Arts et spectacles

  • Publié à l'occasion des quarante ans de la galerie Chantal Crousel, cet ouvrage fleuve (plus de 700 pages et 3 kg) revient sur l'histoire de la galerie, considérée comme un acteur majeur de la scène artistique contemporaine, en France comme à l'international.
    Alors que les dernières années, une foule de nouveaux écrits se sont attardés sur la définition du curator en interrogeant son rôle et sa pratique au sein de l'histoire de l'art, le métier de galeriste est lui très peu souvent décrit, ou uniquement à travers l'intelligence marchande qu'on lui associe généralement. Ce livre, publié à l'occasion des quarante ans de la galerie Chantal Crousel, est autant un moyen de célébrer cet anniversaire qu'une manière de répondre à ce manque persistant, en décrivant sur près de quatre décennies la construction d'une galerie, la construction de plusieurs regards, celle d'une longue exposition, et de réaffirmer ainsi la place du métier de galeriste dans l'histoire de l'art récent.
    L'ouvrage s'ouvre sur un double entretien de près de cent-cinquante pages mené par Philippe Vergne, directeur de la fondation Serralves, Porto, avec Chantal Crousel et Niklas Svennung. Tous deux y évoquent leur conception du métier de galeriste, leurs engagements critiques, l'admiration qu'ils portent pour les artistes avec lesquels ils travaillent. Chantal Crousel revient sur son enfance en Belgique, ses études d'histoires de l'art, sa rencontre avec Christian Dotremont, l'ouverture de la Dérive, sa première galerie, puis toute la genèse de ce qui deviendra après plusieurs années de collaborations la galerie Chantal Crousel. Niklas Svennung décrit plus précisément les dix dernières années d'existence de la galerie et sa volonté de penser son évolution en se tournant vers une nouvelle génération d'artistes internationaux.
    Ces discussions sont suivies par un dossier iconographique foisonnant qui présente une très grande partie des expositions ayant eu lieu au sein de la galerie Chantal Crousel. On y retrouve les oeuvres de Tarek Atoui, Mona Hatoum, Glenn Ligon, Jean-Luc Moulène, Clément Rodzielski et celles de tous ceux qui ont croisé le chemin de la galerie : d'Absalon à Sophie Calle, Cindy Sherman ou Tony Cragg. Deux textes, de Patricia Falguière et Alexandre Costanzo, clôturent l'ouvrage en s'attardant sur la réception critique des artistes représentés par la galerie. À l'issu des sept cent pages que compte cet ouvrage, le lecteur pourra ainsi percevoir clairement le parcours de cette galerie historique, connaître les différentes formes et les différents espaces qui ont été les siens, pour finalement être capable, nous l'espérons, de définir lui-même après l'avoir démystifié le métier de galeriste.

  • Sylvie Auvray ; les cambuses

    Anne Dressen

    • Is-land
    • 6 Septembre 2019

    Les Cambuses est le premier livre de Sylvie Auvray, à la frontière entre édition d'artiste et monographie. En rassemblant une centaine de ses oeuvres, de ses premières peintures à ses céramiques en passant par certains de ses bijoux et ses travaux les plus récents, cet ouvrage permet de saisir la richesse et la singularité d'un univers.
    « Céramiste, peintre, sculptrice - de bijoux, de bestioles, de breloques et de balais », Sylvie Auvray envisage son travail comme un corpus ouvert. En parcourant l'ensemble de ses oeuvres, on constate une dilution des frontières entre les différents médiums qu'elle emploie, comme si les uns répondaient aux autres en une discussion énergique.
    C'est également à un dialogue que se livrent les auteurs choisis pour leurs différences de registre : Anne Dressen, commissaire au musée d'Art moderne de la ville de Paris, Franck Gautherot, directeur du Consortium, et Sarah Holveck, artiste et codirectrice de Pauline Perplexe. À eux trois, en nous faisant découvrir l'artiste telle qu'en elle-même, en ses lieux, matériaux et pérégrinations, ils nous proposent une vision élargie de ce qui caractérise sa recherche artistique : un mouvement perpétuel, une ouverture au monde qui agissent de telle sorte que tout conflue vers la construction d'une oeuvre.

    « Entre Paris, Genève, Los Angeles, Les Cambuses et Tokyo, Sylvie parvient toujours à être à deux, trois, et même à plus d'endroits en même temps. Car la curiosité la rend particulièrement vive, et inspirante. Elle le sait pertinemment : le non-sens apparent est ce qui produit le plus de sens. ».
    Anne Dressen

  • Catalogue de l'exposition de l'artiste américain Glenn Ligon à la galerie Chantal Crousel : la première publication de la maison d'édition Is-Land présente une série de nouvelles oeuvres (néons, peintures, dessins) inspirées de textes de Gertrude Stein et Pier Paolo Pasolini, ainsi que des questionnements de l'artiste sur le langage, la race et le genre. L'ouvrage comprend des poèmes de l'écrivain, artiste et militant Act Up Gregg Bordowitz, et un essai de l'enseignante et écrivaine Sara Nadal-Melsio.

    À l'occasion de l'exposition de l'artiste Glenn Ligon, la Galerie Chantal Crousel copublie avec la maison d'édition Is-Land le catalogue Debris Field/Notes for a Poem on the Third World/Soleil Nègre. L'ouvrage présente plusieurs nouvelles oeuvres de l'artiste dont deux néons aux motifs figuratifs et onze peintures sérigraphiées, cinq de grand format et six de petit format. Glenn Ligon y propose également dix dessins inspirés du recueil Three Lives [Trois Vies] de Gertrude Stein et sept poèmes, issus de Debris Field, composés par l'écrivain, artiste vidéaste et activiste du groupe Act Up, Gregg Bordowitz.
    Portée à la connaissance du public, une oeuvre aussi emblématique et historique permet de faire (re)découvrir cet artiste en France tout en apportant une lecture artistique sur des questions qui bouleversent aujourd'hui plus que jamais la société.
    Ce catalogue inédit est augmenté d'un essai de Sara Nadal-Melsio, enseignante à Princeton University et NYU, écrivaine spécialisée sur les intersections entre art, philosophie et politique, le cinéma militant ainsi que l'esthétique marxiste.

    Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à la galerie Chantal Crousel, du 8 septembre au 4 octobre 2018.

  • La première monographie de la peintre franco-finlandaise Henni Alftan permet de voir réunie une large sélection de ses dernières oeuvres. Elles sont introduites par les textes de Julie Crenn et Marja-Terttu Kivirinta qui resituent son travail dans le champ de la peinture contemporaine, et reviennent sur son intérêt pour le regard, le déboublement, la composition des plans cinématographiques, et le trouble qui naît lorsqu'une vision s'aiguise jusqu'à devenir trop précise.

  • Swear that you'll play  chantal crousel gallery Nouv.

empty