Généralités sur l'art

  • Berlin, 1945. Dans les jardins bombardés de la Chancellerie d'Hitler, les deux chevaux de bronze réalisés par Josef Thorak, l'un des sculpteurs officiels du Reich, ont disparu. On les pense détruits. Aucune trace nulle part.
    Amsterdam, 2013. Mandaté pour retrouver ces sculptures qui, selon un courtier d'art, existeraient encore, Arthur Brand commence une longue enquête à travers l'Italie, l'Allemagne et la Belgique. Au cours de ses recherches, il rencontre dirigeants d'organisations louches, anciens nazis, anciens membres du KGB et de la Stasi, néo-nazis, etc. Tous semblent impliqués dans le trafic d'art nazi.
    Ce livre raconte quel stratagème il a imaginé pour faire interpeller des collectionneurs et marchands plus ou moins véreux et pour retrouver, quasiment intactes, plusieurs sculptures majeures du Reich censées détruites à jamais...

  • Cet essai est consacré à la question de la couleur, en elle-même et dans les arts visuels. Il aborde le sujet sous différents angles : scientifique (description du processus physique, perception par l'oeil et effets biologiques), historique (perception et symbolisme de la couleur à travers les âges), psychologique (l'imaginaire de la couleur) et esthétique (harmonie des couleurs, monochrome...) en invoquant tous les arts visuels : peinture, cinéma et photographie. Un essai savant, écrit par un spécialiste des arts visuels, qui a connu une précédente édition en 1994 (en rupture depuis plusieurs années).

  • Ce manuel explique les différentes approches qui caractérisent les méthodes possibles proposées par cette discipline.
    Dans le cadre d'une histoire de l'art comparée, les auteurs examinent successivement les relations entre l'histoire de l'art, l'esthétique et la philosophie du langage, ses interactions avec la sémiologie, les apports récents des études anthropologiques, ou encore la manière dont la sociologie de l'art contribue à redéfinir les contours d'une histoire sociale de l'art. Sont abordées également les questions qui lient la politique et l'art, ou encore celles qui se nouent parfois avec la psychanalyse.
    À l'intérieur de chacun des douze chapitres une « étude de cas », empruntée à différentes périodes, permet une analyse critique des outils et des concepts employés. Elle est complétée par une rubrique « pour aller plus loin » fournissant une bibliographie sélective. Vient s'ajouter une bibliographie générale renseignée par les plus récentes parutions dans le champ de l'histoire de l'art.
    Cet ouvrage permet aux étudiants de disposer d'un outil de clarification et d'approfondissement de l'interdisciplinarité rencontrée durant leur cursus en histoire de l'art.

  • ? Une analyse ouverte à l'ensemble des institutions culturelles de patrimoine.
    ? Introduction de nouvelles thématiques : crowfunding, rôle des réseaux sociaux, question de la restitution des oeuvres d'art à leur pays d'origine, de la gratuité, interrogations éthiques...
    ? Illustré de nouveaux cas : Louvre-Lens, Centre Pompidou-Metz, Louvre -Abou Dhabi, fondation Vuitton...

  • Esthétiques qui, pour n'être pas toujours explicites, n'en sont pas moins impérieuses. Il en résulte aujourd'hui une " esthétisation " de l'existence et une difficulté des arts proprement dits à se situer dans ce contexte. L'opacité des mythologies contemporaines et la prolifération des discours et théories sont autant de raisons de développer une réflexion dédiée en propre à ces questions.
    Or, paradoxalement, en tant que discipline à part entière du champ philosophique, l'esthétique est mal connue, volontiers marginalisée ou abandonnée aux intuitions les plus vagues. L'ambition de ce dictionnaire est de contribuer à une cartographie de son territoire. Il fait le choix d'une approche notionnelle, centrée non pas sur les auteurs ou sur les oeuvres mais sur les concepts, leur définition, leur généalogie, leurs contenus et leurs relations.
    A travers plus de 240 entrées, sont ainsi abordées les principales questions relatives au fonctionnement de l'art, au niveau ontologique, sémiotique, intentionnel, évaluatif, etc. Quelques articles plus spécifiques portent sur des aspects caractéristiques de certains arts, notamment visuels. Enfin une trentaine d'essais ouvrent de véritables perspectives sur des tendances contemporaines - comme les arts de masse, l'écologie ou la cognition - et proposent des relectures des grandes interrogations philosophiques.
    Cette nouvelle édition, enrichie d'une quinzaine d'entrées et essais, confirme la vocation de référence de cet ouvrage.

  • conservatoires du patrimoine, garants de la mémoire, refuges du beau, les musées relèvent a priori d'une autre branche de l'activité humaine que la guerre, et plus généralement que l'exercice de la violence...
    et pourtant... on s'est bien gardé jusqu'à présent de trop creuser la question, mais ce livre le montre, le musée et la guerre ont fait couple plus souvent qu'à leur tour. si, de la campagne d'italie de 1796 à la récente guerre d'irak, le musée est trop souvent la victime impuissante de faits de guerre, les situations ne manquent pas non plus où il "s'adapte" un peu trop bien. la convoitise du collectionneur prend le pas sur la responsabilité du conservateur: plus de guerre chez les uns, plus de musée chez les autres...
    l'impérialisme, le nationalisme, l'idéologie, le manque d'humanité ou la simple ignorance des torts commis aux individus ou aux peuples spoliés se révèlent d'excellents agents muséaux... retour sur une histoire où rodent encore le fantôme de göring et quelques autres qu'on eût pu croire plus fréquentables, ce livre érudit, captivant et salubre analyse toutes les pièces du dossier: dégâts directs et indirects, saisies, commerce et trafic illicite, restitutions, etc.
    fondamentalement honnête, il n'obéit à aucune logique d'imprécation. l'anime plutôt le soupçon que l'idéal qui a donné naissance aux premiers musées doit connaître une relance, au service du patrimoine mondial et de l'homme universel.

  • Le Bureau de coton est à la fois un portrait de famille - celle du peintre, installée à la Nouvelle-Orléans - et la peinture de l'univers inédit du commerce américain en cette fin de XIXe siècle. Ces hommes au travail, l'artiste les saisit en mille détails, dans leurs gestes multiples et minuscules pour donner à voir l'incroyable atmosphère de ces lieux. Surtout, cet instantané recèle un étonnant mystère que porte la grande tache blanche en son centre. Philippe Artières mène une enquête autour des visions du peintre : le risque des affaires, la ruine de sa ramille, les conditions des Noirs aux Etats-Unis sont autant de moments d'histoire sons le pinceau de Degas.

  • Le vade-mecum de la restauration.
    -Un bilan complet des missions du restaurateur : diagnostic, sauvegarde, préservation, étude et mise en valeur des documents et des oeuvres.
    -Le point de vue professionnel combiné à la recherche universitaire : restauration technique des oeuvres (Le Christ mort de Champaigne par exemple), mais aussi une théorie de la restauration dans l'histoire des arts.
    -300 illustrations en couleursdévoilentétape par étapele travail de restauration.

  • Les Lances de Breda, célèbre tableau de Vélasquez, impose à ceux qui le regardent sa beauté, la force de sa composition et son originalité dans le traitement des paysages. Il nous entraîne dans le sillage de l'armée de Philippe IV qui vient d'obtenir, en 1625, la capitulation de Breda, l'imposante place forte des Pays-Bas réputée imprenable. A l'issue d'une enquête passionnante menée par Bartolomé Bennassar, cette victoire espagnole sur les Hollandais révèle l'évolution des codes de la guerre, du sort réservé aux vaincus et l'ambition des monarques du Siècle d'Or. B. Bennassar, se penche sur ce grand tableau du Prado, pour nous livrer son mystère et nous inviter à découvrir un des moments importants du XVIIe siècle, quarante ans avant que le Roi Soleil (Louis XIV) ne succède au Roi Planète (Philippe IV d'Espagne).

  • Les Pieds Nickelés, célèbre bande dessinée, impose à ceux qui la regardent son anticonformisme et son ton irrévérencieux. Car des héros, pour la première fois négatifs, mélange de subversion et d'immoralité, n'ont-ils pas l'intention de rompre avec la morale bourgeoise ? Nous sommes au temps de l'anarchisme et de la bande à Bonnot. Qui se doute, en 1909, que l'auteur, Louis Forton, introduit alors une révolution dans l'univers des histoires illustrées ? Jean Tulard s'attarde sur les origines de la bande dessinée. Les Pieds Nickelés laissent ensuite la place à Mickey et à Tintin, mais la nostalgie de ces dessins qui ne respectaient rien persiste encore aujourd'hui, cent ans après leur création.

  • Le souci du patrimoine est devenu omniprésent, à l'échelle internationale, mais aussi nationale et locale, et concerne des objets, des monuments et des paysages comme des pratiques ou des manifestations très variées. L'intérêt porté aux traces ou aux témoignages du passé relève de causes et d'enjeux multiples. Certaines patrimonialisations participent de traditions étatiques, religieuses, artistiques, communautaires de longues durées, tandis que d'autres émanent de politiques publiques, depuis surtout la seconde moitié du XXe siècle (mémoire post-coloniale, post-industrielle...). Toutes répondent désormais à des critères de tri bien définis et relèvent de médiateurs spécialisés.
    Pour répondre aux besoins des acteurs ou des futurs acteurs du Patrimoine, cet ouvrage fournit un panorama des principales configurations et modalités de la protection des patrimoines artistiques et historiques en Occident de la Renaissance à nos jours, en présentant les définitions savantes et légales, les acteurs et les événements. Il analyse notamment les polémiques ou les conflits les plus notoires, quand la destruction et la sauvegarde de certains patrimoines sont devenues des causes nationales, voire internationales. Enfin, sont évoqués les rapports des patrimoines aux questions de mémoire, de diversité culturelle, de droits humains et de développement durable.
    L'histoire culturelle du patrimoine est une approche nouvelle qui permet d'envisager au-delà des analyses politiques et institutionnelles, les jeux des pouvoirs sur les mémoires.

  • La muséologie : histoire, développements, enjeux actuels Nouv.

    La muséologie, à la croisée de la communication, la sociologie, l'histoire et la pédagogie, s'est imposée en tant que discipline académique et formation professionnelle à part entière. Cet ouvrage en dresse un panorama complet, illustré d'exemples, et présente les développements de la gestion, des techniques muséographiques les plus récentes ainsi que les fonctions que le musée est appelé à exercer au sein de la société. Il souligne la dimension politique de l'institution muséale.

    Pour cette cinquième édition, les auteurs ont souhaité couvrir un large éventail de points de vue, en invitant des experts à s'exprimer à travers des « cartes blanches », regards singuliers sur cette « science des musées », évolutive et plurielle.

    /> En ces temps incertains où la culture est considérée comme facultative et les musées forcés à la fermeture pour des raisons sanitaires, il est plus que jamais essentiel que les acteurs de l'univers muséal développent une vision claire et engagée de leur action et de leurs institutions. Cet ouvrage est là pour y contribuer.

    Avec la participation d'Yves Bergeron, Manuelina Maria Duarte Candido, Guido Gryseels, Marie-Paule Jungblut, Joëlle Le Marec, François Mairesse, Raymond Montpetit, Dominique Poulot, Rudy Ricciotto, Xavier Roland et Martine Thomas-Bourgneuf.

  • Introduction Eugène Müntz et l'élabora tion franco-allemande de l'histoire de l'art Müntz et l'histoire de l'art germanophone La pratique de la correspondance : connecter deux espaces scientifiques pour fonder lhistoire de lart Les débats des années 1880 et 1890 1. Cornél von Fabriczy (1839-1910) 2. Heinrich von Geymüller (1839-1909) 3. Hubert Janitschek (1846-1893) 4. August Schmarsow (1853-1936) 5. Josef Strzygowski (1862-1941) 6. Henry Thode (1857-1920) 7. Wilhelm Vöge (1868-1952) 8. Aby Warburg (1866-1929)

  • À la confluence de plusieurs sciences sociales, la muséologie interroge le champ muséal : sa richesse et sa diversité, son fonctionnement, les missions et la place du musée dans nos sociétés. Du musée star à la somptueuse architecture au petit musée local, faire-valoir d'une communauté, en passant par diverses expériences muséales (cybermusées, musées de papiers, muséobus), la muséologie reflète l'extension considérable donnée à la notion même de musée. - 21 articles encyclopédiques présentent les notions fondamentales qui façonnent le paysage muséal contemporain. La communication, la gestion, le patrimoine et bien d'autres donnent ainsi lieu à un éclairage soigné, approfondi, sous forme d'essais qui embrassent les problématiques rencontrées par les musées aujourd'hui.- un dictionnaire de 500 termes de muséologie est proposé pour la première fois dans le monde francophone. - 3 parcours visuels ponctuent l'ouvrage d'une iconographie abondante. André Desvallées est conservateur général honoraire du patrimoine (Musées de France). Il fut notamment l'assistant de Georges Henri Rivière pour la conception du musée national des Arts et Traditions populaires et de ses expositions. Il a enseigné la muséologie à l'École du Louvre. François Mairesse est professeur à l'université de Paris 3 (Sorbonne nouvelle). Il enseigne également la muséologie à l'École du Louvre et a dirigé jusqu'en 2010 le musée royal de Mariemont (Belgique). Yves Bergeron, Serge Chaumier, Jean Davallon, Bernard Deloche, Noémie Drouguet, Raymond Montpetit et Martin R. Schärer ont participé à cet ouvrage.

  • Le théâtre

    Alain Couprie

    Étudier le théâtre suppose de s'interroger sur le statut original du texte théâtral, à la fois oeuvre littéraire et matière du spectacle.
    À l'aide d'exemples empruntés au répertoire classique et contemporain, cet ouvrage fournit des éléments de méthode pour aborder la lecture d'une oeuvre théâtrale : spécificité du langage, dramaturgie, mise en scène...
    Il propose également un panorama historique des différentes théories esthétiques concernant la comédie, la tragédie et le drame.
    Cette nouvelle édition revue et corrigée prend en compte les derniers acquis des études théâtrales.

  • Le musée, comme noble institution de sauvegarde, de transmission culturelle et d'ouverture au monde, a-t-il vécu ? Est-il en passe de rejoindre le paradis de nos idéaux trahis, ou l'enfer des formules épuisées ? Quid de son âme, en tout état de cause ? C'est que la marchandisation de la culture a bien remis en cause son caractère désintéressé et pousse à considérer les collections comme des actifs valorisables ; Guggenheim, le Louvre et autres deviennent des marques, qui s'exportent, se «dealent » en quelque sorte. La pression des médias audiovisuels et des parcs d'attractions, et le souci de ratisser large conduisent par ailleurs à privilégier le spectaculaire ; l'événementiel prend le pas sur le permanent, le succès prime sur le savoir, l'anecdotique sur le fondamental. Entre dérives entamées, impasses certaines et voies d'avenir possibles, entre le rappel vite incantatoire de la grandeur du projet de culture enfanté par les Lumières et les séductions facilement démagogiques du marketing d'aujourd'hui, il est difficile de s'y retrouver. Et pourtant la question ne saurait laisser indifférent l'homme cultivé. L'avenir du musée est un enjeu de civilisation, rien de moins. Muséologue éclairé, André Gob nous donne les moyens d'une compréhension des processus en cours et plaide pour la relance d'un projet muséal ambitieux et diversifié, adapté mais non asservi aux besoins et aux rythmes de nos sociétés, et prolongeant de progrès inédits l'oeuvre entreprise à l'âge classique. André Gob est docteur en histoire de l'art et archéologie et professeur de muséologie à l'Université de Liège. Il préside le Conseil des Musées en Belgique francophone et a publié Des musées au-dessus de tout soupçon (2007) et La Muséologie (3e éd., 2010) chez Armand Colin.

empty