Littérature générale

  • Rêver à la Suisse

    Henri Calet

    • Horay
    • 8 Janvier 1992

    L'auteur de Le Tout sur le tout, de Trente à quarante s'inscrit dans une tradition littéraire où compte moins l'éclat du succès que le poids des mots qui constituent la matière d'un livre. Confidentiel, Henri Calet est l'écrivain de l'intériorité, du ténu.
    Il a l'art incomparable de cadencer ses phrases au rythme du regard qui s'accroche aux choses, aux moindres détails, à une réalité moins triviale qu'émerveillée par la diversité de ses aspects, ses incongruités, sa saveur. Regard à la fois malicieux et impertinent, mais sage aussi. Henri Calet, de ce discours du réel, sait tirer une manière de philosophie, de morale.
    C'est, à l'égard de la Suisse qui est le sujet de ce livre, un acte d'amour, si l'on en croit son préfacier Jean Paulhan. Voyageur hors les normes, Henri Calet nous donne plus qu'un simple journal de voyage: un carnet de route qui recompose les vrais rapports que l'on peut avoir avec le monde.

  • L'image dans le tapis

    Henry James

    • Horay
    • 9 Mars 2009

    Très importante dans l'oeuvre de ce précurseur que la critique a longtemps méconnu, l'image dans le tapis évoque une chapelle littéraire anglaise des années 1896, avec son dieu, un écrivain de génie ; sa prêtresse, une jeune femme de lettres ; ses desservants, jeunes critiques déroutés mais fervents au point d'aller jusqu'aux indes chercher la clef du mystère qu'est le don de créer.
    La vie privée met en scène un petit groupe d'anglais que le hasard réunit dans un grand hôtel suisse. groupe très distingué qui comprend un romancier célèbre, une grande actrice, un homme du monde accompli, et qui se trouve recéler d'étranges éléments de fantastique. les deux autres nouvelles sont délibérément des histoires de fantômes contées par un compatriote d'edgar poe pour qui le surnaturel n'est pas un procédé de métier, mais correspond à une sourde obsession.
    La redevance du fantôme, histoire d'une maison hantée où le fantôme paie chaque trimestre 133 dollars de loyer pour la maison qu'il hante. les amis des amis, histoire plus chargée de résonances psychologiques, de deux êtres écartelés et rapprochés l'un de l'autre de façon également mystérieuse et d'un troisième personnage qui se heurte cruellement à la barrière qui sépare le visible de l'invisible.
    Un petit chef d'oeuvre d'humour feutré, d'un chic très anglo-saxon.

  • Le Moine noir

    Anton Tchekhov

    • Horay
    • 1 Juillet 2004

    ANTON TCHEKHOVLE MONE VOIRLégende ou réalité, cet inquiétant moine noir dont le retour est annoncé dans nos contrées, après une disparition de mille ans oeRéalité, répond Kovrine, le héros du récit, brillant universitaire, philosophe, qui a l'heur - ou le malheur - de rencontrer le moine et de disputer avec lui.Légende, réplique l'entourage de Kovrine, qui ne voit là qu'attaoulations et visions malsaines de sa part. Légende, renchérit l'auteur qui, lorsqu'il écrit ce récit en 1894, veut représenter « un jeune homme qui souffre de la manie des grandeurs ».Légende ou réalité, l'histoire du moine noir fournit à Tchekhov le prétexte à une réflexion sur le bonheur et le génie, les êtres d'exception et le lot commun. Puissance obscure, le moine noir incarne la tentation de l'orgueil pour le héros qui y cédera, semant autour de lui malhuer et souffrancé. Le juste prix de sa témérité sera la perte d Jardin d'Eden de l'enfance.

  • Jules Renard ; mots, propos, aphorismes

    Jacques Bens

    • Horay
    • 23 Octobre 2017

    Les mots d'esprit de Jules Renard sont à son image : ambivalents, ingénieux et pleins d'humour.
    Ils témoignent de la lucidité de leur auteur sur ses contemporains, de son pessimisme incorrigible et de sa grande propension à l'autodérision.
    Ce fl orilège détonant de ses meilleures citations nous révèle qui se cache derrière l'écrivain de génie :
    Un homme sensible, avide d'admiration, souvent sévère envers lui-même, et orgueilleux, tel qu'il l'avoue sans scrupules. Un homme capable, aussi, de sa plume enlevée, de retranscrire avec brio tout une palette d'émotions.

  • Arthur Rimbaud ; mots, propos, aphorismes

    Jean-Jacques Lefrère

    • Horay
    • 23 Octobre 2017

    On connaît le Rimbaud qui a révolutionné la poésie et bousculé tous les codes, on connaît le Voyant et le génie qui s'est échappé de Charleville-Mézières pour rejoindre le monde, avant de s'arrêter subitement d'écrire... Mais l'on connaît moins le Rimbaud plus âgé, authentique « homme aux semelles de vent », parti en Afrique et en Arabie en tant que marchand, dit-on, d'armes et d'esclaves.
    Dans une subtile confrontation, ce recueil nous off re à voir les deux vies du personnage, qui donnent toute sa dimension mythique à l'un des plus grands poètes de tous les temps.

  • Barrès l'invoquait sous le nom de " Notre Dame du sleeping¬car ". Simone de Beauvoir voit dans son journal intime un modèle du genre. Le Journal de Marie Bashkirtseff... journal mythique, jeune fille mythique qui ont bouleversé des générations de femmes. C'est l'enfant prodige, l'amoureuse de douze ans ; c'est l'excentrique " fin de siècle ", promenant son spleen du carnaval de Nice aux bals masqués de Naples, des eaux de Spa aux catacombes de Kiev ; c'est l'artiste précoce qui suit assidûment les cours de l'Académie Julian et expose aux Salons ; c'est la jeune phtisique brûlée par le désir de vivre ; c'est Moussia, la petite russe avide de gloire. Ephémère Moussia, attendrissante Marie Bashkirtseff, trop chaste héroïne d'une légende désuète qui ne concerne plus notre temps ? Mais... ... ses biographes l'ont trahie, ... le Journal a été falsifié. Marie Bashkirtseff n'est pas telle que le mythe l'a transformée et le Journal est encore à publier dans son intégralité. Cent ans après sa mort, et grâce à des documents inédits, derrière l'édifiante figure de Bibliothèque Rose, nous découvrons une femme qui vit, qui ose dire son désir, qui crie sa révolte contre les limites imposées à la condition féminine. Le Journal de Marie Bashkirtseff : une parole de femme censurée, un témoignage de créatrice qu'on a voulu étouffer. Marie Bashkirtseff ; après tant d'images truquées, le portrait sans retouches d'une femme de notre temps.

  • Écrivain et poète, musicien, compositeur, scénariste, traducteur, ingénieur, acteur... Boris Vian était un homme aux multiples talents, un artiste abouti qui a laissé à la postérité un monument de création : quelques inventions de génie, une dizaine de romans, une vingtaine de pièces de théâtre et opéras, près de cinq cents chansons...
    Il a indéniablement marqué l'histoire de la littérature par ses fantaisies, ses images oniriques, l'ardeur et la musicalité de sa plume. Recueil de citations soigneusement choisies dans l'immensité de son oeuvre (extraits de romans, manuscrits non publiés, pochettes de disques et autres chansons), cet ouvrage permet de redécouvrir toute l'ingéniosité de sa langue.

  • Paul Léautaud ; mots, propos, aphorismes

    Hubert Juin

    • Horay
    • 23 Octobre 2017

    Comme il le dit lui-même, Paul Léautaud est en quelque sorte « un moraliste à rebours ». Il aime à saisir le ridicule de l'homme, à dénoncer ses bêtises et ses faiblesses, à le semoncer de façon narquoise.
    Mais derrière cet esprit vif à la langue bien pendue et à l'humour sarcastique, on trouve aussi un homme solitaire, qui raille la vie mondaine parisienne et préfère la compagnie des animaux à celle de ses congénères.
    C'est à la fois le passionné et l'impertinent, le pessimiste et l'ironique, que l'on découvre au fi l de ces pages, niché au détour de belles phrases qui témoignent de la fi nesse de sa verve.

  • Napoléon Bonaparte a marqué l'Histoire par les faits d'armes et les grandes mesures qui ont rythmé son règne.
    Consul, Empereur, en campagne ou en exil, il ne cessait jamais de parler, de réfl échir à haute voix, d'écrire, de dicter. De nombreux témoignages et ses écrits personnels laissent à la postérité une foultitude de bons mots et autres formulations terriblement habiles.
    Sur les Français, l'art de gouverner ou celui de faire la guerre, mais également sur les femmes ou la vertu, ces aphorismes, sentences et réfl exions de l'Empereur révèlent une ironie, un cynisme et une clairvoyance hors pair. Un concentré d'intelligence et de sensibilité.

  • La police des écrivains (2e édition)

    Bruno Fuligni

    • Horay
    • 26 Mars 2011

    Quel grand poète français fut-il soupçonné d'être un agent de l'Intelligence Service britannique ? Quel écrivain adressait-il des lettres d'amour à son percepteur ? Quel philosophe subversif les Renseignements Généraux épièrent-ils même le jour de ses obsèques ?
    En 2006, dans la première édition de ce livre, Bruno Fuligni révélait l'existence de dossiers de police sur les principaux écrivains français, de Victor Hugo à André Breton. Cette seconde édition est augmentée de nouveaux dossiers, récemment ouverts aux chercheurs, qui vont jusqu'en 1980. Des dossiers généralement constitués d'une succession de notes brèves accumulées sur des décennies :
    Comptes rendus de manifestations publiques, rapports sur l'origine et le milieu du personnage en cause, rapports de filature, indiscrétions diverses. Ils comportent aussi bien des jugements généraux sur la moralité de nos grands auteurs que des informations factuelles sur leurs activités, leurs amours, leurs ridicules et leurs petites manies.
    Témoignages historiques importants, ces dossiers sont parfois divertissants. Certaines notes sont drôles par la façon dont elles décrivent le génie en style administratif ;
    D'autres sont fort bien écrites et le lecteur devine que le policier, au contact de son suspect, tente à son tour de jouer l'écrivain. Dans tous les cas, nos classiques se retrouvent traités en délinquants.

  • Troubles de chaire ; perles de curés

    Dominique Jacob

    • Horay
    • 30 Octobre 2010

    Toutes ces anecdotes sont vraies, datées et localisées. Révélatrices de notre société, elles montrent que personne n'est infaillible à l'oral. C'est aussi une réflexion sur le langage avec ses ambiguïtés et ses équivoques. Les curés ont aussi le sens de l'humour et de l'autodérision, il n'est pas inutile de le rappeler. Le thème est éternel.

  • En verve ; mots, propos, aphorismes

    Gustave Flaubert

    • Horay
    • 9 Mars 2009

    Qu'est-ce que la " verve " ? pour la définir, les dictionnaires, comme le grand littré et le petit larousse, ont recours à une métaphore : "chaleur d'imagination", disent-ils.
    Bonheur d'expression qui surprend le lecteur, arrêté soudain par un "mot", une réflexion, une répartie, dont la justesse et la cocasserie inattendue le laissent ravi devant la page ouverte. depuis que la langue existe, la verve n'appartient qu'à ceux qui sont pris par la rage des mots et du verbe. bref, tous les grands créateurs et les virtuoses du langage. mais elle n'apparaît pas seulement dans les oeuvres imprimées ; certains la confient à leur journal intime ou la sèment en formules heureuses dans la conversation.
    Les plus brillantes (qui ne sont pas toujours les plus connues) sont rassemblées dans cette collection.

  • Marcel Proust en verve

    Marcel Proust

    • Horay
    • 10 Avril 2010

    Qu'est-ce que la "verve" ? Pour la définir, les dictionnaires, comme le Grand Littré et le Petit Larousse, ont recours à une métaphore : "chaleur d'imagination" disent-ils...
    Bonheur d'expression qui surprend le lecteur, arrêté soudain par un "mot", une réflexion, une répartie, dont la justesse et la cocasserie inattendue le laissent ravi devant la page ouverte. Depuis que la langue existe, la verve n'appartient qu'à ceux qui sont pris parla rage des mots et du verbe. Bref, tous les grands créateurs et les virtuoses du langage. Mais elle n'apparaît pas seulement dans les oeuvres imprimées ; certains la confient à leur journal intime, ou la sèment en formules heureuses dans la conversation.
    Les plus brillantes (qui ne sont pas toujours les plus connues) sont rassemblées dans cette collection.


  • Ces confidences d'écrivains contemporains sont une surprenante révélation.
    Après leur lecture, l'image idéale et traditionnelle de la mère ne peut plus être ce qu'elle était.
    Ce sont 50 aventures passionnées qui éclairent souvent autrement les vies et les oeuvres et amènent le lecteur à se poser cette question : « Mais qui est ma mère oe »


  • Rebus

    Roland Topor

    • Horay
    • 9 Décembre 2003

    Les rébus sont au dessin ce que les mots croisés sont à la littérature. Qu'est-ce qu'un rébus ? Une phrase-énigme représentée par des dessins formant de véritables calembours graphiques. Nos grands-parents en raffolaient et l'on ne peut que s'émerveiller aujourd'hui de l'ingéniosité et de la cocasserie de ces messages chiffrés. La phrase est découpée phonétiquement en expressions et en mots qui, pris au pied de la lettre, donnent naissance aux dessins les plus réjouissants. Non-sens, bizarre, insolite, humour, chefs-d'oeuvre de poésie naïve aux limites du surréalisme, se chevauchent et s'épanouissent librement en plein délire graphique.
    Contrairement aux mots croisés que l'on résout seul, les rébus offrent le type même du jeu de société, du divertissement familial.

  • La vie publique et privée de mossieu reac

    Nadar

    • Horay
    • 8 Janvier 1992

    Nadar n'a inventé ni la photographie, ni la navigation aérienne. Mais on ne peut parler ni de l'une ni de l'autre sans citer le nom de Nadar.
    Dans les années 1850, il est le premier à photographier ses contemporains les plus illustres, que sans lui nous ne connaîtrions pas; mais il refusera toujours de tirer le portrait de Napoléon III.
    Dans les années 1860, il est le premier à faire construire un ballon de deux étages pour quatre-vingts personnes, le Géant, qui inspire à son ami Jules Verne son roman Cinq semaines en ballon. Pourtant il croit surtout au "plus lourd que l'air" et aux vertus de l'hélice. Jules Verne encore lui rendra hommage en faisant de son anagramme, Michel Ardan, le héros de De la terre à la lune.
    Mais bien avant, de 1840 à 1850, Nadar a été journaliste et caricaturiste. Il est le premier à publier en France dans La Revue comique, après la révolution de 1848, une bande dessinée hebdomadaire, dans laquelle il dépeint au naturel un homme que nous connaissons bien et que nous voyons renaître de ses cendres à toutes les périodes électorales de notre histoire: Mossieu Réac.

empty