Linguistique généralités

  • Les 1001 expressions préférées des Français

    Georges Planelles

    • L'opportun
    • 6 Mars 2014

    Pour tout savoir sur les origines, les sens et le bon usage des expressions de notre belle langue.

    "Être soupe au lait, couper les cheveux en quatre, courir sur le haricot, l'affaire est dans le sac"

  • Cours de linguistique générale

    Ferdinand de Saussure

    • Payot
    • 18 Mai 2016

    « C'est le point de vue qui crée l'objet. » (Ferdinand de Saussure).

    Monument des sciences humaines, le Cours de linguistique générale a bouleversé dès sa parution en 1916 les sciences du langage, mais aussi l'anthropologie, la préhistoire, l'ethnologie, la sociologie, la psychologie ou la psychanalyse, et jusqu'à notre vision de l'être humain. Mettant l'accent sur la dimension relationnelle du langage, conçu fondamentalement comme un instrument de communication, Ferdinand de Saussure (1857-1913) y proposait une façon révolutionnaire de penser la langue, une théorie du signe, et annonçait l'avènement d'une discipline nouvelle : la sémiologie, cette « science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale » et dont la linguistique fait partie.

  • Les langues

    Claude Hagège

    • Cnrs
    • 28 Novembre 2019

    C'est en linguiste de terrain que Claude Hagège a abordé le champ des langues. Son intérêt pour leur réalité vécue, leur chair vive et le terreau d'origine de la parole humaine en font un adepte d'une approche empiricoinductive, aboutissant ainsi à des conclusions d'ordre général à partir d'une matière concrète.
    Les contributions apportées par Claude Hagège en linguistique se fondent sur l'étude de langues sémitiques, africaines, amérindiennes, austronésiennes puis sinotibétaines. Des formes sagittales et du logophorique à la théorie des trois points de vue et l'anthropologie casuelle, c'est toute la richesse et la complexité des langues qui sont ici creusées et révélées. À travers ces travaux, la linguistique s'incarne comme une science humaine à part entière.

  • La versification

    Michèle Aquien

    • Que sais-je ?
    • 2 Mars 2022

    «?Parce que la forme est contraignante, l'idée jaillit plus intense?», écrit Baudelaire. De plus en plus, c'est le poète qui se donne ses contraintes, mais, encore de nos jours, la référence au modèle établi par le classicisme reste fondamentale?: c'est elle qui donne sens aux innovations et permet de les analyser. Prosodie, métrique, rythme, rime, formes fixes...

    À l'aide de nombreux exemples, Michèle Aquien propose une vision complète de la versification, discipline rigoureuse qui s'est sans cesse modifiée au cours des âges.

  • DIRE LE MONDE

    Francis Wolff

    • Pluriel
    • 1 Juillet 2020

    Le maître-livre de Francis Wolff : un essai éclairant et passionant qui explique que c'est le langage qui est au fondement de ce que nous appelons un monde.
    « Que faut-il pour faire un monde ? Des noms, des verbes et des pronoms personnels. Ou plus précisément : des noms liés par des verbes pour pouvoir décrire le monde, des pronoms personnels (je, tu) liés à des verbes pour pouvoir y agir. C'est à la défense de ces thèses que ce livre est principalement consacré. » La philosophie savante s'est détournée des grands problèmes métaphysiques : qu'est-ce qui existe réellement ? pourquoi tout ce qui arrive, arrive ? peut-on tout savoir ? peut-on agir librement ? Ces questions doivent pourtant être sans cesse reprises. Elles sont ici reconstruites sur la base d'un des fils conducteurs de la pensée contemporaine : c'est le langage qui fait du réel un monde. Publié pour la première fois en 1997, Dire le monde est devenu un classique, souvent repris et discuté. Cette édition est ainsi augmentée des commentaires de six philosophes de différents pays et spécialités, Étienne Bimbenet, Jim Gabaret, Luiz Henrique Lopes dos Santos, Élise Marrou, Carlos Ulises Moulines et Bernard Sève, ainsi que des réponses de Francis Wolff.

  • Roman Jakobson est un des maîtres de la linguistique structurale. Né en Russie, membre, dès 1915, de l'école des Formalistes russes, il enseigna entre les deux guerres en Tchécoslovaquie et fut, avec Troubetzkoy, un des chefs de file du fameux Cercle linguistique de Prague. Il enseignait depuis la guerre aux États-Unis, où il est mort en 1982.
    Dans un grand nombre de publications, en diverses langues, Jakobson a donné une impulsion décisive à l'étude des différents domaines de la linguistique - théorie générale, phonologie, morphologie, sémantique, poétique, métrique. Il a contribué à fonder la phonologie historique, l'étude des aires, la typologie des langues ; il a développé la notion de structure d'une manière qui rend possible la formalisation progressive de la linguistique, raffiné la théorie des fonctions du langage et élaboré la thèse saussurienne du lien indissoluble du signifiant et du signifié. Plus que tout autre linguiste, il a marqué de son influence les autres sciences de l'homme - ethnologie, mythologie, psychanalyse, études littéraires, théorie de la communication - et contribué à faire de l'anthropologie cette sémiologie générale qu'entrevoyait Saussure.

    ----- Table des matières ----- Préface du traducteur Première partie. Problèmes généraux : Chapitre 1. Le langage commun des linguistes et des anthropologues. Résultats d'une conférence interdisciplinaire - Chapitre 2. Deux aspects du langage et deux types d'aphasie - Chapitre 3. Les études typologiques et leur contribution à la linguistique historique comparée - Chapitre 4. Aspects linguistiques de la traduction - Chapitre 5. Linguistique et théorie de la communication Deuxième partie. Phonologie : Chapitre 6. Phonologie et phonétique - Chapitre 7. Tension et laxité Troisième partie. Grammaire : Chapitre 8. L'aspect phonologique et l'aspect grammatical du langage, dans leurs interrelations - Chapitre 9. Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe - Chapitre 10. La notion de signification grammaticale selon boas Quatrième partie. Poétique :Chapitre 11. Linguistique et poétique Appendices : Liste des abréviations - Bibliographie abrégée de Roman Jakobson

  • L'histoire de la langue française est riche et passionnante. Raconter l'histoire du français, c'est remonter à des origines très lointaines, presque oubliées, c'est partir à la découverte de l'histoire de ses mots. Personnage principal de cette grande saga, la langue française livre tous ses secrets, ses légendes, ses emprunts et ses échanges dans un récit vivant et bien rythmé qui saura plaire aux plus jeunes comme à leurs parents. En partant des Gaulois jusqu'aux influences italiennes, en passant par la langue latine, les Grecs, les Francs, les mots venus d'Orient et les mots venus du froid, cette histoire mélange anecdotes, faits historiques et humour. Douze chapitres présentent tour à tour les mots issus de diverses origines et expliquent comment ils se sont transformés en mots français, révélant ainsi toute la richesse de cette langue.

  • «Sitôt qu'un homme fut reconnu par un autre pour un Être sentant, pensant et semblable à lui, le désir ou le besoin de lui communiquer ses sentiments et ses pensées lui en fit chercher les moyens. Ces moyens ne peuvent se tirer que des sens, les seuls instruments par lesquels un homme puisse agir sur un autre. Voilà donc l'institution des signes sensibles pour exprimer la pensée. Les inventeurs du langage ne firent pas ce raisonnement, mais l'instinct leur en suggéra la conséquence.» Jean-Jacques Rousseau.

  • Du 10 au 13 octobre 1975, les participants à ce débat se réunirent à l'abbaye de Royaumont, autour de Jean Piaget et de Noam Chomsky. Ce livre est issu de la seule rencontre personnelle qui ait jamais eu lieu entre le fondateur de l'épistémologie génétique et celui de la linguistique générative, c'est-à-dire de deux systèmes conceptuels, voire deux « philosophies », qui ne cessent d'inspirer depuis leur première formulation d'innombrables travaux scientifiques un peu partout dans le monde.
    Des chercheurs de tous pays attachés ont pris une part active à ce débat, élargissant son horizon et permettant d'en dégager une synthèse qui n'a pas, à ce jour, d'équivalent.

  • J'y mets ma langue à couper

    Mathias Enard

    • Bayard
    • 23 Septembre 2020

    Depuis le mythe de la tour de Babel, la diversité linguistique suscite d'innombrables questions : combien de langues y a-t-il sur terre ? Quelles sont leurs limites ? Pourquoi ce nombre diminue-t-il ? Est-ce que je peux inventer ma propre langue ? Les animaux parlent-ils une ou plusieurs langues ? Mathiars Enard explore toutes ces interrogations et finalement, en réponse à celle que nombre de personnes se posent : faut-il préserver la diversité des langues ? Ou, au contraire, ne serait-il pas magnifique de tous parler la même langue ? Il rappelle que le récit de l'aventure humaine est lié à la différence des langues.

  • écrits sur le signe

    Charles S. Peirce

    • Points
    • 6 Avril 2017

    Au travers des textes de Charles S. Peirce se fait jour une démarche tout à fait originale, au carrefour de la logique, de la phénoménologie et de la sémiotique. Il s'agit bien du signe, mais sa théorie s'organise selon des catégories très différentes de celles auxquelles nous sommes habitués, et ces catégories ne sont établies qu'après une minutieuse enquête sur les phénomènes. Il en résulte une classification et une description où Peirce met l'accent sur la façon dont le signe agit et s'ouvre sur une chaîne d'interprétants qui peut être infinie. Peirce a ainsi donné à la sémiotique son orientation propre, très distincte du programme saussurien.

    Textes rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle. Postface inédite de Mathias Girel

  • La structure des langues

    Claude Hagège

    • Que sais-je ?
    • 10 Janvier 2013

    Existe-t-il des traits universels dans la structure des langues, c'est-à-dire dans l'ensemble, plus ou moins cohérent, des principes qui en assurent le fonctionnement, sur le plan des sons, de la grammaire et du lexique ? C'est à cette question, qui fascine les philosophes et les linguistes depuis la nuit des temps, que cet ouvrage se propose de répondre.
    Pour ce faire, l'auteur s'appuie sur une analyse complète du matériau sonore, de l'organisation des énoncés mais aussi des rapports entre la langue, le sujet humain et la société à laquelle il appartient.

  • Qui connaît l'origine du mot bureau ? La bure, étoffe grossière protégeant un meuble, a vécu bien des aventures avant de devenir un espace de travail.

    La langue française, réputée si formelle, recèle d'innombrables histoires méconnues, parfois rocambolesques, souvent inattendues, toujours riches d'enseignement.

    Du français des Canadiens à celui des Belges, sans oublier le passage à la postérité du comte de Sandwich, Henriette Walter, professeur émérite de linguistique, décortique amoureusement les subtilités de notre langue bien-aimée.

  • Semeiotike. recherches pour une semanalyse

    Julia Kristeva

    • Points
    • 6 Avril 2017

    Ce titre dans son inscription grecque se veut un rappel muet des débuts occidentaux du savoir sur le signe et le sens. La sémiotique, ici, se propose comme le lieu depuis lequel s'articulera une théorie générale des modes de signifier. Visant en même temps à interroger ou à refondre les systèmes linguistiques et logiques par les analyses du sujet et de l'histoire appelées par Freud et Marx, elle se désigne comme une sémanalyse.

    L'élaboration de la sémanalyse déplaçant les limites du signe, du sens, de la structure, devait nécessairement trouver pour point de départ un « objet exclu de l'ordre du savoir puisque soulignant ses bords : «la littérature» ».

  • L'écriture journalistique (5e édition)

    Jacques Mouriquand

    • Que sais-je ?
    • 20 Janvier 2015

    Alors que le public dispose de moins en moins de temps pour assimiler une information et que le journalisme s'exerce sur des supports sans cesse plus variés, quelles sont les règles de base pour se faire comprendre ? L'écriture journalistique, bien qu'elle soit souvent l'objet de critiques, est une grammaire très exigeante. Elle est la charpente des échanges entre professionnels.
    Cet ouvrage donne l'ensemble des repères qui permettent d'écrire correctement pour la presse, la télévision, la radio ou encore les nouveaux médias. Il analyse aussi les courants qui traversent l'expression journalistique.

  • Les langues n'échappent pas à la mondialisation. Certaines sont de plus en plus parlées, d'autres de moins en moins. Selon les lieux, les nécessités, les besoins et les politiques, les individus recherchent celles qui leur sont le plus utile ou le plus profitable : ainsi, le « marché aux langues » n'est pas le même à Dakar, à Hong-Kong, à Barcelone ou à São Paulo. Mais alors, quelles chances peut avoir une langue de subsister sur ce marché, quels risques a-t-elle d'en disparaître ? Cet ouvrage original, nourri d'exemples concrets, jette les bases d'une « politologie linguistique » qui permet de lire la mondialisation à travers son versant linguistique, d'élaborer des hypothèses sur l'évolution de cette situation et d'en explorer les modes possibles de gestion, afin, éventuellement, d'influer sur le sort des langues.

  • Parler, c'est tricoter

    Claude Hagège

    • Editions de l'aube
    • 24 Mai 2018

    L'intervention de Claude Hagège tente de transmettre, sur un mode peu académique teinté d'humour, son approche passionnée des langues, allant de pair avec un examen scientifique de leur origine, leur évolution, leur statut et leur avenir. Habité depuis l'enfance par l'amour des langues, il expose son cheminement de linguiste fasciné par l'immense diversité des idiomes et avide d'en explorer les secrets.

  • Le parler pied-noir ; mots et expressions de là-bas

    Léon Mazzella

    • Payot
    • 18 Janvier 2017

    « La vérité, c'est vrai, j'mens pas, ou sinon que je meure ici et main'nant ! Akarbi la vérité, mon frère! » De « crier doucement » à « zbouba » en passant par « claouis », ce petit livre reprend et explique les expressions du parler pied-noir, à la fois simple, gouailleur, et d'une furieuse tendance à l'exagération. S'y dévoilent les origines multiples (française, arabe, espagnole, italienne, maltaise) qui l'ont façonné. Cette nouvelle édition a été complètement revue et augmentée.

  • Le sexe des mots : un chemin vers l'égalité

    Claudie Baudino

    • Belin
    • 15 Février 2018

    Dès le plus jeune âge, on nous répète que « le masculin l'emporte sur le féminin ». Pas étonnant qu'on puisse douter ensuite que « directeur » ou « préfet », « artisan » ou « écrivain » puissent s'accorder au féminin. Et que continuent à circuler l'idée que les femmes sont des pipelettes et les hommes des tribuns.

    La langue n'est pas neutre. Elle nous impose l'inégalité à travers les accords et l'usage sexué des mots. Mais la langue ne cesse d'évoluer et les débats sur le sexisme des mots aussi, entre l'emploi désuet de Mademoiselle, le début de mixité de certains titres ou fonctions ou encore la suppression des expressions obsolètes comme « bon père de famille ».

    Quelles sont les résistances à la lutte contre le sexisme de la langue ? Comment les dépasser ? Ce livre traite des multiples facettes de ce miroir de la domination masculine qu'est la langue. Il apporte une démonstration rigoureuse de l'importance du langage et du choix des mots pour promouvoir l'égalité entre sexes et dessine des pistes pour accorder l'usage des mots au combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

  • Histoire de la langue française (12e édition)

    Jacques Chaurand

    • Que sais-je ?
    • 9 Septembre 2011

    La langue a une histoire propre, toujours en relation avec l´histoire politique et sociale mais sans se confondre avec elle. Son étude permet d´atteindre les hommes qui la parlent et qui la font évoluer. Chaque époque a laissé sa marque, fait valoir ses préoccupations et ses préférences, apporté sa part d´innovations et d´oublis.

    Depuis les Serments de Strasbourg en 842, premier document en français, jusqu´à la situation actuelle, plus d´un millénaire de langue française est retracé : modeste à son départ, elle a peu à peu détrôné le latin pour devenir l´une des grandes langues de culture européennes.
     

  • L'écriture chinoise (6e édition)

    Viviane Alleton

    • Que sais-je ?
    • 10 Octobre 2002

    Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • L'ancien français

    Gaston Zink

    • Que sais-je ?
    • 11 Mai 2007

    Que savons-nous du français tel qu'il était pratiqué au moyen âge ? à la fois peu - car nous n'avons pas d'autres traces qu'écrites de cette langue - et beaucoup, à travers la littérature médiévale.
    En étudiant la phonétique, la morphologie mais aussi la syntaxe et le lexique de l'ancien français, cet ouvrage nous invite à explorer la genèse de notre langue. il nous montre comment les dialectes ont sensiblement imprimé leur marque sur la langue écrite, laissant deviner l'hétérogénéité du français réellement parlé dans les diverses provinces du domaine d'oïl.

  • La linguistique (8e édition)

    Jean Perrot

    • Que sais-je ?
    • 3 Septembre 2010

    La linguistique est d'abord l'étude scientifique des langues d'un point de vue descriptif ou historique. Elle suppose une connaissance des bases de la production du langage (phonétique, psycho-linguistique), des conditions sociologiques de son fonctionnement (sociolinguistique) et comporte un aspect cognitif, l'étude de la façon dont les moyens d'expression d'une langue organisent la « saisie » du monde (la sémantique). Cet ouvrage en donne un aperçu complet et didactique.

  • L'argot

    Louis-Jean Calvet

    • Que sais-je ?
    • 7 Mars 2007

    d'abord langue secrète, langue professionnelle des truands, celle qui cache son sens aux oreilles non initiées, l'argot est peu à peu devenu un registre linguistique qu'il est bien difficile de distinguer du français populaire.
    le vocabulaire argotique a souvent été assimilé par la langue commune, mais en conservant des connotations particulières : son locuteur peut ainsi en faire l'emblème d'une marginalité revendiquée ou l'utiliser pour un clin d'oeil stylistique.
    en retraçant l'histoire de l'argot et en analysant les procédés de création de cette langue orale, ce livre nous donne à comprendre combien le langage sert de signe distinctif et de marqueur identitaire.

empty