposition éponyme au MOCO Panacée, Montpellier, du 5 octobre 2019 au 5 janvier 2020.

  • Chronotopic traverses

    Haegue Yang

    Cette nouvelle monographie présente un ensemble de pièces sculpturales de Haegue Yang scénarisées dans des environnements immersifs, ainsi qu'une oeuvre textuelle de l'artiste mettant en scène les biographies de Marguerite Duras et du compositeur coréen Isang Yun. Avec une préface de Nicolas Bourriaud et un index des papiers peints et des pièces murales de Yang.

    La plus importante artiste coréenne de notre époque est sans doute Haegue Yang, pour qui chaque exposition est l'occasion de créer des environnements spécifiques, habités par des sculptures aux accents à la fois primitifs et minimalistes. Elle présente ici des oeuvres spécifiquement créées pour La Panacée - MoCo, aux côtés d'oeuvres récentes, dans un paysage où l'humain et le végétal, l'image et le vivant s'entremêlent.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à La Panacée - MoCo, Montpellier, du 13 octobre 2018 au 13 janvier 2019.

  • Prolongeant l'exposition de Pope.L à La Panacée, ce catalogue rassemble les textes des commissaires, Nicolas Bourriaud et Noam Segal, et un ensemble de prises de vue de l'exposition. Pope.L a ensuite travaillé en collaboration étroite avec la graphiste Johanna Himmelsbach sur cet objet éditorial.

    Publié suite à l'exposition éponyme à La Panacée, Montpellier, du 6 juin au 26 août 2018.

  • Catalogue consacré à une figure de l'art conceptuel européen, dont l'oeuvre procède d'une analyse critique du champ de l'art et des avant-gardes. L'ouvrage propose un panorama des travaux de l'artiste belge, des textes de Jean-Michel Botquin datés des années 1960-1980, ainsi que des contributions plus récentes de Nicolas Bourriaud, Denys Riout, Denis Gielen et Serge Bonati.

    En regroupant les textes écrits par Jean-Michel Botquin sur les oeuvres de Jacques Charlier des années 1960-1980, ce catalogue souhaite renouveler le regard sur la production de Jacques Charlier à cette époque, qui résume à lui seul un paysage artistique particulièrement fécond, dans lequel les avant-gardes ont diffusé un souffle de liberté activiste présent dans les rues, les galeries, et même les terrils belges. Des oeuvres plus récentes sont également présentées qui viennent appuyer le discours critique d'un artiste sans limite dans la variété de ses pratiques et la diversité de ses champs d'intervention, ce que souligne Denis Gielen dans son texte. Denys Riout et Nicolas Bourriaud ont quant à eux éclairé par leurs textes inédits l'ensemble d'une aventure artistique.

    Publié à l'occasion des expositions de Jacques Charlier « Une rétrospective » à la Panacée, Montpellier, du 14 octobre 2017 au 14 janvier 2018 ; « Peintures non identifiées » à la galerie Aperto, Montpellier, du 14 octobre au 4 novembre 2017, et « Peintures en tous genres » à la galerie Lara Vincy, Paris, du 17 novembre au 30 décembre 2017.

    Pionnier de l'art conceptuel européen, Jacques Charlier (né en 1939, à Liège, où il vit et travaille) propose une démarche sous-tendue par une analyse critique du monde l'art et des différents courants dits « avant-gardistes ». Privilégiant l'adéquation entre idée et médium, il choisit tour à tour la peinture, la photographie, la vidéo, la musique, l'écriture, la sculpture, l'installation, la BD ou la publicité. Il adopte avec aisance le langage des différents styles et époques pour mieux souligner et caricaturer les atouts, les contradictions et les régressions des courants artistiques dominants. Jacques Charlier participe à de nombreuses expositions internationales, individuelles ou collectives. Ses oeuvres se trouvent dans d'importantes collections privées et publiques en Belgique, en France et au Luxembourg.

empty