Sciences politiques & Politique

  • Impossible de parler de géopolitique sans évoquer l'idée de puissance. Rapports de force, zones d'influence, conflits - politiques, économiques, militaires - sont la matière des relations internationales. La puissance, qu'elle menace ou qu'elle protège, détermine les conditions d'existence des États et des populations.
    Le livre s'interroge d'abord sur les critères de la puissance?: ses instruments, ses manifestations et jusqu'aux illusions qu'elle engendre. Il dresse ensuite un état des lieux de la planète, panorama impeccablement documenté et actuel des principales entités étatiques et des enjeux régionaux saillants. Il décrit enfin de nouveaux acteurs non étatiques qui imposent, sur la scène mondiale, des effets de puissance parfois inédits.
    S'appuyant au besoin sur des rappels historiques qui sont moins des leçons que des exemples édifiants, Frédéric Encel réussit à proposer un tableau cohérent de l'état du monde et à dégager les grandes tendances de son évolution.

    Une mine d'informations, une somme d'analyses et de décryptages des grandes orientations stratégiques qui se dessinent sous nos yeux.

  • Six thèses pour la démocratie continue

    Dominique Rousseau

    • Odile jacob
    • 16 Février 2022

    « Faire du citoyen «quelque chose» dans l'ordre politique, faire du citoyen le coeur vivant de la démocratie en affirmant, contre le principe représentatif, qu'il a une compétence pour décider personnellement des lois et des règles du vivre-ensemble et en proposant, contre le présidentialisme de la Ve République, les institutions et les mécanismes par lesquels cette compétence citoyenne s'exercera.
    Ce manifeste a pour objet de soumettre à la discussion les principales «thèses» qui informent la démocratie continue : les droits de l'homme, principe de reconnaissance de la démocratie ; l'autonomie constitutionnelle du corps des citoyens par rapport au corps des représentants ; la compétence des citoyens à fabriquer les lois et politiques publiques ; la justice comme pouvoir de la démocratie. » D. R.

    Dominique Rousseau nous invite ici au grand débat sur la révision de la Constitution.

    Un livre magistral.

  • Quoi de commun entre les panda kissers (les zélateurs de la politique chinoise), la « Poutine mania », les « réseaux » turcs ou qataris, la K-pop (musique pop coréenne), les fondations allemandes, les Instituts Confucius ou les programmes d'invitation « Young leaders » aux États-Unis ? Dans tous les cas, il s'agit d'afficher, de séduire, de convaincre, de trouver des relais, dans une stratégie d'État plus globale qui vise à conquérir les esprits.
    Car - c'est la thèse de ce livre - l'influence, et non plus la puissance, est la nouvelle clé pour déchiffrer le jeu des relations internationales. L'influence mobilise des ressources croissantes de la part des États. Elle leur permet de modifier le rapport de force mondial, de contrôler des pays tiers ou d'y prospérer sans entrave.
    On peut dénoncer ces stratégies d'influence comme autant de manipulations inacceptables, pointer du doigt leurs commanditaires, en particulier quand ils pratiquent la nuisance et l'intimidation. Mais elles sont devenues la norme géopolitique.
    La France et plus largement l'Europe sont-elles bien armées pour mener ces guerres d'un autre type ?

  • Géographie du politique

    Jacques Lévy

    • Odile jacob
    • 5 Janvier 2022

    Domaine en pleine expansion, la géographie du politique appréhende le politique à travers les lieux, les territoires, les réseaux.
    La mondialisation, la construction européenne, la conscience écologique, les conflits géopolitiques ou les débats publics mettant en scène les « territoires » contre les « métropoles » consacrent la centralité de l'espace dans l'analyse des questions politiques.
    Entre le manuel et l'essai, ce livre éclaire les nouvelles géographies du politique. Il montre qu'elles sont une ressource décisive pour penser les mutations des sociétés contemporaines, des nouvelles cartes électorales à la gouvernance mondiale en passant par la justice spatiale et les aspirations démocratiques. Car, en devenant des acteurs, les individus se sont mués en citoyens aguerris et déterminés, et ils ne se privent pas de le faire savoir. C'est aussi cela que la géographie du politique permet de saisir.

    Un glossaire des notions clés et une vingtaine de cartes complètent cette synthèse, qui s'adresse aussi bien aux étudiants en géographie qu'à un public curieux.

  • Le retour de la guerre

    François Heisbourg

    • Odile jacob
    • 6 Octobre 2021

    Une guerre comme celles qu'a connues le XXe siècle est-elle de nouveau possible??
    «??Paix impossible, guerre improbable??», écrivait Raymond Aron en 1947 à propos de la guerre froide.
    Mais qu'en est-il aujourd'hui alors que les théâtres de conflits se multiplient au Moyen-Orient et surtout en région indo-pacifique?? Qu'en est-il alors que les grandes puissances n'hésitent plus à prendre le risque de la guerre, qu'il s'agisse de l'aventurisme militaire de la Russie ou de l'affirmation de la puissance chinoise en mer de Chine du Sud??
    Dans cet essai, bref et percutant, François Heisbourg montre que l'ombre de la guerre est désormais bien présente, des forever wars à la lutte idéologique que se livrent les États-Unis et la Chine en passant par la cyberconflictualité. Quant aux armes de la guerre, elles concourent à l'instabilité ambiante en fragilisant la dissuasion nucléaire.
    Déclassé, humilié, déboussolé par la pandémie, notre continent, et avec lui notre pays, aura fort à faire pour défendre ses intérêts et ses valeurs.

  • Quels sont les États qui protègent le mieux leurs citoyens dans le contexte international actuel?? Face à des menaces devenues globales, telles les pandémies, les crises environnementales, économiques, migratoires ou alimentaires, quelles puissances ont su rompre avec un passé révolu et développer des stratégies adaptées??
    Les États-nations se sont construits, il y a quelques siècles, sur la gestion des peurs ancestrales (peur de mourir et de souffrir, peur de perdre sa liberté) et des risques nationaux. Ils se sont arrogé le monopole de la sécurité pour en faire un enjeu territorial et militaire, étroitement lié à la souveraineté nationale.
    Mais lorsque les risques changent de nature et de périmètre, qu'en est-il de l'ancien ordre international?? Le succès amorcé des puissances les plus agiles, qui - à l'instar de la Corée du Sud, de l'Allemagne et de quelques pays nordiques - savent tirer profit de la mondialisation tout en se protégeant de ses méfaits, ne nous invite-t-il pas à repenser la sacro-sainte sécurité internationale pour l'élargir à ses dimensions humaines?? Et, dès lors, n'est-ce pas tout l'ordre mondial qui est à revoir et à refonder??
    Loin des discours souverainistes et des postures démagogiques, Bertrand Badie nous propose une réflexion profonde et sociale sur le thème si fondamental de la sécurité.

  • Comment gouverner un peuple roi ? traité nouveau d'art politique

    Pierre-Henri Tavoillot

    • Odile jacob
    • 7 Avril 2021

    « Sommes-nous entrés dans l'ère du déclin démocratique, voire dans un âge postdémocratique ? Admettons au moins l'existence d'une triple déception : la démocratie libérale souffre d'une terrible crise de la représentation, d'une grave impuissance publique et d'un profond déficit de sens. Autrement dit, elle aurait perdu, en cours de route, à la fois le peuple qui la fonde, le gouvernement qui la maintient et l'horizon qui la guide. » P.-H. T.

    Pour Pierre-Henri Tavoillot, ce que nous avions pris pour un progrès acquis - la démocratie - se révèle en réalité un vertigineux chantier. Ce livre, qui renoue avec la tradition oubliée des traités d'art politique, nous invite à réfléchir à ce qui fait le secret de l'obéissance volontaire. Car, en démocratie, l'art de gouverner est surtout un art d'être gouverné. Comment l'envisager aujourd'hui ? Entre le cauchemar de l'impuissance publique et le spectre de l'autoritarisme, comment réconcilier la liberté du peuple et l'efficacité du pouvoir ?

  • Démocratie : rendons le vote aux citoyens

    Gilles Mentre

    • Odile jacob
    • 20 Octobre 2021

    Un sentiment nous guette?: celui de l'inutilité du vote dans un système qui se prétend démocratique. Nous n'acceptons plus d'être convoqués, une fois tous les cinq ans, pour choisir entre des programmes que personne n'a lus en entier. La confiance dans la démocratie en est atteinte?: un jeune sur deux déclare lui préférer un autre système?! Il est urgent de renouveler nos modalités d'expression politique si nous voulons conserver l'adhésion collective à la démocratie.
    Avec la technologie, d'autres formes de suffrage sont possibles.
    À l'ère du découragement politique, et quand certains veulent remettre en cause la légitimité du vote populaire, ce livre propose de renouveler la démocratie en s'appuyant sur la révolution du vote électronique.
    Que se passerait-il si nous pouvions voter directement sur les questions essentielles?? Comment pourrions-nous mieux élire nos représentants?? Pourquoi n'utilisons-nous pas l'intelligence artificielle pour exprimer des positions plutôt que de voter sur des réponses toutes faites?? Autant de questions auxquelles ce livre répond en dessinant une démocratie plus inclusive, plus flexible, plus active.

  • « Comment la France et l'Europe, menacées par le déclin économique et démographique sur toile de fond de crise politique et morale, peuvent-elles se défendre face à ces nouveaux prédateurs que sont la Chine - désormais superpuissance consciente de son rang historique -, la Russie - insatisfaite de l'ordre postsoviétique sur notre continent -, voire les États-Unis ?

    Pour tenter de répondre à cette question, il faut d'abord reconnaître les terrains de chasse de la prédation moderne. C'est à partir de là que nous pourrons apprécier les logiques de comportement des fauves avant d'analyser les options stratégiques qui s'offrent à nous, Européens, si nous ne voulons pas être leur proie. » F. H.

    François Heisbourg analyse les différentes formes de prédation - commerciale, industrielle, financière, bien sûr, mais aussi idéologique et politique -, souligne les retournements de l'Histoire - comment les pays européens sont passés de prédateurs à proies - et appelle nos pays à rassembler leurs forces pour résister à la prédation.

    Un livre écrit de main de maître, un appel urgent à penser la stratégie.

  • Qui sommes-nous ? - identite nationale et choc des cultures

    Samuel P. Huntington

    • Odile jacob
    • 29 Août 2018

    Dans son oeuvre fondatrice, Le Choc des civilisations, « l'un des livres les plus importants depuis la fin de la guerre froide », selon Henry Kissinger, Samuel P. Huntington soutenait qu'avec la fin de la guerre froide les « civilisations » allaient remplacer les idéologies comme facteurs de conflits internationaux. Cette vision prophétique semble s'être en partie avérée.
    Voici qu'il fait porter son analyse sur l'impact que les autres civilisations ont sur les valeurs américaines et occidentales. Le 11 Septembre a ravivé un certain patriotisme. Mais autour de quelle identité ? Quelles sont nos valeurs fondamentales ? Et quels sont les défis auxquels nous sommes confrontés au plus profond de nous-mêmes ?

    Une nouvelle fois, Samuel P. Huntington pose les termes d'un débat essentiel pour notre temps.

  • Le choc des civilisations

    Huntington-Sp

    • Odile jacob
    • 22 Avril 2000

    Menacé par la puissance grandissante de l'islam et de la Chine, l'Occident parviendra-t-il à conjurer son déclin ? Saurons-nous apprendre rapidement à coexister ou bien nos différences nous pousseront-elles vers un nouveau type de conflit ? Pour Samuel Huntington, les peuples se regroupent désormais en fonction de leurs affinités culturelles. Les frontières politiques comptent moins que les barrières religieuses, ethniques, intellectuelles. Au conflit entre les blocs idéologiques de naguère succède le choc des civilisations. Le livre qu'il faut lire pour comprendre le monde contemporain et les vraies menaces qui s'annoncent.

  • Comment fonctionnent les systèmes nationaux de renseignement ? De quels moyens disposent-ils ? Face aux défis nouveaux que sont le terrorisme international, l'espionnage économique, les cyberattaques, voire les cyberguerres, comment sont élaborées et conduites les politiques de renseignement ? Avec quels succès et quels échecs ?

    La mise en oeuvre des techniques du renseignement est-elle compatible avec l'exigence démocratique ?

    Comment définir ce que pourraient être des relations vertueuses entre l'exécutif et les professionnels du renseignement ?

    Telles sont quelques-unes des questions essentielles auxquelles ce livre, le premier du genre en langue française, écrit par deux professionnels reconnus, s'efforce de répondre.

    Pour la première fois, la pratique réelle du renseignement sort de l'ombre où elle était confinée.

    Très complet, fourmillant d'exemples et reposant sur de larges comparaisons internationales, cette nouvelle édition, à jour et enrichie, d'un ouvrage devenu de référence passionnera tous ceux qui s'intéressent au renseignement d'État mais aussi à l'intelligence économique.

  • Le choc démographique

    Bruno Tertrais

    • Odile jacob
    • 19 Février 2020

    Sommes-nous prêts au choc démographique qui s'annonce. ?

    Vieillissement rapide de la population mondiale, urbanisation effrénée, immigration toujours plus importante... Ce n'est pas seulement le profil de notre quotidien qui change, mais aussi les équilibres stratégiques.

    La Chine peut-elle devenir la première puissance mondiale alors qu'elle s'apprête à «. vieillir avant même d'être devenue riche. ». ? Les États-Unis passeront-ils au second rang alors qu'ils vont conserver leur dynamisme démographique. ? Le déclin de l'Europe est-il inéluctable. ? Y aura-t-il vraiment une «. ruée. » des jeunes Africains vers le Vieux Continent. ?

    C'est à ces questions que répond Bruno Tertrais, à rebours des fantasmes et sans démagogie. Tandis que la crainte de l'islam devient universelle et alimente la thèse d'un «. choc démographique des civilisations. », que l'Afrique et le Proche-Orient semblent soumis à une instabilité durable, il explique comment ces évolutions pourraient, paradoxalement, augurer d'un monde plus pacifique.

    La démographie est une affaire politique. : ce livre nous en donne les clés.

  • L'humiliation est devenue l'ordinaire des relations internationales. Rabaisser un Etat, le mettre sous tutelle, le tenir à l'écart des lieux de décision, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se sont banalisées au fil du temps. De quoi ces diplomaties de l'humiliation sont-elles révélatrices ? Les réactions des humiliés - de la conférence de Bandung en 1955 aux Printemps arabes - n'invitent-elles pas à une autre gouvernance ? Convoquant l'histoire et la sociologie politique, Bertrand Badie remonte aux sources de l'humiliation : les conquêtes occidentales du XIXe siècle, la montée des revanchismes dans l'entre-deux-guerres, une décolonisation mal maîtrisée.
    Il montre que sa banalisation consacre l'émergence dramatique des opinions publiques et des sociétés sur la scène internationale, mais qu'elle trahit aussi l'inadaptation des vieilles puissances et de leurs diplomaties à un monde de plus en plus globalisé. Dès lors, il devient urgent de reconstruire un ordre international dans lequel les humiliés et leurs sociétés trouveront toute leur place. La montée des populismes et l'élection de Trump en 2016, le durcissement des gouvernements autoritaires d'Erdogan et de Poutine ou les provocations de la Corée du Nord confirment le rôle structurel de l'humiliation dans les relations internationales, avec cette inversion inquiétante : l'humilié d'hier devient aussi l'humiliateur d'aujourd'hui.

  • Promise à la première place mondiale, la Chine entend jouer un rôle décisif sur la scène internationale. Quelle est sa vision et comment aborde-t-elle le monde et la mondialisation ? Avec quelles conséquences pour l'Occident et l'Europe ?

    Écrit par deux fins connaisseurs de la Chine et de l'Asie du Sud-Est, ce livre montre comment le président Xi Jinping et le Parti communiste chinois ont recyclé l'antique formule du « Tianxia » - qui désigne traditionnellement « tout ce qui est sous le ciel » - pour placer la Chine au centre des flux mondiaux. Il explique aussi comment elle mobilise toutes ses ressources (influence économique, attrait de sa culture, propagande et intimidation) pour transformer les règles du jeu dans des domaines aussi divers que le droit, les normes industrielles, l'environnement, l'alimentation ou la recherche universitaire. Ce faisant, Pékin modifie à son avantage un système international largement dessiné par l'Occident.

    Dès lors se pose une question : l'ambition chinoise n'est-elle pas un risque, d'abord pour les Chinois eux-mêmes, mais aussi pour le reste du monde et les biens communs de l'humanité ?

  • Contre la pensée unique

    Claude Hagège

    • Odile jacob
    • 12 Septembre 2013

    Ce livre est un plaidoyer contre la pensée unique. Ce livre est un appel à la résistance. Quand l'essentiel n'est plus distingué de l'accessoire, quand les projets intellectuels de haute volée se heurtent à la puissante inertie de la médiocrité ambiante et des petits desseins, quand l'uniformisation s'installe dans les goûts, les idées, dans la vie quotidienne, dans la conception même de l'existence, alors la pensée unique domine.
    La langue anglaise domine le monde et sert aujourd'hui de support à cette pensée unique. Mais le français est bien vivant. Et nombreux sont ceux, de parle monde, qui en mesurent l'apport au combat de l'homme pour la liberté de l'esprit. C'est l'objet de ce livre que de proposer de nouvelles pistes pour déployer encore plus largement de nouvelles formes d'inventivité et de créativité.

  • L'unité d'un homme

    Jacques Delors

    • Odile jacob
    • 2 Mai 2018

    « J'espère qu'à travers un parcours jalonné tantôt par une action modeste et militante, tantôt par une participation importante aux événements, le lecteur bénéficiera d'un supplément de clarté sur notre histoire commune. Il verra, tout au moins je l'espère, que certaines des innovations que j'ai proposées sont toujours d'une brûlante actualité et, pour certaines, porteuses d'avenir. » J. D.
     

  • Biologie du pouvoir

    Jean-Didier Vincent

    • Odile jacob
    • 24 Janvier 2018

    D'où procède le pouvoir, cette mystérieuse faculté qui engendre la peur ou suscite l'adhésion ? Est-il inné, inscrit dans les gènes ? La dominance s'enracine-t-elle dans des mécanismes neurophysiologiques imprimés au plus profond du cerveau social ?

    D'où provient cette disposition à la dominance, celle qui, universellement répandue dans toutes les sociétés humaines, et aussi chez les singes, permet de contraindre autrui à faire, ou conduit à le dissuader de faire ? Quelles sont les origines de la violence, celles de la cruauté qui anime les monstres politiques ? Mais, aussi, quelles sont celles de l'empathie et celles de la compassion ?

    Convoquant la neurobiologie, l'anthropologie et l'histoire, les conjuguant, encore une fois, avec son talent d'écrivain, Jean-Didier Vincent nous offre dans ce livre, après tous ceux consacrés par lui au pouvoir des passions, une vaste et riche fresque sur les passions du pouvoir.

  • Il faut réinventer l'État. Du mouvement des Gilets jaunes à la crise sanitaire, les Français nous interpellent sur la fin d'un modèle.

    Ce livre veut ouvrir une voie optimiste. Notre époque est celle d'une volonté d'action inédite de nos concitoyens. Mobilisation environnementale, solidarités dopées par les outils numériques, municipalisme, mouvement des « communs », relocalisations : autant de promesses pour résoudre par la base les grands défis du siècle.

    De la sphère publique, émerge aussi une foule de petits miracles pour libérer ce potentiel. Autant de signaux faibles qui montrent qu'un autre État est possible - c'est l'une des richesses de ce livre que de nous en fournir un panorama inattendu et stimulant.

    Après six années de présidence de l'Arcep, Sébastien Soriano livre un puissant appel à renouer avec « la radicalité du projet public » et dépasser le malaise qui s'est emparé des fonctionnaires de terrain. C'est un programme concret qui fait le pari de l'intelligence collective et de l'humain pour réconcilier les Français avec l'outil de leur destin commun. Une contribution décisive pour penser la souveraineté de la société à l'ère des réseaux numériques et du défi climatique.

  • Le grand malentendu ; islam, Israël, Occident

    Daniel Sibony

    • Odile jacob
    • 4 Mars 2015

    Daniel Sibony est de passage à Tel-Aviv lorsque les fusées attaquent la ville. Il livre ici ses impressions et ses pensées. Les roquettes lui rappellent, en plus violent, les pierres qu'il recevait enfant, à Marrakech, dans la médina. Il retrouve sa sérénité d'alors, cette force où l'on a en soi, presque en même temps, la détresse et la joie de vivre, et où l'on peut se sentir attaqué sans être détruit. D'ailleurs, non loin de là, une institutrice a innové ; lors des alertes, elle fait entonner aux enfants des chansons nouvelles : « J'ai peur, j'ai peur, mon coeur fait boum-boum, on doit courir aux abris. » Cette chronique écrite au coeur du conflit s'accompagne de réflexions inédites sur le djihad, les rapports entre l'islam et l'Occident, le conflit du Proche-Orient. La solution que Daniel Sibony propose se formule comme un paradoxe : la paix ne viendra que de la paix. Ce qui seul pourra affronter le grand malentendu.

  • « Démocratie providentielle », « démocratie extrême », les notions forgées par Dominique Schnapper, une des grandes voix de la pensée politique française, sont passées dans le langage courant. Elle revient dans ce livre sur les thèmes qui sont aujourd'hui au coeur du débat public : le malaise des populations immigrées, le chômage, la place de l'islam, le rapport à la République et à la nation.

    Comment penser la démocratie en France ? Comment fonder des liens entre les individus et les groupes, afin qu'un avenir commun puisse être envisagé ? Loin des idéologues de l'identité comme des défenseurs du multiculturalisme, Dominique Schnapper analyse patiemment ce qui permet la relation à l'autre et donne du sens à la citoyenneté. Racisme, laïcité, remise en cause des institutions, intégration, judaïsme, individualisme et communauté, droits des minorités, aucune question n'est éludée et toutes sont abordées avec la même rigueur scientifique et morale.

  • La France est-elle un pays libéral ? Elle se plaint de l'être trop mais, selon Jean-Philippe Feldman, elle ne l'est pas et ne l'a jamais été. Capitalisme, libéralisme, économie de marché, profit et libre entreprise y sont voués aux gémonies comme si la puissance publique était faible, alors que l'État est omniprésent. En réalité, elle est le seul pays développé à cumuler autant de manifestations d'antilibéralisme. Elle constitue, à ce titre, « une - malheureuse - exception unique au monde ».

    Pour appuyer cette thèse, cet ouvrage retrace la genèse de l'étatisme français. Partant des origines et de la constitution de l'État, il se livre à un examen minutieux de son évolution. Seule l'histoire du temps long - 1 200 ans de Charlemagne à Emmanuel Macron - permet de comprendre pourquoi les Français, à la différence des Anglo-Saxons, sont amoureux de l'autorité plutôt que de la liberté, champions des prélèvements obligatoires, égalitaristes, nantis d'un État providence, d'une fonction publique pléthorique, rétifs au libre-échange et à la mondialisation. Seule, elle permet de comprendre pourquoi la France est une société bloquée.

    De cette enquête sans concession, mêlant avec acuité références théoriques et précision factuelle, il ressort un tableau peu reluisant de l'État : centralisé, interventionniste, protectionniste, mal géré et fiscalement oppressif, rivé à la fonction publique, profondément ancré dans l'étatisme.

    Richement nourri de sources historiques, d'analyses juridiques, économiques et sociologiques, le livre cherche à éclairer le présent en le replaçant dans une perspective élargie. Plaidoyer en défense du libéralisme, il apporte une contribution remarquable à un débat très vif : la France peut-elle être réformée ou transformée ?

  • Le monde des mafias ; géopolitique du crime organisé

    Jean-François Gayraud

    • Odile jacob
    • 5 Juin 2008

    Qu'est-ce qu'une mafia ? Qu'est-ce qui la différencie d'une simple association criminelle ? Pourquoi sa puissance et son action s'avèrent-elles plus redoutables aujourd'hui ? Que sait-on vraiment de l'histoire récente de la mafia italienne, de la mafia albanaise, des triades chinoises ou des Yakuza japonais ? Quels sont désormais les points chauds de leur influence, quels sont leurs objectifs, quelles sont leurs armes nouvelles ? L'un des meilleurs spécialistes français des nouvelles formes de criminalité fait le point. Une référence pour comprendre à la fois le fonctionnement interne d'une mafia et ses dangers réels aujourd'hui. " Un étonnant voyage initiatique. " Le Monde. " Une oeuvre majeure. " Revue internationale de criminologie.

  • La rareté de certaines ressources naturelles devient un problème géopolitique majeur à mesure que croît la population mondiale. Le pétrole en est, depuis quelques décennies, l'exemple type, mais l'eau s'affirme peu à peu comme un ferment de conflits à venir. Longtemps partagée de façon plus ou moins empirique, l'eau des lacs et des fleuves, déterminante pour l'agriculture, est devenue un enjeu crucial dans plusieurs régions du monde.
    L'assèchement de la mer d'Aral et du fleuve Colorado sont des catastrophes écologiques majeures, tandis que le contrôle des eaux du Nil par l'Egypte aux dépens de l'Ethiopie, de l'Euphrate par la Syrie ou du Jourdain par Israël a eu, et aura encore, des conséquences politiques redoutables, que le réchauffement climatique en cours ne pourra qu'accentuer. Ressource stratégique et écologique majeure, l'eau implique une perception nouvelle : l'urbanisme actuel fait tout - à Londres comme à Paris - pour réconcilier la ville avec son fleuve.
    Puisse cette démarche inspirer la diplomatie des Etats contraints à partager cet indispensable bien commun.

empty